L'esclave_(1)

174Report
L'esclave_(1)

Chapitre un
La découverte de l'esclave
Cela faisait plusieurs mois que personne ne s'aventurait hors du royaume à la recherche de nouveaux esclaves. Mais depuis que la guerre était enfin terminée, la princesse Devania a décidé de sortir et d'en trouver un. Elle a parcouru ville après ville en passant par des centaines de jeunes hommes, mais aucun d’entre eux n’a suscité son intérêt. Puis, après des semaines de recherche, alors qu'elle était sur le point d'abandonner, elle a entendu une petite agitation venant d'une prison voisine, elle n'avait qu'à vérifier. Et là, dans la cour, affrontant cinq hommes, se tenait le plus bel homme qu'elle ait jamais vu, c'était lui. Elle sauta de sa voiture et se précipita dans la prison et exigea qu'on lui amène immédiatement le jeune garçon. Les gardes n'ont pas hésité, ils se sont précipités dehors, ont mis fin à la querelle et ont traîné le garçon vers elle. Elle le regarda de haut en bas. "Déshabille-le." » dit-elle à l'un des gardes. "Comme vous le souhaitez, ma dame." Les gardes lui ont répondu en lui coupant les vêtements du garçon combattant. Elle l'examina ensuite de nouveau de haut en bas, passant ses mains douces de haut en bas de son corps.
"Qui diable êtes-vous?" Lui dit-il.
« Montre un peu de respect, mon garçon. » L'un des gardes a claqué en le frappant à l'arrière de la tête.
"C'est bon, je suis votre nouvelle maîtresse et la future reine de ce royaume, c'est qui je suis." Elle lui répondit avec un petit sourire.
"Ma dame, je m'excuse, mais que faites-vous dans un endroit horrible comme celui-ci ?" » lui demanda le garçon avec curiosité.
"Eh bien, j'ai parcouru une grande distance à la recherche de quelque chose et je pense que je l'ai peut-être enfin trouvé. Laissez-le nu et attachez-le au toit de ma voiture pour l'exposer. Je souhaite que tous mes royaumes sachent que j'ai celui-là. Leur dit-elle en sortant de la prison et en remontant dans sa voiture. Le garçon s'est battu avant de se faire assommer. Lorsqu'il s'est réveillé, il s'est retrouvé nu, attaché au sommet de la voiture, à la vue du monde entier. Avant de partir, elle ouvrit la porte et le regarda.
"Tu es maintenant mon esclave et je suis maintenant ta maîtresse, tu fais ce que je dis quand je le dis. Est-ce que c’est compris ? Elle lui a demandé, il a simplement secoué la tête en signe d'accord et est resté silencieux.

C'était mardi et les rues du vieux Londres étaient aussi pleines qu'elles ne l'avaient jamais été, car aujourd'hui c'était le retour de la princesse Devania avec son nouvel esclave. La ville entière était en effervescence et des rumeurs circulaient à propos de son nouvel animal de compagnie et de la façon dont elle était issue de lui. Mais rien ne serait mieux que de le constater par eux-mêmes. Puis les trompettes retentirent, les villageois inclinèrent la tête à la vue de sa voiture. Et là-dessus, à la vue de toute la ville, se trouvait son nouveau petit animal de compagnie. Il était très bien bâti avec un bronzage de fermier qui couvrait tout son corps nu. Ses longs cheveux auburn ondulés brillaient au soleil et il n'ouvrait pas les yeux. Il avait trop peur pour le faire. Tout autour de lui, il pouvait entendre des gens parler et siffler, touchant sa peau nue. Il ne savait pas quoi penser de cela, il voulait s'éloigner d'eux mais n'y parvenait pas.

"Ouvre les yeux, laisse-les te voir, mon garçon." Il entendit le carrosse l'appeler. Il hésita d'abord jusqu'à ce qu'il sente le claquement d'un fouet sur sa peau, puis il ouvrit rapidement les yeux pour que tous voient qu'ils étaient d'une couleur violette unique que personne dans ces régions n'avait jamais vue auparavant.
"Bon garçon, elle sera contente de toi." » Il entendit l'homme dire avec un petit rire.
"Pourquoi suis-je ici?" » demanda doucement le garçon.
"Parce que la dame vous a choisi et qu'elle obtient ce qu'elle veut. Considérez cela comme une bénédiction d'être choisie par quelqu'un de la famille royale. Ne soyez pas si ingrat sans elle, vous seriez toujours en prison. " Le jeune homme baissa simplement les yeux vers le sol qui passait rapidement sous son corps nu.
"Je suppose que tu as raison, je devrais être reconnaissante qu'elle ait décidé de me choisir parmi le reste de ces tueurs en série et de ces salauds violeurs." Il murmura. Cela s'est poursuivi dans chaque ville traversée par des gens qui les regardaient, parlaient, se touchaient. Après plusieurs jours de voyage, ils atteignirent enfin le Château de la Princesse. Le cocher descendit de son siège, ouvrit la portière et lui tendit la main. Elle attrapa sa main et sortit de la voiture vêtue d'une longue robe de soie rouge, ses cheveux noirs bleuâtres flottant dans la brise fraîche, ses yeux bleu cristal scintillant au soleil.
"Descendez-le et amenez-le dans mes appartements." L'homme a fait ce qu'on lui a demandé, il l'a détaché de la voiture et l'a tiré par une corde utilisée pour lui lier les mains. Il l'entraîna dans le château, passa devant la salle à manger où les gens étaient assis en train de se régaler et le regardèrent, puis ils montèrent deux merveilleuses cages d'escalier en marbre et descendirent un long couloir où le jeune homme entendit des cris venant de la pièce adjacente.
"Voudriez-vous jeter un coup d'oeil ?" Lui dit l'homme en ouvrant lentement la porte pour révéler un autre jeune homme penché sur un tabouret Pedi. Là, debout derrière lui, un fouet dans une main et un objet en plastique souple et arrondi dans l'autre, se tenait un autre homme, peut-être un prince. Il a ensuite abaissé le fouet, frappant violemment le garçon dans le dos. Puis, prenant l'objet dans son autre main, il l'enfonça lentement dans son anus.
"Vous voyez ce qui arrive quand de mauvais petits garçons se conduisent mal ici ? Il n'aura aucun plaisir ce soir, tout tournera autour de son maître. Vous n'êtes pas différent alors eux vous serez punis de la même manière qu'eux."

"Pourquoi ne me laissons-nous pas décider des punitions ?" Elle se retourna alors et sourit à son nouvel esclave. Ils atteignirent finalement ses appartements et l'homme lui ouvrit la porte.
"Ma dame." Il a ensuite fermé la porte et redescendu les escaliers.
"Ça a été une longue semaine pour nous deux, pourquoi ne te reposes-tu pas et nous commencerons tes cours tôt le matin ?" Elle lui sourit et dit d'une voix basse et douce. Elle a ensuite retiré sa robe corset et sa culotte, puis s'est glissée dans le lit. "Tu viens me rejoindre ou tu préfères rester là toute la nuit ?" Elle a tiré les couvertures pour lui.
"Je ne sais pas si je devrais le faire, ma dame." Il se retrouva incapable de regarder autre chose que son beau corps nu allongé dans le lit. Avant de pouvoir se contrôler, il était dur comme un roc. "Eh bien, on dirait que quelqu'un n'est pas d'accord avec toi ce soir. Viens me rejoindre, je ferai en sorte que ça en vaille la peine, je te le promets." Elle a ensuite rembourré le lit avec sa main lui faisant signe de venir vers elle. Il hésita encore un peu puis se mit au lit avec elle. Au début, elle se blottit contre lui pendant un moment, puis il sentit sa main remonter lentement sur sa jambe. Caressant légèrement sa douce peau bronzée, la faisant monter de plus en plus haut jusqu'à ce que son pénis palpitant soit enveloppé dans son emprise. Elle l'entendit gémir doucement, cela lui plut alors elle commença à bouger sa main de haut en bas de son long manche dur, il recommença à gémir mais cette fois un peu plus fort.
"Tu aimes ça, n'est-ce pas ?" Et avant qu'il ne puisse répondre, elle s'était glissée sous la couverture et avait placé sa bite palpitante dans sa bouche. Ses gémissements étaient encore plus forts maintenant et ses hanches commencèrent lentement à monter et descendre.
"Nous ne pouvons pas faire ça, je ne te connais même pas." Il haletait.
"Alors je vais m'arrêter." Elle se releva des couvertures, posa sa tête sur sa poitrine et s'endormit.
Il n'a pas dormi cette nuit-là, il est resté là, éveillé, perdu dans ses pensées sur la façon dont il était arrivé ici ? Et qu’allait-il devenir maintenant qu’il était ici dans un enfer et qu’il l’avait placé dans un autre ? Plusieurs jours se sont écoulés et il a rapidement appris à se tenir debout et à toujours être à genoux lorsque sa maîtresse était là, à toujours regarder le sol et jamais la maîtresse. Et plusieurs fois, pendant qu'il prenait son bain, il crut avoir vu sa maîtresse avec d'autres esclaves autour du château. Il remarqua à quel point elle était dure avec eux et ne put s'empêcher de penser que cela pourrait être lui un jour. Mais pourtant les choses restèrent plutôt paisibles entre eux jusqu'au matin.

"Eh bien, maintenant, par où dois-je commencer avec toi ce matin ? Cela fait quelques jours, je pense que ton entraînement devrait commencer maintenant, n'est-ce pas ?" Lui dit-elle avec un sourire narquois sur le visage.
"Où que vous vouliez ma dame." Il lui répondit d'une voix basse et tremblante.
"Où tu veux."
"C'est ce que je pensais que tu allais dire. Maintenant viens m'habiller, j'ai beaucoup de choses à faire aujourd'hui." Il lui obéit aussitôt, il courut à ses côtés et commença à l'habiller maladroitement, cela lui prit quelques essais mais elle resta néanmoins patiente avec lui. Il a ensuite commencé à enfiler lentement sa culotte, puis son corset, ce qui était sans aucun doute son plus grand défi. Ses mains tremblaient tellement qu'il la laissa tomber plusieurs fois avant de réussir à la remettre correctement. Et pourtant, elle restait patiente avec lui, ne se mettant jamais en colère, elle lui souriait simplement.
"Qu'est-ce que ma dame aimerait porter aujourd'hui ?" » demanda-t-il d'une voix toujours tremblante.
"Pourquoi trembles-tu mon animal de compagnie ? As-tu peur de moi ?" Elle passa ses doigts dans ses cheveux.
"Non ma dame." Il répondit mais elle savait qu'il lui mentait. "Tu sais que je n'aime pas te demander ces choses deux fois, réponds-moi honnêtement cette fois. Et nous verrons comment réduire ta punition." Elle plaça sa main sous son menton et la souleva pour pouvoir regarder dans ses yeux violets.
"Oui ma dame, j'ai peur de toi." Il essayait de lui arracher la tête.
"Mais pourquoi ? Pourquoi me crains-tu ? Je ne t'ai donné aucune raison de me craindre. Je n'ai rien fait d'autre que de t'aimer et de prendre soin de toi ?" Elle lâcha sa tête et se tourna vers la porte de la chambre.
"S'il vous plaît, pardonnez-moi ma dame, je ne voulais pas manquer de respect. C'est juste que..."

"C'est quoi ?" Elle a perdu la tête.
"Je t'ai vu avec d'autres esclaves et je ne peux m'empêcher de penser que tu vas bientôt me faire la même chose. Tu es tellement plus dur avec eux que moi. Et je suppose que je me sens en quelque sorte tant pis pour eux. » Lui dit-il, puis il commença à s'éloigner d'elle de peur qu'elle ne se retourne et ne le frappe. "Viens à moi ! La personne que tu as vue n'était pas moi mais ma sœur." » Elle a dit d'une manière qu'il n'a pas reconnue. Mais malgré cela, il fit ce qu'elle lui disait et se précipita à ses côtés, la tête baissée, de sorte qu'il regardait le sol.
"Oui madame." Dit-il doucement. Elle se retourna pour lui faire face et plaça à nouveau sa douce main sous son menton.
" N'as-tu jamais peur de moi, mon animal de compagnie ? Cela me tuerait le plus sachant que tu me crains. Tu es différent des autres, tu es à moi et à moi seulement. Contrairement à eux qui appartiennent à tout le monde ici. Maintenant, finis de m'habiller et partons. Je suis déjà en retard et tu devras être puni. Maintenant, va me chercher ma robe préférée et finis de m'habiller. Il fit ce qu'elle disait et se précipita rapidement vers son placard, y attrapa sa robe préférée et finit de l'habiller.
"Maintenant, retourne dans le placard et prends-moi le collier et la laisse accrochés à la porte." Il hésita un peu cette fois avant d'aller saisir ce qu'elle lui avait demandé. Il le lui rapporta et les lui plaça dans la main.
"Bien maintenant, je souhaite que tu sois à quatre pattes comme un chien." Dit-elle en souriant en plaçant le collier autour de son cou.

C'était un métal lourd, peut-être du fer. Et il y avait plusieurs petites pointes barbelées qui en sortaient, de sorte que s'il essayait de l'enlever, il serait gravement coupé. Elle a ensuite attaché la laisse à son collier et, d'un violent coup de remorqueur, elle l'a tiré au sol. Elle ouvrit ensuite la porte et sortit de sa chambre. "VIENS!" » demanda-t-elle d'une voix un peu plus dure que ce qu'il avait l'habitude d'entendre de sa part. Mais il n'en fit pas moins ce qu'on lui disait et la suivit gracieusement à quatre pattes dans la grande salle.
"Maintenant, halete pour moi comme le font les bons toutous." Il hésita de nouveau jusqu'à ce qu'il la sente tirer à nouveau sur la laisse et commença à haleter. Il pouvait voir un léger sourire apparaître sur son visage et cela lui plaisait un peu. Après plusieurs minutes de marche, ils atteignirent finalement les appartements de la Reine.
"Ouvre-moi cette porte, salope inutile." » demanda-t-elle et avec une autre traction violente, elle le remit sur ses pieds. Ses genoux étaient rouges et enflés à cause de la dure marche défoncée. Mais avec un sourire, il lui obéit et ouvrit les portes. "Mère." Il l'entendit dire.
"Je suis de retour avec un nouvel animal de compagnie."
'Animal de compagnie?' Il pensait.
"Je vois ma chérie me l'amener." » dit la reine à sa fille d'un ton dur et féroce.
"Viens maintenant et quoi que tu fasses, ne lève pas les yeux." Lui murmura-t-elle. Mais pourquoi devrait-elle s'en soucier, il pensait qu'elle allait le punir à nouveau de toute façon. Était-ce parce qu'elle souhaitait être la seule à le punir ?
"Ah oui, il est beau, n'est-ce pas Devania ?" Alors c'était son nom ? Elle ne le lui avait jamais dit.
"Bien sûr qu'il est mère. Tu m'as appris à ne jamais me contenter de quoi que ce soit, mais." C'est alors qu'il remarqua que c'était maintenant sa voix qui tremblait. Pour quelle raison devait-elle avoir peur de sa propre mère ? » se demanda-t-il. Mais il ne la regarda pas une fois qu'il garda la tête et les yeux baissés vers le sol.
"Rapprochez-le pour que je puisse l'examiner plus en détail." Il entendit la reine dire.
"Maintenant, maman, est-ce vraiment...?" Avant qu'elle ait pu finir, la reine s'est levée, s'est dirigée vers Devania et l'a giflée au visage.
"Tu oses m'interroger ?" Dit-elle avec colère.
"Non, bien sûr que non, j'espérais juste que tu ferais confiance à mon jugement." Sa voix tremblait, ses yeux se remplissaient de larmes. La reine se dirigea alors vers le garçon tenu en laisse et lui releva la tête avec sa main. Pour qu'il puisse la voir maintenant, elle avait l'air de n'être pas beaucoup plus âgée que Devania elle-même. Mais cela n'était pas possible. "Eh bien, on dirait que tu as très bien réussi cette fois. Il est vraiment très beau et il a l'air très fort aussi. Mais comment est son sexe ?"
Le garçon ne put s'empêcher de rougir à cette question et Devania non plus.
« Tu veux dire que tu ne le sais pas encore ? Eh bien dans ce cas, je devrai l'essayer à moins que… »

"Il est très bon." Il entendit la princesse dire.
"Peut-être même le meilleur. C'est pourquoi je souhaite le garder pour moi." Elle claqua des doigts et il tomba instantanément à quatre pattes. Pourquoi a-t-elle fait ça ? Pourquoi a-t-elle menti pour lui ? "Et comme vous pouvez le constater, il est également très obéissant. Il a encore besoin de travail, bien sûr, mais il a appris très vite." Elle le regarda et sourit un peu.
"Eh bien, tu peux le garder. Je n'éprouve aucun plaisir à toucher de la viande avariée." Il ne comprenait pas ce que la reine voulait dire par là et il n'allait pas le demander.

"Merci mère." Dit-elle en faisant un petit sourire aux femmes.
"Sortez de ma vue avant que je change d'avis." La reine se retourna et retourna vers son trône.
"Viens mon animal de compagnie et cette fois marche devant moi pour que je puisse te regarder." Il fit ce qu'elle voulait et marcha devant elle, la tête baissée, mais il se retrouva souriant et réfléchissant pendant tout le chemin vers ses appartements.
"Viens à moi mon animal de compagnie." Il l'entendit dire à voix basse et il fit ce qu'elle lui demandait et se dirigea vers elle.
"Se lever." Dit-elle.
Et sans hésitation, il se leva à côté d'elle, regardant toujours le sol.
"Emmène-moi là où je dois aller." En plaçant une main sur sa tête.
"Ma dame." Dit-il en posant doucement une main sur son côté.
"Je vais bien, mon animal de compagnie. Fais simplement ce qu'on te dit." Elle posa sa main sur la sienne et la serra fermement. Il lui serra la main et la souleva rapidement.
"Où est la destination de mes dames ?" Il lui a demandé. Il se retrouvait maintenant incapable de regarder ailleurs que vers elle. Ses lèvres rouges roses, ses yeux bleu cristal brillants pétillants vers lui, ses seins rose tendre implorant d'être libérés de son corset serré.
"Ramène-moi à mes cambers, je souhaite me reposer un instant." Il la ramena rapidement dans ses appartements et la déposa doucement sur son lit, puis se remit à quatre pattes.
"S'il vous plaît, je n'ai donné aucun ordre." Dit-elle doucement. "Maintenant, va verrouiller ma porte, je souhaite que personne ne me dérange pendant les prochaines heures." Il hocha la tête et fit ce qu'on lui disait de faire.
"Maintenant, viens t'allonger avec moi." Il se glissa dans le lit avec elle et elle posa sa tête sur sa poitrine et s'endormit profondément. Il restait éveillé, jouant avec ses cheveux et la regardant dormir.
"Comme tu es belle quand tu dors." Murmura-t-il doucement.

Plusieurs heures s'étaient écoulées et elle dormait toujours profondément. Il devenait un peu inquiet à l'idée qu'elle se demande s'il devait ou non la réveiller ou continuer à la laisser dormir. Quand soudain, il y eut une grande agitation devant les portes de sa chambre qui la fit sauter du lit, voler vers les portes et les ouvrir. À un serviteur poursuivant une jeune femme aux longs cheveux roux, à la peau pâle et aux yeux vert émeraude. Les plus beaux yeux qu'il ait jamais vu.
"Que puis-je demander, ce qui se passe ici et qui vient de me réveiller de mon sommeil ?" » demanda-t-elle.
"Pardonnez-moi ma dame, je m'occupais d'un esclave en fuite qui est devenu incontrôlable." Il attrapa la jeune fille par les cheveux et la traîna dans le long couloir.
"Attendez ! À qui appartient-elle ?" » Il l'entendit demander avec un peu d'inquiétude dans la voix.
"Elle appartient à Son Altesse votre frère, ma dame. La dame aimerait-elle rencontrer le nouveau jouet du prince ?" » dit le serviteur avec un sourire.
"Amène-la et laisse-moi la voir." Il obéit immédiatement et ramena la femme vers dame Devania et la força à se mettre à genoux à ses pieds.
"Comment t'appelles-tu esclave de mon frère ?" La jeune femme ne répondit pas.
"Je t'ai posé une question, ne m'oblige pas à te la poser à nouveau, esclave. Ou je ferai en sorte que les punitions de mon frère semblent agréables." La jeune femme la regarda, les larmes aux yeux.
"Vous ne pouvez rien me faire de pire que mon maître ne l'ait déjà fait." Ses larmes commencèrent à couler sur son visage.
"Que voulez-vous dire par cet enfant ? Qu'a fait mon frère ? Il connaît les lois, aucun d'eux ne doit être blessé."

"Oui et bien chère sœur, je n'ai jamais été du genre à très bien suivre les lois. Et ce que je fais avec mes jouets ne te concerne pas, ils m'appartiennent pas à toi. Tu t'inquiètes juste pour ton propre petit jouet là-bas." C'est la première fois qu'il voit son frère. C'était un très bel homme, grand, avec des cheveux blancs comme la lune et des yeux bleus comme l'océan. Jamais, au cours de toutes ses années, il n'avait vu quelque chose de pareil auparavant.
"Qu'as-tu fait à ce pauvre enfant ? Tu le sais mieux." Lui dit-elle avec colère.
"Oui, eh bien, ce sont mes affaires, pas les vôtres, venez me voir tout de suite." Et à la surprise des dames, elle obéit assez rapidement.
"Tu as été une petite esclave très coquine." Lui dit-il, puis saisissant quelque chose de sa hanche, il la frappa avec, l'assommant presque.
"Qu'a-t-elle fait pour justifier une telle punition, frère ?" Lui demanda-t-elle fermement.
"Ce ne sont pas tes affaires. Eh bien, c'est un beau garçon, sœurette, tu devras me laisser essayer lui un de ces jours." Il rit puis attrapa la femme par les cheveux et l'entraîna dans le couloir jusqu'à une pièce sur la gauche.
« Que va-t-il lui arriver, ma dame ? » demanda-t-il timidement. "Eh bien, pour être honnête, mon animal de compagnie, je ne sais tout simplement pas. Venez, nous avons beaucoup à faire, il y a beaucoup à voir." Elle se détourna de lui et commença à marcher dans le couloir.
"Puis-je avoir au moins quelques vêtements ?" » Marmonna-t-il sans penser qu'elle pouvait l'entendre.
"Eh bien, tu es courageux, n'est-ce pas ? J'aime ça et non, tu ne peux pas, tu dois être nu à tout moment, est-ce compris ?" Elle s'arrêta et attendit qu'il lui réponde.
"Oui ma dame. Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?"

"Vous savez que vous posez énormément de questions, nous allons dans la grande salle où vous serez présenté au reste de la famille royale dans ce château. Et ne regardez en aucun cas une autre femelle, sinon ma punition pour vous ne sera pas." sois agréable. Je suis très jaloux et tu es à moi. Il hocha la tête et la suivit tranquillement jusqu'au couloir. Là, assis à côté de la reine se trouvait le prince, son méchant frère, à quel point il détestait cet homme pour avoir traité cette pauvre femme de cette façon. Et pourtant, il n'arrivait pas à se remettre de la rapidité avec laquelle elle continuait à lui obéir. Que se passait-il ici ? Et ce garçon qu'il avait vu quelques nuits auparavant, qu'avait-il fait pour mériter de tels abus ? Est-ce que les mêmes choses lui arriveraient vraiment ? Pourquoi l'a-t-il empêché de lui plaire hier soir ? Sa tête était remplie de ces questions et elle devait le savoir car il sentit sa main sur son dos.
"Détends-toi, toutes tes questions recevront une réponse à temps, mon animal de compagnie." Ils sont entrés dans la pièce et sont passés devant toutes les tables où il y avait des gens qui dînaient et riaient, de la musique jouait et les gens dansaient sur le sol. Mais il ne pouvait s'empêcher d'avoir l'impression que dès qu'il passait devant lui, le monde entier s'arrêtait, comme si tout le monde le regardait.
"Pourquoi me regardent-ils tous ma dame ?" Il haleta légèrement. « Détendez-vous, ils admirent simplement ce que j'ai, ils le feront souvent. Et quand ils viendront vous examiner, restez là et souriez, comprenez-vous ? »

"Oui madame." Il resta près d'elle alors qu'ils continuaient à traverser la pièce.
"Eh bien, chère sœur, c'est bon de te voir ce soir. Comment te sens-tu après ta sieste, j'espère que ça va mieux ?" Une autre voix a dit, mais ce n’était pas la même voix que plus tôt dans la soirée, c’était une autre voix de femme.
"Leandra, comment vas-tu ma petite sœur?" Une femme mesurant environ 1,70 m s'est précipitée dans la pièce et a serré sa sœur dans ses bras. Elle ressemblait presque exactement à sa sœur, seulement un peu plus jeune et avec des cheveux roux au lieu de noirs, cela aurait-il pu être la femme dont il parlait ? Mais tout aussi beau.
"Et qui est-ce?" » Demanda-t-elle doucement en le regardant partout.
"Il est à moi, chère sœur." Devania répondit rapidement.
"Eh bien, j'ai pensé que cette sœur, quel est son nom ?" Elle passa doucement sa main sur son ventre. "C'est Dryden, ma dame." Dit-il avec un sourire.
"Eh bien, il ne se comporte pas très bien maintenant, n'est-ce pas ? Ne fais-tu pas un assez bon travail pour l'entraîner, chère sœur, ou dois-je prendre le relais pour toi ?" Cette voix, il savait que c'était son frère.

"Non, cher frère, je pense que je peux gérer ça tout seul, merci." Puis elle le regarda avec un tel regard qu'il tomba immédiatement au sol à ses pieds.
"Vous voyez, il va bien. Il est encore nouveau, il va lui falloir un certain temps pour s'adapter, tout ira bien." Elle commença alors à faire courir ses silhouettes dans ses cheveux.
"Oui, il le fera." Murmura dame Leandra.
"Vraiment petite sœur, alors dis-moi pourquoi ton animal n'est-il pas dur comme il est censé l'être ? L'as-tu déjà dressé, ma chère et douce sœur ?" Il commença alors à marcher vers elle. La pièce devint silencieuse pour qu'ils puissent entendre tout ce qui se passait.
"Elle m'a dit plus tôt dans la journée qu'elle l'avait déjà fait. Est-ce que tu m'as menti, mon enfant ?" » dit la reine d'un ton agressif.
"Non, maman, bien sûr, non, je l'ai déjà brisé, c'est juste qu'il est encore très nouveau et je n'ai pas eu beaucoup de temps pour l'entraîner après l'avoir eu. Nous avons dû partir précipitamment, tu le sais." Expliqua-t-elle calmement.
"Oui, c'est vrai, mon fils, laisse-la tranquille, elle aura deux semaines pour entraîner ce garçon. Et à la fin de ces deux semaines, s'il n'est pas complètement formé, il t'appartiendra, mon fils. Suis-je clair Devania ?"

"Oui mère." Elle baissa la tête devant sa mère et baissa les yeux sur le garçon nu à ses pieds.
"Y a-t-il quelqu'un ici qui souhaite jeter un coup d'œil à mon nouvel animal de compagnie ?" La pièce entière commença à rugir alors que les gens affluaient autour du jeune garçon, le poussant et lui tirant les cheveux. Pincer ses tétons et tripoter son pénis, ce qui rend la vue difficile à tous. Et c'était un spectacle d'en voir les neuf pouces et demi. Et il est resté assis là comme on lui avait demandé de le faire et a laissé cela se produire. Il ne pouvait s'empêcher de penser que, d'une certaine manière, il préférerait être de retour en prison maintenant. Au moins là-bas, il était autorisé à porter des vêtements et pouvait se défendre contre de telles attaques. Après environ une demi-heure, ils ont recommencé à s'asseoir une fois de plus et à poursuivre leurs conversations comme si elles n'avaient jamais été arrêtées, et elle l'a simplement regardé en souriant, à quel point elle était belle quand elle souriait.
"Et si on commençait vraiment cette leçon d'entraînement, d'accord ?" Dit l'horrible prince en tenant haut son gobelet d'argent en l'air. Et toute la foule applaudissait et attendait la réponse de la princesse.

"Très bien, que l'entraînement commence." Elle s'éloigna ensuite de lui et s'assit de l'autre côté de sa mère. Il entendit alors une forte cloche sonner alors qu'un grand groupe de jeunes femmes et hommes nus entraient dans la pièce avec des pichets de vin et des assiettes avec plus de nourriture sur eux. Enlever les assiettes vidées et réapprovisionner la table et les verres.
"Je vais te montrer les ficelles du métier, ne t'inquiète pas, mon amour." Il entendit une femme lui dire alors qu'elle l'attrapait par le bras et le traînait jusqu'aux comptoirs où étaient assis les pichets.
"Tiens, prends ça et va remplir ces gobelets sur cette table là-bas, dépêche-toi avant qu'une des autres filles ne l'obtienne en premier." Et avec une grâce incroyable que personne n'avait jamais vue auparavant, il se précipita vers la table et y remplit les gobelets avec suffisamment de précaution pour ne pas en renverser une goutte, même s'ils jouaient avec son pénis et lui pinçaient à nouveau les tétons.
"C'est une belle créature." Il a entendu un homme dire.
"Oui, en effet, là où elle l'a trouvé, cela me dépasse, il ne sera pas difficile à entraîner, pas du tout." Dit une autre femme.
"Ah oui, mais si le prince réussit, il le possédera d'ici la fin de ces deux semaines, il suffit de regarder." Il entendit une autre femme plus âgée dire. Ses mains commencèrent à trembler de colère à l'idée que le prince le possédât et qu'il laissa tomber le pichet de vin. Mais heureusement, j’ai pu l’attraper avant qu’il ne touche le sol. « Où as-tu appris à bouger comme ça ? Un homme lui a demandé.

"C'est bon mon garçon, tu peux répondre à ma question." Avant de le faire, il regarda Lady Devania qui hocha la tête en signe d'approbation.
"J'étais un voleur, monseigneur, et il faut avoir les mains rapides quand on est un voleur." Dryden baissa alors les yeux et remplit la tasse du gentleman.
"Eh bien, je suppose. Et où est-ce que la dame t'a emmené, mon garçon ?" Il la regarda de nouveau et elle hocha de nouveau la tête en signe d'approbation.
"Elle m'a sauvé de la potence, monseigneur. Sans cette femme à qui je dois maintenant la vie, je serais mort." La pièce redevint silencieuse.
"Et quel était ton crime, mon cher garçon ?" Il a demandé.
"Eh bien, monsieur, je volais de la nourriture pour ma famille parce que la récolte ne s'est pas si bien déroulée cette année, comme vous le savez peut-être, et j'ai été arrêté. Les soldats qui m'ont arrêté ont tué ma femme et mes deux enfants devant moi, puis m'ont jeté dans une cage pour être pendue le jour même où Lady Devania est venue à mon aide. L'homme était à court de mots, il se contentait de regarder Dryden.
"Je suis désolé d'apprendre cela, mon cher garçon." Il entendit la reine dire. Puis Dryden sentit à nouveau le doux contact de sa maîtresse sur le bas de son dos.
"Viens, je crois que c'est suffisant pour une nuit." Elle le reconduisit dans ses appartements où il passerait la nuit.
"Déshabillez-moi mon animal et dépêchez-vous, je suis fatigué et je souhaite me reposer."

"Oui madame." Il obéit alors et la déshabilla en détachant sa robe et en la laissant tomber sur le sol puis son corset puis sa culotte jusqu'à ce qu'elle se tienne à nouveau devant lui aussi nue que lui.
"Tu dois être fatigué du jour où les événements ont refusé la couverture pour moi et puis viens me rejoindre." Il fit ce qu'on lui avait dit, il baissa la couverture pour elle et la regarda monter dans le lit, ses seins se balançant librement d'un côté à l'autre et il ne put s'empêcher de les regarder.
"Eh bien, on dirait que quelqu'un apprécie que je sois nue." Elle avait raison, il était encore une fois dur comme de la pierre. Quelque chose n'allait pas, cela ne faisait même pas un an depuis la mort de sa famille, il ne devrait pas tellement vouloir cet étranger. Il ne devrait pas avoir ces sentiments pour elle et vouloir que chaque centimètre d'elle la sente contre lui, qu'il soit en elle, tout en lui au plus profond d'elle.

"Viens te coucher mon animal. Demain va être encore pire car c'est à ce moment-là que le véritable entraînement commence." Il la rejoignit dans son lit mais ne s'endormit pas, il resta éveillé un long moment en réfléchissant et en la regardant dormir sur sa poitrine en passant ses doigts dans ses beaux cheveux. Jusqu'à ce que finalement il s'assoupisse en rêvant de sa famille, de sa femme et de ses deux filles, comment elles lui disaient que tout allait bien. Qu'ils étaient d'accord pour ne pas avoir peur de se laisser à nouveau heureux. Il se réveilla ensuite en sursaut pour trouver Dame Devania toujours profondément endormie dans ses bras, puis il décida qu'il devait être audacieux. Il la fit rouler loin de lui, la réveillant agressivement, grimpa sur elle et s'enfonça brutalement profondément en elle.
"C'est déplacé, tu sais, n'est-ce pas ?" Elle haleta.
"Alors punis-moi pour ça."

Lui répondit-il alors qu'il s'enfonçait plus profondément en elle, ses hanches se soulevant et se pressant contre lui.
"Je pensais que tu avais dit que nous ne pouvions pas faire ça, mon animal de compagnie ?"
"J'ai changé d'avis." Il a souri.
"Oui, et bien, je n'ai pas dit que tu pouvais, n'est-ce pas ?" Elle l'a ensuite poussé hors d'elle et a attrapé la pagaie cloutée qui se trouvait à côté du lit. "Et à quoi ça sert ?" Ses yeux s'écarquillèrent.
"C'est ta punition, mon animal de compagnie." Et sans un autre mot, elle lui donna une forte claque sur les fesses. Il recula un peu et la regarda.
"Penche-toi sur le lit et ne bouge pas jusqu'à ce que je te le dise." Elle a aboyé et il a fait ce qu'elle a dit, il s'est penché sur le lit alors que coup après coup le frappait de plus en plus fort, les claques devenaient, il pouvait sentir la chair sur ses fesses commencer à gonfler et à brûler sa chair, il essayait de ne pas crier. Au lieu de cela, il se retrouva fermement accroché aux couvertures du lit, les poings serrés. Une fois qu'elle eut fini, elle reposa la pagaie sur le sol et s'appuya contre son corps cambré au-dessus du lit, sa chatte frottant doucement contre ses fesses douloureuses.
"Il y aura des punitions pires à venir si jamais tu outrepasses les règles comme ça, est-ce que je suis clair ?" » Lui dit-elle froidement, puis elle fouilla dans un petit sac sous le lit et en sortit une petite lanière de cuir qu'elle plaça autour de son pénis dur puis la resserra de manière à donner l'impression que la circulation était coupée.
"Tu vas dormir avec ça pour le rappel de la nuit, est-ce que je suis clair ?"

"Oui madame." Il a répondu.
"Bien maintenant, dors un peu, ton entraînement commence dans quelques heures." Elle s'est ensuite retournée du côté le plus éloigné du lit et s'est rendormie. Il n'a pas dormi du reste de la nuit, tout ce à quoi il pouvait penser était cet anneau autour de sa queue qui empêchait son érection de disparaître et ce qu'il avait essayé de lui faire. Il devait se rattraper, mais il ne savait pas encore comment.


Finalement, le matin arriva et Devania se retourna, bâilla et s'étira, le pénis de Dryden toujours dur et aspirant à nouveau à sa chaleur.
"Tu n'as pas dormi ? Tu ne seras pas très bon aujourd'hui si tu n'as pas dormi." Elle a ensuite saisi la lanière de cuir autour de son pénis et l'a retirée.
"Maintenant, tant que tu peux continuer comme ça toute la journée d'aujourd'hui, tout ira bien." Elle sortit ensuite du lit et se dirigea vers son placard. "Viens, tu dois apprendre à me laver correctement aujourd'hui. Ce sera ta première leçon de la journée. Et si tu fais du bon travail, je te récompenserai. Maintenant, va chercher un bol d'eau tiède et un vêtement humide et soyez rapide. » Il se précipita pour faire ce qu'elle lui avait demandé, essayant toujours de trouver un moyen de se rattraper pour ses actes de la nuit dernière. Il revint rapidement avec les objets qu'elle avait demandés.
"Nous voici ma dame." Lui dit-il doucement. Puis placez le bol à côté d'elle sur le support. "Maintenant, prends ce vêtement et lave-moi."

"Oui madame." Il répondit rapidement puis, sortant le vêtement de l'eau tiède, il commença lentement à la laver en prenant son temps pour mémoriser chaque courbe de son merveilleux parfum. Tout en elle était parfait pour lui.
"Tu me voulais vraiment hier soir, n'est-ce pas ?" Elle rougit en disant cela. "Je ne peux pas l'expliquer ma dame, j'ai ce désir douloureux pour vous qui ne disparaîtra pas." Il la frôla doucement avec son pénis dur.
"Il ne veut que toi maintenant, ma dame." Il lui murmura à l'oreille puis l'embrassa doucement. "Oui, et bien, cela ne change toujours pas le fait que tu n'étais vraiment pas à ta place la nuit dernière et que tu n'avais aucun commandement." Il l'a ensuite plaquée contre le mur et l'a embrassée profondément.
« Au diable les ordres et tu peux me punir autant que tu veux pour avoir dit ça mais je veux que tu me laisses t'avoir. Il l'embrassa à nouveau pour la retrouver embrasser cette fois ses bras autour de sa taille le rapprochant d'elle, il pouvait sentir sa chaleur contre lui. Comment il la voulait ainsi. Puis avant qu'il ne le sache, une petite bague en cuir était à nouveau autour de lui.

"Vous avez le courage de mon petit animal, je dirai que pour vous. Et peut-être un de ces jours, je vais vous céder et vous laisser me dominer mais pour l'instant vous l'obtenez quand je dis. Maintenant, finissez de me laver, vous avez beaucoup à apprendre Aujourd'hui, si vous souhaitez rester le mien. Ou je pourrais simplement vous donner à mon frère maintenant et nous sauver les deux. " Il la maintenait fermement dans ses bras, puis une fois de plus, t'embrassa doucement doucement.
"Je m'excuse ma dame. C'est juste ça." Elle plaça un doigt sur sa bouche.
"Je sais que ça va, tu peux me rattraper en devenant le meilleur animal de compagnie de cet endroit." Il hocha la tête et finit de la baigner, puis de remettre le vestiaire dans le bol, il se dirigea vers le placard.
"Et quelle est votre tenue pour le jour aujourd'hui ma dame?"
"Je vais vous laisser choisir celui-ci mon animal de compagnie et bien choisir."









Chapitre deux
La formation de l'esclave

Et choisissez bien, il l'a fait et la princesse était très satisfaite de son choix et l'a récompensé avec plusieurs minuscules baisers sur tout le visage et le cou.
"Viens, il est temps que votre véritable formation commence." Elle lui dit froidement. Elle l'a ensuite placé dans des chaînes en cuir sur ses mains et ses chevilles qui ne lui permettaient de se déplacer que sur ses mains et ses genoux.
"Que va-t-il m'arriver?" Il la regarda et lui a demandé.
"Eh bien, ce n'est pas une question qu'un esclave devrait se poser maintenant? Vous devez attendre vos punitions avec impatience ce qui va se passer ensuite. Suis-je clair?" Elle l'a ensuite frappé sur le visage juste assez fort pour attirer son attention.
"Oui madame." Il lui répondit en arrière.
"Bien maintenant, rampez devant moi pour que je puisse vous admirer en chemin." Elle a ensuite placé un cuir un peu étroitement dans sa bouche et a attaché un ensemble de rênes, a attrapé une récolte et l'a frappé dans les fesses avec. Il a hésité à bouger au début jusqu'à ce qu'elle le frappe à nouveau, puis il était si désireux de l'avenir devant elle. "Vous devrez me dire pourquoi vous étiez vraiment en prison un de ces jours mon animal de compagnie." Il n'a pas osé essayer de la regarder en arrière, il a juste gardé la tête baissée et a rampé en avant.
"Dirigez-vous vers tout le monde que vous êtes fier d'être mon esclave." Alors qu'elle secouait les rênes en arrière en vous cambrant la tête haute. Ils ont marché pendant très longtemps autour du château à l'intérieur et à l'extérieur alors que tous ceux qui se sont arrêtés pour regarder et admirer son nouveau jouet. Il pouvait entendre des gens chuchoter et lui siffler comme dans la ville et dans la salle à manger devant la reine. C'était presque comme si elle le faisait exprès en essayant de le montrer. Jusqu'à ce qu'il voie le bel homme qui était son frère debout devant eux une fois de plus.

"Eh bien maintenant, n'est-ce pas délicieux? J'ai vraiment hâte de le goûter." Dit-il et sa voix a fait l'obturateur Dryden.
"Oui, malheureusement, cher frère, tu n'auras pas la chance qu'il soit à moi et seulement à moi. Alors laissez-le être." Elle a commencé à caresser le sommet de sa tête.
"Eh bien maintenant, nous ne sommes pas confiants la petite sœur, vous perdrez ce défi et il sera à moi et quand il sera, je vous ferai regarder chaque petite chose que je lui ferai." Il se pencha ensuite levant un peu plus la tête et embrassa sa bouche là où le morceau était doucement.

"Jusqu'à ce que nous nous revoyions, mon délicieux." Il se redressa ensuite se moquer de sa sœur et s'éloigna.
"Ne craignez pas mon animal de compagnie, il ne vous aura jamais tant que vous le faites comme vous vous ditz que vous serez à moi comprendre? Ce salaud qui pense-t-il qu'il touche ce qui est le mien?" Elle s'agenouilla ensuite devant lui et embrassa son front.
"Viens nous avons encore beaucoup à faire aujourd'hui maintenant ça va être un peu effrayant pour toi au début je serai là avec toi pour la plupart mais pas tous. Il y a quelque chose que tu dois apprendre à faire avec moi ". Elle l'a ensuite frappé à nouveau avec la récolte, mais cette fois, cela ne le dérangeait pas, il était heureux d'être frappé par elle. «Même si son frère. Il s'est retrouvé à réfléchir. Il ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi il semblait toujours concurrencer avec elle. Enfin, après un certain temps, ils ont atteint un grand Colisée rempli de nombreux autres esclaves comme lui-même. L'homme et les femmes sont tous enchaînés comme il était sur les mains et les genoux incapables de se lever. Les gradins étaient remplis d'autres seigneurs et dames regardant les événements rire, parler, applaudir et boire.

Il s'est arrêté rapidement sur ses propres traces et la princesse ne remarquant pas cela trébuché sur lui mais a pu se rattraper. "Que pensez-vous que vous faites, je ne vous ai pas donné d'ordre pour m'arrêter!" Elle a ensuite levé la récolte et a commencé à le frapper violemment avec. Elle ne lui avait pas encore fait ça auparavant et il ne pouvait même pas penser. Il a essayé de s'enfuir mais a été retiré par les rênes toujours attachées à son morceau. Elle a retiré cela avec une si grande force qu'il est tombé sur le sol en atterrissant sur son ventre. Elle se dirigea ensuite vers lui plaçant un pied sur son dos et convoqua pour qu'une pagaie lui soit apportée tout de suite. Il pouvait entendre la foule applaudir et se moquer de lui. Un autre esclave lui a ensuite donné une grande pagaie en cuir avec de petits goujons de vol. Elle a ensuite retiré sa main en arrière et l'a frappé sur les fesses et les cuisses avec elle très fort. Il ne pouvait pas s'empêcher de crier de douleur, ses yeux se remplissaient rapidement de larmes. Jamais dans sa vie, il n'avait jamais ressenti autant de douleur auparavant. Même la mort de sa famille n'était rien comparée à cela. Il l'a ensuite senti la frapper plus fort cette fois en frapper un peu plus bas sur lui qu'auparavant.

Celui-ci l'a fait essayer de s'échapper à nouveau, mais elle l'a simplement tiré en arrière et l'a frappé encore plus fort qu'auparavant. Cette fois, balayant la pagaie sur ses testacies. Il est tombé et n'a pas bougé après cela alors qu'elle continuait à le battre de plus en plus en plus en plus de chaque Swat.
"Encouragez-le et apprenez-lui ce que signifie être un véritable esclave. Je serai dans mes chambres quand vous en aurez fini avec lui." Elle jeta ensuite la pagaie sur le sol à côté de lui et s'éloigna. Quelques instants plus tard, il se sentait enlevé du sol et jeté par-dessus l'épaule de quelqu'un et se dirigeait vers une autre partie de cette énorme arène. Il a ensuite été jeté violemment contre une grande dalle de marbre et enchaîné. Ses mains au-dessus de sa tête ses jambes aussi éloignées qu'elles iraient, le bit retiré et un bâillon en cuir a été mis à sa place. Puis un pli aveugle en cuir a suivi.
"Eh bien maintenant, les garçons, il semble que nous ayons nous-mêmes un autre jouet pour s'entraîner." Cette voix qu'il n'a pas reconnue. À quel point il se sentait stupide de s'arrêter devant elle comme ça à quoi pensait-il? Pensait-il même? Tout ce qu'il savait, c'est qu'il voulait être dans ses bras en s'excusant de toute façon qu'il le pouvait. Pas ici enchaîné et impuissant à ce mur.
"Eh bien, on dirait que vous l'avez vraiment fait cette fois maintenant, n'est-ce pas?" Cette voix, il savait que c'était la même voix qui l'avait fait fermer si plus tôt.
"Tu seras à moi assez tôt. Je savais que tu ne pouvais pas être formé, c'est bien même si j'ai assez d'esclaves, tu seras mon jouet sexuel. Je n'ai pas eu le plaisir d'en avoir un depuis longtemps. Don. Je ne me trompe pas, j'ai vu beaucoup de beaux hommes, mais aucun d'entre eux n'attrape mon attention, aucun d'entre eux n'a ce feu que j'ai cherché. Mais vous, vous êtes un bonhard et j'aime que vous ayez ce feu qui Je cherchais. " Le prince a ensuite retiré son pli aveugle et le bâillon de sa bouche. "Mais mon seigneur ta sœur a dit pour que nous le former." Un jeune homme déguisé en agriculteur lui a dit.
"Oui bien ma sœur n'est pas ici maintenant, n'est-ce pas? Elle ne doit rien savoir de ce qui se passe, je suis compris ou ce sera toi ici à sa place." Le garçon secoua la tête en accord avec le prince s'inclina et s'éloigna.
"Voyez-vous le pouvoir que j'ai la peur que je frappe?
Dryden se retrouva profondément dans les yeux bleu profond des princes.
"Non mon seigneur. Je ne le suis pas." Il a répondu.
"Eh bien, nous devrons changer cela maintenant, n'est-ce pas? Laissez-moi vous poser une autre question. Craignez-vous ma sœur?" Pliant ses mains derrière son dos et se déplaçant d'avant en arrière devant Dryden. "Oui je suis, j'ai très peur de ma dame. Mais je l'admire tellement et elle me manque. Je me sens horrible de la déranger autant que moi pour me mettre dans cette position."

"Croyez-moi, elle n'est pas celle dont vous avez besoin pour avoir peur de moi. Je pourrais vous faire bien pire en ce moment qu'elle ne pourrait jamais faire. Je vous crois maintenant qu'à ce stade." Il se dirigea vers lui et plaça sa main sur son pénis.
"Ça fait mal, non?" Passer sa main de haut en bas en douceur. "Oui mais je suis prêt à attendre ma dame." Le prince a alors cessé de le caresser et de le regarder.
"Tu veux dire que tu n'as pas encore de relations sexuelles avec ma sœur? Eh bien, c'est une belle journée."
"Vraiment et pourquoi?" Demanda Dryden.
"Parce que cela signifie qu'elle a menti à ma mère quand elle a dit qu'elle vous avait cassé dans ce qui m'apporte un pas de plus de vous posséder." Il attrape ensuite à nouveau le pénis de Dryden et commence à le caresser fort et rapidement. Malgré ses efforts, Dryden ne pouvait pas s'empêcher de gémir à haute voix et de devenir dur.
"Très bien maintenant, vous devez être comme ça à tout moment, peu importe ce qu'il faut. Et vous pouvez penser que c'est impossible mais ce n'est pas le cas. Vous vous y habituez après un certain temps. Ma suggestion est d'apprendre à profiter de votre Les punitions les attendent avec impatience. " Juste avant que Dryden ne soit sur le point de culminer, le prince s'est arrêté et a enlevé sa main.
"Vous ne devez jamais être heureux à moins que vous ne soyez. . Même dans son propre lit car elle regarde ou décide de rejoindre. Vous voyez pendant que vous êtes ici, vous n'êtes rien d'autre qu'un jouet pour nous. Et ce n'est rien de plus et rien de plus, vous ne devez jamais tomber amoureux de votre dame ou Seigneur et ils ne doivent jamais tomber amoureux de leur esclave. Cela ne fait que compliquer les choses. " Pliant ses cheveux derrière son oreille.
"Vous parlez alors de l'expérience alors?" Demanda Dryden calmement.
"Oui je le fais mais ce n'est rien pour toi. Maintenant, tais-toi et écoute-moi et ne parlez pas à moins que cela ne le fasse." Le prince a ensuite frappé son pénis dur. Alors que Dryden cria à la fois dans la douleur et le plaisir.
"Maintenant, je comprends que vous êtes ici à la dame qui vous a pitié. Pourquoi pensez-vous que c'est Dryden?"

"Oui mon seigneur. Et je ne sais pas que je n'ai pas demandé tout ce que je sais, c'est que je suis très plein qu'elle ait fait, sinon je serais mort en ce moment même. Je dois à ma dame ma vie." Il baissa ensuite les yeux alors que la dame lui avait appris à le faire.
"Eh bien, laissez-moi vous dire pourquoi elle l'a fait."
"Oui mon frère, pourquoi ne le dites-vous pas et pendant que vous y êtes, pourquoi ne courez-vous pas et ne fais pas aussi ma mère." C'était Lady Leandra à quel point elle était belle pour lui. En la regardant, il se retrouva à vouloir être encore plus dans ses bras de dames.
"Eh bien maintenant soeur qu'est-ce que tu fais ici?" Il s'approcha d'elle et garda à nouveau ses bras derrière lui.
"Vous là-bas, le garçon le détourne et le place dans mes chambres immédiatement et si la Lady Devania me demande. Dit Leandra.
"Je sauve ce pauvre garçon de toi, c'est ce que je fais." Le garçon se précipita pour que Dryden l'ait déchaîné puis l'a placé sur le sol.
"Viens maintenant garçon immédiatement et hâtez-en." Il a fait ce qu'elle a dit et se précipita à côté de sa tête en regardant le sol.
"Il n'est pas à toi chère sœur. Tu connais la punition pour ça."

"Comme vous êtes-vous frère comme vous. Toucher ce qui ne vous appartient pas et sexuellement d'ailleurs que dirait-ce que la mère dirait à cela?" Elle baissa ensuite Dryden et gifla doucement son cul pour qu'il passe et a commencé à s'éloigner.
"Tu vas bien animal de compagnie?" » demanda-t-elle doucement. Il ne lui a pas répondu tout ce à quoi il pouvait penser était ce que le jeune prince lui avait dit.
"Je t'ai posé une question." Elle a dit à nouveau cette fois le bouchant dans la tête.
"Je suis désolé ma dame, je ne peux pas m'empêcher de penser au jeune prince. Et oui je vais bien." Sa tête pendait toujours bas.
"C'est bien et ne prêtez aucune attention à mon frère, il fera et dira n'importe quoi pour vous retourner contre ma sœur, il vous veut pour vous-même. Et plus je vous regarde, plus je vois pourquoi. Mais vous n'avez pas besoin de vous inquiéter, je l'ai assez de animaux de compagnie pour me tenir occupé, je n'ai aucune utilité pour une de mes sœurs. " Elle a dit avec un peu de rire un peu. "Une de ma dame?" » demanda-t-il doucement.
"Pourquoi oui, bien sûr, elle a des dizaines d'esclaves à sa disposition, vous ne le saviez pas? Eh bien, elle a bien tenu de vous. Mais je pense que vous êtes différent pour elle. Je pense qu'elle peut être tombée amoureuse de vous."

"Mais je pensais que c'était interdit ma dame?" Il la regarda ensuite.
"Eh bien maintenant, on dirait que tu es un peu plus éduqué que je ne le pensais. Regardez, ce n'est pas interdit qu'il est simplement désapprou moyen d'éviter d'être vu par les autres. " Elle l'a ensuite conduit à l'extérieur du château et dans une longue promenade dans la roseraie où elle s'arrêta et s'assit sur la fontaine d'eau.
"Viens s'agenouiller à mes pieds, je t'apprendrai à être un esclave approprié sans tous ces abus." Il a fait ce qu'on lui a dit qu'il était allé et s'agenouilla près de ses pieds se sentant comme un chiot blessé suppliant le pardon. "Tu n'avais pas besoin de me craindre mon garçon." Elle a ensuite commencé à passer ses doigts dans ses cheveux doucement.
"Aimez-vous ma sœur Dryden?"
"Eh bien, je ne suis pas vraiment sûr que ma dame, je n'ai pas eu le temps de la connaître vraiment."
"Laissez-moi vous demander ceci alors vous manquez-vous en ce moment esclave?"

"Oui plus que vous ne le savez." Il soupira.
"Alors vous êtes amoureux d'elle. Vous commencez à vous casser, ce que vous devez faire si vous allez survivre ici. Vous devez vous attendre à vos punitions. Parce que vous obéissez ou non, vous serez toujours punis. Soit par la pagaie ou la sangle de bite ou même simplement pour faire plaisir à votre dame et être resté désagréable pendant des jours à la fois. Vous devez apprendre à contrôler tout cela. Comme pour le moment, vous vous faites mal et vous aimeriez rien de plus que d'être heureux vous-même . Et je parie que si je devais jouer avec toi maintenant tu éclaterais. Ai-je raison? " Il n'a pas répondu verbalement, il hocha la tête.
"Bien alors vous serez satisfait et vous apprendrez ensuite à redevenir dur presque instantanément ou être puni pour cela." Leandra l'a ensuite tiré sur ses genoux et a commencé à caresser lentement son pénis dur au début. Ses mains douces se sentaient tellement incroyables pour lui.

"Allez-y, tu sais que tu veux le laisser partir." Elle lui murmura à l'oreille. Et sur cela, il s'est laissé libérer dans sa main. "Bon garçon maintenant, reviens à nouveau maintenant." Elle a continué à jouer avec sa bite mouillée le caressant durement et vite jusqu'à ce qu'il soit à nouveau dur et toujours mal pour plus.
"Bon garçon que vous apprenez rapidement. Maintenant, vous devez rester comme ça. Maintenant, vous ne ressentirez plus de soulage Retour à votre mur. " Elle se leva ensuite rincer sa main dans la fontaine et a commencé à marcher devant lui. Il l'a rapidement rattrapée sur ses mains et ses genoux et a commencé à marcher devant elle sa tête baissée.
"Très bien, je suis déjà satisfait de vous, il y a encore de l'espoir pour vous." Quand ils sont retournés à l'arène Lady Devania les attendait là-bas.
"Sœur quel plaisir." Leandra gloussa doucement.
"Pourquoi n'est-il pas là où je lui ai mis sœur?" Elle a dit avec colère et il n'a pas osé la chercher à la place, il s'est précipité à ses côtés et s'est agenouillé avant qu'elle ne plaçait son fond gonflé dans les airs.
"Eh bien maintenant, ce n'est pas une surprise très bonne. Mais cela ne change rien pour vous."

"Viens maintenant sœur soyez facile avec lui, il essaie après tout qu'il n'essaie que de s'excuser pour ses actions plus tôt dans la journée." Dit Leandra. "Oui bien je ne vous ai pas demandé de m'impliquer." Répliqua-t-elle. "Ma dame puisse-je parler?" Demanda Dryden effrayé.
"Qu'est-ce que c'est?" Elle a aboyé.
"Si ce n'était pas pour la Lady Leandra qui sait ce que votre frère aurait pu me faire." Il a ensuite embrassé ses pieds
"Quoi?" Elle le regarda confus.
"Il dit la sœur de vérité que j'ai vue moi-même. Il essayait de le retourner contre vous et l'a même touché sexuellement." A déclaré Lady Leandra. "Vraiment maintenant, je vais traiter avec mon frère le remettre là où je l'avais jusqu'à ce que je le convoque." Avant qu'ils ne puissent venir le récupérer, Devania a recommencé à tousser et s'est encore une fois évanoui en tombant dans les bras d'attente de Dryden.
"Amenez-la dans ses chambres, j'enverrai un médecin immédiatement." Dit Lady Leandra se précipitant vers le château.

Dryden a ramené Lady Devania dans ses chambres avec deux autres esclaves le guidant. Ils ont ouvert la porte de ses chambres et il l'a placée dans le lit en remarquant doucement du sang sur sa lèvre, il l'a essuyée rapidement, il s'assit ensuite à côté d'elle et passa ses doigts dans ses cheveux. Caresser doucement son visage vers ses seins sortant de la robe qu'il avait choisie pour aujourd'hui. "Pourquoi es-tu si malade ma dame?" Elle a alors commencé à transpirer lourdement.
"Où diable est ce putain de docteur? Accrochez-vous là mon aide d'amour sera bientôt là."
"Oui bien alors elle revient." Il a entendu son frère dire derrière lui et il n'a même pas pensé à ses prochaines actions ou aux conséquences derrière eux, il s'est levé de son lit se retourna et a frappé le jeune prince dans la bouche en le faisant sortir. Il a été rapidement saisi par les Princes Guards mis en état d'arrestation et amené au donjon où il a été enchaîné au mur de la cellule de la prison.

"Eh bien, comment cela ressentait-il Darien?" Dit Lady Leandra en riant.
"Elle est ici docteur." Le médecin est ensuite entré dans sa chambre et a fermé la porte derrière lui. Plusieurs instants plus tard, Darien a commencé à venir.
"Ce petit salaud attend de lui mettre la main sur lui."
"Tu ne le toucheras pas. Tu le méritais probablement quand même." Elle lui sourit.
"Oui, ce n'est pas le point qu'il a frappé un royal et s'il le faisait. Cela ne peut pas rester impuni." Dit-il avec colère.
"Ce ne sera pas non plus Devania s'en occupera comme elle le verra bien quand elle se sent mieux en ce moment, elle a besoin de lui pour être là pour elle quand elle se réveille", elle regarde l'un des gardes et des mouvements pour qu'il aille et Dryden. Il a fait ce qu'on lui a dit et est retourné au donjon pour trouver l'un des autres gardes jouant avec lui.
"Eh bien maintenant, tu n'es pas audacieux de frapper un royal." Le garde lui a dit.
"Oui bien il le méritait." Drynden a répondu.
"Oui bien, qu'il ait fait ou non, vous étiez toujours hors ligne et je suis sûr que vous serez sévèrement puni pour cela. Mais pour savoir que vous avez besoin de ses dames." Il l'a ensuite déchaîné du mur et l'a ramené par son pénis en arrière dans les chambres de Lady Devonian. Quelques instants plus tard, le médecin est sorti de Dryden et secoua la tête. Dryden s'est ensuite précipité dans la pièce pour être à ses côtés.
"Qu'est-ce qui ne va pas avec son Dr?" Demanda Leandra.
"Eh bien, en toute honnêteté, ma dame, je ne sais pas, je n'ai jamais rien vu de tel auparavant dans toutes mes longues années d'être un Dr ..." lui dit-il.
"Eh bien, que devons-nous faire pour elle?" Demanda Darien.
"Comme si vous vous souciez de ce qui arrive à son Darien." Caussa leandra. "C'est ma sœur aussi bien sûr que je m'en soucie."

"Eh bien, elle est très faible et doit rester au lit pour les prochains jours si possible? Plus elle se repost, elle sera mieux qu'elle sera."
"Oui bien tu ne connais pas notre sœur, il n'y a aucun moyen qu'elle soit disposée à rester au lit pendant aussi longtemps."
"Es-tu sûr de ça?" Le Dr a demandé.
"Pas à moins que Dryden ne puisse lui parler. Cela signifie qu'il devra être à ses côtés à tout moment pour les prochains jours. Ce qui signifie que sa formation doit attendre." Murmura Leandra.
"Eh bien, c'est mal que je l'appréciais dans l'arène impuissant."
"Vous avez de la chance qu'il ne soit pas là pour vous entendre ou il vous frappera probablement à nouveau." Elle ricana.
"Oui, il a de la chance de ne pas le tuer pour ça."
"Oui bien, alors il semble que je n'ai plus besoin ici de faire une bonne journée à vous, je serai de retour pour la vérifier dans quelques jours." Le Dr a dit puis s'est retourné et s'est éloigné. Lady Leandra a ensuite ouvert la porte des chambres du Dévonien pour voir Dryden sur ses genoux à côté de son lit en priant pour qu'elle soit épargnée. Elle ferma ensuite la porte se dirigea vers lui et plaça une main sur son épaule.
"Elle ira bien, elle est forte, elle passera à travers ça." Elle a dit en essayant de ne pas pleurer.
"J'ai déjà vu ça dans mon village et ça ne finit jamais. Elle est tout ce que j'ai maintenant. " Il a ensuite placé sa tête sur son lit et a commencé à pleurer.

"Ne t'inquiète pas mon animal, je ne vais pas encore." Il l'a entendue dire. "Ma dame." Dit-il alors qu'il s'assit ensuite sur le lit et la tenait fermement. Sanglotant dans ses cheveux longs.
"Où tu m'inquiéchais pour moi mon animal de compagnie?" Elle lui a demandé.
"Bien sûr que j'étais que nous étions tous."
"Oui, nous étions tous même Darien un peu inquiets. Mais il y a un problème que je dois porter à votre attention chère sœur. Votre petit animal de compagnie ici a frappé votre frère pour la raison dehors." Elle regarda Dryden.
"Est-ce le vrai Dryden?" Elle a eu du mal à dire.
"Ne vous inquiétez pas maintenant, je vais tout expliquer quand vous allez bien. Il y a aussi quelques autres choses que je souhaite vous parler également." Il a ensuite embrassé son front et s'est allongé sur le sol à côté de son lit.
"Nous allons discuter de ce Leandra plus tard me quitte maintenant me reposer." Lui dit-elle doucement.
"Oui bien sûr chère sœur tu vas bien, nous parlerons plus tard." Elle a répondu en retour puis l'a laissée se reposer.
"Eh bien, qu'est-ce qui doit être fait avec le petit salaud?"
"Ils vont en discuter quand elle se sent mieux et plus forte pour le faire face à sa manière. Viens maintenant frère, ils dormaient tous les deux." Elle s'éloigna ensuite en laissant Darien devant sa porte. Il se tenait là pendant plusieurs minutes en le regardant juste avant qu'il ne s'éloigne enfin de couler de son nez et de sa lèvre.

"Dryden vient à moi." Il l'a entendue chuchoter.
"Oui ma dame qu'est-ce que c'est?" Demanda-t-il en se précipitant à ses côtés. «Viens et coucher avec moi, je me faisais-moi savoir que je suis en sécurité et que tu ne laisseras jamais rien m'arriver. Elle a ensuite placé sa main dans la sienne et l'a tenue fermement.
"Jamais ma dame je ne laisserai rien t'arriver." Il serra la main en arrière puis rampa dans le lit à côté d'elle. "Tu ne devrais pas dormir dans ces vêtements que ma dame comme moi pour que je la déshabille?" Demanda-t-il en lui souriant. Elle leva ensuite les yeux vers lui sourit en arrière et hocha la tête. De là, il se déshabille en retirant sa robe puis son corset, sa culotte et ses bas. De sorte que quand il a fini, elle était aussi nue que lui. "Comment te sens-tu?"
"Mieux vaut en fait merci encore d'être là pour moi. Pas seulement avec ça mais aussi mon frère. Oui, je le sais, j'étais éveillé pendant un court instant plus tôt. Mais vous devrez toujours être puni pour cela et pas seulement par Moi. Mais par lui maintenant aussi.

"Oui ma dame mais ça valait toute la punition que je vais recevoir. Comme vous." Il l'embrasse doucement.
"Eh bien, nous remettons alors à votre formation. Les gardes viennent le prendre, il est mes frères maintenant jusqu'à ce que je souhaite le retrouver." Ils sont immédiatement entrés dans la pièce et l'éloignaient d'elle avant de pouvoir lui dire

Articles similaires

Le Coven Partie 1 - Reed_ (1)

Roseau AIDEZ-MOI QUELQU'UN AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAÎT !!! cria une jeune femme alors qu'elle était entraînée par la porte d'entrée par un Jackson souriant. Il la tenait par le cou de son col alors que tout le monde dans la zone de type bar riait et souriait à la pitoyable femme. Elle était attirante, avec des cheveux blonds teints coupés en un bob désordonné et d'immenses yeux bruns. Elle portait une sorte d'uniforme, mais il était tellement déchiré que personne ne pouvait distinguer avec certitude ce qu'il lisait. Elle a paniqué, regardant tout le monde dans la pièce, espérant que quelqu'un...

796 Des vues

Likes 0

L'histoire de Laura (pour les femmes)

L'histoire de Laura Mon nom est Laura. Je travaille dans ce cabinet d'avocats depuis 6 mois maintenant. Je suis un employé de bureau de base, je réponds au téléphone et j'effectue des travaux de bureau légers. C'est un travail facile, puisque je vais à l'université 2 soirs par semaine. Ma meilleure amie de travail est Lissette, c'est une femme portoricaine mariée âgée d'environ 40 ans. C'est tellement amusant de parler avec elle. Elle est tellement sauvage et adore parler de sexe ! Je pense qu'elle pense que je suis trop innocent puisque je viens d'une famille très religieuse. Parfois, je me...

855 Des vues

Likes 0

Le monde caché du monde sorcier, livre:1 ch:2 retour au bain

L'histoire est écrite par mon ami et moi, actuellement nous essayons de faire un meilleur travail de relecture, mais nous recherchons toujours quelqu'un pour nous aider. Les 2 prochains chapitres après cela auront plus de personnages de la série, n'hésitez pas à suggérer des relations ou des fétiches que vous aimeriez voir. Retour au bain Hermione s'assit en cours de potions, sa culotte manquait toujours, quelqu'un l'avait prise dans la bibliothèque. Le cours commença et Harry lui demanda si elle allait bien. « Oui, je vais bien, juste un peu secoué. Quelque chose est arrivé? Non, j'ai juste couché avec un...

3.7K Des vues

Likes 0

Faire jouir notre fille

Faire jouir notre fille Histoire #100 …..Je suis Lynn, j'ai les mêmes envies que ma mère. Maman (Dee Dee), frère Ken et moi-même avons tous ce truc et aimons nous sentir bien. Nous l'avons nommé en plaisantant Feel-itis. Cela nous a tous amenés à avoir des relations sexuelles les uns avec les autres. …..Maintenant, j'avais une fille Vicky. J'ai décidé de ne pas sentir Vicky grandir pour qu'elle puisse se développer à sa manière. Son anniversaire aujourd'hui signifiait qu'elle avait l'âge légal maintenant. C'était dur de lutter contre l'envie que j'avais de sentir son corps. Elle avait déjà un corps chaud...

3.1K Des vues

Likes 0

Changer les réalités (Partie 3)

Salut les gars et les filles! C'est Chase. Vous savez, la personne dont parle cette histoire. Je sais ce que vous pensez - Cela ne peut pas être réel. Eh bien, laissez-moi vous assurer que c'est absolument le cas. Je ne peux pas vous le prouver, à moins que nous ne nous rencontrions un jour et même alors, je devrais vous redire toute l'affaire. C'est quelque chose que je ne suis pas très susceptible de faire car toute exposition de qui et de ce que je suis pourrait conduire à ma capture par quelqu'un souhaitant me transformer en une sorte de...

1.8K Des vues

Likes 0

Aller de l'avant - Chapitre 3

Passer à autre chose chapitre 3 Le temps semblait figé. Le regard de choc et d'horreur sur le visage d'Evelyn était juxtaposé aux restes humides de mon sperme sur ses joues et son menton. Ma bite est tombée de ma main et j'ai eu l'impression que ma tête bougeait dans la mélasse alors qu'elle se tournait lentement vers l'entrée de la salle de bain. On dirait que vous avez fait beaucoup de choses tous les deux, dit nonchalamment M. Clark avec un léger sourire, regardant autour de la salle de bain comme s'il cherchait d'autres membres de notre petite fête. Je...

1.2K Des vues

Likes 0

Mon amour japonais partie 9

My Japanese Love Part 9: Les malheurs d'Alicia Dans les jours qui ont suivi, j'ai commencé à imaginer ce que serait mon enfant. C'est bon de savoir que dans tout le chaos qui s'est produit dans ma vie, il en est sorti du bien. Akira et moi sommes follement amoureux et nous allons avoir un bébé. Nous avons dit à ses parents qui étaient extrêmement heureux pour nous, mais comme nos vies ont changé pour le bien, Alicia a changé pour le mal. Alors que je fais des travaux de jardinage, je remarque qu'Alicia met en place une pancarte de vente...

1K Des vues

Likes 0

BAISE MES MEILLEURS AMIS SOEUR DE 17 ANS PENDANT LA SOMMEIL

Je m'appelle Alex et j'ai 15 ans. C'est une histoire qui m'est arrivée le week-end dernier. C'était une nuit de week-end normale, des amis et moi buvions chez mon meilleur ami Jared. Ses parents avaient emmené sa petite sœur à Disney land pour le week-end. Sa sœur aînée de 17 ans était toujours à la maison et elle était une bombe blonde 12 sur 10. Elle a des seins de bonnet C parfaitement ronds avec de petits tétons roses. Elle est naturellement bronzée et se rase la chatte. Je sais tout cela parce qu'il y a une semaine, nous nageions dans...

777 Des vues

Likes 0

Retrouver le chemin du retour, parties 5 et 6 sur 6

Partie V Des parties I à IV : Je suis revenu d'Afghanistan, ayant reçu une balle dans l'épaule et ayant subi deux interventions chirurgicales pour la réparer. J'ai quitté l'armée pour aider ma mère qui avait un cancer de la vessie et j'ai rencontré la lycéenne pour qui j'avais eu le béguin. J'ai découvert qu'elle était mère célibataire d'une jeune fille et j'ai essayé de lui demander de sortir, seulement pour qu'elle m'accuse de la traiter comme quelqu'un qui, à mon avis, ne pouvait pas prendre soin d'elle-même et avait besoin d'être sauvé. Elle s'est rendu compte de son erreur...

551 Des vues

Likes 0

Regarder et faire

REGARDER ET FAIRE John sentait qu'il avait fait une très bonne affaire. Lorsqu'il a emménagé dans cet immeuble, il a rencontré et parlé avec le propriétaire, et a convaincu cet homme de le laisser servir de concierge/gardien/gestionnaire résident, faisant tout ce dont l'immeuble avait besoin pour 200 $ par mois de réduction sur le loyer plus les dépenses. Normalement, cela ne prenait que quelques heures par mois de son temps libre, et s'il devait travailler pendant cette journée en semaine, son emploi du temps de technicien de laboratoire dans une entreprise pharmaceutique pouvait être ajusté - la plupart des choses pouvaient...

404 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.