Laissez jouer un Playa

1.1KReport
Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer

Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut.



"Oooohh putain, mmmmm." elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais à quel point quelqu'un le veut jusqu'à ce que vous le lui donniez.

Je m'arrête juste une seconde, "Alors, que penses-tu que ton mari aurait à dire à ce sujet?" Elle presse ma tête encore plus fort dans son vagin. Évidemment, elle n'apprécie pas ma petite blague alors qu'elle est en train de se faire baiser par un collègue pour qui elle a le béguin depuis quelques années.

Avant d'aller plus loin, permettez-moi de vous dire qui je suis. Je m'appelle Charles. Je suis un homme noir à la peau foncée de 6 pieds pesant environ 200 livres. J'ai 25 ans et un peu ce qu'il me convient ; belle poitrine, abdos et grosse bite. 9 pouces pour être exact. Cela complimente mon attitude arrogante. Certains disent que je suis une joueuse mais je préfère me qualifier d'enseignante pour les femmes. C'est pourquoi j'aimais être appelé professeur.

Et cette petite renarde qui grince maintenant ses hanches pendant que je continue de la lécher de haut en bas est ma future ex-collègue, Amber. Elle mesure 5 pieds 7 pouces de longues jambes et de gros seins chauds. Elle a 19 ans et a 34D si je ne me trompe pas. Elle pèse environ 125 livres avec des cheveux bruns foncés jusqu'au milieu du dos. Et ce n'est pas grave mais elle est blanche.

De plus, si vous ne pouviez pas le dire, elle est mariée depuis environ 14 mois maintenant. Marié à un gars, Barry ou Larry ou une merde comme ça, je ne sais pas. Chaque fois qu'elle parle, je me concentre sur ses seins pulpeux. Oh mec, pourquoi a-t-il fallu 3 ans pour que ce moment se produise ? Eh bien, il y a plusieurs règles que je respecte lorsque j'ai une relation sexuelle avec une femme. La première règle est de ne jamais baiser quelqu'un avec qui vous travaillez. Trop de complications avec la jalousie et autres drames comme ça. De plus, j'aime les femmes, mais pas assez pour abandonner mon travail ou mon style de vie.

Mais je m'égare. Maintenant, nous sommes dans les toilettes des femmes dans l'un des étals de la librairie où nous travaillons. Amber prend une pause très relaxante mais je pars aujourd'hui. Juste ici pour récupérer mon chèque, vérifier mon emploi du temps et voir à quel point je peux la faire crier. J'utilise mon pouce pour soulever son capuchon et exposer son clitoris gonflé. Je le lèche et le lèche et le fais tourbillonner avec ma langue pour que je le suce. Et prenant deux doigts avec mon autre main, je les glisse dans sa chatte. Je les regarde disparaître de ma vue alors qu'ils s'enfoncent profondément à l'intérieur. Lentement, je les retire et les repousse rapidement. Ralentissez et rentrez rapidement. Je le fais encore quelques fois avant qu'Amber ne me prenne la main, la porte à son visage et suce les doigts. Elle les travaille comme si elle travaillait une bite. Peu de temps après, elle les remet en elle. Pendant qu'elle le fait, je lève les yeux et vois ses yeux rouler à l'arrière de sa tête. "Ffffffuuuccckkk, hhmmmmm" gémit-elle en essayant de rester silencieuse. Mais j'ai d'autres projets.

En continuant avec le doigt d'Amber, je remarque qu'elle devient de plus en plus humide à la seconde. Quelques jets de son jus coulent le long de mon bras alors que j'enfonce mes doigts de plus en plus profondément. Alors que je sens sa chatte palpiter, elle gémit : "Oh merde, oh merde, oh merde". Je prends alors mon pouce droit, appuie sur son clitoris et le frotte frénétiquement, tandis que mon autre main écarte les lèvres de sa chatte et que ma langue s'aventure à l'intérieur et caresse de haut en bas. Je fais le tour de ma langue, sachant qu'elle est sur le point de jouir. Jusqu'à présent, Amber a été très douée pour se taire. C'était ça. Amber a attrapé ma tête une fois de plus, la forçant à sa chatte fluide. Presque jusqu'à l'étouffement. Elle me broie le visage de manière excessive en se mordant la lèvre et en baissant la tête. "Mmmmmmm, oh merde merde merde."

Alors que je me lève, je la regarde alors qu'elle a la tête baissée, les bras contre les murs de la stalle se tenant debout et essayant de s'empêcher de trembler. Elle lève les yeux et me regarde, "Oh, nous n'avons pas fini. Laisse tomber ce pantalon. C'est ton tour maintenant." Cette fille ici est autre chose. Je me souviens qu'elle avait mentionné qu'avoir un orgasme la rendait encore plus excitée. Je vais peut-être devoir mettre cette petite théorie à l'épreuve.

J'essaie de jouer dur pour obtenir : « Cela me suffit. De plus, vous devez retourner au travail. Je ne veux pas que vous ayez des ennuis le dernier jour. » Alors que j'essaie d'ouvrir la porte de la cabine, Amber attrape ma main et la retire de la poignée.

Elle pousse mon dos avec force contre le mur, met sa main dans mon pantalon, attrape ma bite et me regarde mort dans les yeux. "Nous ne nous arrêterons pas tant que tu ne me baiseras pas avec ta grosse bite noire." Elle procède à décompresser et à le retirer. Je peux l'entendre haleter à sa vue. Je ne sais pas si c'est à cause de la longueur ou de la circonférence. Alors que je regarde son regard étonné, je peux voir ses lèvres trembler et sa bouche saliver alors qu'elle s'agenouille devant ma bite. Elle prend ses deux mains et les enroule autour, utilisant une main pour le tenir et l'autre pour le caresser légèrement. Amber passe ses doigts du dessous de la bite à la base et remonte à nouveau. Elle dirige ensuite la bite vers sa bouche toujours en attente et pose la tête sur sa langue. Ses lèvres avancent maintenant jusqu'à la pointe également. Alors que l'attention de sa bouche est concentrée sur la tête, elle commence à caresser ma bite avec ses deux mains.

« Je ne veux vraiment pas que tu aies des problèmes avec ton mari. Je mens, je la teste juste. Ambre ne s'arrête pas du tout. Elle me regarde et lève les yeux au ciel. Elle libère alors une de ses mains de ma bite et déboutonne son chemisier et expose un très joli soutien-gorge noir avec une bordure à volants roses. De là, elle retire ses deux seins, les libérant et me montrant ses mamelons brun clair dans toute leur splendeur. Puis elle abaisse sa main sous sa jupe, jusqu'à sa chatte et commence à se doigter. Elle commence lentement et profondément; en utilisant trois doigts à la fois. Cette fille est un monstre et une bonne à ça. Habituellement, je me fais sucer la bite, je peux la prendre ou la laisser. Mais cette fille a dû aller à l'université de Sucking Dick. La façon dont elle fait tourner sa langue. Mec, elle est bonne. Je n'ai rencontré qu'une autre femme qui est meilleure que celle-ci. Alors que sa tête continue de bouger d'avant en arrière, les pas de masturbation d'Amber augmentent. Le bruit de ses doigts attaquant sa chatte humide résonne dans les toilettes.

"Mmhhmm, mmhhhhmm, mmmm". Ses gémissements étouffés sont comme de la musique à mes oreilles. Je commence à croire que cette fille n'a pas de réflexe nauséeux. Elle semble absorber la plupart de moi comme si c'était un autre jour au parc. Alors que je la regarde, je vois un mélange de salive et de sperme s'échapper des coins de sa bouche. Coulant simultanément le long de la base de ma bite et de son menton. Elle me regarde avec un regard diabolique dans les yeux. « Comment aimez-vous ça ? Ça fait du bien, n'est-ce pas ? » dit-elle en essayant d'obtenir une sorte d'approbation d'un bon travail. Mais je ne dis rien et lui permets de continuer. Ambre travaille ma bite frénétiquement. Comme s'il n'y avait qu'elle et moi qui existions et que la seule façon de repeupler l'humanité était de sucer ma bite jusqu'à ce qu'elle soit assez dure pour souffler une charge à l'intérieur d'elle. Amber accélère ses efforts à la fois en suçant ma bite et en travaillant sa chatte. Il semble qu'il y ait une compétition entre sa bouche et sa chatte pour voir lequel des deux peut faire le plus de bruit. Avec tous les sons qui clapotent, la chatte est en train de gagner.

Amber retire sa bouche et utilise la main qu'elle vient d'avoir au fond d'elle-même pour lubrifier davantage ma bite. Et de l'autre main elle attrape mes couilles. Me laissant entendre que je lui appartiens. Elle se met à les masser doucement. Maintenant, elle utilise sa bouche pour embrasser sur et autour de ma hampe. Faire avec. Caressant ma bite avec sa main et sa langue. De temps en temps, elle reprend la longueur de ma bite dans sa bouche. Assurez-vous qu'il reste humide. Amber se lève lentement et appuie légèrement ses fines lèvres roses sur le côté droit de mon cou. Maintenant, je m'en fous. Oh merde, ça fait du bien. Mais j'essaie de garder mon calme. Pendant tout ce temps, j'ai retenu mes réactions quant à la qualité de tout ce qu'elle a fait. Elle devient assez dominante dans notre séance de préliminaires. Je vais devoir lui montrer qui dirige vraiment les choses.

Elle me guide maintenant vers les toilettes et me fait m'asseoir avec mon pantalon autour de mes chevilles. « On dirait que tu es prêt pour moi. Je la regarde alors qu'elle commence à se positionner sur moi. « Voyons si je peux emmener ce monstre jusqu'au bout. dit-elle en frottant l'entrée de sa chatte avec ma bite, nous taquinant davantage tous les deux. On pourrait penser avec toute la lubrification ; son jus de chatte et sa salive combinés que j'irais facilement. Mais non, la circonférence de ma bite fait qu'Amber prend son temps pour s'asseoir dessus. "OH MON DIEU!" est son premier gémissement à haute voix alors qu'elle me prend lentement. "Ooooo merde, oh putain." Elle s'agrippe à mes épaules pour se stabiliser. Avec sa tête baissée et ses cheveux couvrant son visage, elle ne peut pas voir le sourire sur mon visage. Oh ouais, elle pensait qu'elle était la merde jusqu'à maintenant.

« Tu vas bien ? Pouvez-vous le gérer ? » Je lui demande d'un air suffisant en la regardant me prendre lentement avec sa tête toujours baissée. Elle fait seulement un signe de tête, regardant sa chatte s'ouvrir de plus en plus à chaque centimètre. La douleur de l'ouvrir comme ça, je peux la sentir la rendre si humide. Cela l'aide en grande partie. Ambre commence enfin à chevaucher ma bite. Je suppose qu'en essayant de mettre le reste à l'intérieur, elle va travailler. Putain ouais ça marche. Plus elle monte et descend ma hampe, plus elle est capable de descendre.

Alors qu'elle jette ses cheveux sur le côté alors qu'elle fait rebondir ma bite de haut en bas. Je place ma main sur ses hanches et l'aide à s'habituer à baiser une grosse bite noire. "Ah ah ah ah!" C'est tout ce qu'Amber peut rassembler à chaque fois que je pénètre sa chatte. Jetant sa tête en arrière avec ses yeux fermés, puis en avant avec nos fronts connectés. Le simple fait d'écouter ses respirations profondes avec ses seins qui s'effondrent et une chatte qui ressemble à un robinet d'eau, rend ma bite encore plus dure. Ça me fait un peu gémir. Je m'assieds et place un de ses seins dans ma bouche et suce fort. Nous avons dépassé les préliminaires. "Oh merde, putain" ça perturbe le putain de rythme d'Amber. Elle ralentit pour profiter de ce que je fais. Après quelques secondes de plus, je mets l'autre dans ma bouche mais je saisis ses fesses et la garde avec force en train de baiser. "Ooohhh..." elle n'arrive même pas à finir ses gémissements. Maintenant, c'est juste une respiration lourde dans mon oreille.

"Uh oh, chut chut" me murmure Amber alors que nous entendons tous les deux le grincement de la porte des toilettes s'ouvrir ainsi qu'une série de pas entrant. Elle arrête de me baiser et attend que la personne parte. J'ai d'autres projets pour elle. Quand ma bite est en toi, il est temps de baiser. Avec mes mains toujours agrippées à ses fesses, je recommence doucement. "Non, non, non" me murmure-t-elle en essayant de me faire arrêter. Elle doit plaisanter. Après trois ans à vouloir attaquer cette chatte, très peu sauront me convaincre de ne pas le faire. Je commence à la baiser plus rapidement et, la bouche bien fermée, elle secoue la tête vers moi. Ambre passe ses bras autour de mon cou et finit par céder à moi. Maintenant, elle me chevauche avec plus de force qu'avant. Je suppose que le danger d'être pris est d'atteindre sa libido. Le ballottement de sa chatte résonne encore dans toutes les toilettes. La personne fait un petit rire perceptible puis sort des toilettes.

Ambre est soulagée d'entendre la personne partir, "Oh baise-moi, baise-moi". À ce stade, elle me chevauche de manière violente. C'est la façon la plus appropriée que je puisse dire. Je peux sentir sa chatte serrer ma bite, ne pas lâcher prise. Essayer de traire ce sentiment pour tout ce qu'il vaut. Je baisse les yeux et vois à quel point elle a trempé ma bite. Et je l'entends respirer et gémir, "Putain, putain, ah, putain". Je l'attrape par la taille et me lève. Pendant que je le fais, elle serre fermement mon cou et ma bite. Je sais qu'elle est sur le point de jouir alors je commence à la baiser comme un animal. "AAHHH, MERDE !" elle ne peut plus du tout contenir ses gémissements maintenant. Alors que je lui enfonce et lui démolis la chatte, il ne me faut pas de temps pour la faire jouir. Je continue à travailler mes hanches avec force. Amber a du mal à s'accrocher à moi alors que son corps tremble et tremble. J'ai mis quelques poussées supplémentaires pour aider son orgasme encore plus loin, avant de la laisser tomber sur le sol. "Aahh" dit-elle alors que je sors ma bite d'elle. Il est évident à quel point sa chatte est sensible en ce moment.

Elle s'appuie contre moi et recommence à caresser ma bite, "Si seulement je savais alors ce que je sais maintenant" me dit-elle. « Whoo, eh bien, je pense que ma pause est terminée. » Amber se penche et m'embrasse dans le cou, "Je suppose que je ferais mieux de retourner au travail maintenant." Elle se penche pour remettre sa culotte et j'en profite pour attaquer. Posant une main sur son cul, je glisse ma bite à l'intérieur. Elle est tellement mouillée que ma bite semble être tirée vers l'intérieur. Maintenant, avec les deux mains sur son cul, je la baise comme je l'avais toujours prévu. Face vers le bas, cul en l'air. Amber se lève en utilisant les toilettes pour se tenir debout. "Oh merde, ah putain, mmmm shiiiit" J'enfonce ma bite au plus profond d'elle. Enfoncer et sortir, aller de plus en plus profondément. Je peux voir ses seins s'effondrer de l'arrière pendant que je lui tape la chatte. Maintenant, il semble qu'elle pourrait me prendre la plupart du temps. Encore une fois, elle met ses doigts dans sa bouche et commence à frotter son clitoris comme une folle. Je sens sa chatte serrer à nouveau ma bite. Comme il le fait, son jus coule le long de ma hampe ainsi que de ses cuisses.

Oh merde, je me sens me rapprocher. « Tu aimes cette merde ? Tu aimes la façon dont je baise ta petite chatte étroite ? » J'essaie de la rendre plus humide avec un peu de coaching vocal. La chatte d'Amber répond automatiquement en palpitant.

"Oh oui, mmmhhhmmm. J'aime ta grosse bite noire dans ma petite chatte serrée." Elle répond très bien. "Tu sens à quel point ton énorme bite m'a rendu mouillé? Oooo, tu remplis tellement ma chatte. Je veux que tu jouisses en moi." Ambre s'y met vraiment. "Baise-moi Charles, baise-moi plus fort, plus fort, oh merde, plus fort. OH MERDE BAISE-MOI!" Une chose qui me touche vraiment, c'est une femme qui parle mal et Amber peut parler. Tout ce discours la fait maintenant jouir à nouveau. "Aaaahhhhhh putain !" elle tremble plus violemment maintenant.

Avec toutes ces paroles cochonnes et son éjaculation une deuxième fois, je jouis, "Merde..." est tout ce que je peux dire alors que mon sperme inonde sa chatte, la remplissant et suintant sur les côtés alors que je continue de la baiser par derrière. J'utilise les murs de la stalle pour me tenir debout alors que mon orgasme touche à sa fin.

"Oooo" Amber gémit alors que je me retire et regarde mon sperme commencer à couler le long de ses jambes. "D'accord, je dois vraiment retourner au travail maintenant." dit-elle en regardant son téléphone portable pour voir l'heure. Je remonte mon pantalon et reprends mes esprits pendant que je la regarde se nettoyer pour retourner au travail. Après que nous soyons tous les deux allés au lavabo et nous sommes lavés, Amber se tourne vers moi et me fait un gros câlin. "Tu vas me manquer."

Alors que je la serre dans mes bras, je lui dis : "Moi aussi. Tu es probablement la fille la plus cool avec qui j'aie jamais travaillé." Alors qu'elle rompt l'étreinte, elle me regarde et lève les yeux au ciel avec incrédulité. "Eh bien, tu as mon numéro alors appelle quand tu veux sortir."

"Ouais c'est ça. Tu veux dire traîner ou encore me foutre la tête ?" dit-elle avec un sourire sinistre se préparant toujours à retourner au travail.

Je lui réponds en disant: "Je ne pense pas que votre mari aimerait trop ça. De plus, je ne veux pas que vous deveniez accro à ma 'grosse bite noire' comme vous le dites."

Elle a haleté avec un air choqué sur son visage et m'a donné un coup de poing à l'épaule, "C'était bien mais ce n'était pas si bien." A ce moment-là, une cliente entre. Elle me regarde, choquée de me voir dans les toilettes pour femmes. Mais cela ne la dérange pas trop car elle utilise quand même les toilettes.

« Oh, je suis désolée, alors vous dites que ces DEUX orgasmes n'étaient pas... » elle mit rapidement sa main sur ma bouche pour arrêter le reste de ma phrase.

"Quoi qu'il en soit, je dois retourner au travail. Envoyez-moi un texto plus tard ?" puis elle sort des toilettes. J'attends quelques secondes avant de suivre pour ne pas éveiller de soupçons.

Je sors des toilettes et me dirige vers l'avant du magasin. Je remarque qu'Amber vérifie maintenant un client et qu'elle ne se rend pas compte de ses boutons égarés sur sa chemise. Cela me fait juste sourire. Alors que je suis sur le point de partir, j'entends quelqu'un m'appeler : « Hé Charles, je ne savais pas que tu étais là. Puis-je te parler une minute ? Je regarde et vois que c'est David, un de mes managers. Je le salue d'un coup de poing. « Je me demandais ce que tu fais plus tard cet après-midi ?

Je sais ce qu'il essaie de demander. Il veut que je vienne travailler pour le quart de soir. Euh, non. Pas dans mes plans. "J'ai des gens qui viennent aujourd'hui Dave. Désolé mec."

Dave est toujours l'optimiste. Même quand il passe une mauvaise journée, il sourit. "Oh, pas de soucis frère. Alors tu fais une fête ? Pourquoi n'ai-je pas été invité ?" Il essaie aussi d'être l'ami de ses employés. Il a des hauts et des bas. Mais je lui dis juste que c'était une affaire de dernière minute avec les gars. "C'est bon mec, peut-être la prochaine fois. Hé, devine ce qui s'est passé aujourd'hui ?"

Alors que David commence l'histoire d'une cliente qui ne porte pas de soutien-gorge, je remarque une jeune fille noire qui m'a l'air très familière. Alors qu'elle se promène dans le magasin. Je la regarde juste pendant qu'elle choisit un livre et regarde la couverture. Mon espionnage a dû lui envoyer un message car elle regarde dans ma direction et à l'expression de son visage, elle sait exactement qui je suis.

« Charlie ? » elle pose le livre et se dirige vers l'endroit où David et moi nous tenons. « Hé Charlie ! elle me fait un câlin très chaleureux et cette fille sent si bon. J'essaie toujours de me rappeler qui elle est, mais ça ne vient pas à moi. David se recule et dit qui est-ce pour moi. Je donne l'expression je ne sais pas avec mon visage. « Comment vas-tu ? Je ne t'ai pas vu depuis des années.

"Je vais bien, je vais bien. Tu sais, je suis venu chercher mon chèque et je suis sur le point d'aller me détendre à la maison." Je peux dire alors qu'elle lève les yeux vers moi, qu'elle mon expression de la voir n'est pas tout à fait honnête.

Elle roule des yeux et met ses mains sur ses hanches, "Je ne peux pas croire que tu ne te souviens pas de moi... Lisa. Ma famille a déménagé il y a sept ans. Tu es sortie avec ma sœur. Je sais que tu te souviens de Diana ." C'est ça, c'est qui est cette fille. Elle est la petite sœur de mon ex-petite amie et peut-être un véritable amour.

"Lisa ! Ouais, je m'en souviens maintenant. Wow girl, tu es devenue si grosse et remplie aux bons endroits." Je peux dire qu'elle est flattée par mes paroles. J'espère rattraper mon oubli. « La dernière fois que je t'ai vu, tu étais un tout petit truc, sans silhouette.

Lisa commence à flirter un peu avec moi, "Eh bien, maintenant j'attire l'attention des gars tout le temps, et je ne semble pas recevoir de plaintes." Elle me fait signe des yeux comme si sa dernière déclaration était une question.

« Ouais, ouais, je ne me plains pas. Putain, ma fille. wow. Alors, comment va ta sœur ? Mariée ? Des enfants ? » J'essaie d'obtenir des informations d'elle pour voir si Diana et moi pouvons recommencer là où nous nous sommes arrêtés.

"Elle est bonne. Pas d'homme et pas de petits rugrats. En fait, elle est supposée venir me rendre visite ce week-end. Alors..." C'était exactement ce que je voulais entendre.

Alors qu'elle sortait son téléphone, elle m'a donné son numéro et je lui ai donné mes informations ; mon portable et mon adresse. « Ouais, alors chaque fois qu'elle vient, passez. Nous pouvons tous nous détendre et nous rattraper. » J'ai regardé l'horloge de mon portable. "Oh merde, je dois y aller." J'ai fait un autre câlin à Lisa. "Merde, c'était bon de te voir. A ce week-end." En partant, j'ai remarqué que j'avais tout oublié de David. Alors que je le regardais, je fis simplement le geste du doigt sur le poignet en disant que je devais y aller.

Je fais signe à Amber alors que je quitte le magasin. « Au revoir Charlie ! elle me crie dessus. Je fais signe à sa chemise avant de partir. Elle baisse les yeux et remarque que son chemisier n'est pas tout à fait droit. Elle se détourne de son client actuel et se répare. Avant de continuer à les vérifier, elle me lance un regard qui ne peut que signifier "Merci beaucoup connard" d'une manière ludique.

À la maison : j'étais tellement pressé parce qu'aujourd'hui c'est mercredi. Et tous les mercredis et vendredis, ma voisine Lani vient me sucer pendant que son mari est au travail. Elle mesure 5 pieds 2 pouces. Asiatique avec des seins 32b. Elle ressemble beaucoup à Maggie Q. Tellement sexy. Elle s'approche, parle de ce que son homme n'aime pas : l'écouter, la sortir, et même la baiser. Maintenant, quand nous avons commencé cela, elle m'a dit dès le début qu'elle ne voulait pas le tromper. Elle voulait juste sucer ma bite. Qui suis-je pour lui dire qu'elle me trompe en me suçant.

Alors que je me gare chez moi, je la vois debout, les bras croisés, me regardant. Je cours jusqu'à la porte, sachant qu'elle a un temps limité pour être ici. Alors que je commence à mettre la clé, elle me dit : "Tu es en retard. On va devoir se dépêcher."

J'ouvre la porte et la laisse entrer en premier. "Eh bien, tu vas devoir me sucer la bite comme si ta vie en dépendait. A moins que tu ne changes d'avis sur la baise." Je ne pouvais même pas fermer la porte complètement avant qu'elle ne commence à baisser mon pantalon et à avaler ma bite. Dos à la porte, je tremble devant sa technique.

Quelques conneries et elle s'arrête, "As-tu baisé quelqu'un aujourd'hui ?" Lani n'attend pas que je réponde, elle continue d'enrouler ses petites lèvres roses autour de mon énorme bite noire. Comme elle est tellement pressée, elle n'a pas le temps de me parler de ce que son homme n'a pas fait. J'aime ça. Peut-être que je devrais être en retard plus souvent. Elle travaille la hampe avec grâce. Elle le lubrifie avec une bonne quantité de salive pendant qu'elle suce et travaille la hampe avec l'une de ses mains. Lani s'arrête à nouveau pour enlever sa chemise et montrer qu'elle n'a pas de soutien-gorge. Cela fait que ma bite s'étend au maximum maintenant. Elle fait aller et venir sa tête en prenant autant de bite que sa petite bouche le lui permet et en même temps elle caresse ses seins toujours aussi guillerets. "Hhhhhhhhmmmmmm" et maintenant elle fredonne avec ma bite dans sa bouche. Cette fille sait ce que j'aime et utilise très bien ses connaissances. Maintenant, elle est la meilleure suceuse que j'aie jamais eue, haut la main.

"Tu es là encore papa ? Tu vas jouir pour maman ?" Oh merde, c'est reparti. Le parler; elle sait comment entrer dans ma tête. Bon sang, j'ai besoin de baiser cette fille. "Allez papa, je veux ton bâton de foutre sur mes seins gaies." Lani continue de caresser ma bite, la serrant plus fort et la caressant plus rapidement. Elle taquine la tête avec sa langue et commence à embrasser de haut en bas la hampe. Je peux me sentir sur le point d'exploser. « Qu'est-ce qui ne va pas papa ? N'ai-je pas été une bonne fille ? Est-ce que je ne mérite pas un cadeau ? Je ne peux rien dire. Mes yeux sont roulés à l'arrière de ma tête et je ne peux rien dire que cette merde soit si bonne. Elle prend ma bite et la frotte sur ses deux mamelons. "Tu sens à quel point papa est dur ? Ils sont prêts pour du sperme chaud ?"

C'est alors qu'on frappe à la porte, mais je suis trop loin pour m'arrêter. "Juste une seconde." Je halet en essayant de ne pas donner l'impression que j'ai la tête en ce moment. Le coup n'arrête pas la progression de Lani. Elle continue de me sucer.

"Maman veut que tu jouisses pour elle." chuchote-t-elle pour que quiconque se trouve à l'extérieur ne puisse pas elle. Mais cela l'a fait. C'est le bouton qui me fait enfin jouir.

"Je jouis, je jouis, je jouis !" Je le vaporise sur toute sa poitrine et un peu sur son menton. Juste à ce moment-là, je remarque que la porte s'ouvre et à ma grande surprise, c'est Lisa avec un air choqué sur le visage.

Et à sa grande surprise, j'arrose une nana asiatique qui est à genoux sans chemise avec mon sperme chaud et collant. Elle halète à la vue. Merde! Comment vais-je expliquer cela ?

Articles similaires

L'enlèvement et la formation de Kitty Partie 2

Pour ceux qui lisent cette histoire qui n'ont pas lu le premier épisode, je m'excuse pour l'introduction de cette partie 2. Cela traîne un peu pour commencer, mais si vous lisez la première partie et que vous commencez la seconde, pensez à comme l'entracte entre deux longs métrages dans une salle de cinéma. :) Les commentaires sur l'introduction ne sont pas nécessaires car je pense que vous trouverez le reste de cette partie de l'histoire assez chaud même pour ceux qui l'aiment là-bas dans Never, Never, Land. Tous les autres commentaires sont plus que bienvenus, en particulier ceux des femmes. PRENDRE...

147 Des vues

Likes 0

Aimer Honorer et Obéir

Le jour où j'ai rencontré cette beauté parfaite, je me devais de l'avoir. Tinya et moi sommes sortis ensemble pendant plusieurs semaines avant même que j'essaye d'avoir des relations sexuelles avec elle. Je ne voulais pas prendre le risque de la rendre folle. J'ai eu la nuit où j'ai décidé de planifier mon déménagement. Le restaurant était très cher. Bonne nourriture et vin. Ambiance merveilleuse. Elle était en retard pour me rencontrer, mais quand elle est arrivée, j'ai tout oublié de son retard. Ses longues jambes de danseuse étaient soulignées par des talons de 5 pouces. Cela la rendait presque aussi...

148 Des vues

Likes 0

Lâchez-moi s'il vous plait

Je l'ai laissé faire. Je l'ai laissé toucher ma bite. Je suppose que j'ai cédé à mes envies de vouloir jouir coûte que coûte même si je n'avais aucun désir pour lui, quelle que soit la personne de mon sexe. Je m'allongeai sur le dos et le laissai faire ce qu'il voulait avec moi. Ce n'est pas comme s'il était un étranger. Il a commencé à me caresser doucement. Des coups longs et doux avec le bout de son doigt de haut en bas sur ma hampe. Il semblait très surréaliste que mon meilleur ami caressait ma bite. Il a remarqué...

127 Des vues

Likes 0

Randonnée

Ma sœur et moi aimions le plein air et avons toujours passé du temps à l'extérieur. Nous avons passé beaucoup de temps à planifier un voyage pour faire de la randonnée dans la forêt et camper quelques nuits. Nous nous sommes préparés pendant plusieurs jours et avons préparé toutes nos affaires. Nous sommes partis tôt le matin et avons marché la majeure partie de la journée, puis nous nous sommes arrêtés et avons déjeuné. Après avoir allumé un feu et déjeuné, nous sommes repartis. Vers 5 heures, nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Je suis allé à la chasse pendant...

879 Des vues

Likes 0

Mon village de MILF

Fbailey numéro d'histoire 776 Mon village de MILF Oncle Charles m'a laissé son immense ferme à la périphérie de la ville. C'était six cent quarante acres ou ce qu'ils appellent une section. Il mesure un mile sur un mile. Mon père m'avait laissé sa section et ils ont rejoint bien sûr. À l'arrière de ma terre se trouvait une falaise abrupte dans un large lit de rivière. Cela rendait le centre arrière presque invisible pour quiconque en dehors de ma propriété. J'avais une petite entreprise qui fabriquait et vendait des maisons préfabriquées. Essentiellement des remorques à double largeur. Lorsque ma sœur...

98 Des vues

Likes 0

Comme un bon voisin - 2

Au cours des deux semaines suivantes, Linda a rendu visite à quelques reprises pour parler et généralement pour s'aider de ma grosse bite de 7 pouces. Le corps sexy de Linda qui se promenait depuis sa cour avait toujours ma bite qui tremblait d'anticipation, car je savais qu'il serait probable qu'elle serait bientôt enterrée dans sa chatte serrée.Cela pourrait arriver que son mari Jeff soit à la maison ou non, bien que généralement quand elle était seul pendant quelques jours. Ils avaient conclu un arrangement entre eux où elle pourrait obtenir la libération sexuelle dont elle avait besoin avec moi, mais...

547 Des vues

Likes 0

Le sexe de Kate

Cette histoire est en partie histoire vraie (les noms ont changé) et en partie fantastique. Vous décidez qui est qui. Kate ne pouvait penser à rien d'autre. Elle voulait du sexe, elle avait besoin de sexe, et jusqu'à ce qu'elle ait des relations sexuelles, elle serait incapable de retrouver sa concentration pour autre chose. Son thérapeute appelle cela l'hypersexualité, apparemment une autre partie de son TOC. Après avoir quitté le travail le samedi et finalement terminé une semaine très peu productive, Kate était prête à trouver ce dont elle avait besoin. Et contrairement à l'avis de son thérapeute, ce n'était pas...

569 Des vues

Likes 0

Mme Baker

Le soleil de l'Oklahoma était intenet de nous brûler, pensais-je, alors que je conduisais dans le garage pour décharger mon équipement de jardin. Tondre les pelouses pour de l'argent supplémentaire n'est généralement pas trop mal à moins que les températures restent supérieures à cent degrés pendant plusieurs jours. C'était le cas en 1980. Je venais juste d'obtenir mon diplôme universitaire et j'étais sur le point de rejoindre le marché du travail en tant que professeur de commerce à Ardmore. Cependant, certains de mes anciens comptes de pelouse avaient appelé et avaient besoin de faire leur chantier, alors j'ai cédé pour les...

345 Des vues

Likes 0

Bobby et Jonnie étaient amoureux

Elle avait dix-sept ans et n'avait encore jamais été embrassée, sauf lorsqu'elle avait rencontré Bobby. Il avait dix-sept ans aussi et, bien qu'il ait été embrassé plusieurs fois par les dames, il n'était jamais arrivé à la deuxième base et encore moins à la troisième ou à la maison. Mais ils étaient amoureux, l'amour des chiots en tout cas, et pour eux, cela durerait pour toujours. Bobby et Jonnie étaient des juniors dans un lycée du Midwest en plein milieu de la campagne, ils savaient donc ce qu'était le sexe. Mais quand il s'agissait de l'expérimenter réellement, aucun d'eux n'avait la...

899 Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

594 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.