Retrouver le chemin du retour, parties 5 et 6 sur 6

843Report
Retrouver le chemin du retour, parties 5 et 6 sur 6

<i> Partie V

Des parties I à IV : Je suis revenu d'Afghanistan, ayant reçu une balle dans l'épaule et ayant subi deux interventions chirurgicales pour la réparer. J'ai quitté l'armée pour aider ma mère qui avait un cancer de la vessie et j'ai rencontré la lycéenne pour qui j'avais eu le béguin. J'ai découvert qu'elle était mère célibataire d'une jeune fille et j'ai essayé de lui demander de sortir, seulement pour qu'elle m'accuse de la traiter comme quelqu'un qui, à mon avis, ne pouvait pas prendre soin d'elle-même et avait besoin d'être sauvé. Elle s'est rendu compte de son erreur et nous sommes sortis ensemble une fois, puis j'ai été invité chez elle, où j'ai rencontré son ex, qui l'avait droguée puis m'a assommé. Après l'incident, Lily dit qu'elle ne me verra plus, mais un soir, elle est arrivée, ivre, et me baise. Quand elle se réveille, elle dit que c'était une erreur et recommence à ne plus me voir. Après quelques semaines d'être ignoré et rejeté par Lily, j'ai demandé à la serveuse Cindy de sortir et elle s'est avérée être une dynamo sexuelle. Après s'être rapproché de Cindy et avoir eu des relations sexuelles merveilleuses, Buck est condamné et sa famille me poursuit, ce qui entraîne la mort de Cindy. </i>

Chapitre 14. Et maintenant ?

1 février 2010

J'ai réussi à passer cette journée, mais à peine. Le lendemain, la police a ramené ma voiture à la maison et a demandé à me parler. Ils m'ont posé des questions sur l'incident et je les ai racontés comme je m'en souvenais. Je ne leur ai pas parlé du flash-back en Afghanistan ou du rêve. Pas de putain de moyen. Ils ont dit qu'il faudrait un certain temps avant que je récupère mon arme. Ils étaient très désolés en me regardant comme si quelque chose n'allait pas avec moi. Ce n'était pas qu'ils semblaient suspects, mais c'était comme s'ils regardaient quelqu'un qui travaillait pour le cirque, la femme à barbe ou un autre monstre du genre. Cela m'a fait réaliser que dans cette région et dans cette ville, aucun d'entre eux n'avait probablement jamais tiré et tué quelqu'un. Je me suis demandé si l'un d'entre eux avait dégainé son arme pendant son service.

J'ai eu des bouffées d'émotion intermittentes pendant les jours suivants et mon sommeil a été interrompu par le moindre bruit. La moindre chose pourrait me mettre en colère et une publicité mièvre pourrait me faire craquer et pleurer. Bref, j'étais un gâchis émotionnel. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser à la façon dont j'avais trouvé quelqu'un avec qui je sentais vraiment que je pouvais passer du temps et qu'elle m'avait été enlevée. Je me demandais s'il y avait quelque chose dans la vie qui allait être juste pour moi quand il s'agissait de relations. J'ai aussi pensé à quel point Cindy était géniale à propos de tout - sexe, traîner, tirer sur le champ de tir, travailler comme serveuse; elle semblait pouvoir profiter de tout dans la vie. Son regard avait déteint sur moi et maintenant elle était partie ; et avec elle ma vision joyeuse. Quand ils l'ont tuée, ils ont aussi tué ça en moi.

J'ai aussi senti que c'était de ma faute. Je savais que je n'étais pas responsable des actions de deux fous, mais si je ne m'étais jamais impliqué avec elle, elle serait en vie. Elle était si amusante, vivante et pleine de promesses et de bonne volonté. Je pense que c'est ce qui m'a fait le plus mal. Elle a toujours eu de bonnes intentions et je ne l'ai jamais entendue dire du mal de qui que ce soit. Elle n'a blâmé personne pour son éducation, sa place dans la vie. Elle vient de vivre. Et elle savait vivre et s'amuser. C'était la chose la plus difficile à prendre.

Il y avait aussi le problème avec la famille de Buck. Ils ne sont pas allés après Lily, ils sont venus après moi. Ils m'ont poursuivi et Cindy s'est mise en travers du chemin et a tué pour ça. Au moins, j'ai tué ces connards.

Je n'ai pas du tout quitté la maison la semaine suivante, sauf pour les funérailles. Il faisait beau jusqu'à environ 10 heures du matin lorsque les nuages ​​sont arrivés. Il est apparu que même Dieu ne voulait pas assister aux funérailles d'une personne si pleine de vie et de joie. Tout le soleil était emporté avec elle. Il a même commencé à pleuvoir juste au moment où nous l'avons couchée, comme si Dieu avait des larmes à verser pour elle. J'ai juste prié pour qu'il y ait un Dieu, car Cindy méritait le meilleur et elle pouvait même égayer sa journée.

Tout le monde était local sauf sa mère. J'ai finalement rencontré sa mère, qui ressemblait exactement à ce à quoi je m'attendais. Elle était un peu trop bronzée, un peu trop flashy et un peu trop de tout dans tous les sens. Elle était le cliché que j'avais toujours vu à la télé et rejeté : divorcée, mais toujours en train de jouer le jeu, vivant dans une petite maison en Floride, et probablement pourchassant un homme ou un autre à chaque instant. Nous n'avons parlé que brièvement. Elle m'a bien regardé. « Ma fille a dit du bien de vous. Je sais aussi que c'est vous qui avez tué ses assassins. Merci."

Que dites-vous de cela ? Je l'ai remerciée et j'ai travaillé pour traverser les funérailles et me réveiller sans être trop émotive. Plus tôt dans la semaine, Rhonda avait mentionné qu'ils voudraient peut-être que je me lève et fasse l'éloge funèbre. J'ai transmis cela et lui ai dit non avec véhémence.

Le pire, c'est quand quelqu'un est venu et a voulu parler de ce qui ressemblait à tuer quelqu'un. Il l'a demandé assez fort pour que plusieurs personnes soient choquées et le regardent presque autant que moi. Si les regards pouvaient tuer, je lui aurais laissé un trou fumant dans le sol. je n'ai pas répondu; Je me suis juste retourné et je suis parti. J'ai quitté la veillée après cela. Je ne voulais rien d'autre à faire avec cette foule et je me sentais toujours responsable.

C'est à la fin de cette semaine que j'ai pensé à quelque chose qui m'a intrigué. Je m'étais apitoyé sur moi-même et m'en voulais de l'avoir fait tuer quand il s'agissait de moi. J'ai appelé l'inspecteur Wilson et j'ai demandé comment les Boyd avaient pu savoir où j'étais et où vivait Cindy. Il regarda ses notes et hésita un instant. "Ils sont passés au café de Lily Johnson et elle leur a dit."

J'étais choqué. J'étais consterné. J'étais faché. Lily leur a-t-elle dit parce qu'elle était en colère contre moi, jalouse de Cindy, quoi ? Elle m'avait accusé d'avoir poursuivi quelqu'un qui travaillait pour elle exprès. Quelle chienne !

Plus j'y pensais, plus je devenais en colère. Elle l'avait fait parce que j'avais tourné la page et qu'elle était jalouse de Cindy. Ça devait être ça. Elle ne pouvait pas supporter le fait que je sois passé à autre chose et elle ne me faisait plus craquer pour elle. Je n'allais pas la laisser s'en tirer comme ça. J'allais lui faire regretter.

Je me suis habillé et j'ai appelé son téléphone fixe. Elle a répondu au téléphone et j'ai raccroché dès qu'elle a répondu, confirmant qu'elle était à la maison. Je ne voulais pas lui parler au téléphone; Je voulais le faire en personne. Je me précipitai vers ma voiture et me dirigeai vers sa maison. Au moment où je suis arrivé là-bas, je m'étais mis dans une rage noire. Je me suis arrêté chez elle, je suis sorti et j'ai claqué la portière de ma voiture. J'allais lui faire payer ça.

J'ai marché jusqu'à la porte d'entrée, et elle s'est ouverte avant que je puisse frapper. Lily se tenait là ; elle devait m'attendre. Elle portait sa robe. Je suis passé juste devant elle et j'ai attendu qu'elle ferme la porte. Je m'arrêtai dans sa tanière et me tournai vers elle. "Vous leur avez dit où nous trouver, n'est-ce pas ?" Je criais et elle tressaillit.

"Oui." Elle a répondu docilement et je pouvais voir de la peur dans ses yeux, mais je pouvais aussi voir quelque chose qui ressemblait à une triste acceptation de ce qu'elle considérait comme sa vie de merde. Je pouvais voir qu'elle avait pleuré, mais rien ne pouvait me détourner de ce que je voulais d'elle.

"Putain de salope jalouse." J'ai avancé sur elle. « Tu ne pouvais pas supporter que Cindy et moi ayons quelque chose de spécial, n'est-ce pas ? Tu étais jaloux que je m'éloigne de toi. Je me tenais maintenant très près d'elle, avançant en criant, lui faisant peur. Elle reculait alors que je me dirigeais vers elle, envahissant son espace personnel. « Il fallait juste leur dire où nous étions, et maintenant elle est morte ! Comment te sens tu à propos de ça?!"

Elle me regarda, les larmes commençant à couler sur son visage, mais je m'en fichais. J'étais dans l'humeur la plus noire que j'aie jamais eue. Je l'avais finalement suffisamment reculée pour qu'elle se cogne les jambes sur le canapé, s'assied et je me tenais au-dessus d'elle. Elle m'a enfin répondu. "Terrible. J'ai adoré Cindy aussi.

« Vous avez aimé Cindy ? Eh bien, vous aviez une putain de façon terrible de le montrer, n'est-ce pas? Vous avez pointé deux hommes armés dans notre direction et vous auriez tout aussi bien pu dire « Allez-y, tuez-les » ! Et puis vous n'avez même pas appelé pour nous avertir ou appelé la police pour qu'ils arrivent avant les Boyd !

Lily se releva péniblement et j'attendis de voir la suite. Je ne pouvais pas me résoudre à la frapper, mais je le voulais vraiment. Je me tenais là avec mes mains serrées à mes côtés, prenant de profondes respirations parce que j'étais tellement énervé.

Elle est passée devant moi et a tiré une ceinture de son jean qu'elle avait accroché au dossier d'une chaise de salle à manger. Je la regardai et me préparai pour un combat. Elle allait se défendre avec la ceinture. J'ai reculé et je me suis préparé.

Au lieu de cela, elle me tendit la ceinture. Quoi? Je l'ai regardé fixement puis je l'ai arraché de sa prise. Elle se retourna et laissa tomber le peignoir, la laissant nue, face à moi. Elle se pencha et posa ses mains sur le canapé et me regarda alors que je fixais sa peau d'albâtre.

"Fouettez-moi. Je le mérite." Elle murmura.

Je n'étais pas sûr d'avoir bien entendu et je l'ai regardée, puis la ceinture dans ma main.

"Fouettez-moi!" Elle m'a crié dessus, les larmes coulant sur son visage. Je suis resté là abasourdi. "Battez-moi jusqu'à ce que vous puissiez me pardonner!" Elle se retourna, baissa la tête et se mit à sangloter. "Peut-être qu'alors je pourrai me pardonner."

Je fixai la ceinture dans ma main et son cul nu. Ma colère est montée à nouveau. "Te pardonner? Tu penses que je pourrais jamais te pardonner ça ? Et puis je l'ai frappée avec la ceinture. Je lui ai laissé l'avoir sur le cul et elle a tressailli et a sauté, mais est revenue à la position. «Je vais te montrer une raclée, espèce de salope sans valeur. Comment as-tu pu dire quoi que ce soit à ces connards sans nous prévenir ?!?! Putain de salope !" Je l'ai frappée encore quelques fois, en criant tout le temps. « Espèce de putain de salope ! Puis j'ai réalisé ce que je faisais et mon cerveau rationnel s'est réveillé.

Je ne me souviens pas exactement combien de fois je l'ai frappée, mais quand elle s'est effondrée contre le canapé et que je me suis arrêté, elle avait plusieurs bandes rouges sur le dos et les fesses et sanglotait de façon incontrôlable. J'étais à bout de souffle à force de crier et de balancer la ceinture. J'ai été surpris par le nombre de rayures que j'ai vues sur son dos. Il devait y avoir au moins 5 fouets durs avec une ceinture en cuir, et j'ai arrêté dès que j'ai réalisé que j'étais hors de contrôle. Ma rage avait diminué maintenant et j'ai regardé les dégâts que j'avais fait et je l'ai immédiatement regretté. Je détestais ce qu'elle avait fait, mais je détestais encore plus ce que j'avais fait. J'avais voulu lui faire du mal, mais c'était trop. J'étais trop fort pour lui balancer une ceinture comme ça. Je jetai la ceinture par terre avec dégoût et me dirigeai vers la porte. Je devais sortir de là. J'ai entendu un bruit et j'ai regardé en arrière et elle s'était effondrée sur le sol. Elle semblait être dans une position inconfortable, alors je me suis approché et je l'ai ramassée et je l'ai allongée sur le canapé. Je l'ai recouverte de sa robe de chambre puis j'ai décidé de partir avant de dire quoi que ce soit d'autre, mais elle a tendu la main et m'a attrapée la main. Je l'ai regardée.

Elle semblait à peine consciente, alors j'ai été surpris de ce qu'elle a dit. « Je suis vraiment désolé, Jon. J'aurais aimé que ce soit moi, mais ils ne m'ont pas menacé, ils ont menacé Lauren. Ils ont dit qu'ils finiraient par la retrouver quoi qu'il arrive. Je suis vraiment désolé." Elle se tourna vers le canapé et sembla juste s'évanouir.

Je l'ai regardée. Merde! Parlez de me saper de ma colère et de ce qui me restait de force ! J'ai failli m'effondrer d'incrédulité. Comment ai-je pu oublier ça ? J'étais tellement déprimée et en colère et égocentrique sur mon propre chagrin que je ne pensais pas assez clairement pour voir qu'ils auraient utilisé sa fille contre elle. Merde! Je l'ai juste battue sans pitié et elle l'a pris parce qu'elle se sentait aussi coupable que moi. Elle aurait pu me le dire avant, mais elle se sentait si mal à cause de la mort de Cindy qu'elle a simplement pris la punition comme son expiation. Ce n'est que lorsque j'ai terminé qu'elle m'a parlé de leur menace.

J'ai regardé son pauvre corps maltraité et j'ai souhaité pouvoir ramper dans un trou. Il n'y avait aucun moyen que je puisse jamais me pardonner d'être un connard aussi égoïste. Je ne lui ai jamais demandé pourquoi; J'ai juste supposé qu'elle l'avait fait pour se venger de moi sur la base de mon propre ego et de mon apitoiement sur moi-même.

Je continuai à la regarder. Je ne pouvais pas la laisser comme ça. C'était trop. J'avais fait trop de dégâts et je me sentais maintenant aussi mal que jamais. Je m'étais emporté de la pire des manières et je m'en suis pris à une jeune femme qui ne faisait que protéger son enfant. Je m'assis sur la chaise à côté du canapé, essayant de comprendre ce que je venais de faire, mais aussi choqué de voir à quel point j'avais été aveugle à la vérité.

Après quelques minutes à la regarder, à reprendre mon souffle, à essayer de comprendre mes actions et à la regarder alors que son corps essayait d'accepter ce que je venais de faire, je me levai et allai dans sa chambre. J'ai retiré les couvertures et je l'ai préparé. Je suis ensuite allé dans la tanière et l'ai soigneusement ramassée. Elle était épuisée et s'est évanouie, mais semblait encore reculer au moindre contact avec l'endroit où je l'avais battue. Merde! J'étais un tel connard.

Je l'ai portée dans son lit et je l'y ai allongée. Je me suis assuré qu'elle était sur le ventre, puis j'ai cherché de la lotion dans l'armoire à pharmacie de sa salle de bain. J'ai fouillé et j'ai trouvé une lotion pour les coups de soleil et j'ai pensé que ce serait bon pour les blessures causées par les coups de ceinture; une raclée que j'avais fait. Quand je suis retourné dans la chambre, j'ai regardé les dégâts et j'ai été choqué par ce que j'avais fait. Je me suis assis sur le lit et j'ai frotté de la lotion sur les marques rouges en colère qui bordaient son dos et ses fesses. Sa peau était pâle et sensible et les marques apparaissaient vivement, avec un gonflement autour d'elles. Elle a gémi plusieurs fois, mais ne s'est pas réveillée. Je ne pouvais pas croire que j'avais blessé quelqu'un comme ça. Je n'avais jamais pensé que je donnerais une ceinture à quelqu'un comme ça, en colère ou pour toute autre raison. J'avais perdu la tête.

Après avoir essayé de soulager ses blessures, je l'ai recouverte d'un simple drap et je suis entrée dans la tanière et j'ai essayé d'appeler ma mère, mais elle n'était pas à la maison et je ne voulais pas appeler son portable.

Je me suis allongé sur le canapé, j'ai allumé la télé et j'ai essayé de regarder quelque chose pour me changer les idées sur ce que je venais de faire. Je ne sais pas pourquoi je restais, mais je me suis dit que je devrais au moins m'assurer qu'elle allait bien quand elle se réveillerait. Avec ma colère épuisée et les derniers jours derrière moi, je me suis endormi.

Quand je me suis réveillé, c'était pour être légèrement secoué. Je suis revenu à moi avec une secousse soudaine et la personne qui me secouait a prononcé un « Oh » surpris. Je m'assis, secouant le sommeil de mes yeux et vis la mère de Lily fermer la porte d'entrée et Lauren debout devant moi.

Lauren n'a rien dit, alors j'ai souri faiblement. "Bonjour, Laurent."

Mme Johnson est venue et m'a regardé avec méfiance. "Êtes-vous d'accord? Que faites-vous ici?"

Je l'ai regardée. "Je vais bien. Je parlais juste à Lily et elle et moi étions tous les deux assez énervés à propos de, tu sais, tout, alors elle est allée se coucher et je suppose que je me suis endormi ici sur le canapé. Quelle heure est-il?"

Elle m'a regardé, essayant de déterminer si c'était vrai. « Il est 17h. Est-ce que Lily va bien ?

Je la fixai, m'efforçant d'avoir l'air innocent, mais sentant qu'elle pouvait voir à travers moi et savait que j'avais battu sa fille. "Je ne sais pas. Cela a été une période difficile pour nous tous.

Mme Johnson semblait accepter cela. « Comment vas-tu, Jon ? Je comprends que vous et Cindy étiez devenus proches.

J'ai pensé à ça. Fermer? Est-ce ce que nous étions devenus ? Fermer? Les amoureux? Plus que ça? Cela avait-il de l'importance maintenant ? "Je vais mieux. Oui, nous étions devenus… assez proches.

Je me suis levé. "J'ai besoin d'utiliser la salle de bains. Je reviens tout de suite." Je me levai et retournai lentement au bain commun. J'ai regardé attentivement pour voir ce que Mme Johnson et Lauren allaient faire et elles sont allées dans la cuisine. Cela m'a permis d'entrer rapidement dans la chambre de Lily et de la surveiller. Je l'ai trouvée encore sur le ventre, couverte d'un drap. Toutes ses blessures étaient cachées. J'ai regardé dans le couloir et la voie était dégagée, alors je me suis précipité dans la salle de bain, j'ai tiré la chasse d'eau et je suis sorti pour aller dans la cuisine.

Mme Johnson vérifiait la cuisine, qui ressemblait à un désordre. "Je peux voir que Lily a pris du retard pour faire la vaisselle." Elle empilait de la vaisselle sale dans l'évier.

"Ouais, je suppose que oui." J'avais besoin de sortir d'ici. "Mme. Johnson, je pense que je vais rentrer chez moi maintenant. Lily dort depuis un moment et je dois rentrer à la maison.

Mme Johnson regarda Lauren. "Lauren, tu n'as pas plus de devoirs à faire ?" Oh-oh. Ça vient. Elle sait quelque chose.

Elle leva les yeux, ce regard suppliant typique était sur son visage; celui que les jeunes enfants reçoivent chaque fois qu'on leur demande s'ils ont des devoirs. "Puis-je regarder la télé d'abord grand-mère?"

Mme Johnson m'a jeté un coup d'œil. "Bien sûr chérie. Poursuivre."

"Merci!" Lauren était debout et hors de là en un éclair.

Mme Johnson m'a dévisagé. « Jon, dis-moi ce qui se passe ici. Lily est bouleversée depuis une semaine par ce qui s'est passé et je sais qu'elle se sent responsable. Je sais aussi que si tu découvrais que c'est elle qui leur a dit où habitait Cindy, tu pourrais être en colère à cause de ça. Elle m'a dit qu'elle se sentait responsable parce qu'elle avait peur d'appeler quelqu'un et de le prévenir après votre départ. Alors que se passe-t-il ici ? Tu es la dernière personne que je m'attendais à voir ici.

Je fixai le sol, mais il n'y avait pas de réponse. J'ai décidé de donner un peu de vérité. "Je me suis mis en colère quand j'ai découvert qu'elle avait dit aux Boyds où vivait Cindy et Lily et moi nous sommes disputés à ce sujet. Je pense que je comprends mieux son point de vue maintenant et elle et moi étions tous les deux épuisés après cela, alors après qu'elle soit allée dans sa chambre, je me suis allongé sur le canapé et je me suis endormi.

Mme Johnson m'a dévisagé, cherchant la vérité sur mon visage. J'étais pétrifié que la vraie vérité soit écrite sur mon front. "D'accord." Elle n'arrêtait pas de me regarder et j'essayais de ne pas lui montrer mon malaise. « Je vais vérifier Lily. Allez-vous rester dans les parages ? »

« Non, je devrais y aller. Je vous verrai plus tard, Mme Johnson.

"Okay au revoir."

J'ai traversé la tanière et j'ai dit au revoir à Lauren et je me suis dirigé vers ma voiture. Je ne pouvais rien faire d'autre qu'espérer que Mme Johnson n'ait pas vu les blessures de Lily et que Lily n'en ait pas parlé. Si elle l'a fait, eh bien – je méritais tout ce que j'avais après ce que j'avais fait.

Quand je suis rentré, ma mère était dans la cuisine en train de préparer le dîner. "Oh super. J'espérais que tu serais à la maison pour le dîner, Jon. Où t'es-tu enfuie ?

"Celui de Lily." Je n'ai pas précisé.

Ma mère se retourna et me dévisagea. « Tu es allé chez Lily ? Comment ça c'est passé?"

Je me suis assis lourdement. "Pas bien."

"Tu veux en parler ?"

"Pas vraiment."

Elle en resta là et elle termina la marmite de soupe qu'elle était en train de préparer et apporta deux bols sur la table. Je me suis levé et j'ai sorti une bière du frigo et nous avons mangé et discuté de tout sauf du seul sujet qui nous préoccupait tous les deux. J'ai terminé quatre bières avec le dîner, puis je me suis effondré sur le canapé avec ma cinquième pendant que ma mère changeait de chaîne. Je n'ai rien vu. Je me demandais ce que j'allais faire à propos de Lily. Je devrais la revoir demain et discuter de ce qui s'était passé pour que nous puissions clarifier l'air. Il était également important pour moi de déterminer dans quel genre de problème j'allais être.

J'ai perdu Cindy la semaine dernière et maintenant j'ai battu Lily pour qu'elle ne veuille plus jamais me revoir. Ma vie était tombée dans un gouffre si profond que je ne pouvais pas voir d'issue. Après assez de bière, je suis finalement tombé dans un sommeil agité.

Chapitre 15 : La merde frappe le ventilateur.

2 février 2010

Je me suis réveillé le lendemain matin en me sentant très mal à cause de la bière que j'avais bue et de Lily. Je me sentais tellement mal que j'avais peur de l'appeler. Plusieurs fois j'ai décroché mon portable, mais à chaque fois je me suis arrêté. Finalement, je me suis nettoyé et j'ai décidé que je devais la voir. J'ai dû faire face à la musique. Une leçon qu'ils nous ont toujours enseignée dans l'armée était que les mauvaises nouvelles ne s'améliorent pas avec l'âge. Vous devez faire face à la musique d'une mauvaise décision ou d'une action immédiatement. Je savais que je devais le faire maintenant.

Pendant que je conduisais chez Lily, je me suis souvenu qu'elle tenait un café et qu'elle n'était peut-être pas à la maison. Je ne pouvais certainement pas faire cela sur son lieu de travail et il m'avait fallu beaucoup de temps pour trouver le courage d'en arriver là. J'espérais qu'elle était à la maison. Je me suis arrêté et j'ai vu sa voiture et j'ai poussé un soupir de soulagement, puis j'ai eu un moment de panique. J'étais content qu'elle soit à la maison, mais j'ai paniqué à l'idée de la voir. Qu'est-ce que je lui dis ? Comment puis-je m'excuser d'être si égocentrique et centré sur moi-même ?

Je pris une profonde inspiration et me dirigeai vers sa porte. J'ai sonné à la porte. Il n'y avait pas de réponse. J'ai essayé plusieurs fois, en vain. J'ai appelé son portable et c'est allé sur la messagerie vocale. J'ai finalement abandonné et je suis rentré chez moi.

Quand je suis rentré chez moi, j'ai eu une pire surprise. J'ai vu la voiture de Mme Johnson devant notre maison. Oh merde! Savait-elle ? Qu'est-ce que je fais maintenant?

J'entrai dans la maison d'un air penaud, sachant pertinemment que j'allais me faire tabasser. J'espérais juste que cela n'incluait pas les accusations d'agression.

Quand je suis entré, ma mère et Mme Johnson étaient assises sur le canapé et Lily se tenait à l'écart, fixant le sol. Peut-être qu'elle ne pouvait même pas s'asseoir. Les deux mères ont levé les yeux vers moi, l'une avec une haine débridée et l'autre avec choc et consternation. Je me sentais pire que je ne l'avais jamais ressenti quand j'avais fait quelque chose de mal à l'adolescence. Je pouvais voir la honte sur le visage de ma mère et c'était la pire des choses. Ma mère s'est mise immédiatement sur moi. Je n'ai même pas eu l'occasion de m'asseoir.

« Jon Kenton, comment as-tu pu porter une ceinture à Lily comme ça ? Qu'est-ce que tu as fait ? Savez-vous à quoi ressemble son dos ? Comment as-tu pu frapper une femme comme ça ?

J'ai continué à marcher jusqu'à ce que je m'assois dans l'un des fauteuils. J'ai regardé les deux mères, toutes deux attendant une réponse à cela. Mais que pourrais-je dire ?

"Je suis désolé. Oui je l'ai fait. J'aimerais pouvoir le reprendre, mais j'étais tellement en colère que je n'ai même pas réfléchi. Je suis désolé." Je baissai la tête et regardai mes pieds, incapable de regarder l'un ou l'autre dans les yeux.

Mme Johnson est alors entrée en scène. Quand elle a parlé, j'ai levé les yeux pour voir ses yeux flamboyants et montrant qu'elle ne me souhaitait que les meilleures maladies. "La seule raison pour laquelle je ne porte pas plainte est que Lily dit qu'elle vous a demandé de le faire et qu'elle ne coopérera pas. Est-ce correct?"

Je levai les yeux vers le visage triste de Lily. "Oui m'dame. Mais c'est toujours ma faute. Je n'aurais jamais dû le faire. J'aurais dû demander pourquoi elle leur avait dit où Cindy et moi étions. Je suis vraiment désolé."

Ils me regardèrent tous les deux, semblant incapables de croire que j'avais commis cet acte odieux. On aurait dit qu'ils attendaient que j'en dise plus, mais je ne pouvais penser à rien. Je l'avais fait, c'était mal, j'étais un connard.

Mme Johnson se leva. « Eh bien, Jon, tu ne seras plus jamais le bienvenu chez moi. Je ne veux plus jamais te revoir près de Lily, tu comprends ?

"Oui m'dame." J'ai regardé le sol. Elle s'est levée pour partir et ma mère l'a accompagnée jusqu'à la porte. Lily est restée sur place.

Lily se tourna vers sa mère. "Mère, s'il vous plaît attendez dehors une minute. Je dois parler à Jon. La mère de Lily a commencé à protester, mais Lily l'a interrompue. "Mère! S'il te plaît. Juste une minute."

Mme Johnson m'a regardé puis a regardé Lily. Finalement, elle est partie en trombe. Ma mère nous a regardés tous les deux, puis est partie également, nous laissant ainsi.

Lily se dirigea vers l'endroit où j'étais assis. Je ne pouvais pas regarder son visage. J'avais blessé quelqu'un pour qui je pensais avoir des sentiments d'une manière que je n'aurais jamais imaginée. Elle se pencha et releva mon menton pour que je doive la regarder. Elle me fixa dans les yeux, son regard ne vacillant jamais. « Je te pardonne, Jon. C'était ma pénitence. Je devais expier ce que j'avais fait. Je protégerai toujours Lauren, mais j'aurais dû appeler quelqu'un immédiatement après son départ. J'étais juste effrayé par l'inaction. Peux-tu me pardonner ce que j'ai fait ?

J'ai regardé cette belle femme, marquée de cicatrices si tôt dans la vie, et mes coups venaient de s'y ajouter. « Lily, après avoir appris la vérité, il n'y avait rien à pardonner. Vous protégiez votre enfant, quelque chose d'inné chez une femme. Je ne sais tout simplement pas pourquoi tu as senti que tu avais quelque chose à racheter et pourquoi tu me pardonnes. C'est impardonnable ce que j'ai fait. »

Elle sourit d'un sourire triste. « Non, Jon, ce n'est pas impardonnable. Et n'écoute pas ma mère. Je t'apprécie et j'aimerais rester ton ami. Si tu veux m'inviter à sortir, j'aimerais ça aussi.

Je l'ai regardée. "Es-tu sûr?" Je ne comprenais pas d'où venait ce niveau de compassion, mais j'étais content. C'était comme la Lily que je connaissais depuis le lycée pour faire ça. Je ne savais pas si je pourrais jamais me le pardonner complètement, mais cela m'a fait me sentir un peu mieux qu'elle ait dit qu'elle l'avait fait.

"Bien sûr. Donnez-lui juste un peu de temps. Elle soupira et m'adressa un sourire résigné. "J'en ai plein."

Je me levai devant elle et allai l'embrasser. Elle me regarda brièvement, puis me laissa faire. J'ai essayé d'être douce, mais je pouvais la sentir grimacer un peu alors que je mettais mes bras autour d'elle. « Lily, tu es une très bonne personne. Je suis désolé je t'ai blessé."

Elle sourit d'un sourire fatigué et triste. "Je te l'ai demandé, tu te souviens ?" Elle a levé les yeux et directement dans mes yeux, un autre regard intense vers moi.

Je me tortillai sous l'intensité et détournai les yeux. "Je sais, mais ça ne règle pas les choses."

"Je n'ai pas dit que c'était le cas."

Je l'ai regardée. J'ai essayé de sourire un peu. "Merci, Lily. Je suis content que tu me l'aies dit.

Elle détourna le regard. "Si seulement je t'avais cru quand tu as dit que tu voulais juste sortir avec moi - nous ne serions pas là maintenant."

Je la regardai rapidement. « Est-ce que tu te reproches tout ça ?

« Oui, d'où mon expiation. Ce n'était pas seulement pour leur dire où vous étiez. C'était pour vous impliquer en premier lieu. Tout a commencé avec votre invitation et votre rencontre avec Buck. Cela a commencé là et n'a cessé de faire boule de neige.

« Lily, tu te trompes. Personne ne peut prévoir de telles circonstances. Nous devons juste faire de notre mieux et continuer à vivre.

«Je pense que je vois ça maintenant. Pareil pour toi, Jon.

Elle avait raison à ce sujet, mais c'était difficile de l'admettre à ce moment-là. "Droite. Merci."

Lily se tourna pour partir. « Je suis sérieux au sujet de votre appel. Je pense que j'aimerais sortir à nouveau à un rendez-vous.

"D'accord." Je la regardai partir, sachant qu'il me faudrait un certain temps avant de pouvoir me pardonner d'être ce que j'ai toujours méprisé chez les autres ; égocentrique au point d'ignorer la position ou la situation de quelqu'un d'autre. Je ne savais pas si je pourrais jamais l'appeler ou la revoir.

Pendant que je me tenais là, ma mère est revenue. Elle m'a regardé différemment. « Je ne sais plus qui tu es Jon. Je n'aurais jamais soupçonné que tu pouvais faire quelque chose comme ça.

"Je suis désolé." Je la regardai, essayant de lui faire comprendre que j'avais aussi mal.

"Je pense qu'il serait préférable que vous sachiez ce que vous allez faire de votre vie et que vous y arriviez. Je vais aller au centre commercial et faire quelques courses. Je ne peux pas être près de toi en ce moment.

Je la regardai partir et m'assis lourdement. Au moins, c'était à l'air libre. Je n'avais pas à m'inquiéter d'être pris au dépourvu plus tard. Je retournai dans ma chambre et me laissai tomber sur le lit. Je pourrais peut-être dormir un peu. Je me sentais maintenant responsable de la mort de Cindy et du cerclage de Lily. Ce n'était pas une journée rouge pour Jon Kenton.

Après avoir réfléchi à ce que ma mère m'avait dit, j'ai décidé de me rendre à Chicago et de voir un de mes amis. Je devais m'éloigner de cette petite ville et de tous les mauvais souvenirs qui tournaient dans ma tête. C'était la seule façon pour moi d'affronter demain. J'ai appelé à l'avance et j'ai atteint sa cellule. Il vivait à LaGrange. J'ai fait un petit sac et je suis parti en moins d'une heure. J'ai laissé un mot à ma mère, craignant de lui parler sur son portable.

C'était une journée d'hiver grise pendant le voyage, correspondant à mon humeur. Il n'y avait pas de place pour le soleil dans ma vie en ce moment.

Je suis arrivé vers 22 heures et Jim a ouvert la porte et m'a accueilli avec un gros câlin, puis m'a demandé d'entrer. Il y avait environ 8 personnes là-bas et elles regardaient toutes un film. Il pouvait dire que je n'étais pas d'humeur et m'entraîna dans la cuisine. « Qu'est-ce qui se passe, Jon ? »

"C'est une longue et triste histoire, et j'ai besoin de temps pour m'en remettre. J'avais juste besoin de quelqu'un avec qui sortir pendant que je m'éloignais de chez moi.

Il m'a regardé attentivement. Lui et moi étions allés en Afghanistan ensemble. Il était dans un autre peloton de la même compagnie. « Jon, de quoi s'agit-il ? »

"Histoire courte. Je sortais avec une femme dont je pense que j'étais amoureux et elle a été abattue par des proches d'un type que j'ai envoyé en prison pour protéger une autre femme, que j'ai ensuite accusée de la mort de la première femme et fouettée avec une ceinture.

Il m'a dévisagé. "Merde! Attends ici." Il est allé dans l'autre pièce et je l'ai entendu. "D'accord, tout le monde dehors." Il y a eu des protestations et des questions sur les raisons. « Je dois parler à mon pote. On peut faire ça une autre fois. En ce moment, il a des problèmes qui nécessitent une attention immédiate et je dois le lui donner. Ils n'étaient pas contents, mais il les a finalement tous chassés; après tout, nous étions une famille militaire. Il est revenu dans la cuisine. "Alors dis-moi la version plus longue."

J'ai commencé à le dire et lui et moi avons traversé environ un pack de six. Après avoir entendu toute l'histoire, il s'est assis et m'a regardé. "Ouah! C'est une histoire. Comment l'as-tu laissé avec Lily ?

"Je ne l'ai pas fait. Elle a juste dit qu'elle attendrait et j'ai juste dit d'accord.

"D'accord, écoutez, il y a un bar juste au coin de la rue qui a des tables de billard. Il n'est que minuit donc nous avons quelques heures. Allons-nous y aller et achever cet ivrogne ? Tout se fait à pied. Nous pouvons faire ça!"

Je ne voulais tout simplement pas être seul et ivre, alors c'était bien. "Bonne idée. Allons-y."

Nous nous sommes rendus au bar et les tables de billard étaient pleines. Nous nous sommes assis au bar et avons pris un autre verre, puis un type a commencé à brutaliser sa petite amie. Elle en prenait aussi. Je ne sais pas pourquoi. Ma règle était de ne jamais s'impliquer dans une dispute domestique et de ne jamais le faire dans un bar. Je suis resté à l'écart et le barman a finalement rompu et les a fait sortir. Je me demandais si je pourrais encore porter un jugement sur quelqu'un comme ça après mes actions.

Jim et moi avons bu et nous sommes assez ivres. Au moment où nous sommes rentrés à son appartement, il était environ 2 heures du matin. Nous nous sommes écrasés.

3 février 2010

J'ai été réveillé le lendemain matin à 9h, bien trop tôt, mais mon portable bourdonnait et il était posé sur une table qui amplifiait les vibrations. Je l'ai atteint alors que ma main tremblait et que ma tête disait non à tout. "Bonjour?"

C'était ma mère. « Jon, es-tu à Chicago ? »

"Oui, je t'ai laissé un mot."

"Je sais. Je n'ai tout simplement pas entendu parler de vous et je voulais m'assurer que tout allait bien.

"Ouais, c'est bon." J'avais l'impression d'être une lycéenne qui s'enregistrait, mais c'était bon de l'entendre me parler d'un ton civil.

"Je ne voulais pas te surveiller, mais j'étais assez en colère quand je suis parti hier. Je suppose que j'aurais dû rester et demander votre version de l'histoire.

« Il n'y a pas grand-chose à dire. J'ai réagi de manière excessive et j'ai fait exactement ce que tu as vu à Lily. J'étais en colère et déprimé et je n'ai même pas demandé pourquoi elle avait fait ça. Elle ne m'a pas dit qu'ils avaient menacé Lauren jusqu'à ce qu'elle s'effondre et que je la couche sur le canapé. Jusque-là, je n'y avais même pas pensé. J'étais trop concentré sur ma propre douleur.

« Pourtant, j'aurais dû en parler avec vous. Tu rentres bientôt à la maison ? »

"Je ne sais pas. Je parlerai à Jim et je t'appellerai plus tard, d'accord ? »

"D'accord."

"Au revoir maman."

« Jon ? »

"Oui?"

"Je t 'aime chéri."

"Merci maman. Au revoir."

J'ai fermé ma cellule et essayé de me rendormir, mais l'appel de ma mère m'a vidé tout sauf l'alcool. Cela m'a fait réaliser qu'il y avait des affaires inachevées à la maison. Ma course à Chicago ne ferait rien pour résoudre cela. J'ai attendu que Jim se lève et lui ai dit que j'allais devoir rentrer tout de suite.

Jim m'a dévisagé. "Vous êtes sûr?"

"Ouais, je devrais y retourner et m'assurer au moins que ma mère va bien."

"D'accord. Écoute, si jamais tu as besoin d'un endroit où rester, aucun appel n'est nécessaire. Just show up. You are always welcome.”

“Thanks, Jim.”

We ate breakfast and then I gave him a good manly handshake and quick hug. He looked me in the eye. “I mean it. You need something you call me. I can come down there, too. Got it?”

I gave him the Army answer. “Hooah.”

“Hooah. Now get your ass home.”

I left and started driving. I thought about what I was going to do there. I was a little afraid of staying in that small town after what I had done to Lily. If that ever got around, I’d be toast in the entire county. But the more I thought about it the more I decided to at least give it a try. At the next exit, I got off I-55 and pulled in to fill up my car. I also pulled out my wallet and retrieved the card of the prosecutor who asked me to be an investigator for them. I called him and told him I was willing to give it a try, He said that since it was Wednesday I could wait until next week and then we’d get together and go over the work.

With that accomplished, I felt better about at least starting toward becoming a productive member of society again. It also made me feel better about myself. I had not felt good in a while with all that had been going on in my life. It would provide me something to focus on while I decided what I really wanted to do with the rest of my life.

Finally, about 8pm, I pulled into my driveway. My mother came out of the house to greet me and gave me a big tearful hug. We walked into the house before she said anything.

“Jon, I think I understand what happened with you and Lily. I think it was very wrong, but I understand you were in pain and just handled it wrong in a spur of the moment reaction.”

I looked at her. “It was still wrong. I know better than that. I’m better than that.”

She gave me a wan smile. “Yes, you are. But you’re not a saint and it just shows that you are a fallible human.”

“Thanks… I think.”

“C’mon in. I knew you would get here around now and I have some chili on the stove.”

“Chili? Sounds good.”

We went into the kitchen and were able to get through the meal talking about everything but Cindy or Lily.

Chapter 16. The new job… and Lily… again.

8 February 2010

The following Monday I reported to the county courthouse and met with the DA. He told me what kinds of things I would be doing. It’s mostly a boring job being an investigator for the DA. You have to do all kinds of research, track down information, and sometimes actually do something exciting. I told him I’d take it. I was looking for boring and steady.

“Jon, we have to do one thing first.”

"Qu'est ce que c'est?"

“We have to make sure you are cleared in the shooting death of the Boyds. I have two assistants going over that and they will come to me with their recommendations after going over everything with the police.”

“Oh, right.”

“I’ll get you started on an interim basis since I believe everything will show you acted in self defense, but if it shows otherwise, the job offer is off.”

“I understand.”

“Okay, let’s go.”


Darrin walked me out and introduced me to a young woman who had just graduated from law school and was working for the DA’s office. She took me to a small office that was to be mine and then walked me around, introducing me to everyone else in the office. Finally, she asked if I was ready for lunch, and since it was almost noon by this time I agreed. We walked directly across the street to a small tavern that evidently served a good lunch.

We had sat down at a small table in the corner and I decided to find out more about her. “So, tell me, Diane, how did you end up here?”

She looked at me for a few seconds. “Well, I’m from Saint Louis and just graduated from law school at Wash U. I wanted to work in town, but this was the best place for me to be close to the family, but far enough away at the same time, you know what I mean?”

Je savais. “Yeah, I know what you mean.”

“I wanted to be on the prosecution side to learn the ropes and this place had an opening so I took it.”

“Is this what you want to do permanently? Be a prosecutor?”

“I think so. I’m not in this for the money.”

“Yeah, me neither.”

She grinned. “Yeah, I know what the approved salary for the investigator was set at and it’s less than mine. It’s abysmal.”

“Well, gee thanks for cheering me up.”

“Welcome.”

The waitress came and we ordered lunch. She got a soup and salad combination. I just opted for the BLT on wheat.

“So, Jon, how did you end up here? I heard about the run in with Buck. James told me about it and I saw the case when it was coming up for trial.”

I told her about my life and my mother. Then we got to the present. “Well, you probably also know about the situation with Cindy Tomlinson and the shootings.”

“Yeah, I heard. I was initially surprised that the DA wanted someone who was involved in a deadly shooting for this job. But from what I heard he is not going to press charges. I figured there still might be more to it than the rumors.”

“What do the rumors say?”

“Just that you and Cindy were attacked and you killed both of them. But they also say that Buck’s father was alive on the ground when you went up and shot him at point blank range.”

“To be truthful, everything happened so fast, I don’t remember how all the shooting happened.” I lied, knowing that I couldn’t tell the truth. I remembered everything perfectly, although some of it through an Afghanistan induced flashback. There was nothing to be gained by telling her that.

We finished lunch and she took me back to the office and so began my life as an investigator. Over the next couple of weeks, I had to learn more about doing computer searches and how to get access to other restricted resources than I had ever imagined. Diane was engaged and I was off the market, at least I was not even considering dating at that time, so we had lunch a lot when we were both in the office. She turned out to have a quick, biting wit, and a very good eye about people.

15 March 2010

It was about a month later that I was having dinner with Diane at one of the more upscale restaurants after we had both been in court all day. It was about 7pm and her fiancé had called and had to work late. We decided to have dinner together. We were dressed up from court and enjoying our meal. I had started earlier than her as she cleaned up some paperwork and was already on my fourth beer when she joined me. While we ate, she came up with some good one-liners to make fun of some of the key people in the case. I was enjoying all this when I saw Lily for the first time since our last meeting. I had avoided her café like the plague since our falling out, and it wiped the smile from my face.

She walked in with a man and they were shown to a table directly behind me. Lily saw me turn and watch them be shown to their seats and gave me one of her present-day wan smiles. I waved quickly and Diane watched to see who I was waving to.

Diane looked at me. “Pretty. How do you know her?”

“We went to high school together.”

“Have you seen her since?”

“Yes, we dated once.”

“Who is she?”

I didn’t even think about Diane being in the DA’s office. “Lily Johnson.”

“Wait, that’s Buck’s ex-wife? The one that you were meeting for dinner when you found him trying to kidnap her?”

I stared at her for a second. "Oh ouais. I forgot that you saw the case when it was coming up for trial.”

“Yeah, I saw it. I wanted to prosecute it, but I was too new for the DA to assign it to me. She’s pretty. I thought during the trial that they said that you were going over there for a date? What happened after that?”

“She closed me off. She said she wasn’t going to see me anymore because Buck and his family would come after me. She got that right, eh?”

Diane nodded. “No shit!”

“Anyway, I guess she finally decided to start dating again.”

“Yeah, especially after you took care of Buck’s family!”

I just looked down at my food and Diane and I continued to eat. We got to dessert and Diane excused herself to go to the ladies’ room. I got beer number five.

Dessert arrived and I waited for Diane. She came back from around my left side and sat down in her chair across from me. Lily followed her and sat down in the chair between us to my left. She looked up at me and then over at Diane.

Diane spoke first. “Jon, I saw that she couldn’t take her eyes off you and when she went to the ladies’ room, I followed. I asked her if she needed to talk to you and so here she is. So talk.” Diane stood up and left. She was going to make a good prosecutor. She had a sense about people and could see right through them.

“Hello, Jon. How’ve you been?”

I took in Lily’s appearance as she sat and said hello. Her hair was pulled back, baring her beautiful pale neck. She had a nice slim neck that looked delicate and delectable and she had dressed it in a small strand of pearls. She was wearing just enough makeup to accent her beautiful cheekbones and eyes. Her dress was a nice black dress with thin straps and it came down to about her knees. She looked wonderful – and I hated that I couldn’t get her out of my mind. “I’m okay.”

She looked down at her hands and over at her date. “I can’t talk long. My date will be getting antsy.” She looked back at me, staring into my eyes. “I just want you to know that I really do forgive you. You don’t have to avoid me or my café. I like you Jon.”

I could have fallen into those eyes. They always mesmerized me and I could feel their pull and attraction. I wanted to hold her, kiss her, and make love to her again. But I was still unable to forgive myself. “Thanks, Lily. I always liked you. I just don’t think it’s in the cards for us.”

“What’s not in the cards? We can’t even say hello? You can’t even stop by and visit my café for lunch? No, I don’t buy it. You are not over what happened between us. I just want to say that I am. I’m over it. I want to move forward and stop dwelling in the past. I want you to do the same. Even if we never have a date, I want you to know that I will always be your friend. Is that okay, Jon?” She reached out and put her hand on top of mine. I flinched and felt the warmth of it.

I looked up at her and she was smiling, but she had this sad look on her face, like she had just lost a friend, and I thought it might be me. I tried to smile, but couldn’t. “I would like to think that we are still friends. I just need some more time.”

“Okay, Jon. Just stop by any time.”

I looked over my shoulder. “And it looks like you are dating again, anyway.”

Lily smiled. “It’s nothing. Just a first date. You know me on first dates. Besides, you are the one who told me I needed this.” She then grinned at me and it looked brighter than I had seen in a long time. “But if it will make you jealous, I’ll fawn over him.”

I tried to smile at her attempt at teasing me, but I know she saw through it. “It’s your date, Lily. Do what you want.”

She looked at me sadly and put her hand on my shoulder. “See you later, Jon – I hope.” She left and returned to her date.

Diane sat back down as soon as she left. “So, was that okay?”

“Yeah, fine.” I stared into my drink, not paying much attention to Diane as I thought of my history with Lily.

“So, there’s some history there and you’re not over it.”

“What?” I looked up, finally paying attention to her and getting Lily out of my mind.

“Nothing. Just making an observation about how you were miles away and didn’t want to talk about her when I asked that question.”

“Sorry.”

« Ne sois pas. I can see she’s hung up on you.”

I looked up quickly. “What?”

“When I spoke to her, I could tell she was hung up on you. She would rather be sitting here with you than her date, and she jumped at the chance to talk to you. I guess that’s why she was staring at you and ignoring her date.”

"Oh ouais. Well, I was hung up on her in high school, but that was years ago.” About that time the waiter came by and I asked for a scotch – a double. I was going to do this drunk right.

“Scotch, huh? Do you want some company while you drown your sorrows?”

“I just feel like drinking. I’m not drowning my sorrows. What are you talking about?”

She looked around and spoke jokingly. “Do I look like I just lost 50 points off my IQ? I thought that you respected me, but if you think I’ll believe that, then I’ll have to reevaluate.”

I rolled my eyes and tried to look entertained. “Okay, okay. So I had a thing for her. It was over long ago and we can’t get back there now.”

“Okay, got it.” She waved the waiter over and ordered a scotch as well.

“You, too?”

“Well, my fiancé is going to be working late and won’t get home for a couple of hours. We live in an apartment just down the street, so drink to your heart’s content. We have a couch that is very comfortable.”

"Merci." The waiter returned with my scotch and then hers. I held mine up and said a little too bitterly. “To ex-girlfriends.”

Elle secoua la tête. “I’m not drinking to that sarcastic toast. Que dis-tu de ça? To true love.”

J'ai gémi. “Shit, I have a hopeless romantic on my hands.”

“Yes, you do. I think you are, too, from the conversations we’ve had. Don’t deny it, Jon. You are, too, aren’t you?”

“Yeah, whatever.” I finished off my first scotch and waved to the waiter for another one. Diane just shook her head.

We traded more barbs and I finished 5 scotches by the time Lily and her date were ordering dessert. I had gotten well along toward my drunk after six beers and five double scotches. Diane said it was time to go so we paid and I stood up, albeit shakily. She helped me to the door and down the street to her apartment. We stumbled in and I was slightly aware of my surroundings at this point. She put me down in an easy chair, and I could barely make out that she was pulling out a couch with a hide-a-bed. Things were definitely getting a little fuzzy. She was talking into her phone, but I couldn’t make it out. I was very tired and the drunkenness was making me pass out. I leaned back and smiled. I was dozing off when I felt someone help me out of my jacket, shirt, shoes, socks and pants, leaving me in my boxers. They lay me down and covered me up. I fell fast asleep.

16 March 2010

I woke about 6am, having to go to the bathroom – badly. I slowly rose and looked around. It was dark still, but I saw a night light coming from the hallway. I walked that direction and found that there was indeed a small light in the bathroom off the hallway. I went in and peed for about a minute. I had way too much liquid in me. It’s funny how you can consume all those liquids, but get dehydrated. I washed my hands and headed back to the couch. When I got in there, I noticed that there was a human lump under there on the other side. That was odd. I couldn’t remember anything about getting onto the couch or how I got down to my boxers, and I couldn’t understand why someone would be covered up with me on the fold out couch. Shit, I hope it wasn’t Diane. The last thing I needed was an office romance with an engaged woman. Her fiancé was even coming home last night if I remember correctly. I went over and lifted the edge of the blanket and found myself staring at a sleeping Lily. I had an immediate flashback to the last time I woke to her pretty face. It was not a nice awakening, but she looked so peaceful lying there.

I walked around and lay back down on my side. I was too tired and hung over to do anything about it, so I just went back to sleep. The next time I woke it was very bright. Diane’s apartment faced south and the morning sun was starting to come in. I looked up and found that the other side of the hide-a-bed was empty. J'ai regardé autour. No sign of Lily. Was it my imagination? Was it a dream?

I sat up and my head reminded me that I wasn’t supposed to partake of alcohol in large quantities. At that moment I agreed. I stretched and heard someone in the bathroom. I waited for a few minutes and then the bathroom door opened behind me. I just sat there, trying to make the headache go away when a vision walked in front of me. It was Lily.

“Good morning, sunshine.”

I grunted. She was still beautiful, and was only in her bra and panties. I stared, a little shocked, a little horny, and a lot confused.

“How about some breakfast?”

"Peut être." My voice sounded terrible. I rubbed my head. My libido was wondering what exactly she might be offering for breakfast, but my head wouldn’t let me concentrate.

“Trying to drown your sorrows, Jon?”

"Oui. How did you come to be here?”

“Well, after Diane brought you home, she called my cell. I had given her my number at the restaurant, just in case, you know? So I came over to help you get comfortable and stayed.”

“What about your date?”

“Ugh! Dud. Glad to have an excuse to get out of there.”

“Lauren?”

“She’s with grandma; her favorite person right now.” She waited for something else from me. “See, you have no excuse not to take me out for breakfast after all that.”

“Diane?”

“Her fiancé came in late and they are both still sleeping, I guess. Or maybe they are waiting for us to leave.”

“Why are you not dressed?”

She grinned. “I didn’t want to mess up my nice new dress.” She looked down and ran her hands over her body. “Do you like my new lingerie set?”

I stared at her body now that she had given me the chance to look it up and down. The panties and bra were both black and had lace around the edges. The panties were full, but high cut. The bra flattered her breasts, pushing them up a little. The set flattered her – well, fuck, everything. She looked fucking great. Merde! I had to get away from her. J'ai juste hoché la tête. “Just a minute.” I grabbed my clothes, made my way into the bathroom, and tried not to look at myself in the mirror, but couldn’t help it. Oh mec. I looked like hell. I got dressed, took a leak, washed my face and hands, and then tried to rinse my mouth a little. I felt like the Afghanistan terrain looked.

When I returned, Lily looked almost as presentable as she did last night. It stopped me for a second and I stared at her.

“What?”

“Huh?” I hadn’t realized I was staring so intently.

“You were staring at me. Do I have something in my hair or on my dress?” She was running her hands over her head and looking up and down her dress.

“No. It was… I mean… well, you look beautiful.”

She smiled and her smile approached half of its old radiance. “In that case, I forgive you for making me sleep in a bumpy hide-a-bed.”

"Quoi? I didn’t make you do that, you did it on your own.” I was not very receptive to her attempts at humor.

"Je sais. Just teasing.”

Pouah! She was too damn playful for talking to with this hangover. “Okay, let’s go eat. At least I’ll try.”

We left the apartment after Lily wrote a note and proceeded down the stairs.

When we got outside the sun attacked me. I couldn’t open my eyes toward it and I shielded myself with my hands. "Condamner! It’s bright out here.”

Lily took my arm. “Don’t worry. I’ll guide you.”

Again with the playfulness. What the hell has happened in the last month? She used to be closed off to me and now she wants to talk, trade friendly banter, and what else? She offered to go out with me. Is that what I wanted? Could I do that without thinking of what I did to her? Or what happened to Cindy?

While ruminating on one of the major issues of my life, Lily guided me across the street to a small breakfast café. The main street in this town was not large, but it had several places to eat breakfast. This one was a small café with seating for only about 25 people. Lily led us over to a table in the back, thankfully away from the sunny windows and we sat down. When I looked up, I noticed that there were about 10 people in the place and they were all staring at us. I chuckled.

“What?” Lily looked up at me as she sat down.

“I just noticed everyone checking us out. You are in a cocktail dress and I’m in my clothes from last night. We look like quite a pair at this time of the morning.”

She looked around and the people tried not to let on that they were looking. “Yeah, well, let ‘em look. I don’t care.”

The waitress came by and took our order. I ordered my usual and hoped that I could eat it.

I looked up at Lily. I was still a little uncomfortable being around her. I leaned over so that not everyone could hear the conversation. “What the hell is going on, Lily? I mean we had a date, a second one went awry, you come over drunk one night and attack me, and then ignore me. Finally, after Cindy is killed, I whip you and now you are suddenly acting like a love struck schoolgirl coming after me.”

She looked at me for a few seconds and then took a deep breath and let it out as a large sigh. “Look, I’m not acting like a love struck schoolgirl. It’s just that, well, I was an idiot. There, is that what you wanted to hear?”

“About what?”

“About all of it. After our first date and our discussions over dinner I wanted to be with you in the worst way. I was really attracted to you, but it scared me. I wanted to protect Lauren, I had prepared myself to be a single mother, and I was still afraid of Buck and bringing a man into my life. As you can see, my past history with men was not good. I was going to tell you all this on the night that Buck was there. Unfortunately, that event scared me more than I thought it would. I tried to deny my feelings about you for a while after that, and by the time I realized my mistake, you were with Cindy. When I found out about you and Cindy I got jealous and angry. Once I realized that, I knew that I really wanted what you initially said – just to find out if we had a chance. When you came over that day, I wanted you to hit me. I wanted you to take your anger out on me because I felt so guilty about everything; denying my feelings, being jealous, telling Buck’s family and not being brave enough to call after they left. I just wanted… well, I just wanted for us to have a chance again.” She paused after rushing to get all of that out. She looked up at me and tried to smile. “So. Do we have a chance again? Is there anything I can say that will convince you that I’m over that incident with the belt?”

I stared at her. "Je ne sais pas. What made you think that now was a good time?”

"Bien. Please don’t be angry about this, but I’ve been over to your house talking to your mother a few times after you left for work. We talked through all of this and she helped me understand some of what I was feeling. Then she referred me to a doctor at the hospital who helped me understand my life and made me want to try to live for me again, not just for Lauren.”

“My mother? And a shrink?”

“Yep!”

“And what about your mother?”

“She’ll come around.”

“Will she?”

She stared at her hands and then looked up at me. “Does it matter?”

"Oui."

"Pourquoi? Je suis un adulte. I can make my choices.”

“Because she’s your mother and Lauren’s grandmother. She will always be there.”

She smiled at me. “And she loves me, so if she sees me happy, then she’ll understand.”

“I wonder.”

At that moment the food came and I tried to eat as much as I could. The sausage tasted wonderful and the eggs were okay. The toast went down well, too. However, the first belch that came up tasted like sausage and I stopped trying to finish it. We didn’t talk much during that period and finally, afte

Articles similaires

Mes premières fois...

Je parlais à Gary depuis plus de deux ans. Notre relation avait commencé en ligne. Il a vu une réponse que j'avais faite dans un salon de discussion et m'a envoyé un message. Il ne semblait pas intéressant au début, mais plus nous discutions, plus je l'aimais. Je suis prudente de nature donc il n'a pas eu mon vrai nom pendant plus de six mois, et encore seulement mon prénom. À neuf mois, je lui ai donné mon numéro de téléphone portable et nous avons commencé à parler au téléphone. Pendant dix mois, nous avons régulièrement eu des relations sexuelles par...

2.1K Des vues

Likes 0

La maison d'accueil

La maison d'accueil Avertissement : ce qui suit est une œuvre de fantaisie. En tant que tel, j'ai choisi de le placer dans un monde où le contrôle des naissances est 100% sûr, efficace et disponible, et où toutes les MST ont été éradiquées. Dans le monde réel, certains des choix que font ces personnages seraient extrêmement risqués. Ne vous comportez pas comme eux. La mâchoire de Michael tomba alors qu'il regardait la femme nue sur le lit. Il avait vu des femmes nues dans des magazines, mais c'était sa première fois dans la vraie vie, et elle était tout aussi...

1.1K Des vues

Likes 0

Une journée dans les bois Chapitre 14

Bon, voici le chapitre 14 attendu. Je n'ai pas mis tous les thèmes cette fois-ci - j'espère que cette histoire aura un peu plus de suite maintenant et ceux-là ne sont pas nécessaires ? De toute façon ... Chapitre 14 Paul est rentré chez lui plus tard dans l'après-midi. Ray se débrouillait plutôt bien. Il lui faudrait une semaine pour récupérer complètement, sans ses capacités de lycan, cela lui aurait pris trois semaines. Paul espérait que Jess s'en sortait aussi bien que Ray. Il entra dans la maison et entendit Jess à l'étage. Il monta les escaliers et regarda dans leur...

414 Des vues

Likes 0

JOURNÉE STRESSANTE

PARTIE 1 imaginez que vous rentrez à la maison après une longue journée de travail, que vous êtes fatigué et stressé, que tout ce qui pourrait mal tourner comprend le fait d'être en retard au travail, votre collègue entaillant votre place de parking, votre ordinateur est tombé en panne, ce qui vous a fait envoyer des commandes en retard, puis quelqu'un t'a coupé en rentrant du travail. tu arrives chez moi où je t'attends, j'ouvre la porte juste vêtue de ma nuisette courte en soie bleu ciel bordée de dentelle blanche et d'une robe de chambre assortie, un sourire effronté. vous...

2.8K Des vues

Likes 0

The House A Slave Training and Auction Chapitres 11 et 12

Chapitre 11 Maîtresse Liz Michael et Molly et Milton Maîtresse Liz-D me dit qu'il veut me parler avant que je commence. D- Qu'est-ce qui t'arrive ? Je sais que tu as été un peu déprimé alors qu'est-ce que ça donne? Liz- Je pense que je suis juste en train de suivre les mouvements. Ce dont vous avez besoin, c'est d'une session difficile. Je sais que j'ai juste besoin de trouver le temps et quelqu'un peut-être un bas garçon que je peux fouetter et baiser fort. Je ne peux pas le faire avec Michael peut-être l'un des nouveaux une fois. Il me...

893 Des vues

Likes 0

Morgane L.

Morgane L Morgan était assise dans sa cuisine maintenant pour la première fois, elle commençait à avoir des doutes, mon dieu, elle pensait que je venais de passer la nuit à baiser deux des amis de mon fils, j'ai vraiment apprécié, mais les jeunes gars disent que je ne voudrais pas que Terry le découvre. J'aimerais les revoir, mais cela pourrait devenir difficile quand Terry sera à la maison. Son téléphone a sonné, un gros gars est apparu, elle a immédiatement répondu, ce que Morgan ne savait pas, c'est que ses deux nouveaux copains de baise prévoyaient un gangbang avec elle...

561 Des vues

Likes 0

Cocu et femme

Elle était plutôt sobre. Ou du moins je le pensais de loin jusqu'à ce que je voie ses yeux vert foncé en forme d'amande. Alors qu'elle s'approchait, je pouvais voir ses lèvres en forme d'arc légèrement retroussées. Ses cheveux étaient aussi noirs que des plumes de corbeau. Elle est passée juste devant moi dans le bar. Mes yeux ont suivi son incroyable croupe alors qu'elle se dirigeait vers le bar et s'asseyait juste à côté d'un très bel homme noir bien habillé. MERDE! Je me suis assis à quelques tabourets d'elle et de son compagnon. Le bar était presque vide mais...

1.2K Des vues

Likes 0

Il vous coûtera

Cela vous coûtera Pendant des années, ma femme et moi avons plaisanté sur Cela vous coûtera. C'est notre façon de nous taquiner les uns les autres. Nous le faisons même devant les enfants. Si ma femme veut que je tonds la pelouse ou que je sorte les poubelles, je dirai : « Cela vous coûtera cher » et elle dira : « D'accord ». Ensuite, je tends la main et attrape son sein en lui donnant une petite pression ou je mets ma main sous sa jupe pour sentir sa chatte couverte de culotte. De temps en temps, j'oublie de le...

3.9K Des vues

Likes 0

Le Coven Partie 1 - Reed_ (1)

Roseau AIDEZ-MOI QUELQU'UN AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAÎT !!! cria une jeune femme alors qu'elle était entraînée par la porte d'entrée par un Jackson souriant. Il la tenait par le cou de son col alors que tout le monde dans la zone de type bar riait et souriait à la pitoyable femme. Elle était attirante, avec des cheveux blonds teints coupés en un bob désordonné et d'immenses yeux bruns. Elle portait une sorte d'uniforme, mais il était tellement déchiré que personne ne pouvait distinguer avec certitude ce qu'il lisait. Elle a paniqué, regardant tout le monde dans la pièce, espérant que quelqu'un...

1.1K Des vues

Likes 0

La marine médiévale, partie neuf (1)

CHAPITRE XXXIX La nuit précédente avait été dure pour Marion car elle avait hâte d'en finir avec la bataille. Ils pouvaient entendre les cris des femmes venant du camp ennemi alors qu'elles étaient violées et c'était tout ce que Luke pouvait faire pour garder Marion et Gabriel sous contrôle. Il l'a fait en encourageant Marion à transformer sa colère et son anxiété en s'assurant que l'armée était prête à partir. Les trois d'entre eux sont allés dans chaque unité et ont rendu visite un peu aux troupes. Marion s'est assurée qu'aucun d'entre eux n'avait de questions sur la raison pour laquelle...

860 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.