Angel & Naughty: L'hôtel Ch 03

242Report
Angel & Naughty: L'hôtel Ch 03

Lisa a décroché le téléphone. "Salut chéri," dit-elle. Elle tenait une main sur le récepteur. "Tu dois être calme bébé. C'est Todd."

"Oh merde," dit Loretta.

Mes lèvres se retroussèrent dans un plaisir sournois. "Tu sais ce que je veux?"

Lisa frissonna. "Ohhh, j'ai une idée."

"Quoi?" demanda Lorette. « Qu'est-ce qu'elle va faire ?

J'ai caressé la tête de Loretta. « Ne demande pas. Regarde juste ta sœur être méchante.

Se cambrant, Lisa montra ses seins. "Et ne le dites pas," dit-elle. Ses gros seins châtains dépassaient le bord à volants de son bas de corps, des nœuds de sperme givrés entre son décolleté angélique et agglutinés sur ses perles.

"Oh Jésus," dit Loretta. "Vous deux êtes tellement coquins."

Je souris et posai ma main sur la tête de Loretta, la guidant le long de ma queue. « Tais-toi Kitty, ta sœur fait un show. Entre mes jambes, recroquevillée comme un chaton près du feu, les lèvres de Loretta lapaient le long de ma hampe pulpeuse. Sa langue tourna le bout de façon ludique avant qu'elle ne frappe la tête contre sa joue.

"Alors chérie," dit Lisa dans le téléphone. "Comment c'est passé ta nuit?" Pendant qu'elle parlait, elle berçait un sein dans sa main libre. "Oh, tu me manques aussi," dit-elle. "Je suis un peu déçu de venir ici et de m'occuper de Loretta." Tranquillement, sensuellement, elle a fait glisser sa langue sur la chair de sa poitrine imbibée de sperme. En écoutant son mari au bout du fil, elle fit claquer ses lèvres. "Eh bien, ce n'est pas ma faute. Si seulement cet ami à toi Steven n'avait pas fait un putain de gâchis." Elle sourit - un sourire diabolique et brûlant - et lécha à nouveau son sein, roulant sur son mamelon glacé de sperme. "Je dois toujours nettoyer après lui." Comme un chat se baignant, sa langue tournait et dansait, recueillant des morceaux de sperme sur la pointe rouge, laissant des traînées de salive - un vernis sexuel huileux.

Lisa, ma déesse miracle. Mon Ninel Condé.

Elle s'étira, son bas de corps blanc se sevrant autour de ses courbes galbées, et posa ses coudes sur le sol. Les ailes de son costume claquèrent brusquement derrière elle. À quatre pattes, elle m'a regardé pendant que son mari gémissait, inconscient que sa superbe femme était sur ses mains et ses genoux, mon sperme recouvrant l'intérieur de sa bouche, tapissant toujours les recoins de son trou du cul fraîchement baisé.

Lisa le coupa : "Tu le défends Todd, c'est ton ami. Je sais que je suis sortie avec lui à l'université, mais à quoi Steven s'attend-il, pour que les femmes mendient et rampent à ses pieds ?" Inclinant le téléphone vers le bas, elle m'a chuchoté: "Putain, je vénère ta bite." Du bord du lit en désordre, j'ai déplacé mon pied devant sa bouche. "Suce mes orteils, magnifique salope."

Les lèvres de Lisa, couleur d'un vin rouge complexe, enroulées autour de mon gros orteil. Elle a massé le dessous avec sa langue. Elle a calmé et tamponné le bord - un bébé avec une tétine. Mon orteil sortit de sa bouche. Elle sourit, branlant son cul en l'air.

J'ai combattu l'envie soudaine de lui enfoncer ma bite dans le cul juste là. Demandez à Lisa de remuer son cul de grande classe sur ma bite pendant que son mari désemparé lui mordillait l'oreille. Je voulais pomper une autre tournée de sperme dans son anus - ce petit trésor - une des cent charges - le faire coller là pour toujours - brut et méchant, intime et connecté à jamais.

Mais là encore, j'avais d'autres plans.

"Leese salope, tu ne devrais pas faire ça," dit Loretta.

J'ai hoché la tête vers Loretta. « Une autre ligne ? »

La renarde aux cheveux noirs a sauté sur ma bite. "Toi et tes bonnes idées."

J'ai ramassé le sac sur la table de chevet.

La robe rouge de Loretta était encore ébouriffée autour de sa taille, accrochée à peine à la peau ferme de son corps italien de dix-neuf ans. Elle a glissé vers le haut, frottant ses seins charnus contre mes cuisses. Ma bite s'est épaissie. J'étais physiquement épuisée, mais la couleur immaculée de sa peau, la courbe angulaire de son dos, la forme dramatique du cœur de son bassin alors qu'elle trouvait le bon coin entre mes jambes, tout cela provoquait une excitation gloutonne. Une indulgence primitive et profonde.

Quelque chose s'est déclenché et ma bite a grossi. A vacillé.

J'ai soulagé Loretta de mon entrejambe. Alors que Lisa bavardait en arrière-plan, j'ouvris le sac et le retournai sur le côté. Le souffle de Loretta s'accéléra. En pressant les bords du sac, un peu de poudre sauta à la lèvre. J'ai trempé le bout de ma bite semi-dure - toujours collante - avec le jus du cul de Lisa, sa bouche - laissant une noisette blanche de coke premium le long du trou de la bite.

Loretta a bouclé ses cheveux derrière son oreille.

Je pose un doigt sur mes lèvres. « Chut. Souviens-toi, Lisa a dit que nous devions nous taire.

Lorette sourit. "Putain Lisa."

"Une bonne fille apprend."

J'ai tapoté l'extrémité du sac, traînant une longue et fine ligne le long de ma tige durcissante. Loretta se rapprocha. Nous avons croisé les yeux - ses cheveux bruns foncés jetés sur son visage. Elle ouvrit légèrement les lèvres et je sentis son souffle chaud sur mon sexe.

Ma peau a boutonné. Mes orteils ont craqué en attendant.

Lisa a rampé sous Loretta. Elle a craché dans sa main, a caressé mes couilles meurtries avec sa paume humide. "Non, ne te méprends pas ma chérie," dit-elle, "je me suis amusée au dîner. La viande là-bas était délicieuse. Mais je ne peux pas parler pour Loretta. Même après toute cette viande, les sauces fines et crémeuses, elle est monopolise toujours le service de chambre."

"Dites à votre mari que je me suis bien amusée," dit Loretta. "Sucer la coke de la bite de son ami." Ma bite fumait sur le visage de Loretta - son teint impeccable, ses yeux enfumés. Elle avait toujours un air mystérieux pour elle - je la connaissais à peine - et avec mon sexe vulgaire et engorgé dirigé vers son visage, la juxtaposition désagréable m'a retourné les tripes.

Loretta baissa la tête, se tint le côté du nez et renifla le bout retroussé. Elle renifla rapidement la limande blanche ; et sans perdre de temps, elle se leva et suivit la piste de poudre.

"EUH!"

Sa crinière auburn a fouetté mes cuisses, et j'ai recueilli des rafales de son revitalisant et de sa peau, comme des fleurs sauvages argentées et du vermillon. J'ai jeté ma tête en arrière et j'ai gémi, presque ri - un enfant étourdi à Noël - savourant son nez chaud et retroussé, cette beauté féline inhalant ma bite. Elle a giflé la main de Lisa et a pris mes couilles en coupe, berçant ma bite alors qu'elle revenait sur ses traces.

Le puits était impeccable.

"Dieu, tu as rendu ça bien," dis-je. "C'est presque injuste."

Loretta passa une main sur son nez. « Qu'est-ce qui est injuste ? »

« Que je ne t'ai pas eu jusqu'à ce soir.

Loretta me couvait de son regard noir. "Nous pouvons nous rattraper", a-t-elle déclaré.

Je me suis levé. "Oh, nous le ferons." Avec des poignées de ses cheveux, j'ai poussé son visage dans mon aine. Ses yeux exorbités, ma bite engloutit sa bouche. Elle crachota, à moitié s'étouffant, à moitié avalant, et son visage devint rouge. Ses bras battaient au-dessus de sa tête.

Je lui ai arraché les poignets.

« Comment ça te chatouille la gorge ? » J'ai demandé. "Putain de MANNEQUIN."

J'ai plongé plus profondément, impitoyable et brutal. Sa tête a secoué et je l'ai tenue là par les cheveux, frappant le toit glissant de sa bouche, et je n'ai pas arrêté, me penchant vers le bas, me forçant à l'intérieur. La tige pâteuse passa devant son bâillon, et je la sentis avaler (ou essayer d'avaler), les muscles désespérés de sa gorge se convulser et se contracter autour de ma viande, son nez sur mon ventre, mes testicules claqués contre son menton. Je me suis à peine retiré, juste coincé et me suis enfoncé de plus en plus dans son trou de bouche, bourrant chaque recoin humide de son visage avec une bite mûrissante.

Lisa mouilla ses lèvres à la vue. "Nous venons de commander", a-t-elle déclaré au téléphone. "Juste une collation de minuit. Loretta a toujours faim. Je suppose que tu ne peux pas en avoir assez dans son ventre." Lisa tapota légèrement du doigt sa lèvre inférieure. "Mais j'ai hâte d'avoir le mien." Elle a pointé du doigt et chuchoté: "J'emmerde mon visage."

"SALOPE mariée!"

Loretta m'a siphonné jusqu'à la dureté et a chancelé sur ses genoux. Rapidement, j'ai attrapé Lisa par la gorge, l'ai serrée sous moi. Elle couina, un cri exalté de choc et de plaisir.

J'ai sifflé : "Tu le veux ?"

"Oh putain bébé, BAISEZ ma bouche. Baise ma tricherie-"

Avec les deux mains, j'ai empalé la tête de Lisa sur ma bite, la bourrant complètement. Sa voix étouffée s'écrasa autour de ma hampe. Ses joues se sont plissées et elle s'est précipitée sur ma viande de coq - un ange gourmand et affamé de bite. Elle a gardé le téléphone incliné contre son cou pendant que je tapais dans sa bouche.

"Enfoncer ta gorge Lisa. OUVRE-la. Laisse-moi BAISER cette gorge infidèle. Tu le veux, je SAIS que tu l'as toujours voulu. Tu es tellement sexy. Brûle chaud."

J'étais de nouveau dur. Sauvage. Cloques. Tout devenait plus sale.

Tenant Lisa par les cheveux, je l'ai fait tourner (ma bite était toujours logée dans sa bouche) et je l'ai plaquée contre la base du lit. Elle laissa tomber son téléphone alors que les ailes de son costume s'écrasaient derrière elle. Inclinant vers l'avant, je me suis relevé du lit et j'ai longuement caressé sa bouche, baisant littéralement son visage. A genoux, prise en sandwich entre mes coups de reins et le sommier du lit, elle tripotait ses seins, tripotait sa chatte. J'ai creusé profondément dans le coup descendant, explorant chaque recoin fondu de son gosier que je pouvais, et elle a attrapé mes cuisses, m'a poussé encore plus loin en elle, m'enracinant complètement jusqu'aux couilles, son nez sur son pubis, complètement retranché dans sa femme adultère- gorge.

"Jusqu'au bout!" ai-je dit, et j'ai grimacé, chatouillé de la manière la plus conquérante.

Je me suis retiré de la bouche de Lisa, et elle a haleté, de grosses cordes de salive et de pré-sperme tombant de ma tête de bite.

J'ai fait signe à Loretta. « Viens ici Kitty. Viens manger la bave de ta sœur. Elle fait un putain de bordel.

"Oh papa," grogna Loretta. Elle agita son cul alors qu'elle plongeait entre Lisa et moi, lapant le filet mousseux qui s'étendait des lèvres de sa sœur.

"Lèche cette merde Kitty. Un tel gâchis venant d'une si jolie femme." Je me suis penché et j'ai craché un peu de salive dans la bouche de Lisa. Elle tendit la langue et l'attrapa avidement.

Lisa lécha ses lèvres, les ferma et déglutit. "Mmm."

"Dis moi que tu m'aimes."

"Je t'aime Steve," dit Lisa.

"Maintenant, parle à ton putain d'idiot de mari."

"Je préférerais te faire la gorge," dit-elle, pointant le téléphone contre son oreille.

Elle n'a jamais raté un battement.

"Hey bébé, je suis de retour," dit-elle. « Oh ça ? Ouais, j'ai failli m'étouffer avec un morceau de steak. Je sais, je devrais faire plus attention avec le service en chambre. Un si gros morceau de viande.

J'étais dur, je criais. Je crache sur le visage de Loretta alors qu'elle engloutit vicieusement ma bite.

« Tu aimes tout pour toi, n'est-ce pas ? J'ai demandé.

"Oui, laisse-moi l'avoir." Loretta a passé sa langue le long des crêtes, une petite fille avec un Popsicle.

J'ai étalé ma salive sur son visage, dans sa bouche. "Tu es une petite salope gâtée, n'est-ce pas ?"

"Je suis je suis."

« Tu sais de quoi les petites salopes gâtées ont besoin de Kitty ?

Elle a fisté ma bite à deux mains. "Ta putain de grosse bite dans le cul ?"

"Tourne-toi. A quatre pattes."

"Gâte-moi, espèce d'étalon à grosse bite." La jeune fille de dix-neuf ans tourna docilement sur ses mains et ses genoux. Son cul cannelle, dodu et sublime - un festin glacé - s'est dressé devant moi. Avec son menton sur son épaule, Loretta a demandé: "Comme ce papa?"

« Mets ce cul en l'air. Aussi haut que tu peux. J'ai attrapé le sac du lit et je me suis agenouillé derrière elle, Loretta perchant son cul en l'air.

Lisa s'est glissée à côté de moi. "Eh bien, je pense que nous connaissons tous les deux la réponse à cette question chérie," dit-elle. Elle se frotta contre moi, faisant glisser ses seins le long de mon bras alors qu'elle s'amusait à la conversation de son mari. "Steven n'est qu'un connard, un connard arrogant. Il fait ce qu'il veut."

Lisa m'a fait un bisou sur la joue, puis m'a chuchoté à l'oreille : "Je veux avoir tes bébés connards."

Je souris, passai mon pouce sur sa lèvre inférieure. "Tiens le cul de ta soeur ouvert," dis-je.

Lisa m'embrassa à nouveau légèrement, puis, d'une main, écarta lentement le cul de sa sœur. Tenant le sac juste au-dessus, j'ai saupoudré un peu de poudre le long de la fissure de Loretta. Jetant le sac, je passai ma langue à l'arrière de sa jambe, sur la joue.


"Tu aimes ça?" J'ai demandé. "Tes fesses sont assez bonnes pour manger de Loretta."

"Oh papa," grommela Loretta, le visage sur le sol. "Suce mon cul."

je la sentis frissonner ; et j'ai enfoncé mon nez dans ses fesses, inspirant complètement, déchirant la petite bosse en un reniflement rapide et violent.

Loretta gémit. "Ohhh OUI !"

J'ai reculé, savourant, cristallisant, puis entassé entre ses fesses.

La main de Loretta se précipita sur sa chatte. Elle a brouillé ses mots. "Mange mes fesses bébé, ouais."

Ma langue s'est enduite de la fleur de son anus, puis s'est glissée à l'intérieur du bord. J'ai effleuré ma langue, sortant, jusqu'à ce que je lape une dernière piste humide jusqu'à sa fesse.

Debout sur mes hanches, j'ai positionné ma bite derrière ses fesses. Verrouillé par des missiles, chargé de baise. Pillage.

« Tu es magnifique ? » J'ai demandé.

"Umm, fais-le méchant," grogna Loretta.

"Pour être honnête, chérie, je suis un peu jalouse", a déclaré Lisa au téléphone.

"Tiens tes fesses ouvertes," dis-je.

Loretta tendit la main en arrière et lui écarta le cul - une cible dépravée et ridée.

Lisa a suivi son mari. "Ma sœur est dans une si bonne position maintenant, j'aimerais être à sa place."

Je me suis cabré dans Loretta, ma bite ennuyeuse entre ses fesses. Elle grimaça sur le sol et attrapa des poignées de tapis. "Non, non-AH ! Ahhh !"

Son trou du cul sucré à la broche s'est serré autour de mon connard sec, me serrant, me serrant. Elle a croassé - une fille glamour encornée, embrochée au bout de ma hampe.

« Tu ne peux pas ! Ça fait mal ! FUCK. Elle a tendu la main et a essayé de me repousser, frappant mes mains pendant que je pétrissais ses fesses. J'attrapai ses poignets et étendis ses bras, épuisant sa lutte facilement.

"AIMER!" J'ai ignoré ses supplications embêtantes et je me suis enfoncé plus profondément.

"Oh mon Dieu, DIEU! Non, non! Ne baise pas plus profondément! S'IL VOUS PLAÎT!"

La pression brûlante dans son rectum m'éblouit. Taches solaires battantes.

Loretta jeta un coup d'œil en arrière, le visage couvert de sueur, les cheveux jetés sur son visage. Son visage était blessé, exposé - une petite fille se faisant gronder. La joue contre le sol, elle a supplié : "S'il te plait Steven, ta queue est si grosse. Elle ne rentrera pas dans mon cul. Je perds la tête, s'il te plaît."

« Tu adores me dire non », ai-je dit, et j'ai fourré une autre pincée de bite dans son canal anal vulnérable.

« AHHH ! Non, non !

« JE VEUX ce cul bratty.

"Oh Steven, BAISER ! VIOLE-le dedans."

"OUI!"

« Viol mon trou du cul !

J'ai claqué plus fort, forçant une partie à la fois, poussée après poussée atrocement serrée. L'anus compressé de Loretta fléchit, frissonna alors que je me baisais à plus de huit pouces enfouis dans son trou du cul étouffant. Loretta a jeté sa tête d'avant en arrière, a poussé un cri aigu et s'est mordu l'épaule. Désespérément, elle a supplié Lisa du sol.

"Lisa, s'il te plaît," dit Loretta. "Raccrochez le téléphone. ARRÊTEZ-LE. Il est en train de violer mon pauvre petit trou du cul. Je n'en peux plus. Il va me faire jouir. Oh FUCK."

Lisa s'assit à côté de moi. « Ouais je sais, la télé est trop forte. Loretta doit baisser le volume. Elle passa sa main sur le dos tremblant de sa sœur, sur ses fesses. Elle s'agenouilla, ses lèvres si près de mon sexe, enfoncèrent à moitié les fesses de sa sœur, que son haleine me donna des boutons. Elle leva les yeux vers moi. "Chérie," dit-elle au téléphone. "Puis-je vous rappeler?"

J'ai ralenti mon barrage du cul de Loretta alors que je regardais la langue méchante de Lisa se défaire. Elle a léché la base de ma bite, jusqu'à la section médiane plongée, et a tourbillonné sur la cavité tendue du cul de sa sœur.

"Ouais Lisa," dis-je. "Enduisez ma bite avec votre eau sale à la bouche."

"Mmm," gémit Loretta. "Mouillez sa bite soeurette."

Lisa a craché sur le crack de sa sœur. Alors que sa salive coulait, humidifiant le cul de Loretta, Lisa a poursuivi: "Ouais, Loretta est dans un endroit délicat en ce moment, chérie. La grande sœur doit l'en dissuader. Oui. Oui chérie, attends mon appel. J'appellerai vous plus tard pour dire bonsoir. Je t'aime aussi. Lisa referma le téléphone.

"Je t'aime aussi," imitai-je. « Qu'est-ce que c'est que ce pauvre con ? »

Lisa ricana. "Tu es un mauvais garçon. Tu adores ça."

"Tu sais que je le sais."

Loretta a attrapé sa sœur. « Leese ! La bite de Steven. Il est tellement GROS. J'ai creusé un autre pouce. "Ahhh!"

Lisa fronça les sourcils. "Steven. Tellement méchant."

"Tu as dit que j'étais un connard," dis-je.

"Tu l'es," répondit-elle. "Un putain de trou du cul sexy."

J'ai poussé en avant, immergé dans les fesses de Loretta. Elle croassa. "Aïe, aïe ! Ahhh !"

"Ta sœur est tellement serrée bébé."

"Tu aimes?" Lisa m'a embrassé, puis s'est retournée et s'est allongée à côté de sa sœur, sur ses coudes. « Tu aimes nos trous du cul serrés, papa ? » elle a demandé. Ils étaient face à face, leurs culs italiens lisses et bronzés s'étalant devant moi, côte à côte. Un régal pour les yeux en tandem.

"Regarde-nous Steven," dit Lisa. "Regarde notre putain d'inceste." Ils s'embrassèrent, se badigeonnant lubriquement. Avidement. Deux sœurs sont hypnotisées par le goût de la bouche de l'autre. Une danse des langues douloureusement sensuelle et vidante.

"Mon Dieu, vous êtes beaux tous les deux," dis-je.

Lisa regarda du coin de l'œil. Leurs lèvres tombaient, se collaient. Broche enfilée entre eux.

"Salopes chaudes. Ici." Je me penchai, entre eux. Planant, j'ai bavé un crachat gommeux entre leur baiser. La bouillie suintait sur leur nez, sur leurs langues tordues.

Alors qu'ils frappaient sur ma broche, j'ai doucement baisé dans Loretta. Lisa lécha la bouche de sa sœur, avalant la salive du nez de Loretta, son front, ses joues. Elle tapota l'oreille de sa sœur, puis recula légèrement. « Tu sais ce que Steven aime ? dit-elle.

"Quoi?" demanda Lorette. "Dis-moi."

"Parler grossier. Ça le tue."

"Mmm."

"Dites: 'Sodomise-moi.' Il aime ça."

Mes yeux se sont rétrécis. "Putain oui les filles."

Loretta gloussa en retour. « Steven ? Steven, ça fait mal, mais, peux-tu s'il te plait, S'IL TE PLAIT continuer à me sodomiser ?

Mes poussées se sont amplifiées, faisant tomber Loretta sur le ventre. Elle tendit la main et attrapa ses fesses, se tenant ouverte. "Ahhh, DIEU tu es en train de ME DIVISER !" Ma bite a bouché son anus perlant, le ruinant, l'étirant. En même temps, Lisa a pivoté, remuant son cul bombé et musclé, explosant au niveau des hanches - le spécimen parfait pour durcir la bite et vider les couilles. Elle savait comment travailler chaque partie de ce cul.

Loretta se percha et Lisa l'attrapa. Ils se sont serrés les coudes. Leurs doubles regards suintaient la luxure, joue contre joue.

"Dites-le ensemble les filles," dis-je.

Ils souriaient, se tenaient l'un l'autre. "Sodomise-nous papa", ont-ils dit.

« Mes putains de salopes de sœurs. Qui en veut plus ? »

Loretta s'enflamma. "Je fais, je le fais!"

Lisa parla lentement : « Steven, je le veux.

"Non, non. MOI !"

Lisa a plissé les yeux, m'a regardé avec une attitude de baise-moi impie. "Baise mon cul stupide et infidèle", a-t-elle dit. "Sodomisez votre ex-petite amie. La femme de votre ami. Faites-moi crier le nom de votre étalon."

"Dieu Lisa, tu es si sexy."

"Non, ne l'écoute pas," dit Loretta. Ses yeux roulèrent alors que je tirais ma bite dans et hors de son cul, révisée par le regard électrique de Lisa. "Oui, oui-AH ! Reste dans MES fesses papa."

"Mais soeurette, il préfère mon cul." Lisa roula des hanches, m'attirant. « N'est-ce pas bébé ? Tu l'as toujours fait.

« Tais-toi Leese ! À moi !

"La femme de votre ami supplie Steven, vous supplie, S'IL VOUS PLAÎT-"

Sans arrêter mon élan, j'ai tendu la main et j'ai caressé le cul de Lisa par-dessus la texture de la crête en dentelle, et j'ai déchiré le bas, le déchirant le long de sa jambe. Elle glapit, son cul soyeux se trémoussant librement. J'ai passé ma main sur sa joue, puis je lui ai donné une fessée. « Ne perds jamais ce putain de cul Lisa », ai-je dit.

"Je ne le ferai pas. Je te le promets."

Je bouillonnais, débordant par les pores. "Je le veux. Je veux baiser dedans."

"Alors viens le détruire," dit-elle. "C'est à toi de toute façon. Viens et baise la femme de ton ami dans le cul."

"Non!" dit Lorette.

J'ai glissé hors des fesses de Loretta; elle a coulé dans le vide. Ma bite fumait l'air froid pendant que je bougeais.

"Non!" cria Lorette. "Ne l'écoute pas."

"Ferme ta gueule Kitty." J'ai filé sur le côté, derrière Lisa.

"Oui," dit Lisa. "Viens et baise la soeur la plus chaude dans son cul chaud."

"Chienne!"

Loretta a griffé sa sœur - un petit combat de chat mignon et inoffensif - et ils se sont embrassés à nouveau, un coup de langue en colère et agressif. Savourant la vue, j'ai coincé ma tête de bite entre le muscle de la queue d'acier et impénétrable de Lisa contre la chair du cul en peluche et boyante. Lisa a gémi sur leur baiser et je les ai félicités. « Embrassez-vous putain de lesbiennes. Embrassez-vous et maquillez-vous comme de bonnes petites sœurs salopes.

Lisa secoua son cul alors que je me glissais à l'intérieur, déplaça sa main sur sa chatte. Elle a fait tourbillonner son pubis de haut en bas, et je me suis incliné plus bas, j'ai trouvé son anus tremblant, et rapidement, tout d'un coup, j'ai percé la tête à l'intérieur. Elle grimaça.

"OH!"

Ses fesses se refermèrent autour de moi, brûlantes. Elle soupira. "Dieu, j'avais besoin de ça."

"Tu te sens si bien Lisa," dis-je. "Tes fesses sont si bonnes."

"Pas juste!" lâcha Loretta.

Je lâchai d'un premier coup, jusqu'aux balles. « Dis à ta sœur ce que tu ressens.

"Oh ma soeur, sa bite est tellement bonne dans mon cul", a déclaré Lisa.

"Salope Leese, je suis tellement jalouse."

"Mmm, je sais." J'ai baisé plus profondément et Lisa a doucement fait rebondir ses hanches. Dans un rythme fluide, comme un pendule obscène, nous nous sommes écrasés ensemble. La chair de ses fesses tremblait à chaque collision.

"Oui bébé," dis-je. "Va te faire foutre salope, baise ton cul chaud sur ma bite."

Lisa a poussé plus fort à chaque poussée vers le bas. Les veines ondulaient sur son cou. Sa main a frange sa chatte. "Loretta, c'est si bon."

Loretta posa son doigt sur ses lèvres. "Mais papa, j'en veux," dit-elle.

J'ai pompé pour rencontrer le cul de Lisa. « Suppliez-moi Kitty.

« Suppliez-le sis. Suppliez-le.

Lorette fit la moue. « Steven ? S'il te plait ?

Lisa m'a rebaisé. « Suppliez-le sale sœur, » dit-elle.

"Baise mon cul."

"Plus sale."

Loretta a plaidé. "Sodomise-moi Steven."

Lisa se souleva du sol, à genoux. J'ai atteint autour d'elle, mutilant ses seins succulents. Elle a chuchoté: "Tu ne veux pas sodomiser ma soeur papa?"

"Si seulement je pouvais vous baiser tous les deux en même temps." Je me suis retiré de Lisa, j'ai levé ma jambe et me suis retourné, m'arrangeant rapidement, et j'ai poussé violemment, sans pitié, enfonçant le trou du cul plissé de Loretta. La chaleur m'inondait.

J'ai grogné. "Merde!"

"DIEU, PUTAIN !"

"Merde, merde, merde-"

J'ai caressé profondément, jusqu'à la garde; son mégot de bulle fléchi à chaque poussée. J'ai jeté ma tête en arrière et j'ai hurlé, un maraudeur pécheur et déchaîné.

Je voulais plus que je ne pouvais avoir.

Je voulais tout.

Pour les gâter.

Pour les remplir de chaque trou.

"Maintenant, c'est à votre tour!" J'ai arraché Loretta et j'ai martelé Lisa. "Hors du cul d'une soeur et dans l'autre!"

« Ahhh putain ! FUCK.

cria Lisa, brisant l'air. Après une série de coups de forage, la déplaçant sur le sol, je me suis retiré et j'ai repoussé Loretta. Elle est tombée sur le ventre. J'ai attrapé sa jambe et l'ai épinglée sur le tapis, la poignardant.

"AH !"

Lisa s'est claqué le cul. "Moi ! Moi !"

« Espèces de salopes gourmandes », ai-je dit. J'ai sauté sur mes genoux, j'ai roulé derrière Lisa et je me suis forcé sur ses fesses.

"OUI!"

Et j'ai implosé - un putain d'animal dérangé. Mes mains agrippèrent le corps vêtu de bas de Lisa, remontèrent avidement et arrachèrent les ailes du costume de son dos. J'ai serré les deux poings du bas de corps blanc et je l'ai tirée, déchirant, utilisant la résille déchiquetée comme rênes alors que je la tirais de toutes mes forces sur ma bite.

Lisa a rugi: "GOD STEVEN! Fuck, FUCK, OW! C'est dur!"

"Putain oui Lisa, prends-le !"

"Ahhh-détruire mon gros cul!"

Loretta haletait en me regardant annihiler l'anus de sa sœur. Un démon en chaleur, gougeant alors que Lisa se contorsionnait et se tordait avec ravissement.

"DIEU PUTAIN !"

"Tu aimes manger mon sperme ?" ai-je sifflé. « Tu aimes le manger Lisa, hein ? Pendant que tu parles à ton mari ?

Lisa rejeta la tête en arrière. "Oui, oh DIEU OUI! Fuck cet idiot!"

Je crache. "Dis le encore!"

"Baise mon mari ! BAISE-LE !"

J'ai attrapé Lisa par son collier de perles, l'ai enroulé une fois de plus. Je l'ai serré fort. "Quel goût mes bébés ont-ils ? Quel goût ont-ils ?"

"Vous êtes des bébés ! AH-putain ! Votre putain de délicieuse nourriture pour bite !"

Son collier se déchira dans ma main, les perles sonnant sur elle, sautant sur le sol.

Je lui ai grincé dessus, j'ai attrapé ses hanches. "Quel goût a-t-il, BITCH ? Quel goût a mon putain de sperme quand tu parles à ton mari ?"

« Tellement putain de gros Steven ! Tellement salé et bon.

"Dis que tu manges mon sperme !"

"Je MANGE ta nourriture de sperme !"

"Dis-le. Dis-moi que tu manges mes bébés."

"AH, ah ! Je mange tes BÉBÉS. Je les veux TOUS !"

"Dites-le à votre sœur!"

"Loretta, je mange son SPERME ! Putain, je le MANGE !"

Loretta se doigtait.

"Dites-lui quel goût ça a!"

"C'est si bon!" cria Lisa. "Son COCK FOOD est TELLEMENT bon - J'ADORE !"

"J'en veux." Loretta m'a donné un coup de hanche. "Nous voulons plus de Steven-plus!"

Lisa rejeta la tête en arrière. "Je suis PUTAIN DE CUMMING!"

Je me suis enfoncé en elle, et elle s'est renversée du sol, spasmant, s'agitant, se convulsant. Son cul céleste a tremblé et convulsé sous moi, et j'ai baisé en retour, un fou flamboyant, la sueur éclaboussant mon visage, mes bras, tombant sur elle.

"Je jouis, je jouis-oh mon dieu!" Les grognements orgasmiques de Lisa et les sons humides et glissants du sexe assombrissaient la pièce comme un brouillard pécheur. Lisa a éclaté, et je l'ai sentie jouir, tremblant de manière incontrôlable, complètement abandonnée, seule et pourtant ensemble, avec moi, saisie par l'instant capital dans le temps où tout ne s'arrête pas, quand les choses se poursuivent et se terminent et qu'il n'y a rien à être fait, mais cédez et laissez-le vous submerger. Je me suis accroupi au-dessus d'elle et elle a grincé dans mon pied, attrapant mon talon.

"Oh mon Dieu, ne t'arrête pas-NE PAS ! Je suis venu si fort, SI fort, ahhh-"

Après une dernière et profonde bite profonde, je me suis retiré.

"Non non!"

Je ne voulais pas encore jouir. Je ne pouvais pas.

Il y avait encore quelque chose que je devais faire.

Je me suis levé. Lisa s'est effondrée sur le ventre. Loretta a conservé sa position, roulant son cul en l'air. J'ai laissé les filles là, sur leurs coudes et leurs genoux, et j'ai tourné devant elles dans la tanière. Je m'assis sur le canapé, dans la pénombre, et écartai les jambes.

Pendant un instant, j'ai accueilli le calme.

J'ai soupiré.

Ma bite faisait toujours rage, lissée par le jus de cul de ces deux bombes brunes.

Par la porte, j'ai vu les sœurs dans l'autre pièce.

J'ai courbé mon doigt. « Venez ici les filles.

De la table basse, j'ai feuilleté un carré. Je l'ai allumé et j'ai regardé Lisa et Loretta patter dans l'autre pièce. Les ombres tranchantes donnaient à tout une qualité noirâtre, une hyper-sexy noir et blanc - les hanches plantureuses classiques de Lisa comparées au chic de boîte de nuit chic de Loretta - la scène m'a donné des frissons anxieux - je ne pouvais pas en avoir assez. Je voulais violer ces dreamgirls de toutes les manières possibles. J'avais l'impression d'être le maître d'un domaine obscur, le foulant d'une ligne périphérique immorale. J'ai traîné ma cigarette et jeté un coup d'œil à l'horloge. Une heure et quart. J'ai pris une autre bouffée, insatisfait.

Lisa s'est approchée la première, un crawl de chat éclatant de bite. « Vous nous avez quittés », dit-elle.

Loretta gémit. « N'étions-nous pas de bonnes salopes ? »

"Ah mes petites filles, vous étiez des anges. Des anges parfaits pour les sœurs salopes. Maintenant, venez ici. Venez sucer vos culs de salope de la bite de papa." Ils se sont glissés ludiquement à quatre pattes et ont pris des positions opposées de chaque côté de ma bite. J'ai sucé mon carré. « Beautés. Sirènes. Mes sœurs bien-aimées.

J'ai fumé pendant qu'ils traînaient leurs langues rouges sur les côtés de ma bite.

"Dieu tu m'as fait jouir," dit Lisa. "Tellement dur. Putain, je t'adore."

"Dis à ta sœur que tu l'aimes."

"Je t'aime bébé," dit Lisa.

"Euh, je t'aime aussi Leese."

Le long de la pointe, ils se sont embrassés, baisant la bouche sur mon gland. Peindre ma bite avec un magnifique mélange de crachats et de liquide pré-éjaculé tissé de leurs fines cordes de marionnettes les reliant à ma bite pour toujours. Leur salive coulait le long de la tige alors qu'ils sondaient la bouche de l'autre, me recouvrant d'un éclat brillant de restes sexuels.

Loretta a frotté mes couilles. "Ohhh. Leese, tu penses qu'il a encore quelque chose pour nous ?"

Avec son cul en l'air, Lisa a léché mon sac de l'autre côté. "Tout ce qui parle de manger ses bébés-"

"Je veux manger plus des bébés de Steven."

"Dieu, regarde ces grosses boules." Les yeux de Lisa roulèrent dans sa tête alors qu'elle avalait mon sac de noix.

"Tu veux jouir sur nous ?" demanda Lorette. "Putain de sperme sur nos langues ?"

"-sur nos langues d'inceste?" Lise a ajouté.

"Il m'en reste beaucoup," dis-je.

« Nourris-nous alors papa, » dit Loretta. "Nourris tes filles."

"Je ne jouis pas encore Kitty."

« Aw. Pourquoi pas ?

"Lisa sait pourquoi," répondis-je. « N'est-ce pas mon ange ? »

Lisa a feint l'innocence. "Oh."

"Quoi?" demanda Lorette.

"Je pense que je sais ce qu'il dit. Mauvais garçon." Lisa prit sa main en coupe, chuchota à l'oreille de Loretta. "Ne le dis pas, mais je pense que Steven va me baiser un bébé."

Loretta s'est moquée: "Mais vous êtes marié!"

Lisa a rendu la voix aiguë: "Je sais! Il est tellement MAUVAIS!"

"Votre soeur peut filmer," ai-je ajouté.

"Mais c'est faux," dit Loretta. "Mettre ma sœur enceinte alors qu'elle a un mari qui l'attend à la maison. Lisa ne ferait pas une telle chose."

« Va chercher la caméra, sœur », dit Lisa en me regardant.

"Quoi!"

"Et apportez mon manteau," ajouta Lisa.

"Amende." Loretta soupira, rebondit. J'ai regardé son cul pétillant trembler alors qu'elle se pavanait dans la chambre. Je pris une autre bouffée, me recentrant sur Lisa entre mes jambes.

"Je te veux nue," lui dis-je. "Complètement complètement nue."

Lisa se leva, illuminant instantanément la pièce de sa beauté inégalée. Un appel sexuel. Une vision de mannequin dans des vêtements de nuit de streetwalker abîmés.

"J'ai attendu ça toute la nuit", a-t-elle déclaré. Elle retira tendrement ses filets de pêche déchirés, sur ses épaules et sous ses seins.

"Je t'adore Lisa."

La faible lumière éclairait ses courbes magnifiques, la peignait d'un or sombre et sensuel. Sensuellement, elle a relâché l'élastique du bas sur ses hanches voluptueuses, se penchant en avant, roulant le bas le long de ses jambes de tonnerre. Elle se redressa, donna un joli coup de pied dans le bas derrière elle, entièrement nue - un triomphe de l'architecture humaine, une femme fatale aux cheveux noirs portant des bottines noires.

Elle passa ses mains sur ses seins, sa bague en diamant scintillant à la lumière. "Et ça?" dit-elle en la faisant scintiller. "Tu as bien dit complètement nu."

"Gardez votre bague," dis-je.

"Je pensais que tu aimerais ça," dit-elle.

J'ai frotté ma cigarette. « Viens ici. Asseyez-vous sur moi.

La longue et lisse jambe de Lisa déroulée, s'étendant sur moi. Avec Lisa complètement nue, il n'a jamais été aussi clair à quel point elle était parfaite - une célébration bronzée de la féminité - et avec des mouvements délicats et doux, elle m'a chevauché sur le canapé. Ses seins gonflés se soulevaient sous mon visage. J'ai passé ma main sur la cuisse de Lisa, sur ses hanches et j'ai attrapé son cul. Ma bite se pressa contre elle alors qu'elle se penchait en avant, enroulant ses bras autour de mes épaules.

"Quand nous sommes sortis ensemble à l'université, j'en rêvais", a-t-elle déclaré.

"Je sais mon ange," dis-je.

"Je suis si mal pour toi, mon amour."

Avec une paume pleine de son cul italien ferme, nous nous sommes embrassés, profondément et débridé. Elle avait un goût de sueur et d'abricot, sa langue se berçant sur la mienne, luttant dans le noir.

Loretta a rampé à côté de nous sur le canapé, l'écran LCD s'est ouvert sur l'appareil photo. Elle jeta le manteau de fourrure de Lisa sur ma jambe, située à nos côtés. Lisa et moi avons rompu notre baiser, nous frottant le nez l'un contre l'autre. Avec ses cheveux dansant sur moi, j'ai mutilé ses fesses avec mes mains.

"Vous avez l'air si sexy", a déclaré Loretta.

"Dites bonjour à la caméra Lisa", ai-je dit.

Lisa a retourné ses cheveux. "Bonjour," grogna-t-elle. Elle se tortilla péniblement sur mes genoux, ses mains parcourant ma poitrine.

"Maintenant, qu'est-ce que vous allez faire pour nous ce soir ?" demanda Lorette.

Lisa enfila son manteau autour d'elle. "Je vais chevaucher la bite de Steven."

"Oh, ça a l'air amusant," répondit Loretta. « Et ton grand garçon ?

"Eh bien, je vais m'asseoir ici et regarder," dis-je.

Lisa m'a dorloté. "Awww." Elle glissa ses bras dans les manches de son manteau, laissa tomber la fourrure autour d'elle - une beauté nue gourmande, choyée dans un manteau à mille dollars. "Je sais," me fit-elle la moue. "Vous avez fait tout le travail. Vous vous allongez, vous détendez et laissez votre Lisa prendre soin de vous."

"J'aime le son de ça," dis-je. "Ne rien faire d'autre que t'admirer."

"Peut-être glisser un doigt ou deux dans mon cul-"

"Hummm."

"-ou serrer mes seins-"

"Oui."

"- pendant que je tire une charge monstrueuse de ces couilles que j'aime tant."

"J'ai hâte de jouir en toi."

Lisa ferma les yeux et se baissa. "Moi non plus," dit-elle.

Sa main fraîche enlacée autour de ma bite grillée. Se calmant lentement, Lisa pressa le bout de sa chatte, la guidant à l'intérieur. Pendant un moment, elle resta assise là, planant juste au-dessus de moi dans rien d'autre que son manteau de vison cendré, massant le haut de ma bite contre sa chatte. Elle respirait régulièrement, comme si elle était ailleurs, lovée dans un recoin chaud de son esprit. L'attente était atroce. Elle se mordit la lèvre et gémit légèrement, puis continua à s'abaisser, jusqu'à ce que sa chatte de velours s'étire et recule, et sans effort, ma bite se glissa à l'intérieur. Elle glissa dessus, quelques centimètres enfouis en elle.

Elle arqua le dos et glissa plus loin, enveloppant encore deux pouces. Avec un mouvement subtil, elle s'est assise sur ses genoux, et après un léger rebond, elle s'est complètement effondrée, tous les huit pouces et demi enfouis à l'intérieur de ma Lisa brûlante.

"Tu es ma fille bébé. Dis-le, dis que tu es ma fille."

"Oh, je suis tellement tu es une fille." "Ohhh, oui," dit-elle.

"Tu es si belle soeurette," ajouta Loretta, se déplaçant autour de nous.

"Je t'aime soeurette", a dit Lisa en regardant la caméra. Elle me regarda. "Whatta want this tape for Steven? You gonna jack off to this? Gonna beat that big dick of yours to this video while I'm pregnant?"

"Maybe. Either that or watch it while your sister blows me."

Behind the camera, Loretta giggled.

Lisa slapped my chest flirtatiously. "Asshole!" I fucked up from the couch, into her pussy, once and hard, jarring her back to her most tactile senses.

She moaned. "Ohhh."

"You're a bad wife," I said.

"I am, I'm bad."

"A stupid hot wife."

"I'm your stupid slut Steven."

"Gonna be a bad mommy," I said.

"Je suis."

"I'm gonna fuck you over the crib-"

"YES."

"Fuck momma's ass while little baby naps-"

"Um, you're so bad."

"I'm so gonna fucking cum in you," I said.

"And I want you to, I do. I stopped the pill months ago. Please, please-"

Slowly, she rocked back and forth.

I closed my eyes. "God you feel so good."

Lisa leaned into me, gently churning her hips. She whispered in my ear: "I want you to fuck me in my wedding dress-"

"With the veil and all?"

"Please. Tomorrow. After I know you've fucked your baby in me."

"God you're a fucking evil wife."

"I know. Please don't tell."

"It's so hot."

"Mmm." She moved her hips in small circles, kneading my dick inside of her, her soiled pussy muscles milking me, coaxing me. She slid back, the soft fur of her coat brushing my thighs before her ass hit my legs.

"I love your fucking titties Lisa, your married tits." I groped her torpedo breasts, caressed them flat beneath my palms.

"You love my big fucking tits?"

"You're FAT fucking tits."

"Look at them while I ride you, fucking STUD." She held her coat back, displaying her tits, arcing. "You fucking asshole, you big-dicked asshole. You're SO deep. SO fucking DEEP. GOD dammit." She threw her head back. "JESUS, why'd you ever dump me?"

I mashed her tits together. "Because you gorgeous dumb bitch, I knew I could always have you."

"You can!" She straightened, bouncing harder on my dick. "Oh you cocky bastard, you can. You CAN always have me!"

I dropped her tits and gripped handfuls of her butt, kneading it, bouncing it in my hands. "As long as you have this fat fucking ass-"

Lisa squeezed her elbows, hushed: "-and this dirty mouth?" "Fuck yes."

She whipped forward on my dick, grabbing the back of the couch. "You gonna fuck other girls Steven? When I'm pregnant and swelling, you gonna fuck my sister?" Loretta adjusted her angle, coming closer.

"I'm gonna fuck your sister's face, her pussy, her ass." Without a word, Loretta ran her hand over my chest, listening intently. "I'm gonna fuck her all over your fat pregnant stomach." Loretta moaned quietly, grazing her hand between Lisa's rampant fucking. "But when I cum, I'm gonna feed it to you-"

Lisa whipped her hair. "OH!"

"-feed it up your pussy, your mouth-"

"Oh Steven, yes!"

"-so that if it's a baby girl, when she grows and bangs with your fucking ass-"

"You're so nasty!"

"-she'll already have a taste for her Uncle Steven."

Loretta gasped. "GOD!"

Lisa almost screamed-"I'm a cum-cumming! Oh-oh GOD!"-but instead, after her stuttered words, her beautiful face warped and nothing came out but a high-pitched squeal. Her eyes squeezed and she hugged me, flattening her tits against my chest. She continued to buck wildly, a rider possessed, her butt slapping my thighs. My arms flexed, grabbed her waist, holding her hourglass frame steady as she flopped clumsily back and forth, her coat drooping down past her shoulders, revealing her angular shoulders, more of her million-dollar smooth skin. I felt her slick pussy slosh over me, then spill around my cock, wetting my thighs. She whimpered feebly and crashed down in a final, trembling push.

"I love Steven, I love you! You make me cum SO good! AMAZING! You're amazing!"

Her hair tossed wildly, and I plugged her mouth with two fingers, calming her, centering her a moment. She grinned wickedly, split between exhaustion and ambitious, eager hunger. She slurped my fingers wet.

I nodded at my fingers in her mouth. "You know where they're going?" I lifted the back of her coat up and patted her butt.

She licked the tips, smiled. "Up my ass."

With a quick swoop, I reached around her, over her butt. I parted her asscheeks, felt for her sweat-lubed asshole and stuffed the wet fingers inside. Using her anus like a lewd handle, I aided her slowing thrusts on my cock.

And just then, from the other room, Lisa's phone rang. Her expression darkened with evil delight. "Loretta, can you answer that?" she said, riding my cock.

Loretta grabbed it off the floor, walked back into the den. She sat down on the couch next to us, still videotaping as Lisa and I locked eyes. Lisa lovingly ground her ass on me, licked my chin. "Who is it?" Lisa asked.

"You know who it is. It's your husband Leese. Should I get it?"

Lisa ran her finger down my lips as I finger fucked her ass. "Would that make you cum harder baby? If my sister talked to my husband while I fuck you? While I beg you to a fuck a little hot-ass baby girl into me?"

"Answer it Kitty," I said. "Keep him on the phone."

"This is so mean," Loretta said, holding the phone to her.

"-and so hot," Lisa added. "My husband's calling and I'm fucking you. My husband is on the line, waiting for me to answer, and your fingers are in my ass."

"Shhh," I said. "We have to dirty talk quietly."

"Hello Todd," Loretta said. "It's Loretta. Yeah, Leese is-well, she's busy."

"If you do fuck a baby girl into me," Lisa said quietly, rolling her hips over my lap, dwelling in the moment, "I'm going to have to teach our little girl all the nasty bad things you like."

"Mmm, like what?"

Loretta positioned the camera on the end table, aimed over the couch arm at Lisa and I. "I dunno Todd," she said. "She's just busy. Doin girlie things, yeah, you know how girls are. But I'm here, you can talk to me."

Lisa licked my neck, bobbing her hips on my dick. My dick was in heaven, milked on every up stroke, swallowed on every down stroke, spoiled inside Lisa's warm body. Lisa whispered: "You know, I'll have to teach her all the nasty things you like. Like how to take your cock up her big ass. How to cook while you fuck her doggy style. How to eat your sperm off my tits-"

"You'll teach our daughter to be my nasty slut?"

"Maybe you could fuck her in her prom dress."

"I like that."

"Fuck her butt while her date waits downstairs," Lisa said. "I'd keep him busy for you," Lisa said.

"Jesus baby," I said. "You'd slay any man with this body."

"But only if she holds all that daddy sperm of yours in her mouth-"

"Yes, yes-"

"-and feeds mommy the rich leftovers."

Inside of her was lustful paradise, a warm and wet dick haven, conforming to me exactly, as if it were custom made, perfectly suited for my cock. As if a thousand miniature tongues were inside of her, licking along the thickness all at once.

Loretta shook her head at us. "Hold on," she told Todd. She held her hand over the phone. "You guys, what should I say?"

I grabbed Lisa's hand, twisted it in front of me. I spit over her engagement ring.

Lisa smirked deviously, held the rock over her mouth. Leaning back, presenting her body like a sexual idol-the mountainous contour of her tits silhouetted in the sinful brume-she drove her hips upward, and with her hand above her, the spit fell and suspended in midair like taffy, then flopped down over the side of her mouth. Carnivorous, she lapped up the spit from the edge of her mouth. Swallowed it back.

She jerked up, licked her lips. "I wish that was something else gooey and yummy," she said. "But a little warmer with a bit more tang."

"No, no slut," I said. "That load's only going one place."

Loretta blurted: "You guys?!"

"Quoi!" Lisa snapped.

"Your HUSBAND." Loretta held the phone out. "What should I say?"

"Tell him his wife is riding my cock," I said. Lisa laughed, sped her hips.

Loretta gazed at us, dumbfounded. "Non!"

"Ici." Lisa grabbed the phone, held it to her ear. She snarled: "Todd, I'm busy. Jack off and go to fucking bed." She snapped the phone closed and tossed it on the floor behind her. "Dumbass."

"Leese that was sooo mean," Loretta said.

"You beautiful bitch," I said.

"He really has no idea," she said, stroking me with her pussy. "Maybe if my baby comes out with a god cock like yours, maybe that'd give him a fucking clue I'm your pleasure slave." She leaned over and pressed her tits in my face. I ran my tongue over them, across each of her hard nipples.

Her phone rang from the floor.

"It's your hubby again," Loretta said.

"Let it ring," Lisa said tenderly. "Fuck him."

"Pick up the camera Loretta," I said.

Loretta grabbed it from the end table, scooted closer to us.

"Tell the camera who's calling Lisa," I said.

Lisa threw her hair back. "It's my husband."

"Show your rock baby," I said. "Show it to the camera."

Lisa looked down at me and smiled. A wicked delight came over her. She held her arm out at Loretta, who was crouched right beside us. Lisa flicked the ring for the camera, dinging a twinkle. "It cost ten grand. Something like that. Cheap bastard."

"Tell the camera for the record," I said.

Lisa hushed at the camera. "Steven, if you're watching this-I hope you're watching this-I hope you are and hard as hell. Cause right now I'm sitting on your cock, while my husband's calling, wearing nothing but mink and THIS, you see? My big fucking wedding ring."

I eased my hands under her coat and along her ass as she sweet-talked the camera. She squirmed over my shaft. "Keep talking Lisa. I'm gonna cum if you keep talking."

Lisa continued her performance. "Steven, you fucking asshole stud, you make me eat your cum off this ring. The wedding ring Todd gave me. The ring you watched slip on my finger. You saw, you were the best man."

I jammed up into her. "THE best man."

"AH, ah! The BEST man."

"I should've fucked you at your wedding," I said.

"Oh, I'd have fucked you that night Steven. THAT night. I'd have snuck off with you in church, after I said my vows and everything, snuck off and sucked that big . . . fucking . . . dick."

"Lisa, I love the way you talk."

"We could've found a back room somewhere in the church, and I would've eaten your semen off my tits. I wanted you so bad. UH, baby!" Lisa's words, her steady, bouncing pace, it all built, fueling me somewhere uncontrollable, a second surge. My stomach tightened and I fucked back into her as she came down. "Yes, YES!"

I hissed up at her: "I would've cum on your fucking white veil. Made a fucking sperm mess on you, you looked so gorgeous."

Lisa licked my upper lip. "Oh god, I would've let you. I would've had to lick it clean, all that mess."

I humped back from the couch, Lisa's buttery pussy oozing. "You LOVE it!"

"Ohhh, I DO! FUCK. But GODDAMIT, instead you fucked Amber, my stupid bridesmaid."

"She was hot. Fuck it. That low-cut dress. Those curls-"

"She's hot, I know. OH-you're deep! You like blondes Steven? Did you like Amber? Did she suck your dick? Did she fuck her dumb, peppy ass on your dick?"

"You know she did baby."

"Fuck Amber," she said. "I'll wear a wig for you."

"Say it to the camera," I reminded her.

Lisa whipped to the camera, whispered: "I'd have done anything that night Steven. You like hearing that?"

"Yeah baby, oh-"

"You like hearing how I would've fucked you on my wedding day? That I would've eaten your fucking load off my veil? I would've. I'm not fucking lying. I would've bent over the alter, opened my ass and begged, BEGGED you for it. Pretty please. PLEASE. Maybe Loretta would've joined us then too. Would you like that? Fucking the bride's pussy while her maid of honor massages those big balls?" Lisa slammed herself on me, nearly jumping on my dick. "And now I'm riding the fucking SHIT out of you."

"Say more, tell the camera-oh GOD. Shake that ass on my cock!"

Her hips frenzied over me. "I'm shaking it, shaking my big ass on that BOSS cock of yours-"

"Shake it! Shake it, oh shit. Oh shit!"

"This wonderful ass I know you like so much-"

"I fucking LOVE your ass, your body. Keep going baby. Oh god, I'm close!"

"I'm not gonna stop Steven, not gonna stop until I fuck that tasty cock seed out of you!" "Do it! Fuck the cum out of me you cheating whore!" I shuddered, unable to stop the build as Lisa racked her pelvis over mine. I bantered mindlessly: "I'm gonna fucking cum-I'm gonna fucking cum in you!"

"I want it! I want those FUCKING dick eggs! Empty those big balls in your Lisa!"

"GOD. SAY IT."

She drilled her pussy onto me, her back arching, grabbing her hair and holding it above her head. Her swan neck craned back and I ran my hand over it.

"Make me PREGNANT! Fuck your baby girl into me!"

Loretta protested. "Don't say that Lisa!"

I cringed, buried my head in the couch cushions, grabbed at every part of Lisa's fleshy, succulent body. "Ride me, ride me you hot bitch! I'm gonna cum in you." The room whirled like a carnival house and I grunted in absolute bliss, mindless sexual dementia. "Ah Jesus baby, you're fucking me so good! You want my sperm?"

"Yes, YES. Make me a mommy Steven!"

"UGH!"

"Knock me up! God, PLEASE!"

"LISA!"

"You guys can't!" Loretta whined.

"Shuttup sis, you dumb bitch!" Lisa said. Her tits bobbled and swayed, her hair curled free of her hands. "I want his big-dick babies! I want em! Fill me Steven, fill me with your big-dick babies, I'm begging you!" She reached down and scratched her nails along my chest, digging into me, trying to pull more of me inside her. "Shoot your sperm in my belly Steven. I know you want to, I can feel it. Oh FUCK yes. FUCK."

"Oh Lisa, you want it?"

"YES, more than anything! Cum in me!"

"You're gonna get it, what you deserve you fucking sexy, cheating bitch!"

"My big ass deserves it, deserves your baby! These big tits deserve your baby!"

"AH you're so GORGEOUS!"

"Make me pregnant Steven! Make me FUCKING pregnant! IMPREGNANT ME! Breed your slut! Knock this married pussy the FUCK up with your fucker seed!"

And the moment hit like a marvelous wave. First came the orgasm, wrenching through every muscle in my body.

I grunted. "You're gonna get it!"

"I feel it! Cum in your friend's wife!"

I tensed, drew up, my toes curling in exalted bliss, and my cock flexed, pumped, fired like an unstoppable cannon, one hefty, potent, breeding rope of ball batter, up and into my wanton bombshell beauty.

"Here it is! Oh GOD!"

"Oh, I feel it! THANK YOU!"

Lisa screamed, whipped back, accepting, her flawless skin, like the expanse of some godly desert, the color of wet sand.

"FEED my pussy your BABY!"

"Take it! Take it!"

The room went black a moment, and I felt for her bucking hips, grabbed them, squeezed the luscious flesh and pulled Lisa into me, and I fucked up from the couch, releasing another stream of sperm, as deep as I could into her unprotected, welcoming pussy.

Lisa wailed: "Ahhh! We're so BAD! You're fucking me PREGNANT! Finally!"

As Lisa milked me, I felt my balls suck in on themselves, my cock muscles armed and jolting sperm-once, twice, three gargantuan spurts-a monsterous load built up throughout the evening-a pussy-wrecking hose coursing pumps of sperm inside of her, wetting every crevice, every sensitive vaginal wall.

"ARGH JESUS!"

"Cum in me, cum in me, cum in me-"

Lisa continued to slam her cunt on my dick, her fur coat flailing in the darkness, her goliath tits seeming to enlarge, to swell, her nipples on end. She threw her head back again, writhing like a serpent slut, squirming her hips, eating me with her pussy, sucking the gluttonous sustenance out of me, as if I held some secret antidote she needed, she craved.

"Drain my fucking BALLS! GOD! OH GOD!"

"YES! YES!"

Her pussy was slopping, the juices plopping on my balls and thighs as she whipped back and forth. Her arms like tendrils over me as I dazed and slumped back, letting her do all the work, complete the delectable sin of her own sexual undoing.

I wanted to cum forever, there on that couch, soiling Lisa's epic, classy beauty, degrading her to my cum-vessel whore, her sister catching everything on the video camera.

But it stopped, my head thrashed, spinning. I thought for a moment I might crumble inward and disappear-I must be dead, in heaven.

Lisa just sat there, thrown back, quivering. Her tits jiggled as she panted, coming down, unable to speak or moan, just harboring in the moment, the aftereffects of our vulgar act.

Loretta lowered the camera. She was panting herself, fueled-everything was magnified, tense-as if something strangely special had just taken place, something that could never be replicated, something never to be taken back.

"Oh god," Loretta said. "That was so fucking hot."

Lisa cooed. "Oh Steven."

I hate to say it, even now, but the moment, however bad, however immoral, was completely, utterly, spectacularly, perfect.

The next morning I woke up between them, their olive colored thighs thrown over me. Resting on my arm Lisa was sleeping soundly, her face beautiful and picturesque.

Slowly, I nestled her closer and closed my eyes.

Articles similaires

Les visites familiales continuent

Quand Todd est entré pour le petit déjeuner aujourd'hui, j'ai voulu ramper sous la table et le prendre dans ma bouche. Mais avec notre mère assise là, j'ai dû repousser l'envie. Je lui jetais un coup d'œil furtif et, quand maman lisait le journal, il me faisait un clin d'œil. Tout au long du petit-déjeuner, je pouvais sentir mon short devenir humide. À 9 ans, maman s'est levée et est partie au travail. Je me lève et débarrasse la table. Je me suis fait un devoir de frotter mes fesses contre son bras en passant. Puisque papa était parti tôt ce...

665 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses frappant mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis, même les plus âgés, enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent et mes longs...

639 Des vues

Likes 0

Repousser les limites.

J'étais marié à Tina depuis 3 ans. Dès le début, elle m'a surpris avec les jeux auxquels elle jouait. Au début, c'était simplement entrer dans le salon nue en sachant à quelle heure du jour ou de la nuit je serais immédiatement excitée et je la baiserais. Elle le fait parfois quand la télé était allumée et que je regardais mon émission de télé préférée. Elle a dit qu'elle voulait voir si elle comptait plus pour moi qu'une émission télévisée idiote. Juste pour s'assurer que j'étais distrait, elle insistait pour que je m'allonge sur le sol et elle s'asseyait sur mon...

834 Des vues

Likes 0

L'extraction

L'EXTRACTION - O_o histoires C'était un samedi matin et j'étais chez moi après une fête d'anniversaire entre amis. J'étais parti à une heure, parce que les gens avaient commencé à jeter de la nourriture et des bouteilles vides partout. Je me sentais somnolent. J'en avais trop mangé moi-même et je voulais juste rentrer à la maison. En passant devant le supermarché local, j'ai traversé la rue principale. Il y avait une camionnette blanche garée à quelques pas devant moi. Le réverbère au-dessus clignotait et me faisait pleurer dans la pénombre. Alors que je passais devant la camionnette, le moteur a démarré...

696 Des vues

Likes 0

Un peu de magie noire Chapitre 1

Chapitre 1 Ceci est mon histoire… Non. Ceci est ma confession. Je ne sais pas si ce que j'ai fait était un crime, mais c'était certainement contre nature. Ma dernière année à l'université et en fait les dernières semaines jusqu'à ce que j'allais être solennellement poussé dans le monde du travail. Je me tenais dans la salle de bain qui accompagnait ma chambre à explorer mon propre corps dans le miroir. Les verres épais de mes lunettes agrandissaient mes yeux sous le désordre ondulé des cheveux noirs. Ma peau était pâle à force de passer des jours dans des bibliothèques ou...

765 Des vues

Likes 0

Fille des voisins : Sale secret

C'est arrivé quand j'avais 16 ans un jour d'été. L'école était finie et les vacances commençaient. J'habite au bout de la maison de style cottage où nos voisins sont de l'autre côté Du mur. A côté habite mon amie Eve, elle a mes cheveux blonds de mon âge et mon corps fracassant. Quant à moi, je suis comme elle, j'ai les cheveux dar. Il y a quelques jours, j'ai remarqué une chose intéressante ... le téléphone a sonné à l'endroit d'Eves et après quelques minutes, elle est éteint quelque part. dernier jour pareil. Alors j'ai décidé de la suivre parce qu'elle...

815 Des vues

Likes 0

Une fille apprend sa leçon

Retournant péniblement vers les écuries, Katy se demanda si ce travail en valait vraiment la peine. Elle avait fait une longue marche et maintenant il commençait à pleuvoir. Elle allait être trempée dans le dernier kilomètre. Elle a tiré sur la laisse du chien et a commencé à courir vers la ferme et le refuge. Elle travaillait à l'école d'équitation depuis six semaines maintenant et les vacances d'été étaient presque terminées. C'était son début la semaine dernière. Le travail n'était pas très bien payé, mais Mme Johnson, la propriétaire de l'école d'équitation, a permis à Katy d'y garder son propre cheval...

621 Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

190 Des vues

Likes 0

J'ai fait de la fille populaire mon esclave de la douleur 3

Je me réveille lentement avec une sensation étrange, quelqu'un dans mon lit avec moi. Je me souviens d'hier soir avec Taylor toutes les choses que nous avions faites, les plaisirs que nous nous étions fait ressentir mais surtout je me souviens de ce regard dans ses yeux et de la façon dont elle m'avait dit qu'elle pensait qu'elle tombait amoureuse de moi juste avant qu'elle ne s'endorme dans mes bras. Je peux sentir que ma bite est dure et pressée contre son cul, elle bouge et écarte ses jambes me donnant un accès facile à sa chatte. Je reste allongé un...

113 Des vues

Likes 0

École Daze chapitre 6

École Daze chapitre 6 Linda et Richard se sont nettoyés et se sont habillés. Il était maintenant près de deux heures. Après avoir obtenu des informations sur l'emplacement de Sea World, Richard a conduit avec Linda, le long de l'autoroute principale et est descendu à la bretelle de sortie de Sea World. Après avoir acheté leurs billets, ils sont entrés et ont commencé à regarder certains des différents spectacles et expositions. Richard a été surpris lorsque Linda a hésité à marcher dans le réservoir de requins souterrain. Il semble qu'elle ait vu Jaws quand elle était une petite fille et qu'elle...

773 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.