Asmodeus - Démon de la luxure : Partie 8

80Report
Asmodeus - Démon de la luxure : Partie 8

A/N – Mes chers lecteurs ! Merci à tous ceux qui sont restés fidèles à moi et à cette histoire depuis si longtemps. Je m'excuse sincèrement pour l'attente entre ce chapitre et le précédent; J'écris vraiment dès que je le peux. Je doute qu'un seul chapitre vaille la peine d'attendre une année entière, mais comme pour tout ce que j'écris, j'ai versé mon âme dans la partie 8 et j'espère sincèrement que vous apprécierez sa lecture. Comme toujours, veuillez noter, commenter et m'envoyer un e-mail ! J'aime avoir de vos nouvelles les gars et je répondrai à chaque e-mail. Bonne année!

Acclamations,

Steelkat

Partie 8

Nous nous promenons dans les jardins, profitant de la lumière du soleil couchant et nous tenant l'un à l'autre avec une révérence totale. Je suis content au-delà des mots, me sentant adoré et rêvant de mon mariage. Mon amour m'a assuré qu'il s'occuperait de tout et je n'ai fait aucune protestation, curieuse de voir ce qu'il a prévu pour nous. Ma nouvelle bague a une sensation délicieusement étrangère, serrant confortablement le doigt habituellement stérile. Nous traversons la route vers une petite auberge pittoresque alors que le ciel s'assombrit de plus en plus.

Des fleurs ornent la salle de réception cosy, tentant d'emprunter un peu du charme que dégagent les jardins. Bien qu'il échoue, il ne le fait pas trop considérablement. La chambre possède certainement une qualité appréciée et promet la même chose depuis ses suites.

Le réceptionniste est vieux et usé en lambeaux. Ses vêtements sont de bon goût mais ont l'air un peu miteux. Il se redresse quand nous marchons vers lui, collant un sourire forcé sur son visage ridé.

"Bienvenue au Cattleya Inn", gazouille-t-il avec une fausse joie. Il est évident qu'il est tout sauf gai, même si j'entends autre chose dans sa voix ; Orgueil. "Comment puis-je vous aider aujourd'hui?"

Il est le propriétaire, il doit l'être. Cela explique son attitude désespérée; des clés à l'ancienne couvrent le mur derrière lui, chaque détenteur étant occupé. La fierté seule ne suffit pas à maintenir une entreprise à flot, et les affaires ne sont pas vraiment en plein essor.

"Nous avons besoin d'une chambre", répond Asmodeus.

"Bien sûr," dit-il, nous regardant avec lassitude quand il remarque nos apparitions. Même si Ash est énorme et que je suis visiblement enceinte, je sais à quoi cela ressemble. Il pense que nous sommes tous les deux trop jeunes pour être des clients payants. Franchement, je suis avec lui en ce qui concerne la partie paiement. Je n'ai certainement pas d'argent et je doute qu'Asmodeus garde une carte de crédit avec lui. L'employé et moi le regardons avec impatience alors qu'il fouille dans la poche de sa veste.

Le propriétaire regarde avec une totale incrédulité quand Ash paie notre chambre avec une poignée de petites pierres précieuses claires. Je peux à peine masquer mon air surpris lorsque j'enregistre les pierres comme étant des diamants non taillés.

"Euh, nous ne sommes pas d'ici," dis-je, épaississant mon accent déjà étranger, "Nos cartes de crédit n'ont pas encore été livrées et mon fiancé vient d'une famille sud-africaine prospère de mineurs de diamants. Je suis sûr que cela couvrira toutes les dépenses ? »

J'essaie de garder ma voix forte mais elle devient chantante et j'ai tendance à bégayer quand je mens. Le propriétaire est déchiré entre nous regarder avec méfiance et regarder les diamants avec avidité. Même pour mon œil non averti, moi, comme lui, je sais juste qu'ils sont réels.

"Il n'a pas l'air sud-africain", dit l'homme, "Et vous n'en avez pas l'air."

Il arrache son regard des diamants pour nous regarder d'un air accusateur.

"Et vous êtes l'expert, n'est-ce pas ? As-tu déjà été ici?" je demande vivement.

Je n'aime pas les gens arrogants ou qui savent tout, surtout quand ils pensent tout savoir sur mon pays de naissance.

« Je ne le pensais pas », dis-je quand il ne répond pas.

« Comment puis-je savoir qu'ils ne sont pas volés ? »

À cela, Asmodée grogne doucement à côté de moi et je serre sa main dans la mienne.

"Vous ne le faites pas," je réponds, "Vous n'avez que notre parole qu'ils ne le sont pas et si cela ne vous suffit pas, nous prendrons nos affaires ailleurs."

Lorsque je me déplace pour récupérer les diamants, le propriétaire serre une main sur eux et les fait glisser plus près de lui.

"Attendre! Je suis sûr que tu ne me mentirais pas. Vous n'avez pas l'air de criminels. Eh bien, vous ne le faites pas de toute façon », il me regarde, puis regarde Asmodée d'un air dubitatif.

"Vous pouvez m'appeler M. Carrington," dit-il, prenant une clé sur le mur avec des doigts tremblants, avant de se retourner pour nous regarder avec des yeux nuageux, "Eh bien, qu'attendez-vous? Suis-moi." Je reprend cela; Je pense que j'aime cet homme après tout.

Je l'aime encore plus quand il nous conduit dans sa meilleure chambre. Ce n'est pas le meilleur en raison de sa taille ou de son luxe; comme le bâtiment d'accueil, il a un air qui le fait se sentir vénéré. Chaque meuble a l'air soigneusement trié sur le volet, choisi pour sa longévité et son confort plutôt que pour son éclat ou son style. Non, ils n'ont certainement pas été choisis pour le style. Des canapés dépareillés sont assis devant un ancien téléviseur avec un tapis à l'ancienne jeté sur le sol entre eux pour faire bonne mesure. La tête de lit est plaquée contre le mur opposé, sa couette et ses oreillers sont de couleur ocre et imprimés de fleurs sauvages violettes. M. Carrington ouvre une porte sur le mur de gauche et j'aperçois la salle de bain. Il laisse un panier de produits de bain miniatures sur la vanité, l'ayant attrapé dans un placard à fournitures alors qu'il nous conduisait dans la chambre. Je vois le coin d'un lavabo en marbre, complété par un robinet en laiton et j'aime d'autant plus cette pièce.

Asmodeus exclut M. Carrington alors que je profite de la merveilleuse simplicité de la pièce. Il manque complètement la complexité et la beauté sombre des créations d'Asmodeus; c'est vieux, dépareillé et peut-être un peu ringard, mais le simple fait d'être ici me fait me sentir tellement humain. Quelle ironie que nous rêvions constamment de belles choses jusqu'à ce que nous les recevions et que nous commencions alors à rêver de temps plus simples. Je décide dès maintenant de tirer le meilleur parti de ma visite dans le royaume humain.

Je saute sur le lit et me délecte du grincement des anciennes sources à l'intérieur du matelas. Dieu, je dois arrêter d'utiliser cette métaphore. Cela ne s'applique plus maintenant que j'ai acquis un fiancé aussi vieux que la race humaine. La pensée me fait rire à haute voix et je rebondis à nouveau pour entendre ces sommiers vieux de dix ans. Asmodée donne un tout nouveau sens au mot ancien.

Je m'allonge comme un chat qui prend un bain de soleil puis me recroqueville sur moi-même, me blottissant contre le coton délicieusement rugueux de la couette. L'oreiller à ma tête est féculent mais sent merveilleusement bon. C'est un parfum chimiquement propre, mêlé de lavande artificielle, rien de tel que le musc terreux qui imprègne tout dans le monde d'Asmodeus.

Mais ce parfum terreux reprend le dessus, car j'ai ramené la source avec moi. Ash est allongé sur le lit à côté de moi et je respire une dernière bouffée de l'odeur merveilleusement normale du savon à la lavande avant de me tourner pour lui faire face. Je ne sais plus comment me comporter avec lui maintenant, dans ce milieu sans réserve. Ici, mon désir pour lui ressemble à une chose grasse et sale; sans l'inévitabilité associée au sexe. C'est comme si nous étions sortis de la sécurité des ténèbres et je me sens vulnérable, ouvert à l'examen même à huis clos. Ici, le sexe est bon marché et méchant, quelque chose à cacher. C'est honteux de le vouloir et d'en profiter; c'est du jamais vu comme étant bon et beau.

C'est étrange de le regarder alors qu'il porte son glamour. Il est toujours exquis, bien qu'il porte ses traits d'une manière innocemment enfantine. Ses cheveux sont toujours pâles, éparpillés sur son oreiller, mais ils sont passés du platine poli à un or terni et fané. Ses yeux cependant, même sous son déguisement, je vois mon roi dans ses yeux. Même si radicalement changés, ils brûlent toujours avec la passion de ses yeux éclairés par le feu. C'est une chaleur gelée, tranchante mais étrangement apaisante. Ces deux paires d'yeux disent tout ce qui vaut la peine d'être dit sur mon amant. Ils montrent chaque facette de lui, ce démon fougueux mais passionné avec sa nature vive mais douce. Ils sont tout ce que j'aime chez lui.

Il est difficile de croire qu'un être aussi extraordinaire puisse être caché sous une couche de boue. Un tel éclat devrait sûrement transparaître, sa chaleur cuisant l'argile jusqu'à ce qu'elle s'écaille et soit emportée par le vent. Mais il tient obstinément, cachant la terrible beauté de mon Roi derrière une belle façade. Je me demande à qui va ressembler notre bébé ?

Est-ce qu'il ou elle possédera mes traits simples avec son allure contre nature ? Ou sa beauté sinistre avec mon tempérament déchaîné et mon entêtement ? Sa peau sera-t-elle brune comme la mienne ou un vortex de couleurs sombres comme celle de son père ? Aura-t-il mes riches yeux en chocolat ou la paire de lave en fusion d'Asmodée ? J'ai hâte de tenir cette énigme dans mes bras, mais la pensée même m'a absolument terrifié. Alors, pour me rassurer un peu, je caresse le visage de mon amant et brise notre silence facile.

« Tu as déjà fait tout cela avec Elysia », dis-je. C'est une affirmation, pas une question, alors il attend silencieusement que je continue : « Pourquoi ? Que ferez-vous de lui quand il sera né ?

"L'enfant sera placé ici, dans le royaume de l'homme à maturité et marchera parmi les humains comme une tentation vivante. Il deviendra mon lien avec ce monde, incitant les humains à pratiquer mon péché. Il sera, comme les parents des anges et des démons avant lui, rien de plus ou de moins qu'un choix, un fantasme que le décideur peut choisir volontairement. Cette décision fera pencher la balance et influencera le destin ultime de l'âme. Car qu'est-ce que la vie sinon un assortiment de choix qui définissent l'âme qui les fait ?

« Alors il sera un incube ? Ou une succube si nous avons une fille ? je demande, le souffle coupé alors que je retire mes mains. Je les attire près de moi, souhaitant soudain ne pas avoir demandé.

"Oui mon amour, ce sera son but."

"Objectif? Vous parlez de lui comme s'il était un appareil et non un enfant. Qui es-tu pour décider de son but ?

« Je suis son géniteur et son roi. Il fera ce que je commande. Ses mots ne sont ni durs ni froids, ils le sont tout simplement ; comme s'il n'y avait aucun doute sur leur autorité et cela les rendait encore pires.

Je me redresse, la colère monte avec moi et je fais face à son regard sans broncher.

"Tu ne feras pas de mon fils un coureur de jupons, ou une putain de ma fille."

Il rit, s'assit et me tendit la main. Il pose ses mains sur mes hanches et se rapproche de moi.

"Ma reine guerrière, je ne souhaite pas me battre avec vous aujourd'hui. Je donne de l'amour, épargne à ton roi sa misérable peau. Sa voix est taquine et enjouée, ses faux yeux pétillants.

« Ne joue pas avec moi Asmodeus, je suis sérieux. Je me fiche de votre désir d'un lien avec le monde humain. Les gens sont assez lubriques comme ça, ils n'ont pas besoin de mes enfants pour les séduire. Ils ont assez bien réussi sans incubes et succubes tout ce temps; ils n'ont plus besoin d'aide maintenant.

Son regard est inébranlable et je saisis une dure vérité dans ses yeux.

Bien sûr, comment ai-je pu être si stupide, si naïf ? Dire qu'après trois millions d'années, le bébé qui grandit en moi n'est que son deuxième fils.

"Combien?" je demande, bouche bée. Mon regard est tombé; Je trouve que je peux à peine supporter de le regarder maintenant.

"Est-ce que ça importe?"

"Oui."

"Êtes-vous certain de vouloir savoir ?" Il me pince doucement le menton et lève mon visage vers le sien.

« Oui », dis-je, puis « Non. Mais tu vas me le dire quand même.

"J'ai engendré quinze mille fils et treize mille filles, aucun vivant qui soit un véritable héritier de mon trône."

Mon cœur tonne si douloureusement que le battement incessant me rend malade. Ce bouillonnement et ce bouillonnement dans mes tripes me serrent le fond de la gorge. Il faut tout ce que j'ai pour contenir la nausée afin qu'elle ne puisse pas se transformer en la bête nauséabonde qu'elle aspire à être. Le bébé me donne des coups de pied en signe de protestation, sans doute dérangé dans son sommeil par le martèlement dans ma poitrine. Il n'est donc pas aussi unique que je le pensais. Pas le seul de son espèce, mais un parmi vingt-huit mille ; juste un autre soldat de l'armée de progéniture d'Asmodée.

"Putain, Asmodée !" Je crie et saute du lit. « Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? »

Je cours à moitié vers la salle de bain et claque la porte derrière moi. Il n'essaie pas de m'arrêter ou d'ouvrir la porte ou même de parler à travers elle; il me laisse juste digérer ce que j'ai appris.

Eh bien, je pense que je voulais savoir.

Je m'effondre sur le sol, le dos contre la porte, remontant mes genoux aussi loin que mon bébé le permet. Les larmes coulent librement quand ma colère s'estompe. Le carrelage est froid sous mes fesses et la porte dure contre mon dos. Froid et dur, comme cette vie, peu importe où je suis.

Comme pour démentir cette observation, les douleurs de croissance de mon bébé s'accélèrent alors que je m'appuie contre la porte. Je gémis doucement, maudissant la divinité responsable de ma misère. La douleur semble cependant moins intense que celle que j'ai ressentie auparavant, et pour cela au moins, je suis reconnaissant. Je suis capable de m'empêcher de vomir ou de crier et même quand Asmodeus frappe doucement à la porte, je suis assez fort pour le repousser sans crier. Il se retire quand il réalise enfin que je veux souffrir seul.

* * * * *
Quand je sors de la salle de bain, striée de larmes et trempée de sueur, j'ai hâte d'y retourner. Si la peur que je ressens à l'idée de voir le père de mon bébé n'est pas une raison suffisante pour m'enfermer à nouveau; alors certainement mon corps négligé l'est. S'asseoir sur le sol dur et pleurer pendant des heures ne fait guère de merveilles dans le service d'hygiène personnelle. Je mets de côté ma répulsion pour le moment et prends une profonde inspiration, en fermant mes paupières. Lorsque je libère lentement l'air et que j'ouvre les yeux, Asmodée se tient à un pied de moi.

Quand je lève les yeux vers lui, je sens à nouveau mon visage se froisser. Ces maudites larmes que je pensais avoir étouffées se déversent une fois de plus et ma gorge se serre. je ne trouve pas les mots; J'oublie tout ce que je voulais dire, chaque mot que j'avais répété dans ma tête après que mes larmes se soient taries. Dieu, comme il m'a changé. La grande gueule de Selena, toujours si prompte à répliquer, est finalement rendue sans voix.

Il m'enveloppe dans une étreinte serrée et c'est si incroyablement réconfortant que je pleure plus fort, me serrant aussi fort que possible. J'aime la façon dont il me fait me sentir et même s'il m'a blessé, je ne peux pas rester en colère contre lui. Je ne peux plus le repousser loin de moi. Je ne peux pas choisir un combat même là où il existe parce que le blesser me fait plus mal que tout ce qu'il pourrait révéler. Et s'il a une putain de tonne d'enfants ? Il est aussi vieux que l'humanité elle-même, donc je ne peux rien lui reprocher, pas vraiment. Je pourrais faire traîner ça jusqu'à ce que les vaches rentrent à la maison et gémissent jusqu'à ce que ma gorge soit à vif, mais cela ne changerait rien. Il aurait encore une armée d'enfants et je l'aimerais toujours. Parce que c'est la seule réalité qui m'intéresse et si je suis honnête avec moi-même - vraiment honnête - je peux le dire avec une certitude absolue. Je me l'avoue, enfin, enfin. Mon estomac se contracte à l'idée de le perdre et mon cœur bat la chamade ; ça doit être de l'amour. Je ne pense pas avoir réalisé à quel point il comptait pour moi - même lorsque j'ai décidé de rester - jusqu'à maintenant.

Seulement maintenant, après des mots de trahison et d'adieu coincés dans ma gorge, j'avoue que je l'aime. Bien sûr, je ne peux pas dire au revoir; comment ai-je jamais été assez stupide pour penser que je pouvais intentionnellement m'en aller ? Pendant tout ce temps, j'avais pris sa compagnie pour acquise parce que je refusais d'assumer la responsabilité de ma situation. C'était toujours sa faute si j'étais avec lui, sa volonté si je restais et son magnétisme qui me retenait. Même quand j'ai décidé de rester, c'était pour moi, pour que je sois libre – du moins je me suis dit. Dans mon égoïsme, je ne pouvais pas voir à quel point je tenais à lui. J'étais capable de me mentir si profondément que j'étais en fait convaincu que je ne l'aimais pas; que j'étais restée uniquement à cause du bébé et de ma liberté.

"Je t'aime," je murmure dès que ma gorge s'éclaircit un peu. Ma voix est haletante; les mots, échappant aux fantômes.

Je recule, passant un avant-bras sur mon visage, mon autre main agrippant désespérément sa chemise. Ses yeux sont vitreux et le regard qu'il me lance alors qu'il tend la main pour me caresser les cheveux fait chanter mon cœur.

"Je t'aime, Mon Roi," je répète, ma voix plus forte, "Je renonce; Je ne veux plus te combattre. Je suis à vous."

"Comme je suis à toi Selena", répond-il en baissant la tête et en me rapprochant pour un baiser.

Mes lèvres goûtent les siennes avidement et je suis un animal, affamé de lui. Une main s'enroule autour de sa nuque et l'autre serre son dos. Le baiser est profond et désespéré ; Je veux lui montrer mon amour pour lui. Je presse mes lèvres si fermement contre les siennes que mes dents me font mal mais j'en veux toujours plus. Qu'en est-il des baisers qui sont si enchanteurs ? Comment se fait-il que le simple fait que des bouches se heurtent et bougent ensemble puisse en dire autant ? Mes yeux sont si serrés l'un contre l'autre que tous les autres sens sont amplifiés. je les savoure tous; le goût de lui, l'odeur et la sensation de lui. Même le son de notre respiration frénétique et le claquement humide de nos lèvres m'attirent un gémissement. Asmodée vient me chercher et quand nous rompons enfin le contact, il me porte jusqu'à notre lit parfumé à la lavande.

"Non," je me tortille dans ses bras et il s'arrête.

Je me penche vers lui, comme pour lui dire un profond et sombre secret. Plantant une traînée de baisers le long de son cou, je murmure à son oreille.

"J'ai besoin d'une douche."

Le dernier mot se transforme en un grognement et soudain nous rions tous les deux. Le rapport rire / humour est considérablement déséquilibré, mais nous rions comme si nous venions d'entendre la blague la plus drôle du monde. Quand tu es avec quelqu'un que tu aimes, je réalise; vous pouvez vraiment rire de tout. La seule autre personne avec qui j'ai vécu cela était ma sœur. La pensée d'elle donne à réfléchir et je regarde mon amant d'un air suppliant.

« Comment allons-nous convaincre ma famille de venir demain ? » Je demande: "J'ai besoin d'eux là-bas, Asmodeus."

« Patience mon amour, nous allons les convaincre ce soir ; comme j'ai promis. D'abord, ton bain », répond-il en me lançant un beau demi-sourire et en m'emmenant dans la salle de bain.

Mes yeux me démangent à cause de mes larmes précédentes et je les frotte sans relâche quand Asmodeus me repose. Lorsqu'il retire doucement mes mains, j'aperçois mon reflet dans l'immense miroir mural et je souffle d'horreur. Mon visage est un gâchis marbré, aux teintes anormales. Le masque de couleur crème de mon nouveau visage a été partiellement enduit, révélant mon vrai teint en dessous. Des traînées de peau brune et tachetée de rousseur sont visibles dans les taches de larmes et les zones entourant mes yeux. Un iris est encore vert tandis que l'autre est revenu à mon brun foncé naturel. Accentuant tout cela, des joues flamboyantes et des mèches de cheveux noirs parsemés dans ma crinière fauve empruntée. Inutile de dire que mon déguisement a échoué.

"Qu'est-il arrivé?!" je demande, mortifiée.

Je ne peux pas détacher mes yeux du spectacle dans le miroir. Je ressemble à une peinture inachevée d'un panda dément.

"L'argile se dissout avec le sel", explique-t-il, comme si cela répondait à tout.

Le sel? Touchant mon visage, je trace une bande de peau foncée qui va du coin de l'œil jusqu'à ma lèvre.

Droit. Larmes.

"Qu'allons nous faire? Avez-vous apporté plus d'argile? Je ne peux pas me marier comme ça !

"Soyez calme, Selena. Bien sûr, je vais acquérir plus d'argile avant demain. Pour l'instant, un bain de sel enlèvera l'argile restante.

« Et où allons-nous trouver le sel pour ce bain ? Nous ne pouvons pas exactement nous promener jusqu'au magasin du coin et payer un conteneur rempli d'un diamant maintenant, n'est-ce pas ? »

« Ce ne sera pas nécessaire, Selena. Le bon M. Carrington nous a déjà fourni », dit-il en sortant un petit sac en filet de sels de bain roses de notre panier de produits de toilette gratuit.

Il ne fallut pas longtemps avant que je remplisse la baignoire en porcelaine d'eau fumante et que j'y verse les cristaux sans ménagement. Je les agite un peu, les regardant rétrécir tandis que l'eau les ronge. Elles puent la rose, le parfum épaississant le poids de l'atmosphère humide de la salle de bain. L'humidité s'accroche à moi et je suis soulagée d'enlever mes vêtements étouffants. Je me glisse dans la baignoire et gémis de bonheur absolu alors que la chaleur enveloppe mon corps. Le sel dissolvant est soyeux contre ma peau et je glisse mes mains le long de mes jambes, adorant la sensation luxueuse de celui-ci. Asmodeus me regarde avec approbation, me lançant une petite éponge. Je l'attrape avec reconnaissance et l'utilise pour laver les pêches et la peau couleur crème de mon déguisement. Je me glisse plus loin dans la baignoire et plonge ma tête, me frottant le visage avec l'éponge et passant mes doigts dans mes cheveux. Quand j'émerge, je constate qu'Asmodeus s'est déshabillé et se dirige vers la baignoire. Certes, la chose est assez grande – à peine – pour nous contenir tous les deux, et je veux l'avoir ici aussi sûrement qu'il veut sauter dedans, mais je l'arrête néanmoins, plaçant une main fermement contre sa poitrine.

« Attendez, dis-je, l'un de nous doit garder son déguisement. Et si nous devions à nouveau interagir avec M. Carrington ? Je ne peux pas lui dire exactement que j'ai teint mes cheveux et travaillé mon bronzage depuis la dernière fois qu'il nous a vus.

Ma main laisse une empreinte sombre sur sa peau où le sel enlève l'argile de son déguisement. J'aime l'idée de laisser une marque sur mon roi, un symbole de ma revendication sur lui. La marque n'est bien sûr que temporaire et disparaîtra quand il finira par laver son déguisement, mais mon empreinte de main est fidèlement reproduite sur sa vraie peau, presque comme si c'était une preuve physique de notre connexion.

Pour une fois, il m'écoute et avec un gros soupir, s'éloigne de la baignoire. Il ne remplace cependant pas ses vêtements; il s'appuie juste contre la vanité dans toute sa gloire masculine et me regarde me baigner. Je veux me détendre et m'allonger un peu plus longtemps dans la baignoire, mais je trouve que je ne peux pas tant qu'il se tient là. Mes joues chauffent sous son regard et je redouble d'efforts pour sortir rapidement. Je ne suis pas mal à l'aise en soi, tellement conscient de sa présence globale dans la petite pièce chauffée. Je me demande, vaguement, si la conversation rendrait cela meilleur ou pire. Asmodée ne jette pas les mots au hasard ; il pense tout ce qu'il dit. Il semble comprendre le pouvoir des mots – leur nature indélébile – et il les choisit judicieusement. En tant que personne qui a toujours dit qu'elle avait dit ce qu'elle pensait, souvent quelles que soient les conséquences, je trouve le changement aussi troublant qu'un animal exotique. Et, pour une femme qui parle beaucoup d'habitude, je trouve que les silences entre nous ont tendance à être étonnamment beaux.

Le bain d'eau salée était exactement ce dont j'avais besoin; ma peau est si propre qu'elle picote et j'ai agréablement sommeil. C'est super d'être à nouveau moi-même, bien qu'étrange aussi, avec l'étranger à la peau d'albâtre dans le lit à côté de moi. Je n'ai jamais été avec cet Asmodée déguisé dans ma propre peau auparavant. C'est presque comme s'il jouait encore à se déguiser là où j'ai enlevé mon propre costume. Sa chaleur rayonne à travers moi depuis le point où son bras repose contre le mien, me rappelant où son masque cache qu'il est toujours mon Roi Démon. Je roule sur le côté pour lui faire face et souris à quel point il est détendu. D'une certaine manière, c'est aussi comme s'il était devenu son déguisement et possédera la personnalité qui lui correspondra aussi longtemps qu'il le portera.

« Tu sais, la plupart des couples ne feraient pas ça », lui dis-je.

« Faire quoi, Selena ? »

J'aime l'attention absolue qu'il me donne; suspendu à chaque mot, aussi banal soit-il.

"Soyez ensemble la veille de leur mariage," répondis-je, passant une main sur son corps magnifiquement sculpté, "C'est de la malchance, vous savez."

"Nous ne sommes pas la plupart des couples", rit-il en agrippant ma cuisse de manière possessive.

"Non, nous ne le sommes pas", je suis d'accord, mon cœur battant encore une fois. Dieu, il est tellement putain de sexy.

« Que doit faire une mariée la veille de son mariage ? » demande-t-il, sa voix légère et taquine.

"T'inquiète pour son grand jour et dors seule," dis-je et je le regrette instantanément. "Mais j'en ai marre de dormir seul."

"Comme moi, mon amour. Je ne serais jamais assez stupide pour vous quitter au nom de la superstition humaine.

"Bien," je réponds en me blottissant plus près de lui et en fermant les yeux, "Parce que je veux que tu me gardes au chaud ce soir... Après m'avoir montré exactement comment tu comptes convaincre ma famille et mes amis de venir demain."

"Tu dois dormir, il est tard."

Il sourit, embrassant mon front comme si j'étais un enfant à qui il dit bonsoir et que j'ai envie de le frapper. Dès qu'il me dit de dormir, je constate que je ne peux pas. Il est tard cependant; la pleine lune brille à l'extérieur, sa lumière traversant un espace entre les rideaux d'une grande fenêtre adjacente au lit. Je n'ai plus sommeil; Je veux déchirer les rideaux et me baigner dans cette lumière. Je veux danser nue sous l'œil argenté de la belle déesse dont je porte le nom. Je suis trop câblé pour simplement dormir, mais Asmodeus le suggère comme si c'était la chose la plus simple au monde.

« Tu n'as jamais répondu à ma question », dis-je en m'asseyant. Je ne dormirai pas juste parce qu'il me le dit et je ne peux pas dormir avant qu'il n'explique comment il va convaincre ma famille d'assister au mariage. Je suppose que cela implique une sorte de compulsion démoniaque, mais sans réponse définitive, je sais que mes réflexions vont me rendre fou.

"Je crois que je viens de le faire", répond-il factuellement.

"Attends quoi? Non, tu ne l'as pas fait !" dis-je en lui donnant un léger coup de poing sur le bras.

Il rit mais ne dit rien. Je sais qu'il attend que je le découvre par moi-même.

"Tout ce que tu as dit, c'est que j'ai besoin de dormir -" Je commence, puis je grogne, "Merde, dois-je dormir pour que ton plan directeur fonctionne?"

"Oui."

"Merde! Je voulais en faire partie. »

Je veux être celui qui les convainc ; Je veux qu'ils veuillent venir me chercher et pas parce qu'Asmodeus les a contraints. Je ne sais pas comment j'aurais réussi, mais c'est ce que je veux.

"Oh, tu vas Selena. Votre implication est essentielle.

Mon cœur bondit d'excitation.

"Comment?" je demande en rebondissant un peu sur mes genoux. Les ressorts du lit gémissent en signe de protestation et Asmodée me regarde avec amusement éclaircir ses traits. Il s'assoit et se rapproche de moi, rencontrant mon regard.

« À travers leurs rêves, mon amour. Nous leur parlerons pendant leur sommeil.

Je suis sans voix pendant un moment; fixant le spectacle à couper le souffle qui remplit tout mon champ de vision. Il a l'air si normal mais le cadeau qu'il offre est tout simplement extraordinaire et ses beaux yeux sont si sincères, si désintéressés que je me sens indigne de leur intensité. En ce moment, je crois vraiment qu'il est incapable d'être mauvais. Cruel? Peut-être. Passionné? Absolument. Mais jamais méchant. Son expression est si unique que je sais que je ne la verrai jamais chez un autre humain ; nous sommes tous trop égoïstes. Je détourne le regard et lâche un rire tremblant.

« Eh bien, pourquoi ne l'as-tu pas dit ? » Ma voix hésite un peu, mais je garde mon sang-froid, "Faisons-le."

Je me recouchai en fermant les yeux.

Je prends une profonde inspiration et plonge dans l'obscurité derrière mes paupières, transformant les images que j'y trouve en rêves. Mais ils restent des ombres et mes yeux clignotent sans cesse alors qu'un poids inconfortable les presse. Je n'ai clairement pas sommeil; c'est le problème. Je trouve que l'effort même qu'il faut pour tenter de dormir est ce qui me fait inconsciemment froncer les sourcils. Cela ne fonctionne pas. J'ouvre les yeux et me tourne vers Asmodeus, pas surpris de le trouver en train de me regarder.

« Dors, Selena », dit-il en me caressant les cheveux.

"Je ne peux pas," gémis-je en retour, me penchant vers son toucher avec un gros soupir.

Il passe sa main de mes cheveux sur mon visage et brosse mes paupières fermées. Avec ma vision assombrie, mes autres sens redeviennent hyper conscients de lui. Mon cœur s'emballe lorsque je sens la chaleur de sa peau contre la mienne et que j'entends sa douce respiration. Ce n'est certainement pas propice à un sommeil rapide.

"Respire profondément, mon amour", ordonne-t-il en plaçant une main sur mon cœur comme s'il voulait qu'il s'arrête de courir.

Son toucher est électrisant mais sa voix est merveilleusement relaxante. Je pourrais très bien me noyer sous cette voix. Il s'en sert pour me raconter une histoire.

"J'ai porté d'innombrables noms tout au long de ma vie et pris d'innombrables formes. J'ai été à la fois homme et femme; un esclave des croyances des humains.

Plus qu'un peu choqué par cela, j'ouvre les yeux et la bouche pour lui poser la première question qui me vient aux lèvres.

"Ferme tes yeux."

Je le fais, sans rien dire et souhaitant que la tension de mes épaules se libère en relâchant une longue respiration.

« Les croyances du plus grand nombre éclipsent souvent les croyances de quelques-uns. Le pouvoir du collectif humain est vraiment une chose remarquable. Les immortels se déplacent et changent selon les caprices des humains. Nous devenons tout ce dont ils ont besoin que nous soyons, reflétant leurs vertus et leurs désirs à travers les formes de leur choix. Les premiers humains ne m'ont pas donné de nom, mais m'ont vénéré sous des formes qui ont changé avec le temps. J'ai été des hommes, des femmes, des animaux et une multitude de formes qui combinaient les trois. L'hindouisme m'a donné mon prénom, Kamadeva, à l'aube de ce qu'on appelle le Kali Yuga. Après l'essor de la culture égyptienne, je suis devenu connu sous le nom de Bes. Les Chinois m'appelaient Baimei Shen, les Aztèques m'appelaient Xochiphilli et les Nordiques m'appelaient Freyr. Lorsque le christianisme s'est élevé après la chute de l'empire romain, je suis devenu ce que je suis maintenant. Presque toutes mes formes ont été les divinités sexuelles les plus largement reconnues de l'époque.

Mes yeux sont lourds et mon cerveau est brumeux, mais cela ne veut pas dire que je n'ai pas remarqué son exclusion délibérée d'une culture très pertinente. Je sais qu'Elysia est grecque et que la culture était bien trop importante pour n'avoir aucune influence sur la forme donnée d'Asmodée.

« Quel dieu grec étais-tu ? » je murmure, les yeux encore fermés sous le poids de mon sommeil éminent. À quelle vitesse sa voix m'a détendu.

"Chut," gronde-t-il, "j'y arrivais."

"Hmm..." Je gémis d'accord, trop endormi pour exprimer mon approbation. Je me bats pour rester éveillé et écouter son histoire, mais les dieux m'aident, je peux me sentir glisser. Je me concentre assez longtemps pour réaliser qu'il a déjà commencé à parler.

« - Dionysos ou Bacchus, avec un culte d'adeptes féminins. J'étais fiancée à une mortelle nommée Ariane, qui était la fille d'un roi sadique. Il voulait la sacrifier à un monstre conçu par sa propre femme. Ariane a aidé un héros dans sa quête pour tuer la bête mais a été abandonnée par lui une fois qu'il l'avait utilisée pour gagner sa couronne. Trahie par l'homme qu'elle aimait, je l'ai trouvée pleurant sa perte et lui ai accordé l'immortalité. Si j'avais su alors que je créerais mon propre ennemi juré, j'aurais peut-être emprunté un autre chemin. Vraiment, je ne peux pas la blâmer, car elle est ce que je l'ai transformée. Une femme méprisée deux fois est une force avec laquelle il faut compter. Quand je l'ai quittée pour Elysia, son mépris pour moi s'est envenimé. Elle est devenue une créature de haine - la première démone. Elle t'a tué et dans les siècles que j'ai soufferts, la religion romaine m'a donné un autre attribut, me nommant Penthos le lugubre et sa Poena la punisseuse. Il lui a fallu des siècles pour trouver notre fils Pan, comme on l'appelait, époque à laquelle la religion changeait à nouveau. Les Hébreux l'appelaient Lilith, la sorcière de la nuit, et elle détruisit non seulement Pan mais aussi toute adoration de lui. Les croyances chrétiennes m'ont fourni ce cadre puissant et ma colère était trop grande pour être vue.

Entendant la douleur et la colère guerroyer dans sa voix, j'ouvre à nouveau les yeux – que le sommeil soit damné – et j'essaie de réconforter mon amant. Je frotte une paume sur sa poitrine haletante mais son inquiétude ne semble que s'intensifier. Les pièces fondent jusqu'à ce qu'il soit tout ce que je vois et pourtant, ce n'est pas mon roi démon qui reste dans mon étreinte. Une femme d'une beauté douloureuse gît à sa place, pâle et luminescente comme une pleine lune. Ses cheveux sont de couleur bronze, scintillant sous une source de lumière inconnue. De délicats tatouages ​​en filigrane colorent sa peau, l'encre dorée. Sa peau change comme celle d'Asmodeus, mais seulement entre le blanc et le gris. Ses yeux sont fermés dans un sommeil paisible et je ne peux m'empêcher de penser qu'elle doit être un ange. C'est-à-dire jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux.

They are the colour of deepest space, a purple black so cold that their stare cuts right through me. The power of her empty eyes is so horrific that it seems to steal the very air from my lungs. I gasp for a breath, only to realise that this terrible angel has wrapped her elegant fingers around my neck. I claw at her face desperately, ripping my fingernails against her unyielding skin and all the while she laughs a sound which reminds me ravens screaming. To no avail, I will my power to save me. I am prey to her, nothing more than carrion and she will devour my body once my spirit flees.

"Non!" I hear the roar, “You will not take her again!”

All at once, the creature choking me disappears in a curl of silver smoke. Suddenly able to breathe again, my body launches off the bed. I inhale a huge lungful of my attacker’s strange essence and almost choke on it. Asmodeus is at my side a second later and holds me as I wheeze in breath after agonising breath. He wears his own skin here, portrayed in this dream as he truly is.

“I am sorry, my Selena,” Asmodeus croaks, remorse dragging his voice down, “This is my doing. I should have cleared my mind before you succumbed to sleep.”

“I’m asleep?” I rasp, when my lungs allow voice.

“You have entered my dreams, a dangerous place while she lurks here. I was foolish to bring you.”

“Lilith?” I whisper, afraid that saying her name out loud will summon her once more, “She’s alive?”

“Only here,” he growls, face darkening as he taps his temple, “She is two millennia dead and yet still she plagues my existence.”

“She’s so... strong,” I say, shuddering as the remnant of her hold closes my throat once more, “She couldn’t really kill me here, could she?”

“In a dream she has the power to crush your spirit so completely that you would sleep until your body dies. She has strengthened with my fears. Now that I have you, my darkest fear is that you will be taken from me,” he says, and his face sets with grim determination, “She will not have you this time.”

Wordlessly, I embrace my love, both needing to comfort him and be comforted. I hold him so tight it hurts as he encompasses me within his strong arms. I feel so safe here, as if I am protected from everything, even the dream witch who just tried to kill me. Even she cannot harm me here.

When we break apart, I reach for his hand as I take in our dreamscape. As if to reflect his mood, Asmodeus’ dream is dark and hostile. It’s not hard to imagine Lilith lurking in the shadows, just waiting for her chance to pull me into oblivion. A smoky mist swirls at our feet as Asmodeus leads me to an unseen destination. When he looks back at me, his red eyes seem to spark in the darkness and his silver hair looks like a crown of glory atop his head. He looks like he belongs here and now that I think about it, I suppose he does. He is a mythical creature walking through the land of dreams.

Following directions only he can see, my lover stops walking and pulls me to his side. We stand at the edge of a precipice; the seemingly endless expanse stretched before us is made even more treacherous by the sheer drop which precedes it. The mist which fills it isn’t dark like the vapour surrounding us but silver with thousands of throbbing, weaving threads of gold floating within. It is mesmerising to watch and I am captivated so thoroughly that it seems as if the gold threads are swimming behind my eyes.

A sudden heart-stopping jerk brings me back to reality – well, this dream reality anyway. Asmodeus pulls hard on my shoulders and crushes me against his chest protectively. Before I can protest, some earth gives way beneath my feet and I realise how close I came to falling. So hypnotised was I by the golden threads that I almost walked off a cliff.

“That is twice now I have endangered you. We must leave.”

His voice his firm and his expression resolved but I’m not leaving without a fight.

"Non! You promised me that I could help convince my family. I’m staying until I do that.”

“Selena...” he groans, disapprovingly.

“I’m staying. We can hurry this up and get out of here or we can spend even more time arguing,” I smile a little and turn to face him, “Who knows what kind of trouble I’ll get into if we waste any more time?”

He snorts a laugh and takes my hand in his, kissing the palm and lacing our fingers together.

“You can be very persuasive,” he grumbles.

“It’s a gift,” I reply, as we walk together to the edge of the cliff.

“Alright,” I say, “What are we looking at?”

“Human dreams,” he answers, reaching into the abyss with a clawed hand and summoning a golden thread to us.

As it grows closer, it expands until it resembles thick rope. Each weave of the rope hums with energy and I watch with utter fascination as images dart through them, like little surges of electricity through copper wire. Asmodeus catches the rope as it comes closer still and inspects it.

“A female, who goes by the name Layla dreams of her life before the one she now leads.” He explains, his eyes still scrutinising the threads. He draws the rope even closer still and with his power he separates the threads into individual strands and expands the images coursing through them.

“This,” he observes, expanding the silently laughing image of a handsome dark skinned man from the woman’s dream, “Is Mark, Layla’s former lover and mentor. It has been decades since Mark has laughed with her like this; I feel her longing for this ease between them to return.”

Underneath this golden thread, a bronze thread writhes violently and wraps itself around Layla’s sweet dream, infecting it with fear. In this nightmare, Mark turns into a monster who hunts a woman with an innocence about her which says that she is only just old enough to be considered a woman. With ebony hair and chocolate eyes, she looks a lot like me. The creature Mark catches her, holding her tight in his arms and for a moment it seems that she forgets what he is. Then he presses his lips to her throat as if to kiss her and I hear a lush tearing, followed by Layla’s gurgled scream. Her blood flows thick and fast, spilling past the corners of Mark’s dark lips. Layla meanwhile, loses the vibrancy in her warm brown skin until it turns ashen and her eyelids flutter shut. I watch in horror, wanting to comfort this stranger so like me, seduced by an otherworldly creature. Lucky for her though, this nightmare is just that and will be banished the moment she wakes up.

The nightmare changes as another bronze thread consumes the previous one and plays out a new heartbreaking scene. Layla, now hard and pale with none of her innocence still intact, looks over a graveyard under the shade of an old marble catacomb entrance. Below her, a large family buries their loved one.

“The coffin is empty,” Asmodeus says, “Layla is witnessing her own funeral.”

“What a strange dream,” I whisper, too fascinated to look away.

“Who’s that?” I ask, pointing at a devastated young woman, whose grief is so great that she sinks to her knees before Layla’s empty coffin and dissolves into a flood of tears.

“Her twin sister,” he replies, “Her name is Sandra.”

“Layla and Sandra?” I ask, confused. The names strike a chord with me, but I can’t find the elusive revelation they will surely bring. I’m pretty sure I don’t know any Laylas and the only Sandra I know is my grandmoth-

« Putain de merde ! I exclaim, as realisation dawns on me.

“You may know the surviving sister as Sandra Ma, who lost her twin Layla when they were eighteen. Layla and Sandra were their simple names, they were born Laghima and-”

“Singaramal,” I gasp, astounded by the possibility that I am visiting the strange dreams of my long dead great aunt.

“Wait,” I whisper, heart pounding, “How are we even seeing her dreams? She’s dead.”

“She is very much alive Selena.”

“What?! Certainement pas! This is incredible!” I shout, eyes darting through the threads of my supposedly long lost relative, “What happened to her?! How’d she disappear and why hasn’t she returned if she’s still alive? She’s what, seventy-two now?”

“Indeed she is, Selena. But she cannot return to her family.”

"Pourquoi pas?"

“She is an immortal, my love. The body you see in her dream is the one she still possesses.”

“Wait, what?” I ask, struggling to process revelation after stunning revelation.

"Arkamun, born three millennia before your grandmother, began using the name Markus after the rise of Christianity. He posed as a farm hand when your grandmother was a teenager and fell in love with her sister. Layla joined him and was never again seen by her family. He turned her into what she is now."

"A vampire?" I can't believe that I'm actually expecting confirmation for such a ridiculous question.

"Oui."

"And how is it that he is what he is?"

"Pan inadvertently created him, gifting his lineage to a mortal woman who would birth the first vampire."

"Wait, wait, wait," I gasp, "So you're telling me that your grandchild with Elysia, through Pan was the very first vampire?"

"Yes. The child was named Lamia and she was the first of her kind. All modern vampires are descended from her blood."

"And yours," I say.

"And mine,” he agrees, “In a sense, they are also my children."

As he says this, he caresses the threads which haunt my great aunt's sleep. As his fingers trail along the bronze coloured vibrations, the dream shifts to a moment between Layla and my grandmother when one was still mortal and both still young. The thread turns gold again as Layla revels in this dream memory.

"You helped her," I whisper, "Thank you."

"As I have told you love, I feel as if all vampires are my kin. She has suffered far too much in the waking world to be troubled by her dreams."

"Is this what you do when you're sleeping?" I ask, my heart warming to him ever further.

"I influence dreams, yes. Mostly for the benefit of my sin but occasionally," he smirks, "For the good of others."

"Of course," I drawl, rolling my eyes, at least he didn't lie.

"Où est-elle?" I ask, now burning with the desire to see my long lost relative.

"She wanders the world, seeking spiritual salvation for what she has become. She observes her sister's descendants however; undoubtedly she has looked in on your father and all his kin. Surely she knows you are gone."

"Yeah," I whisper, heartbroken by the finality of the word 'gone'.

But that's exactly how my family would see it. I'm gone. Never to be seen again. Something Layla's family would have realised when she disappeared. My poor grandmother; losing a sister and granddaughter the same way twice in one lifetime. We've broken her heart, Layla and I, for the love of monsters.

"Let's find my dad's dream then," I say, trying to clear the thickness growing in my throat.

Thankfully, Asmodeus sees the shift in my mood and immediately obliges. He gently flicks Layla's dream back into the abyss and with the same hand, summons another golden rope of sub consciousness. This one is corrupt though, infected with bronze strands so dark they look black.

My father's nightmares.

I sigh, apprehension flooding through me. The last thing I want to do is watch the horror which disturbs my dad's sleep. But seeing the choking hold of the bronze-black strands smothering what should be peaceful dreams is more than enough to strengthen my resolve. I lace my fingers with Asmodeus' and say, "Let's do this."

Wordlessly, he draws a darkened thread closer and expands it. I see an image of my father searching frantically for something, angry tears rolling down his cheeks. Asmodeus expands the strand until it becomes a doorway of sorts, made of light, with the now full sized image of my dad pacing restlessly within its depths. Asmodeus directs his hand, palm up at the portal in an 'after you' gesture. Taking a deep breath, I walk into a foreign nightmare.

À suivre...

Articles similaires

Randonnée

Ma sœur et moi aimions le plein air et avons toujours passé du temps à l'extérieur. Nous avons passé beaucoup de temps à planifier un voyage pour faire de la randonnée dans la forêt et camper quelques nuits. Nous nous sommes préparés pendant plusieurs jours et avons préparé toutes nos affaires. Nous sommes partis tôt le matin et avons marché la majeure partie de la journée, puis nous nous sommes arrêtés et avons déjeuné. Après avoir allumé un feu et déjeuné, nous sommes repartis. Vers 5 heures, nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Je suis allé à la chasse pendant...

616 Des vues

Likes 0

J'ai fait de la fille populaire mon esclave de la douleur 3

Je me réveille lentement avec une sensation étrange, quelqu'un dans mon lit avec moi. Je me souviens d'hier soir avec Taylor toutes les choses que nous avions faites, les plaisirs que nous nous étions fait ressentir mais surtout je me souviens de ce regard dans ses yeux et de la façon dont elle m'avait dit qu'elle pensait qu'elle tombait amoureuse de moi juste avant qu'elle ne s'endorme dans mes bras. Je peux sentir que ma bite est dure et pressée contre son cul, elle bouge et écarte ses jambes me donnant un accès facile à sa chatte. Je reste allongé un...

259 Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

339 Des vues

Likes 0

Bobby et Jonnie étaient amoureux

Elle avait dix-sept ans et n'avait encore jamais été embrassée, sauf lorsqu'elle avait rencontré Bobby. Il avait dix-sept ans aussi et, bien qu'il ait été embrassé plusieurs fois par les dames, il n'était jamais arrivé à la deuxième base et encore moins à la troisième ou à la maison. Mais ils étaient amoureux, l'amour des chiots en tout cas, et pour eux, cela durerait pour toujours. Bobby et Jonnie étaient des juniors dans un lycée du Midwest en plein milieu de la campagne, ils savaient donc ce qu'était le sexe. Mais quand il s'agissait de l'expérimenter réellement, aucun d'eux n'avait la...

625 Des vues

Likes 0

Comme un bon voisin - 2

Au cours des deux semaines suivantes, Linda a rendu visite à quelques reprises pour parler et généralement pour s'aider de ma grosse bite de 7 pouces. Le corps sexy de Linda qui se promenait depuis sa cour avait toujours ma bite qui tremblait d'anticipation, car je savais qu'il serait probable qu'elle serait bientôt enterrée dans sa chatte serrée.Cela pourrait arriver que son mari Jeff soit à la maison ou non, bien que généralement quand elle était seul pendant quelques jours. Ils avaient conclu un arrangement entre eux où elle pourrait obtenir la libération sexuelle dont elle avait besoin avec moi, mais...

271 Des vues

Likes 0

Changer les réalités (Partie 3)

Salut les gars et les filles! C'est Chase. Vous savez, la personne dont parle cette histoire. Je sais ce que vous pensez - Cela ne peut pas être réel. Eh bien, laissez-moi vous assurer que c'est absolument le cas. Je ne peux pas vous le prouver, à moins que nous ne nous rencontrions un jour et même alors, je devrais vous redire toute l'affaire. C'est quelque chose que je ne suis pas très susceptible de faire car toute exposition de qui et de ce que je suis pourrait conduire à ma capture par quelqu'un souhaitant me transformer en une sorte de...

180 Des vues

Likes 0

Jimmy, ses frères et sa mère

Fbailey numéro d'histoire 713 Jimmy, ses frères et sa mère Jimmy, Billy et Joey parlaient assez fort de Mandy et de sa sœur jumelle Candy. Ils parlaient de la façon dont les deux belles filles avaient permis à Jimmy et à ses deux frères de les palper. Ce sur quoi ils étaient le plus catégoriques, c'était qu'ils avaient trop peur de faire plus aux deux filles. Ils étaient à peu près sûrs que les filles leur auraient permis d'aller plus loin et qu'ils avaient raté l'occasion de les doigter. C'est à ce moment-là que leur mère est entrée dans la pièce...

130 Des vues

Likes 0

The Cosby Show - chapitre 1

C'était une matinée ordinaire dans la maison Huxtible. Claire Huxtible a appelé les enfants à venir manger avant de partir pour l'école. Mais ils étaient tous à l'étage en train de s'habiller. Heathcliff pensait que c'était la meilleure opportunité de faire quelque chose qu'il avait toujours voulu faire, se faire sucer par Claire dans la cuisine. Alors Heathcliff est descendu mais alors qu'il traversait le couloir, il a atteint l'intérieur de la chambre de Rudy et Vanessa et a vu Rudy nu s'habiller pour l'école. Il pouvait voir sa chatte vierge imberbe de 12 ans et ses seins qui grossissaient ;...

133 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

952 Des vues

Likes 2

Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut. Oooohh putain, mmmmm. elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais...

788 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.