J'ai fait de la fille populaire mon esclave de la douleur 3

571Report
J'ai fait de la fille populaire mon esclave de la douleur 3

Je me réveille lentement avec une sensation étrange, quelqu'un dans mon lit avec moi. Je me souviens d'hier soir avec Taylor toutes les choses que nous avions faites, les plaisirs que nous nous étions fait ressentir mais surtout je me souviens de ce regard dans ses yeux et de la façon dont elle m'avait dit qu'elle pensait qu'elle tombait amoureuse de moi juste avant qu'elle ne s'endorme dans mes bras.

Je peux sentir que ma bite est dure et pressée contre son cul, elle bouge et écarte ses jambes me donnant un accès facile à sa chatte. Je reste allongé un moment à essayer de savoir si elle dort ou non parce que même si je lui ai fait beaucoup de choses hier, je ne suis pas tout à fait à l'aise de baiser une fille endormie.

Je ne peux toujours pas dire si elle est réveillée alors je décide d'essayer de le savoir avec certitude, je baisse la main pour attraper ma bite et la repositionner pour qu'elle repose sur sa cuisse contre sa chatte. Je l'entends prendre une grande bouffée d'air et je suis maintenant certain qu'elle est réveillée.

J'aligne ma bite avec sa chatte et pousse en elle. Taylor gémit doucement quand je la pénètre et je souris, ses gémissements sont comme de la musique à mes oreilles et je veux la baiser correctement mais pas par derrière comme ça.

"Faire demi-tour." Je lui ordonne et elle traîne un peu en faisant glisser ma bite hors d'elle pour qu'elle puisse se retourner pour me faire face.

"C'est mieux." Je chuchote quand elle est face à moi. Je repousse en elle, sentir sa chatte humide et serrée autour de ma bite est merveilleux et je commence à la baiser avec des coups lents et profonds la faisant gémir bruyamment.

Je la regarde pendant que je la baise et je vois le regard d'amour dans ses beaux yeux bleus, le léger sourire sur ses lèvres ouvertes et le rougissement de ses joues, je réalise soudain que je ne la déteste plus.

J'embrasse Taylor profondément, nos langues se rencontrant et jouant l'une avec l'autre alors que je continue à la baiser avec des coups lents et profonds, tirant presque complètement avant de repousser complètement en elle.

Taylor drape son bras sur moi et se rapproche de moi, ce qui me fait changer la façon dont je la baise et commence à utiliser des coups plus rapides et plus courts.

C'est différent de quand on a baisé la nuit dernière, c'est tendre et on n'aime rien comme la séance de baise remplie de douleur animale la nuit dernière ou le temps passé à la bibliothèque. Taylor se retire du baiser et gémit bruyamment sa bouche ouverte en forme de O.

"Puis-je s'il vous plaît jouir monsieur?" Elle demande entre deux gémissements.

"Pouvez-vous tenir un moment?" Je lui demande avant d'ajouter rapidement: "Je veux que nous jouissions ensemble."

Elle sourit et tout son visage s'illumine, accentuant sa beauté et la rendant presque angélique.

"Je pense que je peux le faire monsieur." Elle chuchote rêveusement.

"Si vous ne pouvez pas tenir, alors vous pouvez jouir." Je lui dis mais elle secoue la tête.

"Je peux le tenir monsieur." Elle se dit déterminée.

J'accélère mes poussées en essayant d'atteindre un orgasme plus rapidement afin que nous puissions jouir ensemble. Je l'embrasse à nouveau, laissant nos langues danser ensemble alors que je la baise de plus en plus vite. Moins d'une minute plus tard, je sens mon orgasme monter et je sais que je suis sur le point de jouir.

"Viens avec moi." dis-je à Taylor.

Presque dès que je prononce les mots, Taylor hurle pratiquement et sa chatte se contracte autour de ma bite alors qu'elle orgasme me fait jouir aussi en pulvérisant corde après corde de sperme profondément dans sa chatte. Je la regarde alors qu'elle tremble et se contracte avec l'orgasme, elle a un grand sourire à la bouche ouverte sur son visage et ses yeux sont fermés, ce qui lui donne l'air de vivre une véritable extase.

Quand son orgasme s'est calmé, je jette un bras sur Taylor et je la rapproche et elle enfouit sa tête contre mon cou, j'embrasse le haut de sa tête et respire son parfum. Elle sent la transpiration mais ce n'est pas l'odeur âcre habituelle de la sueur, mais plutôt douce et plutôt érotique. Nous restons allongés là pendant un moment, nous tenant l'un l'autre et haletant alors que nous nous remettons de nos orgasmes.

"C'était probablement la meilleure façon dont j'ai jamais été réveillé." Taylor me dit rêveusement.

"Si seulement nous pouvions nous réveiller comme ça tous les jours." dis-je en embrassant à nouveau le sommet de sa tête.

"Nous pourrions." Elle chuchote presque trop doucement pour que je l'entende.

Je ne sais pas comment répondre à ce qu'elle a dit, je ne sais pas si elle voulait même que je l'entende alors je l'embrasse à nouveau et me détends, appréciant la sensation de son corps contre le mien. Nous restons allongés comme ça un moment avant de me déplacer et de récupérer mon téléphone, je veux faire quelques courses aujourd'hui mais je ne sais pas où se trouve le magasin que je veux visiter ni ses horaires d'ouverture, au bout de cinq minutes je sais où je besoin d'aller et quand le magasin ferme.

"Qu'est ce que tu regardes?" Taylor demande en regardant l'écran de mon téléphone.

"Juste les heures d'ouverture d'un magasin où nous allons aujourd'hui." Je lui dis reconnaissant pour le fait que c'est le début du week-end.

"Nous?" Elle m'interroge presque avec hésitation.

"Ouais, j'ai besoin de toi pour m'aider à choisir les choses." lui dis-je en la faisant sourire.

Nous restons allongés ensemble un peu plus longtemps avant de finalement sortir du lit. Je me douche d'abord et pendant que Taylor prend sa douche à tour de rôle, je décide de préparer le petit-déjeuner, des pancakes aux myrtilles. Taylor entre dans la cuisine avec seulement une serviette enroulée autour d'elle et jette un coup d'œil aux pancakes avant de crier et de se jeter pratiquement sur moi. Elle commence à m'embrasser frénétiquement comme si je venais de lui offrir le meilleur cadeau qu'on puisse jamais demander.

"Quoi de neuf?" Je demande quand elle arrête de m'embrasser, je peux entendre la légèreté dans ma voix et sentir mes joues se tendre à cause du grand sourire sur mes lèvres.

"Tu as fait mon petit-déjeuner préféré." Elle me dit qu'elle illumine pratiquement la pièce avec son sourire.

"Mieux vaut les manger pendant qu'ils sont encore chauds alors." lui dis-je.

Taylor saute vers la table et se glisse directement dans son assiette de pancakes, je m'assieds en face d'elle et j'essaie de manger mais je ne peux pas détacher mes yeux de Taylor en train de manger. Je sais que cela semble étrange, mais il y a quelque chose de si élégant et érotique dans sa façon de manger qui retient tellement mon attention qu'au moment où elle a fini son assiette, je n'en suis qu'à la moitié de la mienne.

Taylor se lève et me dit qu'elle va s'habiller pendant que je finis de manger. Je finis de manger puis regarde ma poitrine torse nu et mes survêtements gris et décide que je dois me changer avant de sortir quelque part. J'entre dans ma chambre pour voir Taylor toujours nue et regardant ses vêtements, elle m'entend entrer dans la pièce et me regarde embarrassée.

"J'ai oublié que je n'avais pas de sous-vêtements." Elle me dit en rougissant.

« Vous avez dit que vous aviez un intérêt pour l'exhibitionnisme. Cela pourrait être utile là où nous allons aussi. lui dis-je avec un petit rire.

"Si c'est ce que vous voulez Monsieur." dit-elle avec un sourire effronté et son rougissement s'approfondit.

"Je veux." lui dis-je en m'approchant et en l'embrassant.

Nous nous habillons tranquillement et quand nous avons fini, je regarde Taylor et vois pourquoi elle hésitait à porter cette tenue sans sous-vêtement. La jupe noire descend au milieu de ses cuisses et combinée avec les chaussettes hautes blanches attirerait tous les regards lubriques d'hommes hétéros, sa chemise blanche attirerait également les regards parce que son manque de soutien-gorge rend le contour de ses seins évident mais pas aussi évident que ses mamelons. Elle décide de laisser tomber ses cheveux blonds platine au lieu de les mettre en nattes comme elle le fait habituellement.

"Vous êtes si belle." Je sursaute en regardant Taylor vêtu de vêtements qui crient à l'innocence mais sans sous-vêtements.

Elle passe une main sur son visage presque comme si elle essayait de me cacher son visage et son rougissement profond.

"Allons-y." dis-je en lui donnant un rapide baiser et en la tirant vers la porte.

Nous marchons vers le centre-ville et au début, Taylor semble maladroite comme si elle ne se souvenait pas comment marcher correctement, mais une fois que je lui ai pris la main, elle semble se détendre et sa grâce habituelle revient. À mi-chemin dans un parc familier, Taylor veut s'asseoir et faire une pause, quand nous nous asseyons, je la regarde car elle ne peut pas rester immobile, se tortillant sur le banc et croisant et décroisant ses jambes.

"Est-ce que tu vas bien?" Je lui demande.

"J'ai l'impression que tout le monde me regarde, comme s'ils savaient tous que je n'avais pas de sous-vêtements." Taylor me dit en chuchotant la dernière partie pour que personne ne l'entende, elle se penche pour que ses lèvres soient juste près de ma tête et chuchote directement dans mon oreille, "ça me rend si humide."

"On peut s'en occuper." lui dis-je en laissant un sourire narquois franchir mes lèvres.

"Mais il y a du monde autour." Elle chuchote en regardant autour d'elle les gens qui se prélassent ou se promènent dans le parc.

"Suivez-moi." Je lui commande pratiquement.

Je connais très bien ce parc et je connais en fait un bel endroit tranquille où les gens ne se séparent pas des gens de mon âge en fin de soirée pour se saouler et s'amuser. J'explique cela à Taylor quand nous arrivons sur place, une petite clairière entourée d'arbres avec une place en béton surélevée au milieu. Elle regarde nerveusement autour de la clairière pendant un moment avant de s'asseoir sur la place en béton.

"Allez-vous me baiser monsieur ou devrais-je jouer avec moi-même?" Elle demande effrontément alors qu'elle tire sa jupe jusqu'à ses hanches exposant ses cuisses luisantes et sa chatte trempée.

"Je pense que tu devrais d'abord jouer un peu avec toi-même." Je lui dis.

"Oui monsieur." Dit-elle en amenant une main vers sa chatte tandis que l'autre tient sa jupe.

Je la regarde passer lentement et sensuellement ses doigts sur sa chatte pendant un moment avant de se concentrer sur son clitoris et de faire le tour de ses doigts plusieurs fois avant de le caresser furieusement, puis de répéter le processus plusieurs fois. Pendant tout ce temps, elle ne rompt pas le contact visuel avec moi, laissant de doux gémissements s'échapper de ses lèvres.

Après l'avoir observée pendant un moment, je baisse mon pantalon et m'avance. J'éloigne sa main de sa chatte et amène ses doigts sur ses lèvres qu'elle ouvre avec impatience et me permet de pousser ses doigts dans sa propre bouche.

« Aimez-vous le goût de vos propres jus ? » Je lui demande de retirer ma main de la sienne et de frotter ma bite de haut en bas sur sa chatte en l'enduisant de son humidité.

"Oui monsieur." Elle dit en se léchant les doigts, "voudriez-vous s'il vous plaît me baiser maintenant monsieur."

Je ne lui réponds pas, je me contente d'avancer et d'enfoncer toute ma longueur en elle d'un seul coup. Elle laisse échapper un gémissement sonore que j'étouffe instantanément avec mes lèvres, je continue à l'embrasser jusqu'à ce que je sente son gémissement complètement coupé.

"N'oubliez pas que vous devez le garder à moins que vous ne vouliez que nous ayons un public." Je lui dis. Ce sourire effronté que je commence à aimer voir sur le visage de Taylor et pendant un instant, je pense qu'elle va me dire qu'elle s'en fiche mais elle ne le dit pas.

"Oui monsieur." dit-elle doucement.

Je la baise fort et vite en savourant le son de notre peau qui se claque ensemble et les gémissements étouffés de Taylor alors qu'elle essaie de retenir ses vrais gémissements. Je passe mes mains dans ses cheveux doux et soyeux alors que je la frappe encore et encore. Sentant mon orgasme approcher rapidement, je retire une de mes mains de ses cheveux, baisse les bras et commence à frotter rapidement son clitoris en la faisant gémir bruyamment.

"S'il vous plaît, puis-je jouir monsieur?" Elle demande semblant désespérée d'être libérée.

"Oui jouis pour moi." Je lui dis en sachant que son orgasme déclenchera le mien.

Taylor laisse échapper un gémissement fort et commence à trembler alors que sa chatte serre ma bite, me faisant aussi jouir. Quand j'arrête de tirer ma charge en elle, je me penche en avant et l'embrasse pendant qu'elle tremble encore de la fin de son orgasme.

Quand elle a fini de se contracter, Taylor baisse sa jupe et s'allonge sur la place en béton. Je bouge et m'allonge à côté de Taylor, quand je sens sa main effleurer la mienne, je la prends dans la mienne et lui tiens la main alors que nous sommes tous les deux allongés là, respirant profondément.

"Pouvons-nous recommencer mais quelque part avec moins de chance de se faire prendre?" Taylor demande doucement pendant que je trace des cercles sur sa main avec mon pouce.

"Tu n'as pas aimé l'idée de te faire prendre alors ?" je demande curieux.

"J'ai aimé mais j'aimerais que nous fassions certaines de nos autres choses à l'extérieur." Elle me dit.

Ses mots me font courir des scénarios dans la tête, Taylor nue attachée à un arbre et moi la fouettant et la bastonnant, Taylor à quatre pattes dans un champ pendant que je la baise sauvagement par derrière, dans un champ faisant courir des orties partout sur elle et la fouettant avec des ronces. Les pensées qui remplissent mon esprit montrent à quel point je suis sadique, je n'avais jamais pensé que j'étais un sadique mais tout avec Taylor avait montré que je le suis et que j'aime ça, et Taylor aussi.

« Allez, on devrait y aller. » dis-je à Taylor qui se lève, la main toujours serrée dans la mienne.

Nous continuons notre voyage, marchant main dans la main et riant et plaisantant si facilement qu'on a l'impression d'être un vrai couple et ce depuis longtemps. Je pense qu'il n'y a pas si longtemps, je détestais Taylor, qu'à chaque fois que je la voyais, je venais de voir une garce qui avait rendu ma vie misérable, mais maintenant, maintenant, je vois une belle fille, une qui a dit qu'elle était amoureuse de moi et dont je crois tomber amoureux.

Finalement, nous nous arrêtons devant ma destination et Taylor lève les yeux nerveusement vers l'avant du magasin.

"C'est là que tu voulais aller ?" demande-t-elle en me regardant depuis l'entrée du magasin de jouets sexuels.

"Ouais. Je veux acheter des jouets appropriés. Je lui dis.

"O-Ok." Taylor bégaie nerveusement et un peu gêné.

"Je veux que tu fasses quelque chose pour moi." Je lui dis alors que nous entrons dans le magasin : "Je veux que tu achètes trois godes, un qui est assez petit pour tenir et te procurer du plaisir, un qui te remplira confortablement et un qui t'étirera et pourra être utilisé comme Châtiment." Je lui explique en regardant son visage les réactions à mes demandes.

Elle a l'air nerveuse et un peu effrayée mais elle hoche la tête et commence à s'éloigner pour chercher les objets que je lui avais demandé de chercher mais je l'arrête avant qu'elle ne se soit éloignée de plus d'un pas.

"Obtenez quelques autres choses, votre choix quant à quoi et rejoignez-moi près de la caisse lorsque vous avez terminé." Je lui dis avant d'ajouter, "oh, le prix n'est pas un problème."

Je la regarde s'éloigner dans le magasin étonnamment grand pour obtenir les choses que je lui avais demandées avant de me détourner pour obtenir les articles sur ma liste. Je sais exactement ce que je veux obtenir, alors je me dirige directement vers la section fétichisme / kink du magasin où je choisis deux cannes, un fouet à queue unique et un flogger. Les prochaines choses que je choisis sont deux plugs anaux, un petit et un plus grand, un autre plug plus petit qui prétend émettre de petits chocs électriques qui peuvent être préprogrammés ou contrôlés avec une télécommande m'intéresse, alors je prends celui-là aussi. Je prends ensuite un vibrateur de style baguette qui, selon un employé serviable, était l'un des plus puissants qu'ils aient vendus, je prends également un petit vibromasseur à œuf télécommandé ou pouvant être contrôlé à partir d'une application sur mon téléphone.

Je me dirige vers la caisse et vois Taylor debout à proximité, jetant un coup d'œil nerveux autour d'elle et l'air maladroit, je marche vers elle et ce faisant, j'admire les courbes douces de son corps. Elle me voit marcher vers elle et son visage s'éclaire d'un sourire et avant que je ne m'en rende compte, je me retrouve déjà à sourire.

Je m'approche d'elle et regarde sa bouche s'ouvrir sur les objets que j'ai ***************, puis elle me regarde de nouveau et se mord la lèvre d'un air extrêmement séduisant. Je baisse les yeux sur les articles qu'elle a choisis et cligne des yeux de surprise, elle avait apporté les godes que je lui avais dit le petit est petit d'environ un pouce ou deux plus court que ma propre bite, le moyen est un pouce plus long et plus épais que ma bite, aucun de ces choix ne me surprend mais le troisième oui. Le troisième est un Bad Dragon Chance, il mesure douze pouces de long et sept pouces et demi d'épaisseur et a la forme d'un coq de cheval. Je lève les sourcils d'un air interrogateur et regarde Taylor rougir profondément.

"Tu as dit que tu voulais que j'en achète un pour les punitions." dit-elle timidement.

"La forme est ma plus grande surprise mais elle fonctionnera parfaitement." lui dis-je en lui souriant doucement.

"J'ai aussi attrapé ceux-ci." Elle me dit en tenant les autres objets qu'elle avait choisis.

J'ai regardé les articles et j'ai été ravie de ses choix, elle avait une pagaie en cuir, un ensemble de bougies et un petit plug anal avec une queue de renard en fausse fourrure rousse attachée dessus.

"Nous allons devoir vous procurer des oreilles pour aller avec cette queue." lui dis-je en la faisant sourire et avoir l'air excité.

"Il y a autre chose que je voulais obtenir, mais je n'étais pas sûr du nombre de choses que je pouvais obtenir." Elle me dit en regardant le sol d'un air penaud.

"Allez le chercher." Je lui dis de prendre les objets qu'elle tient et de les mettre dans le panier avec les objets que j'avais choisis.

Taylor sourit, m'embrasse rapidement sur la joue et rebondit pratiquement pour récupérer l'autre objet qu'elle voulait. Elle revient vers moi, l'air un peu anxieux et rougissant profondément, derrière son dos, elle sort un petit collier en cuir noir élégant.

"Alors tout le monde sait que je suis à toi." Elle me dit qu'elle a l'air penaude et qu'elle a presque un peu honte.

Je ne peux pas m'en empêcher et je me penche rapidement en avant pour capturer ses lèvres avec les miennes, elle s'appuie contre moi et enroule ses bras autour de moi en m'attirant dans le baiser, j'enroule mon seul bras libre autour d'elle et la tiens contre moi.

"Je pense que je devrais peut-être acheter une laisse et t'emmener faire des promenades dans le parc." Je chuchote à son oreille quand nous rompons le long baiser.

"Je pense que tu pourrais." Elle chuchote sa voix rauque.

"Dieu que je t'aime." Je le dis sans réfléchir mais c'est naturel comme si j'avais déjà dit les mots cent fois et je sais que c'est vrai, je suis passé de la haine à cette fille à être amoureux d'elle.

Taylor me regarde, ses yeux écarquillés et brillants de surprise et de joie.

"Tu m'aimes?" Elle demande avec hésitation comme si elle ne pouvait pas croire ce que je venais de lui dire et avait peur que je n'aie pas voulu le dire.

"Je sais que tout a commencé par du chantage et que je te détestais." Je dis en travaillant à haute voix sur mes pensées, "mais quelque chose a changé et oui, maintenant je t'aime."

Taylor pousse un cri de joie, puis regarde rapidement le magasin presque vide, gêné.

"Je vous aime aussi." Dit-elle l'air si heureuse que mon cœur bat plus vite et je sais que je veux être avec cette fille pendant longtemps.

Je la tire fort contre moi, la faisant haleter doucement avant de l'embrasser fiévreusement presque comme si le monde était sur le point de se terminer et que ce sont nos derniers moments ensemble. Nous arrêtons de nous embrasser longtemps plus tard et finissons par sourire et nous regarder les yeux perdus dans le puissant sentiment d'amour que nous ressentons tous les deux en ce moment.

"Nous devrions payer et sortir d'ici." Je murmure ne voulant pas briser la transe dans laquelle nous semblons être, mais voulant sortir de cet endroit et retourner à mon appartement.

"Et allez dans un endroit un peu plus intime." Taylor ajoute en frottant sa main contre la mienne alors que nous marchons vers la caisse.

Pendant que je prends quelques bouteilles de lubrifiant et que je paie tous nos articles, Taylor est au téléphone et commande un taxi pour venir nous chercher juste en bas de la rue afin que nous puissions revenir rapidement chez moi. Nous sortons du magasin et dans la rue, nos doigts entrelacés, nous ne nous lâchons pas les mains jusqu'à ce que le taxi s'arrête. Sur le trajet, j'utilise mon téléphone pour commander une étiquette personnalisée pour le collier de Taylor, c'est un cœur plaqué or avec son nom inscrit d'un côté et mon nom de l'autre.

"C'est parfait." Elle dit avec enthousiasme et me donne un long baiser avant de me chuchoter à l'oreille: "Je le porterai toujours pour que tout le monde sache que je suis à toi."

La façon dont Taylor n'arrête pas de dire qu'elle est à moi comme si elle m'appartenait semble si misogyne, mais cela m'excite aussi et j'aime le son. Je n'avais jamais pensé que j'étais possessif, mais encore une fois, je n'avais jamais pensé que j'étais sadique jusqu'à ma première fois avec Taylor.

"Tu aimes vraiment l'idée d'être possédé?" je demande tranquillement, intrigué d'entendre sa réponse.

"Ouais." Elle chuchote à bout de souffle: «Je sais que je suis un peu bizarre mais tout cela m'excite vraiment, la douleur, l'exhibitionnisme, être humiliée, se sentir possédée et possédée. Tout cela m'excite vraiment. Sa voix est haletante et extrêmement érotique, tout comme la sensation de sa main qui vient soudainement se poser sur ma cuisse. Je place ma main sur sa main qui repose sur ma jambe et nous restons comme ça pour le reste du voyage jusqu'à mon appartement.

Lorsque le taxi s'arrête à l'extérieur de mon immeuble, je paie le prix et nous nous dépêchons de monter les escaliers avec Taylor me disant tranquillement toutes les choses qu'elle veut que je lui fasse une fois que nous sommes entrés dans mon appartement. J'ai failli courir dans la cuisine pour récupérer une boîte d'allumettes et une paire de ciseaux avant de suivre Taylor dans ma chambre. Nous nous déchirons pratiquement les vêtements avant de nous rappeler que nous devions ouvrir l'emballage des jouets que nous venions d'apporter, Taylor se met au travail en découpant l'emballage en plastique pendant que je branche l'œuf vibrant télécommandé et le plug anal à décharge électrique dans le mur pour charger .

Nous avions ouvert tous les jouets quand Taylor s'agenouilla soudain devant moi et me tendit le collier.

"Voudriez-vous s'il vous plaît m'en parler, Monsieur, afin que je puisse être à vous et à vous seul aussi longtemps que vous me voudrez." Sa voix se brise légèrement lorsqu'elle dit les mots et la façon dont elle parle est comme si elle prononçait des vœux de mariage et je réalise à quel point cela signifie pour elle. Je suis rempli de nerfs et j'espère vraiment que je ne vais pas tout gâcher en m'agenouillant devant elle

"Puisse-t-il y avoir de nombreuses années remplies de bonheur, d'amour, de douleur et de plaisir." dis-je avant d'attacher le collier autour de son cou en veillant à ce qu'il ne soit pas trop lâche ou trop serré.

Je vois qu'elle a commencé à pleurer doucement mais l'énorme sourire sur son visage me dit que ce sont des larmes de bonheur et non de tristesse. J'essuie les larmes de ses yeux avec mes pouces puis j'enroule mes bras autour d'elle et je la tire sur mes genoux la faisant rire, son rire se transforme en gémissement alors que je commence à mordiller son lobe d'oreille.

"Je vous aime." Taylor halète entre les gémissements.

"Je vous aime aussi." Je murmure directement dans son oreille et la fait frissonner.

Nous restons comme ça pendant un moment avec Taylor sur mes genoux et nous serrant l'un contre l'autre, je respire profondément, inhalant son parfum, savourant l'arôme et me sentant heureux d'avoir perdu mon sang-froid et de l'avoir giflée dans la bibliothèque de l'école.

« Alors, que veux-tu essayer en premier ? » je demande à Taylor alors que nous nous levons tous les deux.

Je regarde son regard parcourir les jouets qui sont disposés en ligne sur le lit, ses yeux s'arrêtent un instant sur le gros gode en forme de bite de cheval avec un tube qui sort du fond, un rapide coup d'œil à la notice avait a expliqué qu'il s'agissait d'un faux système de sperme, vous remplissez la seringue avec le lubrifiant qu'ils fournissent et quand vous le vouliez, vous appuyiez sur le piston de la seringue et le sperme comme du lubrifiant voyageait à travers le tube menant à travers le gode et hors de la tête du gode comme s'il jouissait.

« J'aimerais que vous utilisiez la pagaie sur ma chatte Monsieur. Si cela vous convient. dit Taylor un peu nerveusement.

"Tiens ça." Je lui ordonne de lui remettre la pagaie en cuir.

« À quel point êtes-vous flexible ? je demande en déplaçant les jouets du lit au sol.

"Je suis très flexible, je peux mettre mes jambes derrière ma tête Monsieur." Elle me répond fièrement.

"Ok, fais-le alors." Je lui ordonne après lui avoir enlevé la pagaie.

Je regarde avec étonnement alors que Taylor contorsionne son corps et place ses jambes derrière ses bras et ses pieds derrière sa tête, j'avance sur elle et utilise une longueur de corde pour attacher sa jambe droite à son bras droit puis sa jambe gauche au bras gauche . La position laisse sa chatte et son trou du cul exposés et grands ouverts, j'admire sa chatte rose parfaite et me penche pour lui donner un rapide coup de langue avant de commencer à abuser de son corps magnifique.

« Le mot de sécurité est le même que la dernière fois, tu t'en souviens ? » Je lui demande de vouloir s'assurer qu'elle sait comment s'en sortir si elle en a besoin.

"Ouais, c'est du shampoing." Elle me dit.

"Ok bien, nous pouvons commencer maintenant alors." lui dis-je en regardant son visage s'ouvrir d'un sourire.

Je soulève la pagaie et l'abats fort sur sa chatte, Taylor hurle de douleur lorsque l'épaisse pagaie en cuir heurte sa fente. Le son de ses cris est comme de la musique à mes oreilles, j'aime tous ses bruits, ses gémissements, ses soupirs et ses rires mais pour une raison quelconque, j'aime le plus ses cris. J'abats la pagaie sur sa chatte encore et encore en regardant avec plaisir alors qu'elle crie, se débat contre ses liens et sa chatte rougissante. Je lui donne vingt coups à la chatte et à la fin, elle me supplie d'arrêter avec des larmes qui coulent sur ses joues mais je ne m'arrêterai pas, pas avant que j'aie fini ou qu'elle prononce le mot de sécurité et elle sait que tout comme moi sachez que ses supplications font partie de l'expérience pour elle.

"Comment est cette position, est-ce que ça commence à faire mal?" Je demande sans essayer de la narguer mais en voulant savoir combien de temps encore je peux la laisser dans cette position.

"Mes jambes me font mal monsieur mais je peux rester comme ça plus longtemps si vous le voulez." Elle me dit en me regardant à travers de grands yeux humides.

"Ok, il y a une dernière chose que je veux faire avec toi dans cette position." Je lui dis.

Je me dirige vers l'endroit où j'ai placé les jouets plus tôt et j'échange la pagaie contre une canne. Je reviens vers Taylor toujours attachée avec ses jambes derrière la tête et tape doucement la canne le long de sa chatte la faisant gémir doucement. Avec le dernier léger coup de canne contre sa chatte, je me balance en arrière et je la fais craquer contre ses fesses, elle crie et je décide de lui donner une seconde de repos avant de continuer la bastonnade de son cul.

"S'il vous plaît Monsieur, donnez-moi plus." Taylor dit, j'oblige.

Je fais durer la bastonnade, je m'assure de frapper ses deux fesses à chaque coup puis j'attends qu'elle arrête de crier avant de frapper à nouveau. J'aime cette façon d'abuser d'elle plus que mes coups rapides et sauvages habituels, c'est plus intime. Je la frappe jusqu'à ce que ses fesses soient un patchwork de rayures rouges et quand j'arrête enfin de la frapper, je passe mes mains sur son cul en sentant la chaleur des marques et en appréciant le son de ses gémissements.

Je bouge et remets la canne avec le reste des jouets avant de retourner vers Taylor et de défaire la corde qui maintient ses jambes et ses bras ensemble. Taylor se déplie maladroitement et je la regarde essayer de redonner vie à ses jambes mais je peux dire qu'elles font mal alors je m'assois sur le lit, la tire sur mes genoux et commence à lui masser les jambes.

"Est-ce mieux?" je demande après quelques minutes à masser ses jambes.

"Oui, merci Monsieur." dit-elle doucement, rêveusement.

"Wow, tu es vraiment mouillé." dis-je en glissant une main entre ses jambes et en passant mes doigts sur l'extérieur de sa chatte trempée.

Taylor gémit, le plaisir et la douleur se mêlant en un seul son magnifique, je continue à frotter sa chatte en accordant une attention particulière à son clitoris. Je coupe son menton avec ma main libre et l'utilise pour incliner sa tête vers moi et quand ses yeux fermés rencontrent les miens, je me penche en avant et l'embrasse fort en essayant de transmettre toute la passion et l'amour que je ressens pour elle.

"S'il vous plaît, puis-je jouir monsieur?" Elle gémit avec son visage pressé contre le mien.

"Pensez-vous que vous l'avez mérité?" Je lui demande.

"Je l'espère Monsieur." Elle gémit plus fort, évidemment juste au bord de son orgasme et fait de son mieux pour le retenir en attendant ma permission.

"Ok, jouis pour moi salope." lui dis-je après y avoir réfléchi un instant.

"Oh putain, merci monsieur." Elle grogne alors que l'orgasme la réclame et elle s'effondre contre moi en tremblant.

Son orgasme s'apaise presque une minute plus tard et je sens ses bras m'encercler lentement, j'enroule mes bras autour d'elle et tire son corps contre moi, j'embrasse son front puis quand elle me regarde j'embrasse ses lèvres et elle fond pratiquement contre moi .

"Tu sais que nous n'avons pas encore fini." Je lui dis, je la sens frissonner d'anticipation et hocher la tête, "quand nous aurons fini, ton corps sera une tapisserie de marques et d'ecchymoses." Je la sens frissonner à nouveau à ma promesse violente.

"Je suis à vous Monsieur, faites ce que vous voulez de moi." Elle me raconte l'image parfaite de la soumission.

"Ok, lève-toi, je veux jouer à un jeu." Je dis à Taylor qui grimpe hors de moi pour se tenir au pied du lit avec ses bras derrière son dos, ses jambes légèrement écartées et sa poitrine bombée accentuant ses petits seins.

Je récupère mon téléphone et cherche rapidement un générateur de nombres aléatoires, j'ouvre le premier lien, règle quelques paramètres et pose mon téléphone sur le lit. Je change d'onglet sur l'application mémo et commence à élaborer le plan de mon jeu.

Je numérote les jouets que je peux utiliser pour la maltraiter de un à quatre, un est la canne, deux est le fouet, trois est le fouet à queue unique et quatre est la pagaie en cuir. Je note ensuite les parties de son corps et les numérote également, un pour ses seins, deux pour son dos, trois pour son cul, quatre pour l'arrière de ses cuisses, cinq pour l'avant de ses cuisses et six pour sa chatte.

"Ok, choisissez d'abord un nombre entre un et quatre." Je lui dis.

"Trois, monsieur." Elle me dit avec confiance.

"Trois est le fouet." Je lui dis en ramassant le fouet à queue unique et en appréciant le regard craintif sur son visage.

"Maintenant, choisissez un nombre entre un et six." Je lui dis.

"Trois Monsieur." dit Taylor avec crainte.

"Trois est votre dos." Je lui dis, « Ensuite, vous avez deux options. Nous allons décider du nombre de cils que vous obtiendrez. Nous pouvons utiliser le générateur de nombres aléatoires de un à trente ou vous pouvez choisir le nombre de cils que vous obtenez, mais le plus bas que vous pouvez atteindre si vous le souhaitez est de quinze. Je lui donne les options et je me demande comment elle va choisir.

Je la regarde réfléchir sérieusement aux options pendant un moment jusqu'au moment où je vais prendre sa décision pour elle, mais ensuite elle parle.

"Le générateur de nombres aléatoires s'il vous plaît Monsieur." Elle dit rapidement comme si elle devait le dire avant de s'effondrer.

"Ok, appuyez sur le bouton alors." Je lui ordonne de lui tendre le téléphone.

Taylor appuie sur le bouton et nous regardons tous les deux le site Web faire son travail et générer un nombre de un à trente. Un numéro apparaît à l'écran et Taylor hoqueta de peur, vingt-cinq est le numéro à l'écran.

« Alors vingt-cinq coups de fouet avec le fouet dans le dos. Je vais commencer doucement pour que tu puisses t'y habituer. Je lui dis.

"Merci Monsieur." dit-elle tranquillement.

"Tenez-vous face au mur avec vos mains sur le mur au-dessus de votre tête et nous commencerons." Je la commande.

Elle marche vers le mur et se tient dans la position que je lui ai dit, je marche derrière elle, rassemble ses longs cheveux blonds et les place sur son épaule pour qu'ils pendent sur ses seins et non sur son dos.

"Je vous aime." Je lui dis en lui donnant un rapide baiser au-dessus du col avant de reculer prêt à la fouetter en arrière tremblant.

« Avant de commencer Monsieur, voulez-vous que je compte les coups de fouet ? » Elle demande de m'arrêter en plein swing.

"Si tu peux, mais si tu ne peux pas, je le ferai." Je lui dis.

"Merci Monsieur, je suis prêt maintenant." Elle me dit.

J'attends quelques secondes avant de commencer à fouetter. Comme je lui ai dit que je le ferais, je commencerais doucement avec chaque coup devenant un peu plus dur mais toujours en la faisant haleter, puis elle compte le coup. La sixième frappe est considérablement plus forte que les cinq premières, le cri de Taylor est fort et long et elle tombe à genoux avec ses mains qui tournent autour de son dos.

"Se lever." Je lui ordonne et la regarde alors qu'elle se lève en tremblant, "rappelle-toi que tu peux me faire arrêter à tout moment, dis juste le mot de sécurité." Je lui dis de vouloir lui rappeler qu'elle a une issue et qu'elle n'a pas à continuer.

"Je peux le faire Monsieur." Elle se dit déterminée.

"D'accord, mais les dix-neuf derniers coups de fouet seront aussi forts que le dernier." Je lui dis.

"Oui monsieur." dit-elle en revenant dans la même position pour le reste de sa flagellation.

"Je vais recommencer." lui dis-je en passant à nouveau ses cheveux par-dessus son épaule.

I let her recover after each strike, allowing her time to scream and steady her breathing before I strike her again, she has stopped counting out the lashes but I don’t mind because I think of how bad the pain must be. The sound of the whip striking her skin, the sound of her screams and the sight of the red welts appearing on her back are turning me on so much that by the time I have administered all twenty five of the lashes my cock is fully erect and throbbing.

“That’s all, you took them all.” Je lui dis.

Taylor turns around and I see that there is tears streaming down her face, I move toward her and wipe the tears from her eyes before wrapping her in a hug making sure to keep my hands and arms away from the welts on her back.

“You did really well.” I tell her pulling back from the hug and kissing her forehead.

“Thank you Sir.” She says with a shaky smile.

“I take it that’s not something you want to repeat.” I say sensing how much it had hurt her.

“No, I want to, just with less hits next time.” She tells me with a nervous laugh.

“You are fucking amazing.” I tell her giving her a big kiss.

“Can we have a second round?” Elle demande.

I hadn’t expected her to say those words and had been planning on giving her a minute or two to recover and maybe have her suck my cock before we carried on but her request spurs me on.

“Ok let’s choose body part first this time. Give me a number between one and six.” I order her.

“Six Sir.” She tells me.

“Six is your pussy.” I tell her and watch her wince, “now pick a number between one and four.”

“Definitely not three Sir.” She says with a soft laugh and making me laugh too.

“Can I have one please Sir.” She says.

“One is the cane.” I tell her and watch as a look of fear crosses her face.

“Number generator again?” I ask and she nods her head.

Taylor presses the go button on the number generator and we both watch as the website does its job and spits out a number, the number ten.

“So ten strikes on your pussy with the cane. You up for this?” Je demande.

“Yes Sir.” She replies.

“Ok, lie on the bed and make sure your pussy is very exposed and I have easy access.” I tell her as I move over to the candle set, take one from within and light it.

“Can I ask a question please Sir?” Taylor asks.

“Go for it.” I tell her giving her permission to ask her question.

“Why did you light the candle Sir?” Elle demande.

“Because after this round we are going to have a break from the beatings and I want some melted wax for then.” Je lui dis.

“Are you ready?” I ask looking down on her lying on her back with her knees pulled up to her chest and her legs spread wide.

“Yes Sir.” She answers.

“I want you to count every strike.” I tell her before adding, “if you don’t I will repeat the strike until you do.”

“Yes Sir.” She says sounding worried now.

I run the cane along her pussy that is already red and swollen from the beating it took with the paddle earlier but I’m not going to take it easy on her. I bring the cane up and then back down horizontally across her pussy.

“One Sir.” Taylor stammers after a short scream from the first strike.

I alternate the strikes between horizontal across her pussy and vertically up the length of her pussy. Taylor counts out each strike after screaming, her screams are different with the different strikes with the vertical strikes eliciting louder screams as the cane connects with her clit.

“Ten Sir.” Taylor gasps after a loud scream from a vertical strike that hits her directly across her clit.

“We are done with the beatings. For now.” I tell Taylor, her face had slightly fallen like she was upset when I said we were done but when I added ‘for now’ her face lit up.

“This isn’t a rest for you though this break is for me, my cock has been rock hard since we started so I’m going to use your throat for release.” I tell her feeling a little cruel but really enjoying myself.

“Yes Sir.” She says her eyes wide and a smile on her lips, “can I ask you a question please Sir?” She asks, I nod my head and Taylor asks her question, “what was the wax for Sir?”

“Well while I’m fucking your throat I’m going to cover you in hot wax.” I tell her watching her smile widen.

“Lie on your back with your head off of the end of the bed.” I order her as I retrieve the burning candle that has now melted enough to have a large puddle of melted wax.

“If at any point you need me to stop tap my leg three times.” I tell her knowing that she won’t be able to speak with my cock in her throat but also knowing the importance of her having a way of telling me she needs everything to stop.

I walk back over to Taylor and let my cock flop down onto her upside down chin, like I’ve pressed a button her mouth opens wide. I slip my cock into her mouth and feel her tongue instantly start swirl around the head of my cock, I let my cock rest in her mouth for a moment enjoying the feeling of her tongue all over my cock. I start to push my cock further back but when I reach the back of her mouth I feel her throat constrict and block me.

“Open your fucking throat.” I growl dripping a little bit of wax onto her stomach.

Taylor gasps as the wax hits her stomach and then starts to gag and choke. I pull my cock back worried about her breathing but when she coughs softly and her breathing returns to normal I know she is ok. I start to push my cock back towards her throat and this time when I reach the back of her mouth I’m pleased to find no resistance. I let my cock rest in her throat for a moment for her to get used to the feeling of it being there before I start properly fucking her throat and pouring the wax onto her.

I start to move pushing my cock in and out of her throat fucking her slowly, I can hear and feel her gagging around my cock which sends vibrations through my cock making me moan with pleasure. I fuck her throat gently for a while and think about going harder but I want to pour the wax onto her so I continue my slower throat fucking and bring the candle above her body. I pour the wax onto one of her breasts and feel her moan around my cock, the feeling pushes me closer to an orgasm so I pour some wax onto her other breast.

I continue pouring wax onto Taylors breasts and stomach but I start to pick up the speed of my fucking as I feel myself rapidly approaching an orgasm.

“Fuck, I’m gonna cum.” I growl.

A second after speaking I push my cock deep into Taylors throat and cum, while I shoot ropes of cum straight down her throat I pour more of the wax over her breasts trying to get the wax on her nipples. When I finish shooting cum down her throat I pull my cock back and out of her mouth, I watch her gulp to swallow any cum remaining in her throat and take deep breaths. I step back and look down on Taylor I can see the wax splattered across her stomach and breasts the red colour standing out against her pale skin, I can also see that while I had been fucking her throat drool had been spilling out of her mouth and has run over the rest of her face covering her nose, eyes and forehead in a sheen of spit.

“I’ll be back in a second.” I tell Taylor.

I rush out of the bedroom into the bathroom where I wet a towel and wring it out so it is just moist before rushing back into the bedroom. Taylor hasn’t moved since I left the bedroom and is still lying on her back with her head hanging off the end of the bed.

“Come sit here, lets get your face cleaned up.” I tell her sitting on the bed.

Taylor gets up and moves around to sit next to me but I pull her onto my lap making her squeal and then giggle. I take the moist towel and use it to start cleaning all of the drying spit off of her cheeks before moving on to the rest of her face using small soft movements to clean her face.

“There we go, beautiful as always.” I say giving her a quick kiss on the cheek.

Taylor turns her face towards me and looks into my eyes, I’m struck by all the emotions I see in her eyes but the main emotion that I see in her eyes is love and I know right now that I want to be with this girl for a long time, maybe even the rest of my life. Je l AIME.

“I love you.” I whisper feeling choked up by the intensity of the emotions I’m feeling.

“I love you too.” She whispers back her voice sounds much like my own, overwhelmed by emotions.

We stay like that for a couple minutes with Taylor on my lap and our arms wrapped around each other and sharing kisses ranging from long and passionate to quick and teasing. I try to keep my hands away from the welts on her back but I keep accidentally brushing against them making her wince in pain.

“Could we carry on please Sir.” Taylor asks.

“You sure about that? We don’t have to.” Je demande.

“If you’re ok with it Sir.” She says softly.

“I just want to make sure you’re not enduring this just to please me.” I tell her my voice soft.

“No Sir, I want you to hurt me more and tease me until I beg to cum, I want you to make scream in pain and moan in pleasure Sir.” She tells me, her words make my cock twitch, her words have inspired me and I know what I’m going to do to her now.

“Ok well I think now is the best time to test out two toys we haven’t tried yet.” Je lui dis.

I give her a quick kiss before moving her off of my lap so I can get the things I need for what I want to do.

“Lie on your back and stretch your arms and legs.” Je lui dis.

She stretches her arms up towards the headboard and her legs towards the foot of the bed. I use a length of rope to tie her right hand to the right side of the headboard and then use another length of rope to tie her left hand to the left side of the headboard. I then move to the foot of the bed and use longer lengths of rope to tie her feet to their respective legs of the bed.

I run my hands up her legs across her hips, over her stomach and onto her breasts, I massage her breasts roughly and pinch her nipples making her groan. I stop manhandling her breasts after a minute and move to the toys I want to use on her, I plug the wand vibrator into the wall socket then carry it and the flogger over to the bed.

“Time for some fun.” I say as I sit next to Taylor’s torso.

The vibrator buzzes to life as I switch it onto its lowest setting, I’m surprised and pleased by its strength. I reach over and spread Taylor’s pussy with my fingers before pressing the vibrator against her pussy making sure it presses against her clit.

“Holy shit.” Taylor squeals as I press the vibrator against her pussy.

“Remember you have to ask permission to cum.” Je lui dis.

“Yes Sir.” She stammers.

I watch Taylors eyes close and her mouth open as pleasure courses through her body, I wait a moment letting her enjoy the pleasure before I start with the flogger. While still holding the vibrator against her pussy I use my free hand to pick up the flogger and then bring it down hard across her left breast.

“Fuck.” Taylor screams, her eyes darting open as the flogger connects with her breast.

I hold the vibrator against her pussy as I use the flogger on her breasts alternating between her right and left breasts. As I had expected it doesn’t take long for Taylor to ask for permission to cum.

“Please Sir can I cum?” Elle demande.

"Non." I tell her pulling the vibrator away from her pussy.

Taylor groans from the sudden loss of stimulation to her pussy and when she looks up at me I see realisation dawn in her eyes, I had done the same kind of thing to her yesterday as punishment when she had cum without permission, she had said it wasn’t much of a punishment because she had had the best orgasm of her life but I want to see what she thinks of it now.

“How many times do you think I should deny you your orgasm?” I ask her lightly trailing the flogger over her breasts and then stomach.

“Only once Sir.” She says with a nervous laugh.

I lift the flogger and bring it slapping down hard against her pussy making her scream loudly.

“Same question but this time give me a serious answer or I will beat you and not let you cum for the rest of the day.” Je lui dis.

“Sorry Sir.” She says and then quickly adds, “as many times as you want to Sir.”

“Good answer.” I tell her with a smile but then I grow serious.

“Just so you know if you cum without permission your punishment will be five lashes from the whip on your pussy.” I watch a look of absolute terror cross her face at my words.

“Yes Sir.” She says softly.

I turn the vibrator on and put it onto setting two of four and press it back against her pussy, she lets out a loud moan and I pull the vibrator away for a second before pressing it back for a second and pulling it away for another second, I repeat this a couple of times before leaving the vibrator pressed against her pussy. I start hitting her breasts with the flogger again while I let the vibrator do its job.

When Taylor ask for permission to cum I again remove the vibrator and wait for her to settle down a little bit before pressing it against her pussy and hitting her breasts with the flogger again. After the second time I bring her to the edge with the second setting of the vibrator I turn it up to the third setting and bring her to the edge twice more beating her breasts with the flogger the whole time making her moan and scream. After bringing her to the edge twice with the vibrator on the third setting I turn the vibrator up to the fourth and final setting.

I bring her to the edge once on the fourth setting hitting her breasts with the flogger the whole time and then considering I had already denied her her orgasm six times I decide to let her cum the next time she asks permission.

“Please Sir, please let me cum Sir, please, please.” She begs me with tears running out of her eyes.

I wait a moment making her think I’m going to deny her an orgasm yet again but then I speak the words she so desperately wants to hear.

“You can cum.” Je lui dis.

“Oh fuck, thank you Sir.” Taylor screams.

I hold the vibrator against her pussy as she orgasms, her orgasm is violent and she jerks around against the ropes restraining her arms and legs. She starts off the orgasm with a loud scream after a moment her scream tapers off but her violent jerking movements don’t and I start to worry about the rope around her arms and legs hurting her.

"S'il te plaît. Monsieur. No. More.” Taylor says jerkily taking big gulps of air between each word.

At first I don’t know what she is talking about but then I feel like a fool because I realise I’m still holding the vibrator against her pussy and it’s still on the highest setting. I pull the vibrator away from her pussy and she groans with relief from the loss of the overwhelming sensations against her pussy. Taylor had practically risen off of the bed when she had arched her back during her orgasm but now that the vibrator has been removed her orgasm has calmed down and she slumps on the bed twitching now instead of shaking violently.

I sit watching her as she recovers from her aggressive orgasm, her eyes are closed, her mouth is open slightly, her skin glistens with a film of sweat making her look like her skin is made up of diamonds and her platinum blonde hair spills onto the bed beneath her. I trail my eyes down her body over her small breasts and hard pink nipples that rise and fall with her deep breaths, over her flat toned stomach and slender hips then her exposed, red and swollen pussy slick with her juices and then finally down her long pale legs.

Looking over Taylor’s naked body I blasphemously think that not even all the angels in heaven could compare to her beauty.

“Do you like what you see Sir?” Taylor asks with a cheeky tone to her voice and looking up at me with her bright blue eyes.

“I love what I’m seeing.” I tell her with a smile and a quick kiss on her lips.

“Can I make a request please Sir?” Taylor asks a little nervously.

“Yeah sure.” I answer her curious about what her request is.

“Will you please fuck my ass Sir?” She asks confidently.

I smile remembering when I fucked her ass last night, how tightly it gripped my cock and how amazing it felt. I move around the bed untying the ropes holding her to the bed and act like I’m considering her request even though I’ve already made my decision. Taylor sits up on the bed and I sit down next to her.

“You know you are every mans dream girl.” I tell her, “gorgeous. Kinky. Marrant. Intelligent. And just all round amazing.” I punctuate each compliment with a quick kiss on her lips and by the time I’m finished we are both smiling widely at each other.

“I love you.” We both say at the same time and then look into each others eyes and break into laughter.

When we stop laughing I pull her towards me, wrap my arms around her and kiss her deeply.

“If you want me to fuck your ass I will.” I tell her, “but I want to know why you want me to, you didn’t seem to like it last time.”

“It’s not that I didn’t like it Sir, it hurt yes but I’m yours and I want to be able to use all of my holes to please you Sir.” She tells me with a determined look on her face, “and what better way to train me than with your wonderful cock Sir.”

“You are like a dream come true.” I tell her, “I would be honoured to train you.”

“Thank you Sir.” She says with a smile.

“Remember how you put your legs behind your head earlier? Do you think you could do that again?” Je lui demande.

“Yeah I can do that Sir.” She tells me looking excited but also anxious.

“Ok do that, I’ll grab the lube.” Je lui dis.

I stand up and retrieve the water based lube, I move back to the bed and look at Taylor with her red, swollen pussy and tight puckered asshole exposed and ready for my pleasure. I pop the lid on the lube and squeeze some onto my fingers, I run my fingers over her asshole making her gasp and moan softly. I continue spreading the lube around her tight hole until I think there is enough there and then I slip a lube coated finger inside her tight hole, she moans louder as my finger slides easily into her hole and I add a second finger a second later.

I finger Taylors tight asshole to accustom her to the feeling of something inside her hole and when I think she is ready I pull my fingers from her hole. I grab her by her hips and pull her to the edge of the bed making her squeal but she holds her folded position. I think about covering my cock in lube but when I see her pussy dripping wet in her juices I decide to use natural lubrication instead, I slap my cock down on her pussy making her grunt with a little bit of pain from all the abuse her pussy has taken today. Taylor makes a half moan and half humming sound as I rub my cock all over her pussy trying to cover it in as much of her juices as possible.

“I need you to talk to me with this, to tell me if we need more lube, if I can speed up or need to slow down. Just anything, I don’t want this to be pleasurable only for me.” Je lui dis.

“Yes Sir I can do that.” She tells me confidently.

“Ok good.” I say rubbing my cock over her pussy one last time to make sure my cock is lubed up enough for this.

I press the head of my cock against her tight hole and push gently, I feel my cock pop into Taylors ass and we both moan simultaneous moans of pleasure. I leave just the head of my cock in her tight hole for a moment to let her get used to the sensations she is feeling right now. I push the rest of my cock inside her, burying myself all the way to the hilt, her tight ass smothers my cock and is so tight that even with the lube I’m not sure if I’m going to be able to fuck her.

“Please fuck me Sir.” Taylor practically begs me.

I’m worried about hurting her but her pleas combined with my already existing desire to fuck her make me pull my cock out until just the head is left inside her before pushing back inside her.

“Oh yes, please fuck my tight hole hard Sir.” Taylor growls as I slide my cock slowly in and out of her ass.

I lean over her and kiss her deeply before standing back up and thrusting hard inside her. I fuck her hard, pulling all but the head of my cock out before slamming my full length back inside her making her groan and grunt with the force of my fucking. Like I had told Taylor before we started I want this to be pleasurable for us both but she doesn’t seem to be getting much pleasure from it. I stretch and reach across the bed and retrieve the wand vibrator and turn it on to the lowest setting before pressing it against Taylors pussy.

She moans loudly as the vibrator comes into contact with her pussy and even though I’m holding the vibrator against her pussy I don’t lighten up with my hard fucking of her ass.

“Please can I cum Sir?” Taylor shouts.

“Can you wait, I’m so close.” I tell her wanting us to cum together.

“Yes Sir, I can wait.” She tells me.

I pick up my pace and fuck her fast making her groans increase in frequency and volume. I can see her shaking as she tries her hardest to hold back her orgasm to wait for my permission.

“Cum with me my little slut.” I growl feeling my orgasm about to hit.

“Thank you Sir.” Taylor screams as her orgasm takes her right at the same time my orgasm hits me.

I bury my full length in her ass and spray rope after rope of cum deep inside her as the folded up Taylor shakes and moans loudly. I remove the vibrator from her pussy when I finish shooting my cum inside her ass and a moment later Taylor comes down from her orgasm. I pull out of her ass but before she can unfold herself I have one last thing I want to do.

“Stay like that I want to get some pictures.” I tell her and when I see her face drop I realise that she thinks I want the pictures for the same reason I took the video of her in the library, to blackmail her.

“They will be for our use only. I’d never send then to anyone, I wouldn’t do that to the person I love.” I tell her as I retrieve my phone to take the pictures.

I move back over to the bed and see that Taylor is still in the same position but her eyes are filled with tears.

“You really do love me.” She says quietly and a little disbelievingly.

"Viens ici." I tell her as I sit cross legged on the bed.

Taylor unfolds herself and crawls across the bed to sit in front of me but the whole time she keeps her eyes down and doesn’t look at me.

“Hey.” I say cupping her chin and forcing her to look up and into my eyes.

“I fucking hated you, you were a bitch and terrorised me and made my life miserable.” I tell her and when she tries to look away from me I use my hand to hold her face still so she is still looking into my eyes.

“I was so happy to have something to blackmail you with to make your life miserable as well but.” I pause and sigh trying to figure out how I can say this and convey my emotions to her.

“But since then I’ve seen a completely different side of you, a confident, beautiful, charming girl who is kind and nothing like the person you act like at school.” I tell her, “I really have fallen in love with you and I don’t want you thinking any different because it wouldn’t be true.”

By the end of my rant Taylors tears have spilled over and now run down her cheeks but she has a soft, hesitant smile on her face.

“Why did you think I was lying?” Je lui demande.

“I’m sorry Sir.” She starts but I cut her off.

“None of that Sir stuff now, that’s only for when we’re fucking.” I tell her bluntly.

“Ok.” She takes a deep breath and looks nervous to the point where I don’t think she will actually tell me but then she speaks quietly and hesitantly.

“Lots of people have told me that they love me but they don’t. They say it as a way to control me to make me feel something and then use it against me, or they say it just because they think it’s what I want to hear.”

I can feel tears welling up in my eyes as she speaks, I understand now why she didn’t believe that I love her.

“I don’t think anyone has every actually loved me.” She says with a sob.

I feel my own tears run down my cheeks, I lunge at her and wrap my arms around her holding her tight.

“I really love you. When I tell I love you it’s because I actually do love you Taylor.” Je lui dis.

I hold her gently feeling her chest heave as she sobs with her face buried against my neck. I run my hand through her hair trying to comfort her, I would be stroking her back as well but I don’t want to touch the welts on her back for fear of hurting her.

“There is something left that I want to do.” I tell Taylor gently moving her off of my lap when she has stopped crying and has recovered. I forget about taking the pictures I had want because I feel like it would just humiliate her and make her feel worse again when all I want to do now is comfort her and make her feel better.

“Don’t worry I’m not going to use any of the toys.” I tell her when I see the worried and fearful look on her face.

I look over the toys, find what I wanted and walk back towards the bed.

“What body part hurts the most and which hurts the least?” I ask Taylor.

“My back, tits and pussy all hurt really badly but everything else just kind of aches.” She tells me.

“Ok, I’ve got this.” I tell her holding up a plastic container, “it’s an aftercare cream that’s supposed to soothe and heal. Where do you want me to use it first?” Je demande.

“My back please, then my pussy, my tits last, if that’s ok?” She says questioningly like she isn’t sure I’ll listen to her.

I sit on the bed with my legs spread and tap the space between my legs, “come sit here facing away from me.” I tell her taking the lid off of the container.

She moves hesitantly towards me and sits in the space between my legs but not close enough for what I want to do.

“A bit closer.” I tell her using her hips to pull her closer to me.

“This might be a little bit cold.” I tell her as I scoop some of the soothing cream into my hands.

I gently run my hands down her back making her flinch and gasp when my hands touch her back.

“I’m sorry.” I tell her feeling bad that I’m hurting her outside of our ‘playtime’.

“It’s ok. If it will help then I can handle it.” She tells me.

I kiss her shoulders lightly before moving my hands back onto her back. I softly massage her back spreading the lotion all over

Articles similaires

Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut. Oooohh putain, mmmmm. elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais...

1.1K Des vues

Likes 0

Lâchez-moi s'il vous plait

Je l'ai laissé faire. Je l'ai laissé toucher ma bite. Je suppose que j'ai cédé à mes envies de vouloir jouir coûte que coûte même si je n'avais aucun désir pour lui, quelle que soit la personne de mon sexe. Je m'allongeai sur le dos et le laissai faire ce qu'il voulait avec moi. Ce n'est pas comme s'il était un étranger. Il a commencé à me caresser doucement. Des coups longs et doux avec le bout de son doigt de haut en bas sur ma hampe. Il semblait très surréaliste que mon meilleur ami caressait ma bite. Il a remarqué...

139 Des vues

Likes 0

Trempé à travers

C'est ma premiere histoire; c'est une histoire vraie d'il y a quelques années. N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires et vous l'apprécierez autant que moi !! Je savais qu'elle ne serait pas contente que je ne sois pas allé la chercher car il pleuvait si fort mais j'étais vraiment occupé dans la maison que j'avais perdu la notion du temps, de toute façon elle avait eu 16 ans la veille donc elle voulait son 'Indépendance'. Je m'appelle Chris et j'ai 24 ans et je suis le tuteur officiel de Debbie, dont la mère parcourait le monde apparemment pour...

1.1K Des vues

Likes 0

Le nouveau départ de Sarah partie 3

J'enfilai l'imperméable et me dirigeai vers le miroir du dressing. Une poussée d'énergie traversa mon corps alors que je me regardais dans le miroir, debout, nue, portant le manteau et mes bas noirs et rien d'autre. Mes mamelons étaient dressés et tendres et je me sentais comme une femme sensuelle sexy, toute la photo était tellement érotique. Je suis allé au bureau et j'ai récupéré seulement mes clés du bureau et je suis retourné m'asseoir et j'ai attendu la limousine avec Lance et Michigan. Après quelques minutes, le téléphone de Lance a sonné et nous nous sommes levés et nous avons...

1.1K Des vues

Likes 0

Aimer Honorer et Obéir

Le jour où j'ai rencontré cette beauté parfaite, je me devais de l'avoir. Tinya et moi sommes sortis ensemble pendant plusieurs semaines avant même que j'essaye d'avoir des relations sexuelles avec elle. Je ne voulais pas prendre le risque de la rendre folle. J'ai eu la nuit où j'ai décidé de planifier mon déménagement. Le restaurant était très cher. Bonne nourriture et vin. Ambiance merveilleuse. Elle était en retard pour me rencontrer, mais quand elle est arrivée, j'ai tout oublié de son retard. Ses longues jambes de danseuse étaient soulignées par des talons de 5 pouces. Cela la rendait presque aussi...

157 Des vues

Likes 0

Ma vie : Partie 01 : Se remettre d'un deuil

Cela faisait plusieurs mois que ma femme de 13 ans était décédée d'une insuffisance cardiaque soudaine. Elle avait des antécédents médicaux avec son cœur et a subi une intervention chirurgicale au début de notre mariage. Cependant, son décès soudain a bouleversé la vie de notre fille et de moi. Il y avait du vide dans la maison que nous aimions. Un désir douloureux nous suivait de pièce en pièce. Avec la réalisation que la vie était trop courte - et un généreux paiement d'assurance-vie pour la financer - nous avons décidé de déménager dans l'une de nos villes préférées du comté...

1.1K Des vues

Likes 0

Randonnée

Ma sœur et moi aimions le plein air et avons toujours passé du temps à l'extérieur. Nous avons passé beaucoup de temps à planifier un voyage pour faire de la randonnée dans la forêt et camper quelques nuits. Nous nous sommes préparés pendant plusieurs jours et avons préparé toutes nos affaires. Nous sommes partis tôt le matin et avons marché la majeure partie de la journée, puis nous nous sommes arrêtés et avons déjeuné. Après avoir allumé un feu et déjeuné, nous sommes repartis. Vers 5 heures, nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Je suis allé à la chasse pendant...

889 Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

603 Des vues

Likes 0

Mon village de MILF

Fbailey numéro d'histoire 776 Mon village de MILF Oncle Charles m'a laissé son immense ferme à la périphérie de la ville. C'était six cent quarante acres ou ce qu'ils appellent une section. Il mesure un mile sur un mile. Mon père m'avait laissé sa section et ils ont rejoint bien sûr. À l'arrière de ma terre se trouvait une falaise abrupte dans un large lit de rivière. Cela rendait le centre arrière presque invisible pour quiconque en dehors de ma propriété. J'avais une petite entreprise qui fabriquait et vendait des maisons préfabriquées. Essentiellement des remorques à double largeur. Lorsque ma sœur...

108 Des vues

Likes 0

TEMPS DE DOUCHE_(1)

« Sam, réveille-toi ! » Étaient les premiers mots que Sam entendit le matin, sa mère le réveillant plus tôt que d'habitude pour la croisière en famille. D'accord, d'accord... je suis réveillé. dit Sam d'une voix basse et matinale. Il est déjà 8h45 ! cria son père de l'autre côté du couloir. Allez, tu as entendu ton père. dit maman d'une voix beaucoup plus basse. Maman est sortie de la pièce et est allée réveiller Katie, la sœur aînée de Sam d'un an. Sam et Katie étaient très proches dans leur enfance; la puberté les a un peu séparés mais ils parlaient toujours tout...

87 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.