Agent de Lilith : Chapitre 13

737Report
Agent de Lilith : Chapitre 13

James était allongé seul dans sa maison, allongé sur le canapé du salon. Attendant patiemment l'arrivée de son invité, il fixa le plafond, essayant de ne pas penser à son inévitable face-à-face avec Ishtar. "Une chose à la fois", se dit-il.

Après avoir quitté le bureau de Tina quelques heures auparavant, James était rentré dans une maison vide. Il avait été accueilli par une note sur le réfrigérateur de David, qui avait apparemment emmené Brianna et s'était rendu au mariage d'un parent hors de la ville et ne reviendrait pas avant quelques jours. L'autre colocataire de James, Mark, avait des cours et un travail à lui, il ne reviendrait donc probablement pas à la maison avant plus tard dans l'après-midi. James était reconnaissant pour la solitude ; cela lui donnait du temps pour réfléchir – du temps pour se calmer et combattre son anxiété pendant qu'il attendait.

Une série rapide de coups à la porte apprit à James que son attente était terminée. Se levant d'un bond, il traversa la pièce et ouvrit la porte d'entrée. Katherine se tenait là, la main levée et prête à frapper à nouveau. Immédiatement, la belle femme franchit le seuil et enroula ses bras autour du torse de James.

"Maître!" " Cria-t-elle avec soulagement, " Je suis si heureuse que tu vas bien ! Tu n'étais pas en cours hier, et j'étais tellement inquiète, et je ne voulais pas te déranger… M-mais tu avais l'air vraiment troublé samedi, alors je… je ne savais pas quoi faire. Elle ferma les yeux et posa sa tête contre la poitrine de James tout en le serrant dans ses bras. James posa une main réconfortante sur son dos. "Je suis tellement heureuse que tu vas bien", répéta-t-elle.

James s'éloigna doucement de l'étreinte de Katherine et sourit avec gratitude à la femme. "Je vais bien, Kat," dit-il. "Merci de vous inquiéter pour moi." Pendant que James parlait, il ne pouvait s'empêcher de laisser ses yeux vagabonder sur son magnifique professeur.

Katherine portait un pull ajusté et décolleté qui affichait fièrement son décolleté impressionnant et laissait ses épaules nues. Des cheveux auburn, coiffés et bouclés, tombaient en cascade sur ces épaules et encadraient un visage angélique. Un jean moulant serrait les hanches et le cul rond de Kat. Des bottes en cuir à talons hauts qui lui arrivaient aux genoux rendaient ses jambes et ses fesses encore plus voluptueuses, et James avait l'eau à la bouche en regardant la femme aux courbes généreuses.

« Que s'est-il passé samedi ? » demanda Katherine, ramenant James à la réalité. "Tu avais l'air malade ; est-ce que tu te sens mieux maintenant ?"

"Bien mieux," répondit James. "Je faisais face à beaucoup de choses à l'époque. Je le suis toujours, mais je ne suis plus seul." Kat sourit. "Mais nous n'avons pas besoin d'en parler pour le moment", a poursuivi James. « Vous n'êtes pas venu ici juste pour parler, n'est-ce pas ?

Les joues de Kat, déjà teintées de rose, commencèrent à rougir davantage. "Non," dit-elle. « Je suis venu parce que tu as dit que tu avais besoin de moi, et… parce que j'ai besoin de toi. Elle a ponctué sa déclaration en plaçant doucement une main sur l'abdomen de James et en la faisant glisser lentement jusqu'à ce qu'elle attrape la taille de son pantalon. James sourit.

"Allez," dit-il, faisant un geste derrière lui avec sa tête et prenant la main de la femme dans la sienne.

James conduisit Kat dans le couloir jusqu'à sa chambre. Lorsque la porte s'ouvrit, James regretta immédiatement de ne pas avoir nettoyé plus souvent. Il parcourut un chemin à travers les vêtements – à la fois propres et impurs – qui jonchaient le sol, avant de s'asseoir sur le lit. "Désolé pour le désordre," dit James alors que Kat se laissait tomber sur le matelas à côté de lui.

"Ne le sois pas", dit-elle avec un sourire. "J'aime votre chambre, maître. Oh ! Désolé," James haussa un sourcil, ne sachant pas pourquoi elle s'excusait. "Je sais que tu n'aimes pas quand je t'appelle 'maître'."

James sourit et secoua légèrement la tête avant de parler. "Tu peux m'appeler comme tu veux, Kat."

Katherine sourit à James et se pencha vers lui, fermant les yeux et laissant sa tête reposer sur son épaule. "Oui, maître," murmura-t-elle. James plaça une main chaude sur la jambe de Kat, juste au-dessus du genou et commença à frotter doucement sa cuisse de haut en bas. Il sentit un léger frémissement d'excitation traverser la femme

"Mm… C'est agréable," dit-elle doucement. Kat baissa sa main sur les genoux de James et frotta le renflement en croissance constante qu'elle y trouva. Elle posa son autre main sur la poitrine de James, sentant ses puissants muscles pectoraux et les battements de cœur qui martelaient sous eux. Il était excité, et cela l'excitait.

James pouvait sentir l'énergie sexuelle remplir l'air autour d'eux – l'énergie de Kat et la sienne. Le désir grandissant du professeur sensuel était palpable pour le jeune incube, et il insuffla son excitation profondément dans son âme. Son propre désir s'enflamma puissamment et s'étendit vers l'extérieur dans une vague de désir qui s'empara de Katherine.

La magnifique femme ouvrit brusquement les yeux tandis que la magie de James provoquait un besoin primordial en elle. Elle se releva légèrement de là où elle était assise et passa sa jambe droite sur les genoux de James pour qu'elle le chevauche. Croisant les bras, elle attrapa son pull et le passa par-dessus sa tête. Kat secoua ses succulents cheveux auburn une fois qu'ils furent libérés du vêtement, qu'elle laissa tomber sans cérémonie sur le sol.

Nue jusqu'à la taille, elle sourit lascivement à James. Mais les yeux de James étaient fixés sur la belle paire de seins devant lui. Pleins, doux et absolument défiant la gravité, les gros seins de Katherine demandaient pratiquement qu'on joue avec. James s'est empressé d'accepter.

Il leva les mains et prit les seins de Kat en coupe. Il pétrissait, massait et pressait ses merveilleux seins, frottant occasionnellement de petits cercles sur ses grandes aréoles ou faisant rouler un mamelon dressé entre ses doigts. Katherine fredonnait avec appréciation et regardait avec enthousiasme James la caresser. Il prit une mésange dans sa bouche et commença à lécher et à sucer de manière ludique, envoyant une soudaine décharge de plaisir électrique à travers le corps de Kat.

"Mm, maître…" gémit-elle, laissant sa tête retomber. Ses mains tenaient doucement la tête et le cou de James, l'encourageant à continuer. Alors que James tétait ses seins avec enthousiasme, Kat commença à se frotter contre lui. Elle fit pivoter ses hanches et se frotta contre l'érection de son élève, lui permettant de sentir sa chaleur et son humidité même à travers leurs vêtements.

James laissa tomber ses mains sur les fesses de Kat. Il attrapa son cul épais et rond à deux mains et rapprocha la femme vive. Avec un dernier baiser, il sépara ses lèvres avides des seins de Katherine et rencontra ses yeux, embrumés par un désir incontrôlable. Les deux se regardèrent profondément dans les yeux pendant quelques instants, laissant le désir et la tension monter entre eux. Bouches ouvertes et à quelques centimètres seulement l'une de l'autre, ils laissèrent leurs souffles chauds se mêler alors qu'ils se rapprochaient.

Avec fracas, leurs lèvres se rencontrèrent. Il n’y avait pas de bisous doux et affectueux. Pas de douces caresses. Pas de longues périodes d’accumulation de patients. Leur passion s'était depuis longtemps accélérée, et maintenant ils s'embrassaient avec une ferveur désespérée et animale. James serra plus fort les fesses de Katherine alors que ses lèvres dominaient les siennes. Kat luttait contre la langue de James pour la soumettre à la sienne, gémissant doucement tout le temps.

James, tenant toujours son professeur salace dans ses bras forts, se leva. Kat s'accrochait aux larges épaules de son amant alors qu'elle était soulevée. James se retourna et fit face au lit. Il laissa tomber la femme dans ses bras sur le matelas sous lui et redescendit sur elle. Agenouillé au-dessus d'elle, il baissa ses lèvres vers les siennes et les deux reprirent leur baiser passionné.

James s'appuya sur un bras pendant que sa main libre parcourait le corps de Kat – faisant glisser ses doigts sur ses courbes gracieuses, sentant sa peau douce et serrant ses gros seins. Katherine appréciait son contact affectueux, mais elle était bien trop excitée et bien trop impatiente pour rester là les bras croisés. Ses mains se posèrent sur la taille de James, où elles tirèrent sur l'ourlet de sa chemise et agrippèrent sa ceinture.

Comprenant son urgence, James se leva et recula devant la femme. Il se tenait au bout du lit et ôta sa chemise avant de laisser tomber son pantalon et son boxer également. Kat le regardait avec un regard séduisant dans les yeux. Les bras au-dessus de sa tête, ses seins se soulevaient alors qu'elle respirait davantage l'aura lubrique de l'incube. Son corps tout entier frissonnait d'anticipation désireuse. James se pencha et ôta les bottes hautes de Kat avant de passer à son pantalon. La beauté aux courbes généreuses souleva ses fesses du lit pendant un moment pour que James puisse plus facilement lui faire glisser son jean et sa culotte.

Katherine était enfin complètement nue devant James – et elle était vraiment à couper le souffle. Il fixait ouvertement son corps sexy, ses yeux parcourant ses seins naturels, son ventre plat, sa taille étroite et ses hanches larges. Ses jambes gracieuses étaient écartées, donnant à James une vue parfaite sur les lèvres roses de sa chatte, qui brillaient de désir.

La vue n'était pas mauvaise non plus pour Kat. Se léchant les lèvres avec convoitise et remuant ses hanches pendant que James la regardait, elle la regarda elle-même. La vue des larges épaules et des bras musclés de son jeune amant excitait le professeur sexy, et elle sentit sa chaleur intérieure devenir plus chaude alors que ses yeux descendaient plus bas. "Putain, j'aime ton corps…" dit-elle doucement pendant qu'elle vérifiait James. Son regard dérivait sur ses abdominaux ciselés et sa taille fine, jusqu'à sa queue dressée, qui pointait droit vers elle. Kat regarda le membre épais avec un désir dévergondé. Elle avait besoin d'être baisée.

Mais cette fois-ci, James était bien en avance sur elle. Se baissant, il attrapa son professeur par les chevilles et la rapprocha de lui. Remontant sur le lit, James s'agenouilla entre les jambes de Kat et guida sa queue vers son entrée lisse. D'un seul mouvement fluide, il enfonça sa bite profondément dans sa chatte, s'enfonçant entièrement dans sa chaleur de velours.

Kat s'accrochait au dos musclé de James pendant qu'il la baisait, faisant glisser ses ongles sur sa peau. Cela ne dérangeait pas James ; il trembla à son contact presque autant qu'elle trembla au sien. L'atmosphère d'énergie sexuelle brute générée par les deux hommes s'épaissit à mesure qu'ils baisaient. James dut consciemment se retenir de se concentrer sur la magnifique femme en dessous de lui, se souvenant de l'état dans lequel il avait mis Lindsay la veille. Il ne voulait pas que cela se reproduise pour l'instant.

De plus, Katherine n'avait plus besoin de l'aide de la magie de James, déjà fortement influencée par son aura et possédée par son propre désir. Alors que James martelait sa chatte, Kat gémissait, impuissante, agrippant fermement les draps et respirant fortement. Ses longs cheveux s'étalaient autour de son magnifique visage, secoués à chaque poussée de James qui faisait trembler son lit.

"Oh mon Dieu, James," gémit Kat. "Oh mon Dieu, ne t'arrête pas."

James ne s'est pas arrêté. Il gémit aux côtés de Katherine alors qu'il la baisait plus fort et plus vite, la poussant vers son apogée euphorique.

"Putain, James ! J'éjacule ! Je suis- ah !!" La respiration de Kat se coupa. Elle ferma les yeux alors que son plaisir montait et que son corps se préparait à l'inévitable.

James, à l'écoute de l'énergie sexuelle de la femme, sentit son extase grandir par procuration à travers leur union. Sentant son orgasme imminent, il sourit diaboliquement et sonda l'esprit de Kat avec sa magie. Prenant une page du livre de Lilith, il localisa les centres de plaisir du cerveau de Katherine et les verrouilla, l'empêchant de jouir jusqu'à ce que James le permette. Kat cria soudain alors que la magie faisait effet.

"Qu'est-ce qui se passe ?" Kat gémit, frissonnant toujours sous James. "Je ne peux pas-… ahh… je ne peux pas jouir !" Kat enfonça ses ongles dans le large dos de James et s'y accrocha fermement tandis que son plaisir augmentait indéfiniment.

James se leva de la femme, lui retirant sa queue comme il le faisait. Kat s'accrocha désespérément pendant un moment avant d'être forcée de libérer l'homme de son emprise. À genoux, James attrapa Kat par les hanches et la retourna facilement. Il l'attira vers lui jusqu'à ce que Kat soit agenouillée à quatre pattes devant lui.

Le cul en l'air, son sexe douloureux exposé et attendant, Katherine regarda James d'un air suppliant par-dessus son épaule. James ne perdit pas de temps et repoussa sa longueur massive dans son professeur tout en courbes, rentrant dans la chaleur serrée de sa chatte. Il attrapa Kat par sa taille étroite et accéléra le pas, s'enfonçant dans la belle femme à une vitesse vertigineuse.

Toujours privée d'orgasme, l'euphorie de Katherine grandissait et grandissait alors que son corps frissonnait sous vague après vague de plaisir glorieux sans fin en vue. "Ohhh", cria-t-elle, ravie par le désir mais frustrée par son incapacité à jouir. "Qu'est-ce qui m'arrive ?" Les bras de Kat tremblèrent et lâchèrent, et elle s'effondra sur sa poitrine. Elle était allongée là, le cul toujours relevé, sa chatte étant martelée sans relâche par la bite dure de James.

Elle ne participait presque plus ; maintenant, elle n'existait que pour se faire baiser par son maître – une existence qui ne semblait guère la déranger. Les yeux révulsés, Kat respirait fortement et gémissait sporadiquement, incapable de communiquer son plaisir et incapable de le libérer. Son corps et son esprit n’en pouvaient guère plus ; elle était sur le point de s'évanouir.

Heureusement, l'orgasme de James approchait également à grands pas. Ses couilles roulaient et son corps se tendait alors que la pression augmentait dans sa queue, ces sensations indubitables qui annonçaient un puissant point culminant. Il a continué à baiser Katherine jusqu'à ce que son orgasme l'oblige à s'arrêter à mi-poussée. Les couilles pompaient furieusement, il peignait les parois intérieures de Kat en blanc avec du sperme chaud. Alors que James se figeait et s'abandonnait au bonheur euphorique, il eut la prévoyance de permettre à Kat la même libération. Il libéra son esprit de sa magie et la laissa jouir avec lui.

Avec un cri de plaisir, Kat accueillit enfin son orgasme. Son corps avait des spasmes extravagants et sa chatte se contractait avidement autour de son amant. Son esprit explosa dans une lumière aveuglante qui semblait traverser chaque cellule et chaque synapse, submergeant ses sens d'une extase indescriptible. Un plaisir comme jamais auparavant ravagea le corps de Kat et domina son esprit. L'incroyable sensation de James jouissant en elle, combinée à la puissante libération de son orgasme longtemps refusé, était presque trop difficile à gérer. Au bord de la conscience, elle frissonna sous les affres d’une extase déformante. Elle était à peine consciente que James était sorti de sa chatte et s'était effondré sur elle, sa bite dégoulinant de sperme sur son cul.

James s'appuya sur ses coudes alors qu'il reprenait son souffle, épuisé par leur baise bestiale et leur fin culminante. La ferveur qui l'avait possédé plus tôt s'estompa maintenant et il s'éloigna de Kat pour s'allonger à ses côtés alors qu'elle descendait de son propre high sexuel. Sa respiration lourde commença lentement à s'égaliser et elle se tourna pour regarder James avec un regard satisfait dans les yeux.

James sourit doucement à la beauté aux cheveux auburn et passa un bras autour d'elle. Kat se blottit contre lui, posant sa tête sur son biceps et posant une main sur sa poitrine nue. Distraitement, elle laissa ses doigts danser légèrement sur la peau de James tout en reposant ses yeux et en appréciant la chaleur et la sécurité qu'elle ressentait dans les bras de son maître.

Reconnaissant pour la présence et la nature aimante de Kat, James resta là pendant un moment, appréciant simplement le moment paisible. Mais il ne pouvait pas se reposer éternellement ; il avait demandé à Kat plus que du sexe. Ses pensées revenaient à l'attaque imminente du musée et à son besoin urgent d'alliés.

"Hé, Kat ?" » dit doucement James.

"Mhm ?" répondit-elle sans ouvrir les yeux.

« Si je… Si je te demandais de risquer ta vie pour la mienne, le ferais-tu ? James laissa la question en suspens alors qu'il attendait nerveusement une réponse.

Kat ouvrit les yeux et regarda James, qui fixait le plafond, incapable de croiser son regard. "Bien sûr," dit-elle simplement.

James se tourna et regarda son professeur, une légère surprise affichée sur ses beaux traits. "Même si ça ne t'impliquait pas du tout ?" Il a demandé. "Même si tu pouvais simplement t'en aller ?"

Kat secoua lentement la tête. "Si cela t'implique, James, alors cela m'implique. Et je ne pourrais jamais m'éloigner de toi." L'amour et l'adoration brillaient dans les yeux de Kat.

James la regarda avec étonnement. Son dévouement à son égard était émouvant, mais il avait encore une question.

« Et si je te disais… » James fit une pause un moment avant de forcer les mots, « que je t'ai menti ? Que je ne suis pas celui que tu penses que je suis ? Voudrais-tu quand même risquer ta vie pour la mienne ?

Kat se souleva sur son coude pour mieux regarder James, une expression sérieuse sur le visage. "Je sais déjà qui tu es, James," dit-elle. "Tu es mon maître, et c'est tout ce qui compte pour moi. Je ferais n'importe quoi pour toi." Kat lui sourit.

James fut surpris, même s'il n'aurait peut-être pas dû l'être. Kat était l'une des premières personnes auprès de qui James avait rassemblé son énergie sexuelle après être devenue l'agent de Lilith. Sous l'influence de sa magie, Kat avait toujours fait preuve de dévouement et d'amour pour son maître. Mais c'est ce qui dérangeait James. Il n'était plus capable de faire la différence entre la Katherine qu'il connaissait auparavant et la Katherine qui l'appelait « maître ». Son énergie sexuelle aurait pu changer sa personnalité et influencer sa réponse à sa question. James aurait adoré croire que Kat se souciait vraiment profondément de lui et en était resté là. Mais il devait savoir.

Fermant les yeux et excluant le monde, James se concentra sur sa magie intérieure – sur le fleuve de pouvoir qui le traversait. En le séparant soigneusement de son énergie sexuelle, il puisa dans ce pouvoir et l'exploita à sa guise. Développant ses sens, il sentit la lumière vive de la conscience de Katherine à côté de lui ; il dirigea sa magie vers son esprit.

Tout comme il l'avait fait avec les coques, James plongea profondément dans l'esprit de Kat. Alors que son pouvoir pénétrait son psychisme, la femme inspira profondément et se figea, inconsciemment consciente de la présence subliminale de James et incapable d'y résister.

Lorsque James a localisé ce qu'il cherchait, il a presque perdu sa concentration à cause du choc. L'âme de Kat, normalement un phare brillant d'individualité, était enveloppée d'une sombre couche d'énergie sexuelle – l'énergie sexuelle de James. Comme un grand serpent, l'énergie s'enroulait autour de sa proie, se tordant et se tordant alors qu'elle prenait au piège le corps et l'esprit de Katherine. James savait que son pouvoir avait probablement fortement affecté Kat, mais il n'aurait jamais imaginé que cela avait progressé jusqu'à présent. Elle n'était pas aussi mauvaise que les cosses – elle avait encore un certain sentiment d'identité et de pensée – mais son âme était presque complètement subjuguée par un désir éternel pour James et une allégeance contre nature à son maître.

Se donnant un coup de pied mental, James maudit sa bêtise. Il avait poussé trop fort. Prendre autant d'énergie sexuelle de la part de son professeur l'avait laissée presque complètement captivée. Ce n’était pas étonnant qu’elle soit si disposée à se battre et à mourir pour lui. Mais il ne voulait pas de sa fausse fidélité ; s'il devait demander l'aide de Kat, alors il voulait que sa réponse soit la sienne. James prit sa décision sur-le-champ : il réparerait les dégâts qu'il avait causés.

Il commença à se débarrasser de la masse froide d'énergie sexuelle qui étranglait l'âme de Katherine. Avec une facilité pratique, James a canalisé son pouvoir et siphonné la magie parasite qui se nourrissait de l'identité de Kat. Bientôt, James l'avait complètement libérée de son contrôle. Il se retira de son esprit, calma son pouvoir et reprit ses esprits.

Immédiatement, Kat s'assit et se dirigea lentement vers le bord du lit, où elle s'assit face à James, les bras croisés. James observait son professeur avec inquiétude et appréhension, ne sachant pas comment elle réagirait maintenant que son esprit lui appartenait à nouveau à cent pour cent. Elle renifla et parla doucement.

"Ce que nous avions…" dit Kat, "Ce n'était pas réel, n'est-ce pas ?"

James resta silencieux pendant quelques instants. Puis il répondit tristement : « Non, pas vraiment. » Il bougea pour s'asseoir à côté d'elle, mais Kat glissa un autre pied sur le bord du lit, gardant une distance entre eux deux.

« Je ne peux pas dire où s'arrêtent mes souvenirs et où commence ton… quoi que tu m'as fait. Qu'est-ce que tu m'as fait ? » demanda Kat, se tournant vers James pour la première fois, les larmes nageant dans ses yeux verts.

James soupira et baissa les yeux, se sentant coupable de la douleur qu'il avait causée à la femme. "Kat, je-"

"Katherine."

"Katherine," commença à nouveau James, un pincement de tristesse frappant son cœur, "Je suis vraiment désolé. J'ai utilisé la magie – oui, la vraie magie – pour… t'encourager à coucher avec moi."

Hochant lentement la tête, Katherine détourna à nouveau le regard. "Je pouvais dire, même à l'époque, que ce n'était pas entièrement mon idée. Mais quelque chose m'a quand même dit de le faire. Et après un petit moment, j'ai oublié que je n'avais jamais voulu cela au départ." Katherine retint d'autres larmes et s'essuya les yeux. "J'étais vraiment en train de tomber amoureux de toi, tu sais ?"

James sentait maintenant de l'humidité dans ses propres yeux. Il ne savait pas quoi dire, alors il n'a rien dit.

Katherine reprit la parole. « Plus tôt, tu as dit que tu faisais face à des choses difficiles, mais que tu ne le faisais plus seul. J'étais heureux quand j'ai entendu ça parce que je pensais que tu pensais à moi… Tu ne l'as pas fait, n'est-ce pas ? James secoua la tête, incapable de croiser les yeux de la femme quand ils le regardaient. "J'espère qu'elle te rendra heureuse," termina tristement Katherine.

Elle se leva et rassembla ses vêtements, s'habillant rapidement et ne prenant même pas la peine de mettre ses bottes avant de sortir sans un autre mot. James était assis sur son lit, regardant le sol. Il entendit la porte d'entrée se fermer et une voiture démarrer à l'extérieur. Il ne luttait pas contre les larmes qui lui montaient aux yeux.

James avait horriblement blessé Katherine. Il avait joué avec ses émotions et son esprit, juste pour pouvoir l'avoir physiquement. Il n'avait jamais été aussi dégoûté de lui-même. Un profond regret l’envahit ; il ne savait pas à quel point les effets de sa magie étaient douloureux sur ceux qui lui étaient chers. Désemparé et déprimé, James se tourna vers sa maîtresse, la seule autre personne capable de comprendre ce qu'il ressentait.

« Lilith ? » demanda James à voix haute et dans sa tête.

"James ? Qu'est-ce qui ne va pas ?" » répondit la démone, devinant au ton de James qu'il était troublé.

Il déversa son âme sur Lilith, lui racontant sa conversation avec Tina et sa séparation avec Katherine. "Mon amour," dit Lilith après que James ait fini, "Je suis vraiment désolée. Je sais que ça a dû être difficile, mais tu as fait la bonne chose. Je te connais, James, tu n'as jamais voulu blesser ou mentir à qui que ce soit. Laisser Katherine y aller était pour le mieux."

James essuya les larmes de son visage. "Je ne peux plus faire ça, Lilith", dit-il. "Il ne s'agit pas seulement de Kat ; il s'agit de tous ceux que je touche. Je les vide, je les utilise et je les laisse vides à l'intérieur, et je me déteste pour ça."

« Ne te blâme pas pour la douleur des autres, James – blâme-moi. Je t'ai entraîné là-dedans.

Secouant la tête même si Lilith ne pouvait pas le voir, James dit : « Ce n'est pas ta faute, Lilith. C'est celle d'Ishtar. l'énergie de quelqu'un d'autre, nous en retirons un morceau avec." James jura, frustré. "Je ne peux pas supporter ça, Lilith ! Nous avons besoin de rassembler de l'énergie pour survivre, mais nous blessons nos proches lorsque nous le faisons !"

"Je sais," répondit Lilith. "C'est un jeu cruel. Mais nous n'aurons plus besoin d'y jouer longtemps, James ; les jours d'Ishtar sont comptés."

James serra les poings et sentit la puissance déborder sous sa peau. "C'est vraiment vrai", dit-il avec une détermination renouvelée. "Je vais en finir avec cette salope moi-même."

"Voilà l'homme que j'aime", dit fièrement Lilith, sa propre détermination encouragée par la déclaration de James. "Ne perds pas confiance en toi, James."

James hocha la tête. "Je retourne à l'hôtel pour voir Ashley", dit l'incube. "Elle devrait être en congé maintenant, et avec un peu de chance, elle nous aura trouvé un moyen de passer la sécurité du musée." James se leva d'un bond, mettant de côté ses sentiments de doute et de culpabilité. Il n’en avait pas besoin pour le moment. Ses yeux étaient fixés sur la ligne d'arrivée : sur la disparition d'Ishtar et la liberté de Lilith.

James trouva son pantalon par terre et sortit son téléphone de sa poche, vérifiant l'heure. 17h30, une demi-heure avant son rendez-vous avec Ashley à l'hôtel. En sueur et sentant le sexe, James décida qu'il avait suffisamment de temps pour prendre une douche rapide avant de partir. Cinq minutes plus tard, il se dirigeait vers la porte, rafraîchi et revigoré.

Il prit à cœur les paroles de Lilith, les répétant dans sa tête alors qu'il se rendait à l'hôtel. "Ne perds pas confiance en toi, James." Il ne pouvait pas se permettre d'hésiter ; trop de choses dépendaient de lui. Il y aurait du temps pour la culpabilité et l'auto-condamnation une fois que lui et Lilith seraient libres.

Arrivé à l'hôtel un peu après six heures, James laissa sa voiture au voiturier et entra dans le splendide hall du somptueux hôtel. Il prit l'ascenseur jusqu'au dernier étage et descendit le couloir jusqu'à la suite exécutive d'Ashley. Il frappa à la porte et attendit patiemment.

Un instant plus tard, James entendit le bruit de pas nus sur le sol, puis le déclic de la porte qui se déverrouillait. La porte s'ouvrit et James était en train de saluer sa sœur lorsqu'il réalisa que ce n'était pas Ashley qui avait ouvert la porte. Jessica, sa meilleure amie et camarade de classe, se tenait sur le pas de la porte. Elle était complètement nue.

Jess sourit à son amie. "Hé, James. Il était temps que tu viennes ici," dit-elle avant de se retourner et de laisser James entrer.

James suivit la petite blonde dans la suite, regardant le balancement de ses hanches et le rebond de ses fesses alors qu'elle marchait. "Jess ? Est-ce que je me suis trompé de chambre ?" » demanda-t-il à voix haute, plus pour lui-même que pour Jessica. En laissant la porte se fermer derrière lui et en entrant dans le salon de la grande suite, il devint évident qu'il était définitivement dans la chambre d'hôtel d'Ashley.

Là, sur le canapé, face à l'entrée de la suite, se trouvait la sœur rousse de James, agenouillée sur les coussins et penchée sur le dossier du canapé. Derrière elle, un homme mince aux cheveux hirsutes tenait Ash par ses larges hanches et s'enfonçait en elle. Les grognements et les gémissements des deux hommes furent interrompus lorsqu'ils entendirent la porte se fermer. Regardant par-dessus leurs épaules, ils cessèrent de baiser et saluèrent le nouveau venu.

"James!" » appela Ash joyeusement depuis sa position compromettante, un large sourire sur son visage rouge.

Derrière elle, Mark, le colocataire de James, reprit son souffle et repoussa les cheveux de son front. "Hé, mec", dit-il en souriant également.

James fut surpris. Il s'était attendu à rencontrer sa sœur ; au lieu de cela, il participait à un plan à trois entre sa sœur et ses deux amis les plus proches. "Euh, hé les gars…" dit lentement James, debout dans l'entrée. Jess marcha derrière lui et commença à retirer sa veste de ses épaules. « Quoi, euh… qu'est-ce qui se passe ici ?

Sa question est cependant passée inaperçue auprès du couple assis sur le canapé. Mark était revenu à la putain de levrette d'Ashley. La rousse gémit tandis que la bite de l'homme pompait en elle et raclait les parois internes sensibles de sa chatte. Elle agrippa plus fort le dossier du canapé et se mordit la lèvre alors qu'un petit orgasme commençait à se propager à travers son corps. James regardait avec de grands yeux et des oreilles rouges. Un autre homme baisait sa magnifique sœur sous ses yeux – et il était vraiment excité. Il était toujours confus, alors il se tourna vers son meilleur ami et répéta la question.

"Ashley nous a invités. Levez les bras," dit Jess en remontant la chemise de James sur son torse musclé. Elle dut se mettre sur la pointe des pieds pour lui faire passer la chemise par-dessus la tête. "Ash a dit que c'était important, alors je suis venu tout de suite. Mmm…" Jess était maintenant en train d'embrasser la poitrine nue de James, s'enfonçant plus bas jusqu'à ce qu'elle soit à genoux devant lui. "Nous avons essayé de t'attendre avant de commencer, mais… euh, ça n'a pas duré très longtemps ; ta sœur est presque aussi excitée que toi, tu sais ça ?" Avec des mains rapides, Jess défit la ceinture de James et descendit son jean et son boxer jusqu'à ses chevilles.

"D'accord mais pourquoi- ahh…" James s'interrompit alors que Jess engloutissait sa bite à moitié dressée dans sa bouche. Elle caressa son membre à croissance rapide avec sa langue et enroula ses lèvres autour de la pointe de plus en plus sensible. Travaillant sa bouche sur sa formidable longueur et se forçant à la faire une gorge profonde, Jess blottit son visage contre le bassin de James et fredonna de contentement. James gémit à cette sensation et se pencha pour écarter les cheveux platine de Jess afin de lui donner une meilleure vue. Ses questions sur la raison pour laquelle ses amis étaient là sont devenues secondaires par rapport au plaisir exquis que Jessica procurait avec sa bouche chaude.

Les yeux larmoyants et la salive sortant de ses lèvres, Jess s'éloigna de la bite maintenant complètement dressée de James. Elle haleta, sourit à James et revint à sa pipe bâclée. Prenant sa bite dans sa main, elle commença à frotter et à caresser la longueur impressionnante de l'homme. Pompant son poing en rythme autour de la hampe, Jess abaissa à nouveau sa bouche vers la tête enflée. Elle passa ses lèvres sur la peau sensible du ventre de James et passa sa langue de manière provocante autour du bout. Se reculant, elle ouvrit grand la bouche et commença à lécher sa queue de haut en bas comme s'il s'agissait d'une friandise qu'elle trouvait tout à fait délicieuse.

James laissa échapper un gémissement tandis que sa meilleure amie travaillait chaque centimètre carré de sa bite avec ses mains et sa bouche habiles. Il ferma les yeux et apprécia simplement les sensations intenses de la pipe magistrale de Jess. Il remarqua à peine que les bruits de claquements de chair contre chair provenant du canapé avaient cessé. Au moins jusqu'à ce qu'il sente une main légère et fine sur sa poitrine et qu'il ouvre les yeux pour voir sa sœur debout à côté de lui. Elle sourit avec convoitise et se mit sur la pointe des pieds pour pouvoir embrasser son beau frère. Après quelques effleurements doux de leurs lèvres, une faim passionnée fit surface et s'empara des frères et sœurs. Ils se rencontrèrent à nouveau avec un besoin impérieux, leurs langues sortant de leur bouche et entrant dans celle de l'autre pendant que leurs lèvres se battaient férocement. Alors qu'il embrassait sa sœur excitée, James se rendit compte que Jess avait retiré sa bouche de sa queue et qu'elle le caressait maintenant simplement de manière égale.

Il regarda la blonde et comprit pourquoi. Mark avait suivi Ashley depuis le canapé, et il se tenait maintenant à côté de James, sa bite dure – humidifiée avec le jus d'Ash – pointée directement vers Jess. Les lèvres affamées de l'adolescente n'avaient pas pu résister, alors elle était descendue voracement sur la bite du deuxième homme, qu'elle léchait et embrassait maintenant tout en caressant James en même temps.

"Hé, ne m'oublie pas", dit James en plaisantant tandis que sa sœur lui parsemait le visage et le cou de baisers humides. Jess laissa la queue de Mark tomber d'entre ses lèvres et leva les yeux vers son maître.

"Je ne pourrais jamais." Elle fit un clin d'œil, puis réunit ses lèvres avec la grosse bite de James, l'étouffant avec sa bouche. Son autre main se leva pour saisir la virilité de Mark et commença à le caresser pendant qu'elle concentrait le reste de son attention sur James. D'avant en arrière, Jess passait entre les deux hommes, branlant l'un tout en suçant l'autre. Ses grands yeux clignotaient entre les bites devant elle, incapable de décider sur quoi elle en voulait plus. Finalement, elle a opté pour les deux. Ouvrant grand la bouche, Jess plaça les têtes des bites de James et de Mark contre sa langue et commença à lécher rapidement. Les deux hommes grognèrent à l'unisson et se tournèrent pour se sourire.

Mark passa une main derrière la tête de James et l'attira à ses lèvres avec une force surprenante. Le baiser était inattendu, mais pas importun, et James accepta joyeusement la langue de son colocataire, fermant les yeux et se fondant dans les lèvres douces de l'autre homme. Leurs langues dansant et se tordant ensemble, ils explorèrent la bouche de l'autre.

"Putain, c'est chaud", murmura Ashley en regardant son frère et son colocataire s'embrasser. Le roux, toujours accroché à James, embrassa doucement son cou et sa clavicule avant de descendre lentement le long de son corps. Elle fit tournoyer sa langue autour d'un mamelon et le mordit de manière ludique, puis lécha ses abdominaux sculptés et s'agenouilla à côté de Jessica. "Hé, ma belle," dit Ash à la jolie blonde. "Ça te dérange si je prends le relais ?"

Jess, la bouche pleine de la bite de Mark, sourit et hocha la tête avant de laisser le membre épais de James lui échapper. Ashley était là pour le rattraper immédiatement. She started stroking his hard shaft with one delicate hand while she held the tip between her lips. James moaned into Mark's mouth as Ash sucked hard on the head of his cock, sending euphoric chills up his spine. He broke off the kiss so that he could focus on his gorgeous sister, who was now bobbing up and down his length. Mark didn't mind though; he had a beautiful woman sucking his dick too, and he was all too happy to enjoy the show. Jess stroked him vigorously with hard, fast pumps that drove him higher and higher with pleasure.

Mark didn't last much longer. Ecstasy filled his body and soul, and soon he was shooting a thick load onto Jess' small tits and groaning through his orgasm. The bubbly blonde scooped up some of Mark's cum with her finger and brought it to her lips to taste. "Mmm," she hummed, clearly a fan of the thin man's flavor. She cleaned herself of the mess as best as possible before standing and pulling Mark into a sloppy kiss, allowing him to taste his own cum. "C'mon," Jess said in a sultry voice after pulling away from his lips, "you're going to return the favor." She grabbed Mark by the hand and dragged him back toward the couch.

Still working her brother's cock lovingly, Ashley watched out of the corner of her eye as Jess sat on the edge of the sofa and spread her legs. Mark kneeled between them and lowered his face to the blonde's wet pussy and dove in tongue-first. Ash allowed James' cock to slip from her mouth. "Shall we join them?" she asked, looking up at her sexy brother, who grinned and nodded. James helped his sister to her feet before sharing a quick kiss with her. As the two walked over to the couch, James leaned down and spoke quietly to his sister.

"Not that I'm complaining, but why did you invite them over?" Il a demandé

Ash stopped and whispered back, "It was Lilith's idea. She said you were gathering allies and magical energy – or something like that. She suggested I help you out by getting some of your friends together and surprising you."

"Woah, hold on. You talked to Lilith? How?" James was thoroughly surprised at this new development.

"I heard her voice in my head while I was at work, and when I directed my thoughts at her, she heard me. I didn't ask questions; this magic stuff is still way over my head, you know. Anyway, it was her idea to call up some of your 'sexual conquests' – her words, not mine – and help you collect some energy. Not a bad idea, if I do say so myself."

"No arguments here," said James.

"Didn't think so," said Ashley, winking. "Jess came over right away when I called, Mark too. I tried your other roommate, but he didn't pick up. Oh, and someone named Lindsay should be here soon; Jess called her after I explained the situation.

James raised an eyebrow. "Now, when you say, 'explained the situation,' what do you mean?"

Ash looked away and pursed her lips. "Well… I may have sorta, kinda… told them everything."

"Ashley!" James hissed at his sister, "Jess was in the loop, but Mark didn't know anything about me or Lilith! I was trying to keep it that way!"

"Well, sorry! He showed up because I told him it was a matter of life and death; he wanted to know more. I had to tell him something, and it all just sort of came out. I'm not good at keeping secrets, okay? And for the record, Mark seems to have taken it pretty well. He said it 'explained a lot' – whatever that means."

James looked over at his roommate, currently pinned between Jessica's legs, his mouth pressed against her vagina. He did seem rather content with the situation; maybe Ashley was right, and there was no harm in him knowing the full truth. James was going to have to tell him eventually anyway. "All right… I guess everything's fine," James admitted to his sister.

"Good," said Ash, "now c'mon." With that, she took her brother's hand and the two walked to the couch. Ashley pushed James down beside Jess and then climbed into his lap. Straddling the man, she reached beneath her and gave James' cock a few good pumps before pressing the head into her soft folds and slowly sinking down onto it.

She tossed her head back and moaned slowly as she lowered herself onto her brother's rigid manhood. "Goddd," she said "you feel so fucking good inside me." James would have to agree; his sister's pussy felt amazing wrapped around his hard cock, and his hips were already beginning to buck involuntarily, craving more of that marvelous pleasure. Their taboo fucking added another layer of forbidden desire to their already powerful lust, strengthening James' sexual aura and heightening their pleasure.

James grabbed his sister's toned ass in his hands and squeezed her tightly as he began to thrust his hips up into her. Beside him, Jess had begun convulsing and writhing in ecstasy. It seemed Mark was as adept at licking pussy as he was at sucking cock because, at that moment, the unmistakable energy of Jess' orgasm swept over James' senses and added to his reserves of magical power. His heart beat faster and his muscles swelled as his body welcomed the sexual energy. His own pleasure growing quickly, James felt his skin tingle and his balls tense, signaling the approach of his own climactic release.

But something was wrong. James' body felt heavy. His thrusts slowed and grew weaker, until he was barely moving at all beneath Ashley. His sister didn't seem to notice; her eyes were closed and her entire being was focused on fucking. She made up for the absence of James' power by rising and falling harder and faster on his cock.

But something was very wrong. James' body felt leaden and feeble – he couldn't lift a finger. Heartbeat slowing to a lethargic but even pace, his eyelids began to grow heavy. The world grew darker as his vision faded and his consciousness waned. James' head fell back against the couch, and the last thing he heard before a cold and unnatural sleep took him was his sister's shocked voice calling out his name.

Infinite darkness pressed down upon James from all directions. Losing track of time and space, his senses smothered by oblivion, he hurdled through pitch black nothingness. Moments ago he had been in the midst of passion and euphoria, and now there was only crushing hopelessness and icy despair.

The feeling of being lost in darkness was not unfamiliar to James; but this seemed somehow different to what he had experienced the time Lilith showed him a vision of her past. Back then, he had fallen asleep and been guided by his mistress' magic into her illusion. He'd never been forced into a state of unconsciousness like this. Was this also Lilith's doing? What was she planning?

James continued to fall through the void, waiting for a light at the end of the tunnel. Just when he began to wonder if there would be a light, it appeared. And just as quickly as oblivion had taken him, it returned James to his senses.

Something cold and hard pressed against James' body. No, he realized – he was pressing against it, and it was a marble floor. Relatively confident he knew where he was, James climbed shakily to his feet. A sweet and smoky smell greeted his nose. James opened his eyes, and light flooded his blurry vision. After taking a few moments to adjust, he was able to make out his surroundings.

A vast sea of white clouds hung over James' head, seemingly going on forever in every direction. Bright light pierced through the clouds, bathing the infinite dimension in a radiant glow. A hazy fog of sweet-smelling incense filled the space between earth and sky, wrapping around great gilded pillars that rose into the cumulus canopy above, supporting the sky like golden tree trunks. James' blind suspicions were confirmed: he was definitely in the Temple of Venus.

Turning where he stood, James scanned the area for any sign of his mistress. He didn't have to look far.

Perhaps one-hundred meters away, standing still and looking up into the clouds above, was Lilith. Long black hair flowed down her back as she craned her neck upward to watch the sky. Her large breasts rose and fell with her even breath. The long tail that protruded from the base of her spine just about the curve of her shapely ass flicked through the air behind her.

James called his mistress' name, but she didn't respond, so he began to jog over to her. While the distance was relatively short, it took James a surprising amount of effort to cross it. The air felt thin and his body still felt heavy, but he fought through it and ran to Lilith's side.

"Lilith!" James called as he approached. "What's going on? Why did you bring me here?"

The demoness didn't answer, and when James at last came to a halt beside her, panting heavily, she didn’t acknowledge him.

"Are- ha… are you all right?" he asked, trying to catch his breath. Why the hell did he feel so weak? James placed a hand on Lilith's shoulder, attempting to get her attention. Finally, the raven-haired woman turned and faced James, who nearly gasped at the look she gave him. Unfathomable pain and sadness were all James could see in the demoness' crystalline blue eyes. She stared her answer right into James' soul: no, she was not all right.

Lilith turned back to the sky, and James followed her gaze with his own eyes. He understood then what Lilith had been staring at. Directly above the pair, the sky was slowly parting. A crack formed in the infinite cloud layer that blanketed the realm, and a narrow rift opened up through which James saw, for the first time, the celestial ceiling of the Temple of Venus.

James had always imagined that beyond the clouds there would be a normal, blue sky. In that blue sky there must hang a warm sun, shedding its light and heat for those below to enjoy. But the sky James peered into now was anything but normal, and the source of the Temple's light was anything but warm.

Through the widening crack in the clouds, James saw into the heavens – and the heavens were black. Like the sky on Earth on a moonless night, the ceiling of the temple was perfect darkness. James could see forever into that endless void, but there was nothing to see. Because, unlike the sky on Earth on a moonless night, the sky in the Temple of Venus held no stars.

No stars, but one.

The singular point of radiance illuminated the vast halls of the Temple, but not the dark, distant sky. The star's cold, lonely light pierced through infinity to reach Lilith and James, and all it brought was a deep sense of foreboding.

"L-Lilith…" James stammered, unable to take his eyes off the ebony expanse of sky and the bright jewel that hung alone in it. "Lilith, talk to me. What's happening?"

A beautiful and sonorous voice, like a choir of angels, rang out softly and echoed through the Temple. The voice came from above – from the star. And though it sounded harmonious and lovely, the words it sang were laced with poisonous malice and cold anger.

"Go on, Lilith. Tell him what's happening," it said.

At that moment, an eerie wind began to blow. It swept away the perfume-scented haze and chilled James to his core. Lilith turned slowly back to James, tears streaming down her face. Agonizing fear and sorrow shone in her eyes, and she choked out two quiet words that chilled James more than any frigid wind ever could.

"She's back."

Articles similaires

AU GYM_(1)

L'un des avantages de l'entreprise pour laquelle je travaille est l'adhésion à leur salle de sport. Je m'entraîne 3 à 4 fois par semaine depuis la naissance de notre petite fille. J'avais pris une journée de congé pour emmener notre petite fille chez le médecin pour un contrôle. Tout allait bien alors que nous nous dirigions vers la maison de ma mère. J'ai senti que j'avais besoin de temps seul, alors j'ai demandé à ma mère de garder Heather pour la nuit. Bruce était hors de la ville pour affaires, alors j'ai prévu un film tranquille à la maison. Ma collègue...

3.8K Des vues

Likes 0

Le Coven Partie 1 - Reed_ (1)

Roseau AIDEZ-MOI QUELQU'UN AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAÎT !!! cria une jeune femme alors qu'elle était entraînée par la porte d'entrée par un Jackson souriant. Il la tenait par le cou de son col alors que tout le monde dans la zone de type bar riait et souriait à la pitoyable femme. Elle était attirante, avec des cheveux blonds teints coupés en un bob désordonné et d'immenses yeux bruns. Elle portait une sorte d'uniforme, mais il était tellement déchiré que personne ne pouvait distinguer avec certitude ce qu'il lisait. Elle a paniqué, regardant tout le monde dans la pièce, espérant que quelqu'un...

982 Des vues

Likes 0

Jours dans le dortoir-Partie 1

Eh bien, je vis dans un dortoir universitaire, donc vous pouvez imaginer que je vois, j'entends parler et j'ai BEAUCOUP de relations sexuelles. Je n'ai jamais été une pute mais j'apprécie le corps masculin. L'une de mes séances de baise préférées a eu lieu au cours du premier mois d'université avec mon meilleur ami, Mike. Je suis ami avec lui depuis ma première année de lycée et notre amitié est une amitié que j'apprécie beaucoup. Je suis venu dans le nord (du sud de la Californie au nord de la Californie) pour aller à l'école en août de l'année dernière. J'étais...

558 Des vues

Likes 0

Le nouveau départ de Sarah partie 3

J'enfilai l'imperméable et me dirigeai vers le miroir du dressing. Une poussée d'énergie traversa mon corps alors que je me regardais dans le miroir, debout, nue, portant le manteau et mes bas noirs et rien d'autre. Mes mamelons étaient dressés et tendres et je me sentais comme une femme sensuelle sexy, toute la photo était tellement érotique. Je suis allé au bureau et j'ai récupéré seulement mes clés du bureau et je suis retourné m'asseoir et j'ai attendu la limousine avec Lance et Michigan. Après quelques minutes, le téléphone de Lance a sonné et nous nous sommes levés et nous avons...

2.7K Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 47_(0)

Quelques jours plus tard, je me suis réveillé au lit mais harvey n'était pas là. je suis sorti du lit et j'ai dit bébé? Quand je suis sorti de la chambre, il y avait un sac fait et Harvey était près de la porte, j'ai dit Hé bébé, où vas-tu ? harvey m'a regardé et a dit leon je suis désolé je ne t'aime plus (ces mots me donnaient l'impression d'avoir été coupé avec le couteau le plus aiguisé) j'ai regardé harvey et j'ai dit quoi et j'ai commencé à respirer fort et j'ai commencé à pleurer très fort harvey a...

1.2K Des vues

Likes 0

My Fun Family (révisé)

Jake s'est réveillé, groggy comme d'habitude, pour un autre samedi ennuyeux à la maison. Ses journées suivaient toujours la même routine pendant les week-ends, et elles étaient particulièrement pires pendant l'été ; bien qu'il ait toujours eu une chose à espérer. Jake baissa les yeux vers la tente formée par ses draps. Son membre épais se tenait comme le support central sans raisonnement derrière son gréeur du matin. Il se pencha et la serra joyeusement puis se leva du lit pour admirer sa fierté. Sept pouces de long et juste près de deux d'épaisseur ; c'était une bonne taille pour un...

1.2K Des vues

Likes 0

QUAND VOUS VOUS AMUSEZ

J'ai toujours aimé les femmes hispaniques. Il y a quelque chose chez eux qui est très exotique et excitant. C'est peut-être une sorte de feu latin; peut être c'est la douce couleur de leur peau sombre ; leurs yeux sombres ... quelque chose ... peu importe ... Ils m'excitent! Il n'est donc pas surprenant que mes yeux soient attirés par la douceur basanée jeune senorita élancée assise sur le siège devant moi. j'ai été la regardant, de temps en temps, depuis que nous avons décollé. Vol de nuit, New York City à Los Angeles, dans un avion qui n'est qu'à moitié...

914 Des vues

Likes 0

ÉCONOMIE DOMESTIQUE_(0)

Andrea Patterson a vérifié son agenda quotidien et a sorti le dossier de Millie Evans. Elle l'ouvrit et le parcourut rapidement, prenant quelques notes sur un bloc-notes jaune qu'elle avait sur son grand bureau. Millie était une bonne élève avec une personnalité agréable et semblait bien se débrouiller en cette dernière année. On frappa à la porte et Millie entra dans le bureau d'Andrea et s'assit en face du bureau. Je viens de parcourir vos dossiers, et il semble que vous réussissiez très bien au lycée, a entonné Mme Patterson, je peux attester du fait que dans ma classe, vous faites...

821 Des vues

Likes 0

Retrouver le chemin du retour, parties 5 et 6 sur 6

Partie V Des parties I à IV : Je suis revenu d'Afghanistan, ayant reçu une balle dans l'épaule et ayant subi deux interventions chirurgicales pour la réparer. J'ai quitté l'armée pour aider ma mère qui avait un cancer de la vessie et j'ai rencontré la lycéenne pour qui j'avais eu le béguin. J'ai découvert qu'elle était mère célibataire d'une jeune fille et j'ai essayé de lui demander de sortir, seulement pour qu'elle m'accuse de la traiter comme quelqu'un qui, à mon avis, ne pouvait pas prendre soin d'elle-même et avait besoin d'être sauvé. Elle s'est rendu compte de son erreur...

729 Des vues

Likes 0

Conte de fées Bloodsport ch. 3

Tout d'abord, permettez-moi de m'excuser sincèrement pour l'attente incroyablement longue entre le chapitre précédent et celui-ci. Tout ce que je peux offrir en guise d’excuse, c’est que la vie peut être en effet une maîtresse cruelle. Peu de temps après avoir commencé à travailler sur ce chapitre, mon ordinateur est tombé en panne et a emporté tout mon travail avec lui, car je suis à la limite de l'analphabétisme informatique et des concepts simples tels que l'antivirus et la sauvegarde de données m'échappent continuellement. Et comme je suis encore assez loin de mon objectif ultime d’auteur/playboy sale et belliqueusement riche, ce...

540 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.