Pourquoi j'ai rencontré ta mère - Chapitre 9_(1)

131Report
Pourquoi j'ai rencontré ta mère - Chapitre 9_(1)

L'histoire jusqu'à présent : Phil est tombé amoureux de sa petite amie appelée Sadie, et à la place viole régulièrement sa fille adolescente, Kiara. Phil travaille sur un chantier de construction et récemment, son patron, Terry, a découvert des images de caméras de sécurité le montrant en train de baiser la jeune fille dans sa camionnette. Aujourd'hui, il a convoqué Phil tôt au travail.

Chapitre Neuf

La matinée était humide et le ciel d'un gris sombre et sinistre. La température était étonnamment basse pour le milieu du printemps, et Phil savait déjà qu'aujourd'hui ils avanceraient très lentement sur le chantier, ce qui signifie encore plus de retards et de stress. En ce moment cependant, il était nerveux pour une toute autre raison. Pourquoi Terry lui avait-il spécifiquement demandé d'aller travailler tôt ce matin ? Il n'aurait jamais fait ça si ce n'était pas quelque chose de très important. Est-ce que cela allait être ses ordres de marche ? Il espérait sincèrement que non. Il ne pouvait pas perdre ce travail. Sans cela, il ne pouvait s'empêcher de subvenir à ses besoins et à ceux de Sadie. Impossible de garder la maison. Je ne pouvais pas les faire vivre ensemble, à trois. Plus précisément, le schéma de travail était tel qu'il pouvait parfois s'éloigner tôt et baiser Kiara avant que sa mère ne rentre à la maison. C'était la configuration parfaite, et l'idée d'être viré en ce moment était impensable.

Sortant de sa rêverie inquiète à propos de tout cela, il a tourné son gros camion dans le dernier virage et s'est garé à sa place habituelle près du site. Il sauta du taxi et fronça les sourcils en voyant les nuages ​​qui crachaient au-dessus. Il venait juste de claquer la porte et une main se posait déjà sur son épaule. « Autour du dos. Maintenant, dit la voix rocailleuse près de son oreille. Il y avait une odeur de fumée éventée contre la pluie, et le ton était sérieux, c'est-à-dire pas de bêtises. Le cœur de Phil a soudainement commencé à battre, envoyant son sang couler dans ses veines. Le contremaître vieillissant l'avait manifestement attendu. Il ricana, écrasant sa cigarette épuisée de sa main libre, barbouillant le mégot sur le sol mouillé avec sa botte, avant de la jeter dans l'évier. "Je vous verrai là-bas", a-t-il ajouté catégoriquement, désignant le débarras en bois de fortune installé de l'autre côté de la maison à moitié construite. Sur ce, il se dirigea vivement dans cette direction, ses bottes envoyant de l'eau jaillir des flaques d'eau qu'il traversait. Quoi que ce soit, ce n'était évidemment pas bon du tout.

Toujours désemparé, Phil se racla la gorge et essaya de se voler pour ce qui allait arriver. Il préférerait de loin sauter à nouveau dans la cabine de sa camionnette et rentrer chez lui en feignant d'être malade. Au lieu de cela, il soupira et se fraya un chemin à travers la pluie jusqu'à l'entrepôt en bois exigu et miteux.

Terry était à l'intérieur, dos à lui. Il ne s'est même pas retourné lorsque Phil est entré, il a juste agité la main aveuglément en direction de quelques caisses de briques empilées de l'autre côté. Phil lut le geste et s'avança vers les caisses, se perchant sur le bord de l'une d'elles, attendant qu'on reconnaisse sa présence. Il fit courir ses mains le long de ses jambes, s'arrêtant à ses genoux, les doigts humides tapant sur ses rotules. Il ne s'était pas senti aussi nerveux depuis qu'il était un garçon, et ce n'était pas du tout une position qu'il appréciait. Mentalement, il était toujours en train de parcourir les possibilités. Ce doit juste être un harangue coutumier sur sa paresse et sa mauvaise attitude face aux engagements professionnels ces derniers temps. Si c'était tout ce que c'était, c'était facile à comprendre, il l'avait fait d'innombrables fois auparavant et avait été relâché avec un avertissement.

Finalement, Terry se retourna. "D'accord," annonça-t-il, s'avançant pour se tenir dans l'embrasure de la porte, comme s'il bloquait toute chance de s'échapper d'ici. Ses yeux de souris devinrent soudain plus perçants que d'habitude, se fixant sur Phil, le clouant sur place alors qu'il commençait à parler. « Pourquoi je te paie sur ce site Phil ? » Le cœur du prisonnier ralentit un peu. C'était toujours ainsi qu'un contremaître comme lui avait tendance à traiter ses ouvriers, les forçant à s'engager eux-mêmes.

"Eh bien, beaucoup de choses monsieur," répondit Phil à contrecœur. Le monsieur était une nouveauté aujourd'hui, mais il semblait approprié en ce moment. "Poser des briques, déplacer des choses, aider à l'aménagement intérieur, des trucs comme ça."

Terry semblait attendre avec impatience, comme s'ils étaient peut-être plus à venir. Quand il était évident qu'il n'y en avait pas, il a répondu dans son doux traîneau cockney. « Ouais, c'est vrai. Tout ça." Il baissa les yeux, repoussant quelques saletés invisibles de la couture de son jean, puis leva brusquement les yeux, délivrant triomphalement son coup de ventouse. «Et qu'en est-il de conduire jusqu'à l'entrepôt pendant les heures de travail et de baiser des filles mineures à l'avant de votre camionnette. Est-ce que je te paye aussi pour ça ? Un glaçon de peur descendit droit dans la colonne vertébrale de Phil, se nichant dans son coccyx comme s'il l'enracinait sur place. Ses bras pesaient soudainement dix tonnes chacun et il faillit basculer. L'instinct de fuite était cependant fort et il se redressa faiblement sur ses pieds, trébuchant en arrière devant les yeux de son persécuteur. "Euh..." balbutia-t-il, totalement pris au dépourvu.

L'autre homme était cependant totalement indifférent et continua tout droit. "Maintenant, je ne pouvais pas voir exactement quel âge elle avait, mais certainement trop jeune pour que tu te force à l'intérieur d'elle comme ça." Il revint plus loin à l'intérieur de la cabane, acculant davantage Phil. «Je vous le dis, vous pourriez avoir beaucoup d'ennuis à ce sujet. Je veux dire, si quelqu'un devait voir la vidéo CCTV que j'ai reçue de là-bas la semaine dernière.

Phil cligna des yeux et la voix de Terry devint étouffée alors que la pièce commençait à tourner violemment. Une vidéo? D'eux dans le van la semaine dernière ? Phil s'est soudainement senti extrêmement stupide et extrêmement malade. Malgré le froid de la journée, sa peau se mit à transpirer et il dut s'appuyer contre le mur. "Alors... tu vas... me dénoncer ?" demanda-t-il à bout de souffle, réalisant qu'un cauchemar entier était presque certainement sur le point de se dérouler. Au fond de lui, il savait depuis le début que cette issue était inévitable. Après le choc initial, il commençait à se sentir plutôt résigné à son sort.

Terry jeta sa tête en arrière et

Rire des réactions de sa victime. Le rire se transforma bientôt en plusieurs toux saccadées, et Phil dut attendre qu'il se reprenne. "Oh non non Phil. Je n'herbe pas mes employés aux porcs. Il se leva et s'avança d'un pas chancelant, l'air plus sérieux que jamais. « Mais je pourrais les appeler si vous ne faites pas exactement ce que je dis. Maintenant, j'ai une idée. Ses yeux faisaient à nouveau ce scintillement troublant et bien que les espoirs de Phil aient augmenté, il était toujours très méfiant. "Je veux que tu amènes cette jolie jeune pièce sur le site ce soir et je vais profiter de la baiser moi-même."

Phil relâcha ses poings serrés, remarquant pour la première fois qu'ils avaient été complètement tendus en premier lieu. Enfin, une bouée de sauvetage était lancée dans sa direction et il pouvait à nouveau sentir de l'air frais dans ses poumons. Se rappelant comment respirer, il l'attrapa en désespoir de cause et hocha rapidement la tête, avant même de bien réfléchir à ce que cela signifiait. "Ce soir? Eh bien... eh bien, c'est peut-être un peu délicat, mais... » En s'arrêtant, il vit les yeux de Terry s'assombrir, ainsi que le monde entier à l'extérieur. "Mais... mais je suis sûr que ça ira. Je veux dire, je vais régler ça.

À cela, les lèvres fines du vieil homme glissèrent sur ses dents tachées de tabac et il sourit d'un air suffisant.

"Mais... mais juste une nuit monsieur oui?" Phil a dit rapidement, essayant de conclure cet accord tout de suite. Mais Terry revenait déjà à l'extérieur, alors que le hurlement de la sirène emplissait l'air tout autour.

"Probablement", fut la réponse désinvolte de l'homme, puis il s'en alla. Phil pouvait entendre le bruit de ses bottes alors qu'il s'éloignait. Une rafale de vent provenant de la sortie fit frissonner son corps moite de façon incontrôlable. Il se rassit sur la caisse, complètement vidé, essayant de faire le point sur tout. Kiara. Sa fille spéciale. Ici... à la vue. avec Terry... ses mains partout sur elle... se forçant à l'intérieur de sa douce jeune chatte. Phil cracha par terre à cette idée. Cela lui parut horrible. Pourtant, alors que les marteaux et les truelles commençaient à claquer tout autour de la vue, ils étaient le bruit d'une porte de cellule de prison, claquant chaque nuit. S'il avait le choix, il prendrait le premier.

Pendant quelques minutes de plus, il resta simplement assis là, étourdi, écoutant les gouttes de pluie tambouriner régulièrement sur le toit en bois au-dessus de lui. Finalement, après plusieurs minutes de pensées tourbillonnantes, il se ressaisit suffisamment pour se remettre sur ses pieds. Il repartit d'un pas instable sur le site bourdonnant, essayant de poursuivre le travail de la journée. Peu importait le nombre d'emplois qu'il trouvait ce jour-là pour s'occuper, il n'était jamais tout à fait capable de chasser les pensées loin de son esprit de ce qui l'attendait ce soir-là. Il venait juste de réussir à l'éloigner de ce petit bâtard arrogant de Jake, et maintenant il la poussait dans les bras de son patron, et le laissait même avoir des relations sexuelles avec elle. Mais il savait déjà qu'il n'avait plus d'autre choix. Juste une nuit, c'est ce qu'il n'arrêtait pas de se répéter. C'était la seule pensée vaguement réconfortante qu'il pouvait trouver. Mais comment avait-il pu être aussi stupide ? Bien sûr, il savait qu'il y avait des vidéos qui tournaient dans cet entrepôt désert. Il l'avait juste choisi comme endroit sûr sans réfléchir. Et maintenant, il allait devoir remettre sa Kiara la plus précieuse sous la contrainte appropriée. Un mélange de colère, de ressentiment et même de jalousie a couru dans ses veines toute la journée, jusqu'à ce que la dernière sirène retentisse. Quel bordel total tout cela était.

Juste après cinq heures plus tard ce jour-là, Phil se glissa découragé vers sa camionnette pour faire le morne voyage de retour, et Terry apparut une fois de plus. Il se glissa vers lui, tapa du bras puis fourra un billet froissé dans sa main. « A plus tard », dit-il. Il avait l'air de ne pas avoir cessé de sourire toute la journée. Phil a juste haussé les épaules et a grimpé à l'avant de son véhicule, seulement alors capable de supporter la lecture du message.

L'écriture griffonnée disait: 8h00 au dernier étage de la maison ou à 8h10 je conduis jusqu'à la police et je le pense

Il rentra chez lui machinalement, son esprit incapable de se calmer. Normalement, ces voyages de retour étaient heureux, avec l'idée de revoir Kiara chez lui, mais aujourd'hui, il ne pouvait penser qu'à ce soir. Il ne revint à lui correctement que lorsqu'il entra dans la maison, accueilli par la silhouette oscillante de Sadie entrant dans le couloir. "Eh bien bienvenue à la maison mon beau." Elle lui fit un clin d'œil peu subtil et l'enveloppa dans une étreinte lâche. "J'ai votre préféré dans le four, allez." Lui tapotant le dos et lui donnant un long baiser, elle le laissa ensuite partir.

Malgré ses meilleurs efforts d'acteur normaux, il ne pouvait tout simplement pas cacher celui-ci aujourd'hui. « Avez-vous vu Kiara ? lui demanda-t-il une fois qu'il eut perdu ses chaussures et qu'il passa devant elle jusqu'à la table du dîner.

"Ha!" couina-t-elle, laissant tomber des cuillerées de lasagnes plutôt fatiguées sur des assiettes. "Toi et cette fille." Il leva brusquement les yeux de son napperon et aboya jusqu'à la cuisine.

"Que veux-tu dire!"

Cependant, elle était totalement inconsciente de son ton et souriait encore bêtement alors qu'elle apportait la nourriture. « Eh bien. Tu te soucies plus d'elle que moi, et c'est ma fille.

Son cœur se calma rapidement et il réalisa qu'il était juste très nerveux maintenant. "Je m'intéresse juste à son bonheur-"

Il fut interrompu au milieu de l'explication alors que Sadie criait à l'étage à la fille elle-même. " Kiara ! Le dîner est sur la table. Elle baissa le volume en s'installant dans sa propre chaise à côté de Phil. "Elle a toujours l'air terrible", a-t-elle dit d'un ton conspirateur en chargeant sa fourchette. "Cette rupture l'a frappée si durement." Son visage était légèrement marqué par l'inquiétude alors qu'elle le mentionnait. Normalement, Phil aurait réglé ses soucis, gardant ce camp assez heureux, mais ce soir, il n'avait vraiment pas d'énergie pour ça. Son esprit était ailleurs. Il pouvait à peine se concentrer sur sa nourriture. Deux bouchées hésitantes, et il trouva ses yeux perçants fixés sur lui. "Tu n'aimes plus mes lasagnes maison spéciales bébé?"

Il avala sa tasse de thé, surtout pour donner quelque chose à faire à ses mains. «Bien sûr que je le fais. Bien sûr que je fais. Mon… esprit est juste sur d'autres choses ce soir Sadie, désolé.

À en juger par le comportement de Sadie, le sien l'était aussi. "Les choses sont difficiles sur le site aujourd'hui ?" demanda-t-elle, et à peine avait-elle posé la question, qu'elle se retournait et se levait de son siège. « Où est passée cette fille ?

Bien que Sadie soit censée s'inquiéter pour le bien-être de sa fille, cela ne signifiait certainement pas que la fille pouvait manquer certaines des lasagnes de sa mère. En quelques secondes, elle se leva de sa chaise, contourna les escaliers et les monta, prête à la chasser des cocons de sa chambre.

Phil n'avait pas fait plus de progrès avec son dîner au moment où les dames sont revenues. Lorsque Kiara est entrée, il s'est presque senti désolé pour elle. Pas tout à fait. Son visage était pâle, son expression tirée, fatiguée et vide. Sadie la guidait, la contrôlait comme une marionnettiste, l'installait sur son siège et lui tapotait les cheveux. « Tiens, prends un peu de ce chéri. Vous vous sentirez mieux après.

Phil sentit un étrange nœud dans son estomac, pensant toujours à ce qu'il devait infliger à cette fille dans quelques heures. L'abus lui-même ne l'inquiétait pas, juste le fait de savoir qui devait l'exécuter cette fois. « Comment te sens-tu Kiara ? » osa-t-il demander, ajoutant une touche de sincérité à sa voix ce soir.

"Bien", vint la réponse plate, ses yeux se levant légèrement pour le regarder à moitié, avant de retourner à son assiette. Son nez était bouché et sa voix râpeuse, ce qui rendait évident qu'elle avait beaucoup pleuré tout au long de la journée.

Alors que Sadie s'asseyait à la table familiale déconnectée, elle regarda d'un membre à l'autre. « Là », dit-elle avec force. "Maintenant, c'est mieux n'est-ce pas."

Un silence s'installa entre les trois participants maladroits. Phil repliait les boules de pâtes encore et encore dans son assiette. Une autre gorgée de thé tiède, et il passa sa main sur son visage avant de saisir l'ortie. « Kiara ? » Pas de réponse. "Je pense que j'ai quelque chose qui pourrait te remonter le moral." Toujours aucune réaction. À présent, elle traînait également sa fourchette dans le bourbier de nourriture devant elle, ses yeux fixés dessus comme hypnotisés.

"Ah oui Phil ? Qu'est-ce que c'est?" couina Sadie à côté de lui, faisant avancer la conversation.

"Eh bien, vous savez à quel point le travail est devenu assez maniaque sur le site récemment. J'ai euh... en fait, je dois y retourner ce soir pour en faire un peu plus. Cela ne devrait durer qu'une heure environ. Il a essayé de voir si Kiara écoutait mais n'a pas pu dire grand-chose. Il ajusta les manches de sa chemise et continua. "Ce… tout ce que nous faisons en ce moment doit vraiment être terminé rapidement, et… eh bien, le contremaître nous a demandé si nous pouvions rassembler des gens pour venir faire quelques petits morceaux supplémentaires. Pas de travaux de construction réels ou quelque chose comme ça. Vous savez, juste tenir un ruban à mesurer, balayer, des trucs comme ça. Toujours rien que le silence. "De toute façon. Je savais que vous ne passiez pas un bon moment en ce moment, et je lui ai dit que vous voudriez peut-être venir avec moi ce soir et m'aider. Bien? Que dis-tu?"

Cette fois, Kiara a bien réagi, et c'était perceptible. La fourchette tomba de sa main molle et s'écrasa bruyamment contre son assiette. Elle se redressa d'un coup, s'adossant contre la chaise et faisant craquer le bois. "Non. Non je ne veux pas y aller. Maman, dis-lui que je n'irai pas.

Sa voix était encore faible, même si les mots semblaient frénétiques. Ses yeux regardaient sa mère d'un air suppliant, ignorant totalement Phil. Elle était brisée en ce moment. Elle avait besoin de temps pour se remettre de tout. C'était maintenant vraisemblablement une sorte de mauvaise blague de sa part. Une exposition de son pouvoir ou quelque chose comme ça. L'inviter en fait devant sa mère, juste pour l'emmener et la violer ailleurs. Elle ne pourrait pas faire ça aujourd'hui. Cela la tuerait. "Maman s'il te plait. Je n'irai pas dans ce van. Maman." Elle devenait hystérique et sa mère s'est rapprochée d'elle pour mettre un bras réconfortant autour d'elle.

« Hé, hé, allez. Je sais que tu te sens toujours chérie, mais tu devrais peut-être y penser. Je pense que ça pourrait te faire du bien. Pour sortir d'ici, ne serait-ce que pour prendre un peu d'air frais hein ? » Elle ébouriffa les cheveux de la fille, essayant d'arrêter le tremblement qui avait commencé.

Phil savait exactement pourquoi elle réagissait si mal, et il commença à sentir des nerfs rampants le ronger. Des nerfs qui lui disaient qu'avec elle dans cet état, elle pouvait laisser passer à peu près n'importe quoi. Il prit une décision rapide et tapa son téléphone dans sa poche. « Non non tu ne comprends pas. Nous n'irons pas en van. Mon patron viendra nous chercher. Il a spécifiquement dit qu'il nous donnerait un ascenseur parce que j'ai dit que vous nous aideriez.

Kiara avait le visage enfoui dans l'épaule de sa mère et haletait fort contre le motif floral sur la manche de Sadie. Les deux adultes attendirent tous les deux en silence alors que la respiration bruyante continuait, attendant de voir ce que serait alors sa réponse. Elle leva un peu la tête, levant vers Phil ses yeux méfiants. « V-votre patron ?

Phil sourit chaleureusement, la regardant droit dans les yeux, essayant de trouver un grain de confiance quelque part à l'intérieur. "Oui. Tu sais. Terry ? C'est un grand fan de toi. Il demande toujours de tes nouvelles et voit comment tu vas. Il passe par ici pour me récupérer de toute façon, alors le choix vous appartient. La respiration ralentit un peu, mais semblait toujours anxieuse. « Je veux dire, tu l'aideras plus que moi. Eh bien, et le reste de l'équipe hétéroclite bien sûr.

Sadie serra sa petite fille plus près et souleva légèrement son menton avec son pouce. "Voilà. Vous pouvez être la fille forte dans le casque pour tous ces hommes musclés. Des fossettes apparurent sur ses joues potelées alors qu'elle souriait elle-même à cette idée.

C'était une remarque si enfantine à faire, mais cela a touché quelque chose de profond chez Kiara, lui rappelant la bêtise de sa mère quand elle était petite fille. Elle parvint à sourire, se sentant simultanément au bord du rire et des larmes. "T-il y en a d'autres... d'autres aussi ?" balbutia-t-elle, ne voulant toujours pas y aller, mais au moins se réchauffant légèrement à l'idée. Son cœur se serrait un peu plus dans sa poitrine à l'idée que le site soit peuplé.

« Eh bien, la plupart des gars le seront. Je suppose que certains d'entre eux amèneront d'autres personnes pour aider aussi. Il n'a pas tout à fait poussé jusqu'à lui promettre qu'il y aurait des adolescents là-bas, mais a laissé cette partie à son imagination. "Décide-toi maintenant, il sera là dans une demi-heure." Cela le calma presque que Kiara envisage de consentir à y aller. Cela lui enlevait la responsabilité si elle marchait volontairement dans ce piège.

"Bien. Je suppose que ça irait, dit-elle finalement, sa voix étant pratiquement un murmure. "Maman, tu peux venir ?" Ses yeux suppliaient mais Sadie agita la main avec dédain et gonfla ses joues.

« Ha et crampe ton style. J'ai du rangement à faire ici. Vous deux sortez de sous mes pieds pour une fois. Et Kiara, si tu trouves un beau gâteau au boeuf parmi la poussière et les briques, ne le garde pas pour toi. Elle se pencha un peu plus près pour chuchoter fort. "Ramenez-moi un peu de ça à la maison, hein?" Ses joues donnaient l'impression d'un hamster joyeux alors qu'elle souriait, puis se levait de table.

Phil se leva aussi avec gratitude, soulevant son assiette et marchant devant Sadie, à travers la cuisine et jusqu'à la poubelle. "Eh bien, je ne peux pas finir ce bébé, je suis désolé," dit-il vivement, comme si le temps pressait. Il balaya la majorité dans la poubelle avant qu'elle ne puisse voir combien il en restait.

"Tant que vous en avez assez", a déclaré Sadie. Apparemment rien n'allait faire éclater sa bulle de gaieté ce soir. Phil aussi se sentait maintenant très soulagé. Si Kiara avait refusé et que Sadie avait insisté pour qu'elle reste à la maison, le prochain arrêt aurait été le poste de police.

"Je suppose que je vais aller me préparer", a déclaré Kiara, à personne en particulier.

Alors qu'elle se promenait comme un zombie dans la cuisine et dans les escaliers, Phil a rapidement sorti son téléphone pour prendre les dernières dispositions avec Terry et réserver l'ascenseur qu'il avait déjà promis.

Le texte bourru qu'il a reçu suggérait que son patron n'avait pas trop apprécié cette petite modification. Phil s'en fichait vraiment. Le chantage était une sale affaire, et ce type pouvait au moins leur donner un coup de pouce et se salir les mains un peu. Phil venait de dire qu'il n'y avait vraiment pas d'autre moyen que lui de venir les chercher. Bientôt, le plan fut établi et Terry allait être à l'extérieur de la maison à sept heures et demie.

Phil s'occupa, soucieux maintenant de partir et d'en finir avec la nuit. Il s'approcha de Sadie par derrière alors qu'elle frottait les casseroles dans l'évier, les mains rougies par la température sous la mousse. « Nous ne serons pas trop tard de toute façon, bébé, d'accord ? » lui assura-t-il. Elle a juste baillé et incliné la tête pour le laisser embrasser son cou. Il a prétendu qu'il n'avait même pas vu cela et a ignoré le geste.

«Je suis assez fatigué de toute façon. Ne la laissez pas avoir des ennuis. Elle s'arrêta de bouger le tampon à récurer pendant une minute et le regarda par-dessus son épaule. "Merci d'avoir fait ça pour elle Phil. J'espère que cela lui remontera le moral. Il recula intérieurement à cette idée, sachant très bien qu'elle reviendrait plus brisée que jamais. Mais cette fois ce n'était pas sa faute. Cette fois, c'était pour s'assurer que leur famille ne serait pas brisée et que Sadie ne se débrouillerait pas seule pour sa fille. Cette fois, c'était pour leur bien à tous.

"Nous allons nous occuper d'elle", fut tout ce qu'il put penser à dire. Un baiser sur sa bouche plissée, puis il partit dans le couloir pour flâner devant la porte d'entrée et attendre.

Il n'arrêtait pas de vérifier qu'il avait tout : ses clés, son portefeuille, son téléphone. L'heure sur l'affichage refusait d'avancer, les chiffres ne changeaient pas du tout. Enfin, alors que Phil attachait ses lacets à ses bottes pour la troisième fois, la vue familière de la voiture de Terry apparut à travers la vitre dépolie de leur porte d'entrée. Trois minutes plus tôt, mais cela ne dérangeait pas du tout Phil. « Kiara ! » cria-t-il alors que Terry s'arrêtait et klaxonnait au bas du chemin. En réponse, Phil s'est rapidement ouvert et s'est tenu au-dessus du seuil. "Allez!" Il devenait nerveux quand elle ne s'est pas présentée, mais finalement sa silhouette échevelée est apparue en haut des escaliers, y planant momentanément avant de descendre la première marche. Elle portait maintenant un crop top rose et un jean trois-quarts, un cardigan fin drapé sur ses épaules pour la défendre contre le vent froid à l'extérieur.

Elle descendit lentement, laissant à Phil tout le temps de sortir le premier et de se diriger vers la voiture devant elle. Elle pouvait à peu près passer cette nuit tant qu'elle était loin de lui. Cela pourrait peut-être même lui faire changer d'avis, mais elle devait s'assurer de rester en sécurité. Elle devrait simplement rester dans un groupe d'au moins trois. Elle ne laisserait jamais les autres gars hors de sa vue. Si elle faisait tout cela, il n'y avait aucun moyen que Phil puisse la violer. Le connaissant, il prévoyait de le faire. Mais ce soir, elle ne le laisserait pas faire. Et s'il osait essayer quoi que ce soit devant les autres, elle crierait à pleins poumons et obtiendrait facilement de l'aide. Ensuite, elle pourrait même être en mesure de dire à quelqu'un ce qu'il lui avait fait, avec des preuves solides. Mais cela sautait devant elle. Pour l'instant, elle devait juste traverser cette nuit sans se faire mal, et même ce serait une petite victoire sur Phil.

Elle descendit les escaliers de plus en plus prudemment, pas à pas, désespérée que Phil sorte par la porte. "J'ai juste besoin de mes chaussures," dit-elle doucement, gardant une bonne distance de lui alors qu'elle s'approchait pour glisser ses pieds dans ses bottes légèrement rembourrées, se penchant pour les fermer hermétiquement.

Il remarqua qu'elle se déplaçait très délibérément au ralenti, le moteur de Terry ronronnant toujours avec impatience le long du chemin. "Je t'attendrai dehors," dit-il, comprenant enfin le message. Il renifla et se dirigea vers la porte, la laissant ouverte pour qu'elle la suive, laissant l'air froid entrer dans la maison. Kiara frissonna et cligna des yeux en regardant dans l'obscurité du soir.

Terry souriait par la fenêtre avant de son énorme voiture alors que Phil s'approchait. Il aspirait fort sur un rouleau et en soufflait actuellement de grandes plumes épaisses dans leur allée. "Est-ce qu'elle vient ?" dit-il, ses yeux pétillant presque en comparaison avec ce matin.

"Ouais," dit Phil, bien que cela lui fasse mal de l'admettre. « Elle est juste derrière moi. Il attrapa la poignée de la porte derrière Terry et monta dedans d'un air maussade.

Quelques secondes plus tard, Kiara sortit de la maison, appelant sa mère une dernière fois avant de fermer la porte et de se retourner pour emprunter prudemment le chemin. Terry la regarda bouche bée, sifflant silencieusement à lui-même à la vue. Il a reconnu que le joli visage juvénile de sa maison avait fait une vidéo branlée sur son ordinateur, même si la force vitale semblait plus épuisée ce soir. Les yeux fatigués de Kiara scrutèrent la voiture, remarquant aussitôt que Phil se cachait à l'arrière.

"P-puis-je m'asseoir à l'avant ? demanda-t-elle, sa voix si calme qu'il pouvait à peine saisir les mots dans le vent.

Terry lui sourit. "Bien sûr que tu peux chérie." Il déplaça un magazine de construction et un gros allume-cigare de fantaisie hors du siège passager et le tapota avec sa petite main. "Viens et assieds-toi ici à côté de moi."

Elle contourna lentement l'avant de la voiture et ouvrit la portière. Phil a commencé à se sentir un peu malade et a rétréci son corps contre le rembourrage de son siège, ne voulant pas du tout être ici. Il aurait dû laisser Terry l'emmener lui-même sur le site ce soir, puis attendre qu'ils reviennent. Mais encore une fois, Dieu sait ce que ce bâtard ferait si elle restait seule.

Kiara entra et essaya de se mettre à l'aise, puis claqua la porte, attrapant sa ceinture de sécurité. Terry renifla, puis serra son bout de chien entre ses doigts, et le laissa tomber sur le trottoir mouillé à côté de la voiture, juste avant de se tourner vers sa jolie passagère. "Dis moi chérie. Phil t'a-t-il dit pourquoi tu viens avec nous ce soir ? Kiara était immobile, les mains enfouies sur ses genoux, les épaules voûtées dans cette position défensive typique qu'elle adoptait tout le temps de nos jours. Un halètement soudain sortit de ses lèvres alors que Terry se penchait pour desserrer le frein à main et frottait accidentellement ses doigts contre sa jambe. Elle avait beaucoup fait ça récemment avec des hommes. Elle eut l'air penaud en réalisant ce qu'il faisait, puis détendit ses bras à nouveau, pressant toujours ses lèvres ensemble et avalant difficilement.

"Oui," dit-elle doucement, revenant à la question. "Aide sur le site"

Terry soupira en mettant la voiture en mouvement, riant doucement et croisant le regard de Phil dans le rétroviseur. "

Ses mains coriaces glissèrent sur le volant et il éloigna la voiture de la maison. "C'est vrai ouais. Certains des gars n'ont pas fait leur part. Votre vieil homme y compris. Il pointa un pouce par-dessus son épaule et laissa échapper son rire saccadé. « Il est tout aussi paresseux à la maison ? »

Kiara n'écoutait même pas. Elle dépensait la majeure partie de sa faible énergie à essayer de rester calme, comme si son corps pouvait à nouveau avoir des spasmes incontrôlables à tout moment. "Pardon?" dit-elle d'un air absent.

Terry remarqua son comportement étrange et jeta un coup d'œil. "Ce n'est pas grave", dit-il avec dédain. "Quelque chose ne va pas?" demanda-t-il, laissant ses yeux parcourir à nouveau son corps.

"Non, j'ai juste... un peu froid", dit-elle, tournant soudainement la tête pour regarder Phil. Elle ne faisait toujours pas confiance à ses mains pour rester là où elles devraient être, même avec son patron ici. Mais il était juste assis là, l'air étonnamment pensif. Elle ne le vit que quelques secondes, puis se retourna, étonnée de son comportement. C'est donc ce qui lui est arrivé quand il était avec d'autres. Le violeur immoral manipulateur était maintenant parti, remplacé par un type timide presque effrayé.

Terry la vit lui jeter un regard en arrière, et fit de même lorsque la circulation le lui permit. "D'accord là-bas ?"

Phil voulait juste finir toute la nuit et comptait les minutes depuis qu'il était monté dans la voiture. "Ouais," dit-il, poussant le trafic vers l'avant avec son esprit.

Le soleil avait presque disparu maintenant et Terry dut mettre ses yeux à l'abri pendant une partie du trajet, alors qu'ils roulaient droit contre l'horizon bas. Finalement, comme au bon moment, ils ont tourné vers l'est, et la voiture s'est éloignée de la lumière restante, dans l'obscurité, roulant le long des derniers mètres de la rue bouclée, et dans le parking près du site.

"Voilà, tout est fait." Le conducteur s'appuya contre son siège pour sortir, claquant immédiatement sa portière et se dirigeant vers l'arrière, attendant que ses passagers le rattrapent. Bientôt, un Phil à l'air nerveux, accompagné d'une Kiara zombifiée, en est sorti. Terry remarqua immédiatement comment la fille avait choisi de faire tout le tour de l'autre côté de la voiture pour le rencontrer, mettant toujours plus d'espace entre elle et son futur beau-père.

Où devons-nous aller ? Elle leva les yeux vers Terry, espérant que la question pourrait justifier sa route vers lui en premier lieu. Il se frotta la tempe et la regarda. Il était manifestement évident pour Phil qu'il n'avait pas réfléchi à la façon de procéder avec la supposée soirée normale.

« A la maison, viens. » Il s'éloigna et Kiara le suivit avec impatience, se collant à lui comme une patelle pour l'instant.

Phil se dirigea rapidement vers son côté éloigné, gardant toujours une distance raisonnable entre eux de peur qu'elle ne s'éloigne à nouveau. Au moins, il faisait un effort pour maintenir le faux-semblant. « Nous allons vous chercher un casque, puis nous pourrons vous trouver des travaux à faire. Les autres arrivent juste un peu plus tard ? Kiara n'avait pas manqué de remarquer que le site semblait mortellement silencieux, alors qu'ils croquaient tous sur la poussière et le gravier, plus loin vers la maison semi-construite.

"Ouais, probablement," renifla Terry dans son air traînant de cockney, évidemment beaucoup plus intéressé par leur véritable raison de venir. Il avança d'un pas lourd, ses yeux se déplaçant toujours furtivement vers la jeune fille à côté de lui. "Comment t'appelles-tu encore ma chérie, Kara n'est-ce pas ?"

"Kiara", dit-elle d'une voix tremblante, ne ressentant que de la répulsion pour cela ces jours-ci. Il se pencha plus près d'elle. "Kiara," dit-elle un peu plus fort et il hocha la tête.

"Oh, c'est Kiara ? Sucré."

Il n'y avait pas encore de porte solide à proprement parler sur le devant de la maison, juste un trou où les briques avaient laissé un espace pratique prêt pour cela. Terry se traîna à l'intérieur et ses compagnons s'infiltrèrent derrière lui. Le vent se fraya un chemin à travers l'étroite ouverture et fouetta autour d'eux. Des bâches recouvraient les planches de bois du sol, un plafond en partie construit au-dessus, un trou béant laissé pour de futurs luminaires. Kiara se blottit contre elle-même contre le froid et cligna des yeux avec attente vers Terry.

"Comme tu peux le voir chérie, cet endroit est un peu en désordre. C'est comme ça que c'est sur un site comme celui-ci, j'ai peur. Tu veux rester ici et aider Phil à déplacer des trucs ? Ou montez avec moi. Aidez-moi à faire des travaux plus intéressants, hein ? » Ses dents escarpées montraient alors qu'il frappait d'une main sur un poteau de rampe solitaire au bas de l'escalier nu.

Just as expected, she gave the right answer, signing herself over to him. “Stay with you,” she said quietly. The man must’ve been able to read her lips this time though, as he couldn’t possibly have heard it first time.

“Good idea. Go up then and I’ll be two seconds. I’ve just got to tell Phil what to do down here ok?” She nodded slowly and began to trudge up the stairs, the copious dust rasping under her boots. “You will come won’t you?” she said quickly over her shoulder. She was panicking Phil might rearrange things so he could come up instead. She did still have her scream though.

“Course, go on now,” Terry urged, turning his palm upwards and gesturing her to go further up.

As soon as she’d disappeared into the gloom, Terry grabbed Phil and pulled him behind one of the interior walls, making sure they were out of earshot. “You’ve done well up to now. Now I’m not gonna be long up there. Maybe twenty minutes or so. I’m only gonna fuck her once.” Terry rubbed his hand over his face, already looking excited. “I want you to come up two minutes after me and wait outside the door. As lookout right? I’m not as dumb as you to get caught. Got it?” Phil felt prickles erupt over his skin immediately. He was actually going to have to stand right there, hearing all of it going on? This was too much, but he still knew the power this man had over him.

He nodded mutely and kept his hands firmly where they were, his thumbs hooked through his beltloops.

With that Terry turned and slunk off, taking decisive steps up to the second floor. Phil heard the portentous thumping of the man’s thick boots, ticking down the last few seconds towards the young girl’s fate.

“Kiara!” His thick wood alcohol voice rang out as he ascended, and Phil could practically sense the excited grin on his face from it. He felt a pang of something very uncomfortable from inside him, and he had to start pacing. Ideally he should be keeping up the pretence and doing some sort of work, but his hands became moist and he really couldn’t focus on anything like that at all. The wind swept through the bottom floor again and he trembled violently, swallowing hard,. He kept making the same circle, round and round, straining his ears to hear for any noise at all. He hadn’t checked the time when Terry had left, so he’d just have to estimate two minutes in his head.

Once Kiara had reached the top of the stairs, she reached a dim and dark corner. She coughed as the smell of dust got into her lungs and she moved away, more into the middle of what would eventually be the landing space. Standing patiently by the temporary guardrail, she waited for Terry to arrive. She peered nervously through under the wooden bar, just in case Phil had ideas of coming up himself to meet her alone. Her heart settled though as Terry appeared, grinning and calling her name. His eyes fell on her as he turned the corner at the top. “Now then. Ready to become a proper construction worker tonight? One of the team?”

She nodded compliantly, then backed away from the side and into the doorway of a large room. Wooden struts creaked as the wind gusted against the sides again and through the open door downstairs.

“Sure,” she said, her voice now a little stronger than before. As ever, when she was away from Phil and his potential danger, she could at least relax and let her muscles lose their constant tension.

He picked her out in the relative gloom and approached, forcing her further back into the room. A shabby loose fitting door hung from the hinges and Terry closed it over, offering them a little privacy. He then glanced around the room itself. Buckets and tins were strewn across the floor. Small pieces of plastic and little clumps of wood also lay scattered about. Terry frowned, then noticed a thick foam crashmat in the corner, mostly used for safety by the men. He moved over to it and nudged it with his foot so it was more flush against the wall. Sniffing and observing the room, he then lifted his hand to scratch his face thoughtfully. “Should be good.

Kiara wrinkled her nose at the overpowering smell of sawdust in the room. Looking behind her, she noticed some discarded tools, together with some hats in the corner. “Will I need one of these?” she said brightly, moving over as if to fetch one up.

Terry rubbed his palm against his nose, then lifted his boot to stamp hard on the mat, as if to test its softness. “What’s that darling?” he asked, his back now towards her side of the room. “Oh, sure yes, just use whatever you want.” He reached down and adjusted his trousers, bringing his cock out and exposing it to the air. The button stayed fastened, just the zip lowered enough to let it hang out through the gap. Pleased with the result, he turned and walked over to her, finding her cheerily securing a huge hard hat on her head, and attempting to clip up the strap under her chin.

“There, will it be ok like this,?” she said, turning to peer up at him from under the rim, smiling and reshaping her hair around the back a bit. He said nothing though and just stepped closer to her in complete silence. She sensed something in his new demeanour, his eyes looking more stern, something predatory laying behind them now. "Qu'est-ce que c'est? What’s wrong~?”

As she stepped back to let him advance, she caught the full view of him, and suddenly spotted the man’s stubby semi-erect cock poking out of his fly, aiming straight towards her. An icy shower of terror swept down over her and all of the horrific memories inside her head began to close in on themselves all at once. “No,” she said, almost as a whisper as her voice was taken from her. "Non. No.” She jumped backwards as if stung by electricity, yet her back only met the wall, bumping harshly. But the pain didn’t even register with her as she was already looking desperately either side for any way to escape.

A second later, Terry had reached her, and his cock brushed against the front of her jeans. He grinned as he saw the bitter realisation dawning in the girl’s face, and raised two clenched fists. Ramming them forward, he pinned her upper arms hard against the wall. His face now looked determined and serious as he glared straight at her, gritting his teeth. Any pretence of being her rescuer was now gone. “God he was right. You’re even fucking prettier up close aren’t you?” He shoved his hips forward and began rubbing his naked cock against her crotch, already feeling heat emanating from between her legs and through the denim.

Her hands went up to try and claw at his arms, but as soon as she’d seen that cock, her body had immediately started trembling, and it left her so weak that her nails couldn’t find any traction in his sleeves. Her eyes screwed up as she felt hot tears begin to trickle from them, her lungs starting to feel heavy and tight. The man’s rancid smoky breath hit her nostrils as she began to freak out. Her breathing suddenly started racing at top speed, and she felt like she was being throttled, totally unable to get enough air inside her. With his words echoing in her ears, and the room spinning about her, she finally found her own voice and tried to grab enough breath to use it. “Help!” she squealed out, finding more volume than she’d hoped for. “Help! Someone help me!” If the other workers had arrived by now they could come and rescue her. Even that bastard Phil had a sense of jealousy about him and only wanted her for himself. If he heard her calls, he’d come and help her out surely. This time she was not going down without a fight.

But nobody came. There was no one else booked in to come tonight. The two men had made sure of that. The girl’s high-pitched screams simply reverberated around the empty house, for only the two of them to hear.

By now, Phil had stationed himself just outside the door. He knew it was going to come,

The moment when her muffled talking would change to yelps and screams. He heard the precise second it happened, as the true nature of their visit was revealed to her. He shut his eyes and tried to block out the noise. He cringed at the action unfolding in the next room, and leaned against the wall, sweating profusely. The next cry from her lips was cut off with a sudden gulping sound, and some muffled threatening words from her attacker. Then, there were no more sounds. Phil blinked hard and listened intently now to clumsy shuffling steps.

Terry had punched Kiara in the stomach, easily winding her and stopping her noise. “Shut up and get down there!” he hissed at her, then grabbed harshly at her clothing, pulling her away from the wall and shoving her, sending her spinning off balance. He swiftly thumped his other fist into her side to ensure she crumpled as she went down, landing flat onto the soft mat in the corner. Her head slammed against the wall with a bang, and the foreman was lucky she’d put her hat on beforehand, else she would’ve surely broken her skull. She easily felt the bump though, and was dazed for several moments. Panic was starting to envelope her fully and she gulped wildly for air to try and regain some strength. But her stomach now felt so painful with each and every breath in from the strikes of his fists. Instinctively, She tipped over onto her side, into a defensive position as she laid her hand over one of the bruises already forming on her body.

But Terry was already advancing on her again, and she wasn’t going to stay huddled up like that for very long. His eyes were now burning with lascivious hunger, his cock still poking out, pointing directly at her. Kiara saw him coming, but only in a blur. She was still mouthing ‘no’, silently now. She just had to keep him away.

She hitched up her knees and tried to form into a tight ball, clamming herself up against anything he might try. But her strength was failing her, just as her lungs were failing to even keep up the desperate pace of her panting. She was still gasping, even through her sobs, and her new attacker shoved her over onto her back with great ease, and quickly tugged down the zips on both her boots, one after the other. With a determined look in his eyes, he hurriedly grabbed at the thick soles and pulled them off her feet, inadvertently removing one of her tiny white socks at the same time and leaving it inside the tall boot.

Kiara immediately hitched up her knees again, choosing rigid defence over vicious attack. He was quite clearly stronger than her, even if just through his

shear bulky weight, and he’d already proved that he was not scared of hurting her. She looked up at him, never having felt so scared of someone before. Phil had been sexually brutal with her countless times by now, but he’d never had the guts to actually use his fists on her. She knew already by looking into his thoroughly dispassionate eyes, that if she fought back, he wouldn’t think twice about thumping her body some more.

“Now just stay quiet,” he growled, his tone now gruff and impatient. He grabbed her ankles and yanked her legs out flat again in front of her. “No one’s coming here.”

She felt her body being manhandled, laid out before him. Then his hands working at her, clawing at her jeans, loosening them, pulling at them, scrabbling nails at her panties to drag them down too. Not even her mum’s boyfriend this time, but someone else, wanting to remove her clothing and touch intimate parts of her body. She tried with all of her remaining might to jam her legs together, but they trembled violently, and there was no stopping his relentless hands.

“Phil,” she whined. She tried to form enough breath to scream it, but it was impossible. “Phil please.” It seemed crazy for her to be screaming for her regular rapist’s help with this, but it was her only chance.

Terry just beamed, as his yellowing fingers pulled the young girl’s trousers down more. “He ain’t gonna help you is he. He brought you here for me didn’t he.”

Kiara’s hearing was impaired, partly from the wide helmet on her head, but also from the inherent ringing in her ears that always set off at these times. Suddenly her straining arms went limp and her heart plummeted, as the truth set in. She’d been totally set up, and just like a willing fly, she’d flown directly into their web. She’d been brought here tonight, just so someone new could abuse her.

He hiked her legs up as he wrenched her jeans, together with her thin cotton panties down her legs and off, dumping both of them onto the dusty floor past the end of the huge mat. Her naked legs slapped back down and she felt the cold plastic against her thighs and ass. With her muscles still paralysed and filled with fear, she could only lay there as Terry shoved himself forward and fell on top of her. Her only option now was to lay there and turn her head to the side, adopting her usual position to try and deny what was happening to her. As soon as he started clumsily moving his hips and rubbing himself between her parted legs, his cock started to come to life even more. is rough fingers tapped her cheek to force her to look up at him. With the pain of his punches still in her abdomen, she did as he wished and looked up again, her glistening turquoise eyes still spilling tears, seeming so tiny from underneath her hat. For a few moments he just rolled his hips around, rubbing himself against her, working his stubby dick against the mound of her naked pussy. His cock was still slightly slack, but it was as hard as it was going to get before actually pushing inside her. His sunken eyes bore down on her, starting to illuminate somewhat as he instantly started to moan out, not having felt this turned on in a very long time.

Kiara wept bitterly beneath him, hot salty tears running down her cheeks, her body wracked with shame and embarrassment as the man began using her. In a desperate attempt to finish this off quickly, she pushed her hips upwards, if only to make the wretched man climax and not have anything left in him to actually penetrate her.

Terry had been looking forward to this though. First that video he’d watched and jerked off to multiple times, and now the real thing, right in front of him. He’d been thinking of nothing else since he’d found the footage and conjured up the wicked idea. He was certainly not going to waste it all with a premature performance. His hot acrid breath came in short bursts, beads of sweat forming on his forehead, despite the cold temperature of the room.

“Please don’t,” she sniffled, seeing the resolve in his eyes. “Please don’t do this.” She’d tried to whisper the words, but her anguish added a squeal to the last syllable. Her chest rose and fell quickly as she waited to see if her words could have any effect on those cold eyes of his. He just ignored her completely, and his only response was to shove a leathery hand up inside her bra, making the underwires creak as he stretched it. As she dissolved into more hopeless sobs, he pushed the garment up, as well as her top, revealing the soft tanned skin of her ample tits to him. He mauled them harshly, pinching the cherry nipples one after the other, leaving them hard, then looking down at the result. All of this set his heart racing faster, and he thrust his hips harder against her, dry humping her, loving every minute.

Totally disgusted, and still frightened stiff, she saw the pleasure spread across his smug round face as he started helping himself to more of her teenage body.

Just on the other side of the door, Phil was suffering some anguish of his own. He could not stand still. He clenched his fists so hard, his nails stung his palms as he paced up and down the corridor. The floorboards creaked, so he walked faster. Anything to block out the violent noises and bitter crying he could hear through the thin shabby door. Then his heart seemed to stop altogether. Through the crack he heard her weak voice, calling out his name. For once, she was asking for him, to come and save her, to be a hero. He just swallowed hard and looked up at the ceiling, biting his lip. When she tried a second time, he smacked his hands over his ears, unable to bear any more. “Jesus fuck,” he breathed, his eyes still fixed on the ceiling, knowing he mustn’t move. Desperately he wanted to fling that door open and go over to rescue her, just like she was begging him to do. To drag her away from all this, even before his boss had started fucking her. But he couldn’t. He shook his head resolutely, to convince his own mind of it. “Just once,” he’d said under his breath. That man said he’d do it just once. He had to go through with this now. He had no choice. As he warily uncovered his ears again, it seemed Kiara had given up on his help, and Phil breathed out in relief. Please, just please let him cum quick.

Kiara was quiet through there now, and he knew what that meant. Like with him, she had given up struggling and was just trying to make it through quickly and quietly. He could imagine precisely the look of resignation on her face as she tried to avert her eyes, anywhere else but at her abuser, and to stay as still and silent as possible. He hated this. The whole swirling jumble of feelings in his mind. He hated Terry right now. He wanted to be away, downstairs out of earshot, yet something kept him nailed to the spot. He couldn’t bear to listen, and yet he didn’t move off. Even the imagined visions of her being taken by another man enraged him, and yet, he also wanted to slip the door open wide enough to watch what was happening. With his heart in his mouth, he raised his hand and pushed it slightly against the door, hoping these new hinges would not creak.

Terry’s uneven teeth showed as he leered at the girl underneath him, a wet tongue slipping over them every now and then. His bushy eyebrows raised and he quickly grabbed for the fastening of her helmet, removing it quickly, revealing her flattened ash blonde hair. “Come on,” he muttered, the saliva in his throat making it come out like a growl. “Be sexy for me. Fucking sexy like you know you can be.”

It seemed like he was in some kind of trance or other, not specifically talking to Kiara, but just giving voice to his overwhelmed thoughts.

A new fear gripped Kiara as Terry lifted his heavy body off of her, only momentarily to slip his hand down between them. Any hope of reprieve was thoroughly banished as he gripped his cock at the base, and instantly fed it between her dry labia. She’d been feeling soreness between her legs for months now, and the friction was agony. She shrieked out from the stinging pain, and lifted her shoulders up, her stomach clenching tight. She squealed out and tried to writhe from underneath him. It was useless though, and the man soon had himself pushed all the way between her folds. His whole length quivered inside her as he felt the warm dampness wrapped around him. He tightened his lips into a wrinkled O-shape, and breathed out, his eyes rolling back.

Kiara laid her arms down by her side, balling her hands into fists, steeling herself for the fresh raping she was about to receive. His cock was smaller than Phil’s, but that was of no consolation to her right now. It still hurt, as he rubbed it in and out, defiling her all over again.

She screwed up her eyes, tears squeezing from under the lids and down her face more. But Terry wasn’t bothered about that. Right now this hole was the tightest and youngest he’d ever felt, and he wasn’t going to waste it. He pulled back so far that her pussy lips were suckling at his tip, then slammed all the way in again. All the way deep with every stroke inside, wringing pleasure from every second of it, feeling her pussy lips dragging along his shaft each time. An audible grunt came from his mouth every time he was balls deep. Each stroke became a little easier, as her tortured pussy reluctantly began to moisten, her juices covering the aging man’s cock and aiding him to rape her more easily. He soon began to get into his rhythm and couldn’t resist speeding up banging deeper inside her. His large frame kept her pinned to the mat, unable to move at all as his breathing turned into hefty wheezing, still accompanying his groans of pleasure.

Every single thing he was inflicting on the girl, was still being watched by a jealous and worried Phil. He watched her hot tears streaming down her cheeks and moistening the plastic mat. Why did her pained screams at the moment of penetration turn him on so much? He recognised those looks of revulsion and hatred on her face. Though for once, it unfortunately wasn’t him fucking her, it was his boss. As the heavy older man pumped harder, his hulking body rocked back and forth, chugging away like a noisy steam hammer between her legs. Phil was focussing hard on her facial expressions though as she was being raped second hand for the first time. He quickly felt himself becoming fixated by the show. By now his cock was raging, pushing hard at the confines of his jeans, begging to have some attention of its own. As quietly as he could, Phil pulled his sweaty hand away from the door handle, and down to his fly, slowly opening it and digging in his boxers to pull his cock free. Shifting his feet a little apart, he gripped hold of his aching erection and began to stroke it. Slow at first, just to ease the frustration in him, but then faster, mimicking Terry’s movements inside his precious girl.

He’d been inside her yesterday, and so he could still easily recall how warm and wet that felt. He imagined he was there now, being perched over her and pushing into her, getting all that pleasure from her sweet hole himself, notching up another conquest over her. He couldn’t help himself. It wrenched his heart to even watch his precious stepdaughter being raped by anyone but him, but at least from his vantage point he could join in somehow.

Terry was snorting from his nose and mouth as he moved, his stubby fingers still occasionally pinching and twisting Kiara’s fat nipples. His hands were still freezing from this cold house, and despite herself, his touches made goosebumps spread out over her whole upper body, making her nipples refuse to soften again.

“Mmm that’s it girl. Juste comme ça. You like being my fucking slut don’t ya hmm? Like being mine.” He chuckled heartily, the laughs rattling his throat and nearly sending him into a coughing fit. But his merriment then finished abruptly, and he was holding himself still inside her, sensing something going on nearby. As he turned to look, he saw Phil, hanging by the door, quite obviously wanking his cock over watching them. As soon as he noticed he’d been caught, Phil stopped stroking and just looked sheepish, standing there holding his cock out like he was presenting it to someone for inspection.

Terry was about to get really angry, and twisted his face into a snarl. But then, just as quickly, he relented as another idea struck him. Silently he beckoned Phil to come forward, over to their side of the room.

When Phil saw he was being summoned into the room, he was urgently hoping he’d get a chance of his own. Even if he had to go in after Terry, he’d do it, just to relieve the ache in his balls right now at wanting to fuck Kiara so badly. But the man seemingly had no intention of pulling out of her and handing her over. Instead, once Phil was practically right beside them, Terry pointed a short thumb at her face, or more particularly, her mouth.

With her eyes still jammed shut, so far Kiara had noticed nothing of this. When she felt him stop moving, she braced herself, ready to accept him spewing his cum inside her body. When it didn’t happen, and instead the wooden floorboards underneath her started shaking with the force of heavy footsteps, she became curious and opened her eyes. Just in time to see two men now looking down at her, a smirking Terry, as well as a hungry and curious looking Phil, his own cock out now as well. She hadn’t even known he was upstairs. She gasped loudly,, sending herself right back into panicked breathing.

"Non. No please Phil. No.” She babbled breathlessly, her heart now racing, the air burning her lungs. She blinked up at Terry, but knew instantly that she wasn’t going to get any help from him. “I won’t.. I won’t do it!” She yelped and tried to pull herself away from the two attackers. With Terry still balanced on top of her though and his cock sheathed fully inside her, she couldn’t very well escape. Even if she could, she’d only back herself more into the corner of the room.

“He’s a horny fucker ya old man isn’t he huh?” Terry was saying. “Can’t fucking leave himself alone.” With all of her begging having no influence on either of the two men, Terry grabbed her chin between his strong fingers. “In there,” he ordered, pushing her face over to one side and offering her mouth up for Phil to fuck.

Kiara sniffed hard, looking at Phil with begging eyes, glistening as ever with tears. He was well used to that sight by now though, and it would take a lot more than just that to put him off. He slid down onto his knees, then started shuffling forward, his cock still in one hand, levelling it menacingly at her lips. He grabbed a hand full of her hair and pulled her face even closer to the edge of the mat. Her degradation was complete, and as her lips slid back over her teeth, and a new round of sobbing took over her body, Phil easily pushed his cock into her mouth. Her jaws were already aching with all the crying, even as Phil forced them further open and started ramming his cock down her throat. With no friction, Terry’s cock had started to soften inside the girl, but once she was being forced to swallow the cock being fed to her, he easily came back to life. With renewed vigour, he started to fuck the helpless girl afresh, keeping his eyes fixed firmly on her face. She just laid there, limp and helpless, her body jerking like a ragdoll as the two men raped her in unison. Phil’s fist was pushing at the back of her head, his cock plunging in and out of her mouth, and she could only imagine the look of pleasure spreading over the evil man’s face. Her tears kept coming, even though she knew she could hardly breathe if she cried anymore. She felt her young body being assaulted, all for these two guy’s pleasure, her freshest abuser still hammering endlessly inside her sore and bruised pussy.

She screwed up her eyes and felt as if she were falling, through space. She wished herself away, away from all of this. In that moment, she resolved to end this, for good.

“That’s it! Continue! Deeper than that!” Terry’s breathing was getting even more ragged and the air was squeaking in his lungs. This time he was really getting off and his meagre cock was now properly stiff as he saw the pretty young teen taking two cocks at the same time. “All of it! Come on all of it! Swallow it all you dirty little whore!” Cheering as if he were on the terraces on a Saturday afternoon, with just as much enthusiasm. He was no stranger to barking down at his employees, but this was the first time he’d been ordering one to push his cock further down an unwilling girl’s throat.

Normally Phil would’ve been worried that the volume was getting dangerously high, and that they might be caught. But he was definitely not in his right mind at the moment. He was getting relief from Kiara’s mouth. True, by now it was his third favourite hole of hers to invade, but it still felt so fucking good. He ploughed onwards, driven on by his boss’s rasping words. Terry was now his friend. He was not only condoning Phil fucking the young

Articles similaires

La boutique du coin, deuxième partie

La première partie est ici : sexstories.com/story/82788/ Il regarda sa montre, elle serait bientôt là. C'était environ une semaine plus tard, j'étais dans son magasin, maman m'avait envoyé chercher la nourriture dont nous avions besoin pour le week-end. Après avoir tout sonné dans la caisse et mis tous les articles dans trois grands sacs en plastique. Il m'a dit: Tu me dois encore beaucoup d'argent, tu devras aller dans l'arrière-salle aujourd'hui Choqué, j'ai bégayé. Non. S'il vous plaît M. Hassan, je ne veux pas faire ça Il attrape mon bras, me disant; Tu n'as pas le choix ma fille...

955 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses frappant mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis, même les plus âgés, enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent et mes longs...

899 Des vues

Likes 0

L'extraction

L'EXTRACTION - O_o histoires C'était un samedi matin et j'étais chez moi après une fête d'anniversaire entre amis. J'étais parti à une heure, parce que les gens avaient commencé à jeter de la nourriture et des bouteilles vides partout. Je me sentais somnolent. J'en avais trop mangé moi-même et je voulais juste rentrer à la maison. En passant devant le supermarché local, j'ai traversé la rue principale. Il y avait une camionnette blanche garée à quelques pas devant moi. Le réverbère au-dessus clignotait et me faisait pleurer dans la pénombre. Alors que je passais devant la camionnette, le moteur a démarré...

952 Des vues

Likes 0

L'été à Pond Cove - Chapitre 01

Walter vient de terminer ses études et passe un été dernier à s'occuper de la cabane de son oncle étrange située à Pond Cove, une zone isolée entourée d'une réserve naturelle gouvernementale. Tous les autres propriétaires, sauf un, ont été rachetés par le gouvernement qui veut transformer Pond Cove en sanctuaire de grenouilles. Walter rencontre ses voisins pour l'été – six sœurs de sororité qui en ont passé un l'été dernier ensemble. Les choses deviennent un peu chaudes... et un peu étranges... alors que Walter découvre son côté soumis grâce à des professeurs experts. Cette histoire est indépendante, mais le scénario...

1.1K Des vues

Likes 0

Une fille apprend sa leçon

Retournant péniblement vers les écuries, Katy se demanda si ce travail en valait vraiment la peine. Elle avait fait une longue marche et maintenant il commençait à pleuvoir. Elle allait être trempée dans le dernier kilomètre. Elle a tiré sur la laisse du chien et a commencé à courir vers la ferme et le refuge. Elle travaillait à l'école d'équitation depuis six semaines maintenant et les vacances d'été étaient presque terminées. C'était son début la semaine dernière. Le travail n'était pas très bien payé, mais Mme Johnson, la propriétaire de l'école d'équitation, a permis à Katy d'y garder son propre cheval...

893 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

1.1K Des vues

Likes 2

Fille des voisins : Sale secret

C'est arrivé quand j'avais 16 ans un jour d'été. L'école était finie et les vacances commençaient. J'habite au bout de la maison de style cottage où nos voisins sont de l'autre côté Du mur. A côté habite mon amie Eve, elle a mes cheveux blonds de mon âge et mon corps fracassant. Quant à moi, je suis comme elle, j'ai les cheveux dar. Il y a quelques jours, j'ai remarqué une chose intéressante ... le téléphone a sonné à l'endroit d'Eves et après quelques minutes, elle est éteint quelque part. dernier jour pareil. Alors j'ai décidé de la suivre parce qu'elle...

1.1K Des vues

Likes 0

Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut. Oooohh putain, mmmmm. elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais...

900 Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

442 Des vues

Likes 0

Randonnée

Ma sœur et moi aimions le plein air et avons toujours passé du temps à l'extérieur. Nous avons passé beaucoup de temps à planifier un voyage pour faire de la randonnée dans la forêt et camper quelques nuits. Nous nous sommes préparés pendant plusieurs jours et avons préparé toutes nos affaires. Nous sommes partis tôt le matin et avons marché la majeure partie de la journée, puis nous nous sommes arrêtés et avons déjeuné. Après avoir allumé un feu et déjeuné, nous sommes repartis. Vers 5 heures, nous nous sommes arrêtés pour la nuit. Je suis allé à la chasse pendant...

725 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.