Trilogie Douce Vengeance. Chapitre 2

377Report
Trilogie Douce Vengeance. Chapitre 2

*Note de l'auteur-Cela m'appartient. Ceci est le chapitre 2 de la trilogie Sweet Revenge. Si vous n'avez pas lu le premier, je vous suggère de le faire. J'espère que vous apprécierez, et comme je l'ai dit, cette partie contient le non-consentement. Je ne tolère pas cela et je ne vous suggère pas de le faire.

'...' pensées

Chapitre 2 – La récupération est une salope, n'est-ce pas ?

Cela fait presque un an que j'ai été licencié et ma vie est pratiquement terminée. J'étais professeur de psychologie bien payé au lycée local. J'ai été surpris en train de faire chanter et de baiser un de mes étudiants. D'une certaine manière, elle m'a piégé. Cette petite salope a rendu les choses encore pires qu'elles ne l'étaient, je sais qu'elle s'amusait pendant que je la baisais, puis elle m'a fait virer.

Il y a environ six mois, alors que je réfléchissais à mon existence sans valeur, je l'ai vue marcher avec un groupe d'amis. Je les ai suivis, et à ce moment-là, un plan s'est formé dans mon esprit.

Je me vengerais de cette petite taquinerie.

Tous les jours, depuis quelques mois, je l'observe, la suis, j'en apprends le plus possible sur elle. Maintenant, je suis prêt à me venger de Mme Emily Wolfe.

***

Je suis assis dans ma voiture, caché dans une ruelle sombre. Le chlorophore et la corde prêts à l'emploi. Cet endroit est désolé, et elle est absolument naïve de penser qu'elle pourrait traverser ici en toute sécurité, mais je ne me plains pas. Je passe une main dans mes cheveux gris hirsutes en soupirant, je m'ennuie complètement, mais je voulais m'assurer de ne pas la manquer.

Elle passe par ici pour rentrer chez elle après avoir fini ses cours. Normalement, ses amis la conduisent, mais c'est l'un des jours où elle part tôt pour travailler. Elle rentre chez elle déposer ses affaires et sa douche, puis part à la clinique, elle veut devenir infirmière.

Puis je la vois tourner au coin et commencer à descendre la rue. Je souris méchamment. Je prends le chlorophore et le tissu, je sors de la voiture et je la suis. Je me dépêche de me mettre derrière elle, et juste au moment où elle arrive dans la partie de la rue où le lampadaire est cassé et complètement sombre, j'enroule mes bras autour d'elle, l'un lui fixant les bras, l'autre lui couvrant la bouche et le nez avec le sédatif.

Son cri est étouffé par le tissu et ma main, elle essaie de lutter, mais je tiens bon, mon érection lui piquant le dos. Bientôt, elle devient molle. J'enlève le tissu, je l'allonge dans un petit buisson au bord de l'allée et je retourne rapidement à ma voiture. Je mets le chlorophore sur le siège passager et me dirige vers l'endroit où je l'ai laissée.

Quand j'arrive à elle, j'attrape la corde, je me cache dans le buisson et je lui attache les poignets et les chevilles, puis je la soulève et la mets dans le coffre. En rentrant chez moi, je commence à rire de façon maniaque. Les pensées de ce que je vais lui faire rendent mon érection presque douloureuse. Je n'ai pas l'intention de la tourmenter physiquement, je vais aussi la torturer mentalement. Faire en sorte que son corps en profite, alors qu'elle ne veut pas, lui fera une cicatrice. La vengeance est douce.

Je l'emmène chez un ami, vu que mon appartement minable ne serait pas assez privé pour mes besoins, il est en vacances et m'a demandé de garder la maison. Cela fonctionne parfaitement, c'est une petite maison isolée, pas de voisins, personne à craindre. Je peux faire ce que je veux.

Après le trajet, qui dure un peu plus d’une heure, je m’engage dans l’allée. J'ai dû m'arrêter une fois environ 45 minutes plus tard lorsque je l'ai entendue commencer à crier et à se débattre. J'ai juste utilisé plus de chlorophore et je suis parti sans hésiter.

Je rentre dans le garage et ouvre le coffre. Je sors d'un pas vif tandis que je jette son corps inconscient par-dessus mon épaule et attrape la corde supplémentaire. Je me dirige vers la chambre, tandis que je traverse le salon, j'allume la chaîne stéréo. C'est classique, les enceintes jouent doucement Claire de Lune. Je souris. 'Parfait.'

J'ouvre la porte de la chambre et allume la lumière. Je la dépose sans ménagement sur le lit. Je garde ses poignets attachés ensemble, mais je prends l'excédent de corde et je l'attache au-dessus de sa tête à la tête de lit. Ensuite, je détache ses chevilles et les attache séparément aux coins opposés du lit. Je me dirige vers la salle de bain qui jouxte la chambre et me dirige vers l'armoire à pharmacie en attrapant une paire de ciseaux.

Je reviens vers elle en souriant. Je m'approche d'un pas nonchalant et m'assois à côté d'elle, et commence à couper son petit t-shirt collant. Ses seins débordent, plus de soutien-gorge. J'ai ensuite coupé son short révélant un petit string en dentelle. Je m'en débarrasse rapidement aussi, exposant sa chatte. Quand j'ai fini, je range les ciseaux et je prends une douche. Je veux attendre qu'elle se réveille avant de commencer à jouer.

À mi-chemin de ma douche, j'entends un gémissement groggy, puis elle se met à crier. J'entends le lit grincer alors qu'elle commence à se débattre. Je souris et me mets à siffler avec Debussy. Quand j'ai fini, je me sèche mais je ne m'habille pas, à ce stade ses cris sont devenus rauques.

Je sors et je la vois toujours en train de se débattre, mais pas aussi violemment qu'elle l'était. Quand elle me voit, ses yeux s'écarquillent et elle bafouille. "M....M. Krauss ? Qu'est-ce que vous foutez ? Laissez-moi partir !" Je m'approche d'elle. "Je pense qu'à ce stade de notre relation Emily, tu peux m'appeler Jon." Elle me regarde. "Eh bien, va te faire foutre Jon." Elle prononce mon nom sarcastiquement et je souris. "Bonne fille." Je lui caresse le visage et elle essaie de me mordre. Je m'éloigne en riant.

Je montre le couteau de cuisine que je pose sur la table de nuit. "Tu ne veux pas que j'utilise ça, n'est-ce pas ?" Ses yeux s'écarquillent encore plus. "Alors comporte-toi bien, Emily." Je caresse à nouveau son visage et elle reste là, immobile.

"Pourquoi fais-tu ça?"

« Je dirais « pour vous donner une leçon », mais étant donné que je ne suis plus enseignant, j'appellerai ça… une revanche. Vous pensez que cela semble approprié, n'est-ce pas ? Je vois des larmes commencer à couler sur son visage. "Oh, ne pleure pas Emily. Tu as choisi ça, je suis seulement là pour te montrer ce qui se passe quand tu baises quelqu'un."

Je marche jusqu'au bout du lit et rampe entre ses jambes. Je mordille ses cuisses et son ventre, me dirigeant vers ses seins. Je la regarde, la regardant se débattre faiblement, ses seins surdéveloppés se balançant. J'en serre une et elle gémit légèrement avant de se mordre la lèvre. Je commence à lui masser la poitrine et elle laisse échapper un autre gémissement involontaire.

Je me penche et prends son autre mamelon dans ma bouche. Son dos se cambre involontairement. Je souris et suce avec ferveur son sein pendant que l'autre lui pince le téton. Je mords légèrement sa chair douce et je l'entends haleter. Elle courbe légèrement ses hanches, frottant sa chatte sur ma jambe. Je la sens commencer à être mouillée.

Je continue de jouer avec ses tétons pendant qu'elle stimule son clitoris sur ma cuisse. Puis je m'assois et la regarde. Ses joues sont rouges et mouillées de larmes. Je lui lèche la joue et la sens frissonner. Je me frotte contre sa chatte, lui permettant de sentir mon érection, son humidité recouvrant ma bite.

"Tu apprécies ça, n'est-ce pas Emily ?" Elle me regarde simplement avec tristesse.

CLAQUE.

Le bruit résonne dans la pièce, ajoutant un bruit de tonnerre à la musique douce, alors que je la gifle violemment au visage. Une marque rouge commence à apparaître presque instantanément alors qu'elle me regarde, choquée. "Réponds-moi!" Elle ne répond pas, je lève à nouveau la main, me préparant à la frapper à nouveau et elle force sa réponse. "N-n-non !"

Je serre fort son sein. "Menteur", je murmure. "Je sens à quel point tu es mouillée, salope." D'autres larmes coulent sur son visage à cause de la trahison flagrante de son corps et je souris.

Je glisse le long de son corps et me repose entre ses cuisses. C'est gonflé et rose, ciré et déjà dégoulinant de son jus. Je respire son parfum et me lèche les lèvres. Je me penche en avant et passe ma langue sur son clitoris. Ses hanches se défont et j'attrape ses cuisses pour la maintenir immobile. Je lèche à nouveau son clitoris, le faisant tourner en rond, le faisant gonfler et s'échapper de son capot.

Je la suce dans ma bouche et elle gémit. Je fais tourner ma langue autour du petit nœud pendant que je suce et passe légèrement mes dents dessus. Elle commence à me frapper le visage. Je sens l'humidité de mon menton alors que je continue mon assaut sur son clitoris. Ma langue fait de légers cercles pendant que je la suce, en appuyant de temps en temps.

Ensuite, je libère son clitoris et commence à le faire tourner avec mon pouce en descendant. Je passe ma langue sur son ouverture. Je sens ses cuisses frissonner alors que je plonge ma langue en elle. Elle a un goût divin et j'enfonce volontiers ma langue en elle.

Je commence à pomper ma langue en elle, à la faire tourner et à lécher le mur plus près de son ventre à la recherche de son point idéal, elle halète en me faisant savoir que je l'ai trouvé. Mes doigts entourent son clitoris et j'enfonce ma langue en elle. Je mordille les lèvres de sa chatte, la faisant gémir. Je sens sa chatte commencer à saisir légèrement ma langue à mesure qu'elle se rapproche.

Ma bouche et ma main changent de place, je suce son clitoris pendant que j'enfonce avec force mes doigts dans son trou. Je pompe vite, sachant qu'elle va bientôt se libérer. Je commence à fredonner, envoyant des petites vibrations dans son clitoris et je la doigte furieusement. Je l'ai enfoncé fort et je lui ai mordu le clitoris et elle a explosé autour de moi. Sa chatte frémit autour de mes doigts et tout son corps se débat sur le lit.

Alors qu'elle commence à descendre de son nuage euphorique, je me redresse et rampe à nouveau sur son corps. Je souris en voyant son visage rougi, ses paupières partiellement fermées et sa bouche ouverte, un frisson parcourant son corps de temps en temps.

"Tu t'es amusé Emily ?" Ses yeux s'ouvrent légèrement. "S'il te plaît?" Elle chuchote. Je penche légèrement la tête. "S'il te plait quoi?" Elle reste silencieuse pendant quelques secondes avant de dire doucement. "Arrêt..."

Mon sourire disparaît et mon esprit devient vide. Je sens que la colère commence à monter. Elle doit voir quelque chose de sombre dans mon regard car je vois la peur envahir ton expression. "Ju-juste, laisse-moi partir. Je-je-je ne le dirai à personne. Je le jure, s'il te plaît J-jon, laisse-moi partir."

"Je t'ai déjà puni une fois pour avoir menti, il semble que je doive recommencer. Je sais que tu t'amuses, salope. Je ne peux pas te laisser partir, tu n'as toujours pas appris ta leçon."

Je glisse d'elle et me retrouve sur le sol, debout au bout du lit. Je commence à lui dénouer les chevilles et je la vois se détendre. "Elle pense que je la libère."

Une fois qu'ils sont déliés, je la retourne rapidement en la prenant par surprise. Elle pousse un cri de surprise et je recommence à lui attacher les chevilles. "Il faut vous donner une leçon..."

Elle commence à se débattre alors que je m'assois à côté d'elle. Je prends un oreiller, le plie en deux et le colle sous elle en soulevant ses fesses en l'air. Je me penche et lui caresse doucement les fesses. Je le fais glisser là où il repose sur une joue.

Je lève la main et la baisse violemment. CLAQUEMENT. Cela résonne dans la pièce avec son cri. Je passe à l'autre joue, la caresse et lui donne une fessée forte. Je répète le processus encore et encore, en alternant d'une joue à l'autre. Je regarde ses fesses passer d'un rose terne à un pourpre brillant.

Chaque fois que ma main descend, elle pousse un cri. "STOP ! S'IL VOUS PLAIT ! C'EST HUUURTTTSSSSS !" Mon visage reste impassible alors que je continue de lui donner une fessée sexy et tonique.

Après 30 claques, j'arrête. Ma main glisse doucement sur ses fesses, je peux sentir la chaleur qui s'en dégage alors que le sang coule à travers la surface. Je l'entends pleurer et marmonner de manière incohérente. Ma main descend dans la fente de ses fesses et je la sens immobile. Je pousse légèrement un doigt contre son trou de cul. C'est serré, on se sent presque vierge.

Je passe ma main sur sa chatte. Elle est complètement trempée. Je la regarde. "Tu as aimé recevoir une fessée, n'est-ce pas ?" Elle a dû apprendre quelque chose car elle hoche légèrement la tête. Je sens la chaleur monter sur mon visage alors que ma colère atteint son paroxysme. « Alors tu auras besoin d'une punition pire, quelque chose que tu n'apprécieras pas ! Je crie en me mettant rapidement derrière elle.

Je passe mon doigt sur sa chatte pour la mouiller avec son jus, puis je le porte à son cul. Je pousse fort, en passant avec force par les muscles tendus, et je commence à pomper fort, c'est serré, et je peux dire que ça lui fait mal. Elle crie quand j'entre, me demandant d'arrêter, me suppliant. Je pompe plus vite, en le relâchant un peu pour ce qui va y entrer. Elle est tendue, même avec un seul doigt, ses muscles se contractent autour de moi pour essayer de repousser l'invasion et de me pousser dehors.

Quand je la sens commencer à se détendre, je plonge mon majeur dans sa chatte, puis je l'amène à son cul en l'ajoutant avec mon premier. Je pompe plus fort lorsque le deuxième doigt entre. Elle pleure maintenant, je vois des larmes couler sur son visage et j'éprouve un léger sentiment de satisfaction, ma bite devient encore plus dure.

Finalement, je retire mes doigts et me positionne derrière elle. Je place mon gland contre sa chatte et elle gémit. Je plonge en elle, prévoyant juste d'enrober ma bite de son jus avant de partir pour ma prochaine conquête. Elle gémit légèrement pendant que je pompe lentement en elle. Je souris aux pensées qui me traversent l'esprit à propos de la surprise qu'elle est sur le point de recevoir.

Je me retire d'elle et je me place contre son trou du cul plissé, ses réactions sont instantanées. Elle commence à se débattre sauvagement, à crier et à me supplier d'arrêter. Je sens la colère m'envahir et je lève la main et attrape le couteau sur la table de nuit. J'attrape une poignée de ses cheveux, je tire brutalement sa tête en arrière et j'appuie la lame contre sa gorge. Elle s'immobilise instantanément.

"Soit tu arrête maintenant, soit je te tranche la gorge et je te baise pendant que tu saignes. Tu comprends ?"

"S'il te plaît, arrête. Je-je n'en ai jamais eu là-bas auparavant, s'il te plaît, je ferai autre chose, te sucer, te baiser, te monter autre chose que ça."

"Mais c'est exactement le point. Je veux revendiquer ton cul comme mien. J'ai déjà eu ta bouche et ta chatte, comme je suis sûr que beaucoup d'autres garçons de la fraternité l'ont aussi. C'est le mien."

"Arrête..." Je la coupai en appuyant plus fort sur sa gorge, provoquant un petit filet de sang qui commença à couler dans sa gorge. "Je t'aurai, souviens-toi de mon avertissement, soit arrête, soit je te baise le cul pendant que tu meurs. Choisis."

Les larmes jaillissent à nouveau de ses yeux, mais elle reste immobile. Je me penche en arrière, passant le couteau le long de sa colonne vertébrale, la faisant frissonner. Je le pose à côté de moi sur le lit tandis que je pose une main sur l'une de ses hanches et attrape ma bite, la plaçant sur son petit bouton de rose serré.

Je commence à avancer, augmentant la pression lorsque je ne fais aucun progrès. Cela prend plusieurs minutes avant que, avec un pop, ma tête ne dépasse son anneau de muscles outrageusement serré. Nous haletons tous les deux lorsque j'entre, le mien de plaisir, elle de douleur. Voulant m'envelopper dans ses profondeurs chaudes, je commence à me pousser rapidement en avant. Elle commence à pleurer d'agonie et en essayant de s'enfuir, je saisis simplement ses hanches et la force à descendre sur le reste de ma longueur.

Elle crie de douleur, mais je n'y prête pas attention. Je suis dans un pur bonheur. Elle est incroyablement serrée et chaude, ses muscles se contractent autour de moi et je gémis. Je commence à pomper lentement, plus dans mon confort que dans le sien. Je veux la détendre un peu plus avant de vraiment commencer à la baiser.

Elle remue les fesses pour essayer de me déloger. Je lui frappe le cul tendre en la faisant hurler, et elle arrête de se débattre, mais continue de gémir et de me supplier, ce qui m'excite encore plus.

Je commence à prendre de la vitesse à mesure qu'elle s'habitue à ma taille, glissant facilement. Je recule lentement et m'enfonce pour la faire crier à nouveau, je continue de le faire encore et encore, en grognant à chaque fois.

Je commence à pomper rapidement et ses cris deviennent de plus en plus forts à mesure que je la pénètre. Je baisse les yeux et regarde ma bite glisser dans et hors de son cul, c'est un spectacle merveilleux lorsque je la pénètre. Ses pleurs deviennent de plus en plus forts à mesure que je la baise plus vite, pompant dans ses entrailles à pleine puissance.

J'attrape ses hanches et commence à tirer ses hanches vers moi, lui faisant répondre à mes poussées et m'enfonçant encore plus profondément. Ses muscles continuent de avoir des spasmes, ce qui donne l'impression que je n'ai jamais ressenti quelque chose de tel.

Je sens que mes couilles commencent inévitablement à se resserrer à mesure que je me rapproche de ma libération. Je tends la main en attrapant le couteau et en le plaçant juste en dessous de ses fesses, en appuyant légèrement.

"D-dis mon nom Emily." Je grogne en la poussant fort.

"Jon..." marmonne-t-elle. Je commence à être énervé. J'appuie plus fort avec la lame.

"Plus fort". Je le souligne d'un coup.

"Jon!"

Je lui coupe rapidement la peau, faisant une coupure peu profonde sur sa cuisse.

"Plus fort!"

"JON!JON!JON!JON!JONJONJONJONJON !!"

Je gémis quand elle prononce mon nom, tout se fondant dans son agonie. Elle continue de crier mon nom alors que je me libère dans ses entrailles, avec pour dernière poussée m'enfouissant en elle. Jet après jet de sperme, je n'ai jamais eu un orgasme aussi puissant. Elle frémit quand elle sent que je tire sur ma charge, et elle essaie à nouveau de s'éloigner, mais je grogne légèrement et elle s'arrête.

En finissant, je sens ma bite commencer à ramollir et je me retire. Je me penche à côté d'elle, voyant ses yeux papillonner d'épuisement.

"S'il te plaît... laisse-moi... partir..." dit-elle doucement. Je ris légèrement. "Je pense que je peux le faire maintenant, vu que tu as appris ta leçon. Cependant, ne dis ça à personne, sinon je te retrouverai, et ce sera bien pire. Tu comprends ?"

Elle hoche légèrement la tête, j'enroule mes doigts dans ses cheveux et lui tire la tête en arrière. "Comprendre?" Dis-je avec plus de force.

"Je-je comprends." Dit-elle faiblement. "Bien." Je lâche sa tête et elle la laisse tomber. Je regarde ses yeux papillonner puis se fermer alors qu'elle perd conscience. Je souris en allant m'habiller. Quand je reviens, elle est toujours inconsciente. Je commence à la détacher en sifflant joyeusement.

***

Je la laisse nue près de chez elle, m'éloignant rapidement pour que personne ne me voie. Je ris de joie et je repense aux événements de la nuit. Cela a plutôt bien fonctionné. Deux coupures, une sodomie brutale et des émotions effrayantes, ça lui donnera une leçon, c'est sûr. Je m'en vais, planifiant de petites vacances pour fêter ça.

*5 SEMAINES PLUS TARD*

UN HOMME ARRÊTÉ À L'EXTÉRIEUR DE LA MAISON, ACCUSÉ D'ENLÈVEMENT ET D'AVOIR SEXE DE FORCE AVEC UNE ADOLESCENTE LOCALE ET UNE ANCIENNE ÉTUDIANTE, EMILY WOLFE. page 5 pour plus de détails.

*1 MOIS PLUS TARD*

UN HOMME TROUVÉ COUPABLE DE L'ENLÈVEMENT ET DU VIOL D'UNE ADOLESCENTE LOCALE MS. ÉMILY WOLFE. PEINE À 8 ANS DE PRISON. Temps assez ensoleillé avec changement de nuages.

**J'espère que vous avez apprécié, les commentaires sont appréciés et la conclusion devrait être bientôt publiée, alors recherchez-la.**

Articles similaires

JOURNÉE STRESSANTE

PARTIE 1 imaginez que vous rentrez à la maison après une longue journée de travail, que vous êtes fatigué et stressé, que tout ce qui pourrait mal tourner comprend le fait d'être en retard au travail, votre collègue entaillant votre place de parking, votre ordinateur est tombé en panne, ce qui vous a fait envoyer des commandes en retard, puis quelqu'un t'a coupé en rentrant du travail. tu arrives chez moi où je t'attends, j'ouvre la porte juste vêtue de ma nuisette courte en soie bleu ciel bordée de dentelle blanche et d'une robe de chambre assortie, un sourire effronté. vous...

2.8K Des vues

Likes 0

The House A Slave Training and Auction Chapitres 11 et 12

Chapitre 11 Maîtresse Liz Michael et Molly et Milton Maîtresse Liz-D me dit qu'il veut me parler avant que je commence. D- Qu'est-ce qui t'arrive ? Je sais que tu as été un peu déprimé alors qu'est-ce que ça donne? Liz- Je pense que je suis juste en train de suivre les mouvements. Ce dont vous avez besoin, c'est d'une session difficile. Je sais que j'ai juste besoin de trouver le temps et quelqu'un peut-être un bas garçon que je peux fouetter et baiser fort. Je ne peux pas le faire avec Michael peut-être l'un des nouveaux une fois. Il me...

895 Des vues

Likes 0

Une journée dans les bois Chapitre 14

Bon, voici le chapitre 14 attendu. Je n'ai pas mis tous les thèmes cette fois-ci - j'espère que cette histoire aura un peu plus de suite maintenant et ceux-là ne sont pas nécessaires ? De toute façon ... Chapitre 14 Paul est rentré chez lui plus tard dans l'après-midi. Ray se débrouillait plutôt bien. Il lui faudrait une semaine pour récupérer complètement, sans ses capacités de lycan, cela lui aurait pris trois semaines. Paul espérait que Jess s'en sortait aussi bien que Ray. Il entra dans la maison et entendit Jess à l'étage. Il monta les escaliers et regarda dans leur...

417 Des vues

Likes 0

Mes premières fois...

Je parlais à Gary depuis plus de deux ans. Notre relation avait commencé en ligne. Il a vu une réponse que j'avais faite dans un salon de discussion et m'a envoyé un message. Il ne semblait pas intéressant au début, mais plus nous discutions, plus je l'aimais. Je suis prudente de nature donc il n'a pas eu mon vrai nom pendant plus de six mois, et encore seulement mon prénom. À neuf mois, je lui ai donné mon numéro de téléphone portable et nous avons commencé à parler au téléphone. Pendant dix mois, nous avons régulièrement eu des relations sexuelles par...

2.1K Des vues

Likes 0

Cocu et femme

Elle était plutôt sobre. Ou du moins je le pensais de loin jusqu'à ce que je voie ses yeux vert foncé en forme d'amande. Alors qu'elle s'approchait, je pouvais voir ses lèvres en forme d'arc légèrement retroussées. Ses cheveux étaient aussi noirs que des plumes de corbeau. Elle est passée juste devant moi dans le bar. Mes yeux ont suivi son incroyable croupe alors qu'elle se dirigeait vers le bar et s'asseyait juste à côté d'un très bel homme noir bien habillé. MERDE! Je me suis assis à quelques tabourets d'elle et de son compagnon. Le bar était presque vide mais...

1.2K Des vues

Likes 0

Teenage Mutant Ninja Turtles Fanfic Chapter 2 - désolé il est tard

Par Hana M Brimeck Je ferme la fenêtre, ferme les yeux, me retourne, tombe en arrière et glisse jusqu'au sol. Je prends un moment pour reprendre mon souffle jusqu'à ce que mes pensées soient interrompues par un frisson froid. « J'ai besoin d'une douche chaude. » me dis-je en me relevant enfin du sol avec un gémissement. J'enlève mon pull et mon soutien-gorge mouillés, pas comme s'ils faisaient grand-chose pour me couvrir de toute façon. Prenant un moment pour toucher mes seins en les prenant dans mes mains dans une vaine tentative de les réchauffer. Ma jupe tombe sur le sol en une...

748 Des vues

Likes 0

Morgane L.

Morgane L Morgan était assise dans sa cuisine maintenant pour la première fois, elle commençait à avoir des doutes, mon dieu, elle pensait que je venais de passer la nuit à baiser deux des amis de mon fils, j'ai vraiment apprécié, mais les jeunes gars disent que je ne voudrais pas que Terry le découvre. J'aimerais les revoir, mais cela pourrait devenir difficile quand Terry sera à la maison. Son téléphone a sonné, un gros gars est apparu, elle a immédiatement répondu, ce que Morgan ne savait pas, c'est que ses deux nouveaux copains de baise prévoyaient un gangbang avec elle...

564 Des vues

Likes 0

Un rêve de campeur

Un rêve de campeur L'hiver avait été long et rigoureux dans le Michigan, alors ma femme et moi avons convenu de nous éloigner de la maison pendant quelques semaines. J'ai pris deux semaines de congé, j'ai chargé le camping-car, branché le camion et nous étions en route. C'était la fin du printemps alors nous avons décidé d'aller vers le sud pour profiter du beau temps chaud. Ma femme Miko est originaire du Japon, elle a 40 ans, elle mesure 5 pieds 6 pouces et pèse environ 120 livres. Ses seins ne sont pas gros, mais elle a un joli corps serré...

424 Des vues

Likes 0

Il vous coûtera

Cela vous coûtera Pendant des années, ma femme et moi avons plaisanté sur Cela vous coûtera. C'est notre façon de nous taquiner les uns les autres. Nous le faisons même devant les enfants. Si ma femme veut que je tonds la pelouse ou que je sorte les poubelles, je dirai : « Cela vous coûtera cher » et elle dira : « D'accord ». Ensuite, je tends la main et attrape son sein en lui donnant une petite pression ou je mets ma main sous sa jupe pour sentir sa chatte couverte de culotte. De temps en temps, j'oublie de le...

3.9K Des vues

Likes 0

L'enlèvement et la formation de Kitty Partie 2

Pour ceux qui lisent cette histoire qui n'ont pas lu le premier épisode, je m'excuse pour l'introduction de cette partie 2. Cela traîne un peu pour commencer, mais si vous lisez la première partie et que vous commencez la seconde, pensez à comme l'entracte entre deux longs métrages dans une salle de cinéma. :) Les commentaires sur l'introduction ne sont pas nécessaires car je pense que vous trouverez le reste de cette partie de l'histoire assez chaud même pour ceux qui l'aiment là-bas dans Never, Never, Land. Tous les autres commentaires sont plus que bienvenus, en particulier ceux des femmes. PRENDRE...

1.8K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.