Poppy Chapitre 2

459Report
Poppy Chapitre 2

Le lendemain matin, elle s'est réveillée au chant des oiseaux et au soleil qui entrait par la fenêtre. Alors qu'elle s'étirait sous la lourde couette, elle se rappela qu'elle avait dormi nue. Normalement, ce n'était pas grave, mais elle insistait au moins sur les culottes. Maintenant, elle souriait à l'idée de la voir dormir totalement nue, se réconfortant de savoir qu'il aimait ça de cette façon. Elle allait aimer lui plaire.

Elle sortit du lit et s'étira encore, puis traversa le tapis chauffé par le soleil jusqu'à sa salle de bain. Elle a commencé à se préparer pour Lui avec une douche, en veillant à bien frotter partout. Elle a trouvé tout ce dont elle avait besoin pour se raser les jambes et les aisselles et en a pris soin avec soin, en veillant à ne pas se couper ni rater quoi que ce soit.

Elle a également trouvé tous les meilleurs shampoings et s'est lavé les cheveux deux fois. Lorsqu'elle remarqua l'après-shampooing sur l'étagère, elle pensa à ses poils pubiens et à ses instructions de les raser. Elle se lava consciencieusement les cheveux et, tout en les laissant faire son travail, elle fit mousser sa région pubienne en la massant. Elle se retrouva plus que simplement excitée sexuellement, elle se sentit presque étourdie et pourtant nerveuse. Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre aujourd'hui, c'était le premier jour de son entraînement, mais elle l'attendait avec impatience. Elle restait là sous la douche, à peine sortie du jet, pensant à sa vie d'avant.

Elle avait toujours attiré l'attention des hommes, mais ne semblait jamais garder le bon genre. Soit ils étaient mariés, soit ils s'attendaient à ce qu'elle se déconnecte immédiatement, soit ils ne la voulaient que pour des relations sexuelles. Elle se souvenait d'être tombée amoureuse de presque tout le monde, et d'être tombée durement. Elle voulait croire qu'ils l'aimaient pour elle et non pour son corps, elle voulait croire qu'ils voulaient rester juste pour être avec elle. Aucun ne l’avait fait.

Elle s'en souvenait d'un en particulier, elle le ferait toujours. Peter avait été différent. Elle l'a rencontré grâce à un ami. Il la fit tomber, non pas que ce ne soit pas difficile, car elle avait besoin d'attention. Il la traitait comme une reine, quand il pouvait s'absenter du travail. Il était aimant, romantique, passionné et sensible. Puis, après qu’ils aient commencé à avoir des relations sexuelles, ses visites se sont de plus en plus espacées. Elle pensait que c'était elle, qu'elle ne lui plaisait pas. Elle essayait de faire mieux, cela ne semblait pas avoir d'importance. Elle a décidé de lui faire une surprise en lui apportant un déjeuner au travail. Il se figea lorsqu'il la vit à travers la porte ouverte de son bureau. Lorsqu'elle entra dans son bureau, son sourire s'effaça. Il a agi comme s'il ne la connaissait pas. Puis, alors qu'il repoussait la porte pour l'escorter dehors, elle le vit. Une alliance à son doigt. Elle n'a pas pu se retenir et les larmes ont commencé à couler. Elle s'arrêta au milieu de la porte ouverte et le regarda alors que son monde et son cœur commençaient à se briser. Elle pouvait le lire sur son visage, de la colère, de la gêne. La photo sur le mur derrière lui le confirmait. Lui et évidemment sa femme, assis dans les feuilles d'automne avec un gros Setter Irlandais. Elle est partie. Je n'y suis jamais retourné.

De retour chez elle, elle sortit la bouteille de vin du panier pique-nique et s'enivra. Entre pleurer et boire sur le sol de la cuisine, elle s'est fait promettre de ne plus revivre ça. Et elle ne l’avait pas fait. Elle a décidé qu'il n'y avait personne pour elle et est restée 10 mois sans voir personne.

La douche devenait froide. Cela la ramena de sa rêverie. Elle ajusta la température pour que l'eau se réchauffe et rinça ses cheveux, en prenant soin de ne pas laisser l'eau emporter le revitalisant en dessous.

Plaçant son pied sur le bord de la baignoire, elle utilisa le rasoir pour raser le dernier de ses cheveux. De toute façon, elle se gardait généralement bien taillée là-bas, donc cela ne prenait pas grand-chose. Elle voulait cependant s'assurer qu'elle était totalement glabre et a passé le rasoir froid sur tout son sexe.

Fermant la douche, elle se demanda ce qu'Il lui réservait aujourd'hui. Elle s'est essuyée avec une serviette et a séché ses cheveux à la main, les remettant en place comme ils l'étaient lorsqu'il a commenté qu'il les aimait.

En sortant de la salle de bain, toujours nue, elle remarqua qu'un plateau de nourriture lui avait été laissé. Ses pieds étaient plus courts que ceux d'un plateau TV moyen et il reposait sur le sol. Elle savait que cela signifiait qu'elle était également censée s'asseoir par terre. Cela lui convenait, elle pouvait s'asseoir au soleil du matin pendant qu'elle mangeait et regarder son grand jardin.

Plusieurs saules pleureurs se balançaient doucement dans la brise matinale et elle pouvait voir plusieurs parterres de fleurs de toutes les couleurs flanquant un chemin de pierre qui menait à un belvédère. Elle se sentit très en paix alors qu'elle terminait son petit-déjeuner léger composé de fruits et de croissants. Le soleil la réchauffait et aidait à sécher ses cheveux. Juste au moment où elle finissait, elle entendit des pas approcher.

Elle a immédiatement arrêté de manger et a baissé la tête.

La première chose qu'il vit entrer dans la chambre fut sa forme nue, à genoux sur le sol, les pieds sous elle. Il pouvait voir la plante rose de ses pieds sous ses fesses et son dos entièrement nu. Il pouvait voir que ses cheveux étaient en train de sécher et qu'ils sentiraient bon.

"Ahh, Poppy, contente de te revoir. Tu as pris une douche ?" » demanda-t-il de sa voix lente et calme.

Elle hocha la tête une fois.

"Tu te souviens de tes instructions d'hier ?" » demanda-t-il alors qu'il s'asseyait sur le lit.

En réponse, elle se leva, lui fit face avec hésitation et laissa tomber ses mains sur le côté. Ses yeux restèrent au sol.

Il se leva du lit et s'agenouilla devant elle. "Regardons bien, maintenant." Il se plaça au niveau de son sexe et la regarda.

"Répandre", ordonna-t-il calmement.

Elle fit un demi-pas timide sur le côté, révélant davantage d'elle-même.

Il lui lança un regard qui lui disait qu'il savait qu'elle pouvait faire mieux. Elle fit encore un demi-pas de l'autre côté, révélant totalement sa zone pubienne rasée pour son inspection.

"Très bien. J'aime ça." Encore une fois, elle ne put s'empêcher de sourire.

Il se leva et s'assit sur son lit. "Aujourd'hui, vous commencerez l'entraînement. Vous ne serez pas beaucoup poussé aujourd'hui, mais sachez que cela se développera avec le temps et que vous êtes censé bien réagir. Vous devez suivre exactement mes instructions. Comprenez-vous ?"

Gardant la tête baissée, elle ne put s'empêcher de regarder rapidement dans ses yeux noisette. Elle hocha la tête avec respect.

"Nous allons commencer par vos expériences. Je veux savoir ce que vous avez fait, si vous y avez été contraint ou non." Elle restait debout, les mains derrière le dos, ne sachant pas si on lui donnait la possibilité de parler ou non.

"Vous pouvez vous asseoir." » Ordonna-t-il de son ton calme. Elle s'assit aussitôt par terre. De nouveau, elle se sentit attirée par lui et s'appuya contre sa jambe.

"As-tu déjà été avec une autre femme ?"

Elle secoua la tête.

"Avez-vous pratiqué le sexe oral ?" Il baissa les yeux sur ses grands yeux sombres.

Elle acquiesça.

"As-tu avalé son éjaculat ?"

Elle fit une pause puis hocha la tête.

"Volontiers?"

Elle fit une nouvelle pause, puis secoua la tête.

Il soupira et lui caressa les cheveux. "Je vais t'apprendre à en profiter. Et si tu te fais pénétrer anale ?"

Elle baissa encore plus la tête, gênée de l'admettre, mais continuant à le regarder dans les yeux. Lentement, elle hocha la tête.

Il pouvait voir de légères traces de tristesse dans ses yeux.

"Des jouets, des doigts ou un pénis ?" » Il l'a interrogé de sa manière basse et calme.

Elle releva davantage la tête, le regardant, se demandant s'il attendait réellement qu'elle réponde.

"Vous pouvez répondre." Répondit-il en lisant dans ses pensées.

"Pénis." dit-elle doucement. Pour une raison quelconque, c'était embarrassant pour elle de prononcer ce mot. Elle était là, bien connue pour être excitée par les propos grossiers pendant les rapports sexuels et, pour lui, elle pouvait à peine se résoudre à parler d'un mot même aussi clinique que « pénis ».

"Je ne le prends pas volontairement ?" » demanda-t-il calmement.

Sa tête s'inclina automatiquement. Elle n'avait pas besoin de répondre, il le savait. Elle se réprimanda pour les larmes qui commençaient à lui monter aux yeux. Elle renifla en espérant qu'il ne l'ait pas remarqué.

Au lieu de cela, elle sentit sa main chaude se soulever de son épaule. Des doigts forts s'enroulèrent autour de son menton et tournèrent son visage vers Lui.

"Je te ferai supplier d'être pénétré là-bas, et pas parce que tu penses que je le veux. Tu l'apprécieras. Je t'apprendrai."

Elle l'a cru. Elle était réconfortée non seulement par l'amour qu'il lui montrait maintenant, mais aussi par les manières aimantes et tendres dont elle savait qu'il lui montrerait son affection plus tard. C'était exactement ce dont elle avait envie.

"Pour cela, tu dois être prête, Poppy. Cela commence maintenant. Es-tu prête ?" Il lui tenait toujours le menton.

"Oui", murmura-t-elle, la peur et l'excitation coloraient son discours.

Pour commencer, Il a expliqué qu’elle devait être prête à recevoir n’importe quoi dans son corps. Bien sûr, cela signifiait faire de la place. Il lui montra une autre salle de bains avec une grande cale recouverte de vinyle posée au milieu du sol. Suspendue à un crochet au mur au-dessus des toilettes, se trouvait une grande bouillotte avec un tuyau qui touchait le sol. Elle savait ce qu'elle voulait dire, mais se tenait consciencieusement près du coin, ne bougeant pas jusqu'à ce qu'Il le lui dise.

Une fois qu'il est entré et est passé devant elle, elle l'a entendu se diriger vers le comptoir derrière elle et a entendu le claquement de gants en caoutchouc.

"Positionnez-vous sur la cale pour que je puisse accéder à vos fesses." Il la regarda se mettre en position, allongée avec sa tête sur la partie la plus fine du coin près du sol et ses hanches dépassant juste du bord. Avec ses genoux sur le sol, elle était dans une position de levrette parfaite, prête pour lui.

"Je vais te faire un lavement pour m'assurer que tu es prêt à accepter les choses. Tu dois le retenir aussi longtemps que tu le peux." » Il a ordonné. Il ramassa l’extrémité du tuyau et y inséra un embout long et étroit. Elle réalisa que sur le mur juste en face d'elle se trouvait un grand miroir qui s'étendait jusqu'au sol. Elle tourna la tête et le regarda. Il attrapa une petite bouteille posée sur un socle sur le comptoir. Réalisant qu'il s'agissait de lubrifiant pour la buse, elle s'interroge sur la base du comptoir jusqu'à ce qu'il lui explique.

"Je vais insérer la buse maintenant. Je sais que c'est difficile, mais vous devez vous détendre. La tension ne fera que faire résister davantage les muscles. Le lubrifiant est réchauffé, donc le choc initial ne devrait pas être aussi important."

Elle ne put s'en empêcher et tressaillit légèrement lorsqu'elle sentit la pointe toucher son entrée arrière, mais Il la garda là, la touchant à peine pour qu'elle s'y habitue. Il était extrêmement doux et elle pouvait à peine le sentir quand il commençait à la pénétrer. La buse s'enfila lentement, il prit son temps. Elle a utilisé son calme pour se calmer et sachant qu'il ne lui ferait pas de mal, elle a pu se détendre et permettre que cela se produise.

Peu à peu, elle réalisa qu'elle devenait somnolente et s'était presque endormie. Elle ne ressentait aucune peur de sa part.

Plusieurs minutes s'étaient écoulées, d'après l'horloge de la salle de bain, et finalement il se pencha vers elle.

"C'est complètement à l'intérieur. Étant si petit, je doute que vous puissiez le sentir entrer, mais je veux que vous réalisiez que le fait d'y aller lentement et d'utiliser beaucoup de lubrifiant facilite la pénétration. Je vais maintenant ouvrir la pince. Vous sentirez le de l'eau tiède entre en vous. Une fois le sac vide, j'enlèverai l'embout. Vous devez le tenir du mieux que vous pouvez."

Elle fit un bref signe de tête pour indiquer qu'elle comprenait et qu'elle était prête. Lentement, elle sentit une chaleur dans ses fesses et sentit son ventre se gonfler légèrement. Il n'avait pas utilisé beaucoup d'eau, juste assez pour faire le travail. En fait, elle trouvait ça agréable.

Elle a à peine remarqué quand il a retiré la buse. Elle resta allongée dans cette position pendant encore quelques instants.

"Vous pouvez annuler maintenant." Lui a-t-il demandé. Elle détestait bouger, mais elle obéit en s'asseyant sur les toilettes. Il est parti pendant qu'elle avait fini. Une fois qu'elle eut terminé, elle se lava à nouveau les fesses pour s'assurer qu'elle était prête pour la suite.

Quand elle eut fini, elle attendait au milieu de la salle de bain. Elle savait que ce n’était pas à elle de le chercher. Quand Il la voulait, elle était prête, même si son cœur battait à tout rompre, se demandant ce qu'Il pourrait lui réserver.

Finalement, il est venu et l'a escortée jusqu'à une autre pièce. Cette pièce était évidemment sa salle de jeux. Il avait toutes sortes d’outils accrochés aux murs. Entraves, chaînes, chaînes, tout était affiché sur les murs. Elle ne put s'empêcher de frissonner en regardant autour d'elle.

Il a vu. "La plupart de ces informations sont uniquement destinées à l'affichage." Lui assura-t-il.

Au centre de la pièce, se trouvait une grande table, haute d'un mètre du sol et longue de cinq pieds, recouverte de vinyle noir avec une bande Velcro noire à chaque coin. Au-dessus se trouvait une grande boîte recouverte de vinyle.

"Positionnez-vous sur la boîte, comme avant." Il montra la table. Elle s'y dirigea et, trouvant une petite marche, grimpa dessus. Il était épais et elle marcha à genoux vers la boîte, se penchant en avant au niveau de la taille pour s'allonger dessus. Elle savait qu'elle pouvait être retenue sur cette table dans cette position, et cela lui procurait un frisson.

En se plaçant derrière elle, il pouvait voir son étoile brune et serrée qui l'attendait. Il pouvait à peine se contrôler. Il voulait lui montrer le plaisir d'une bonne sodomie, mais savait qu'elle devait d'abord être bien préparée.

Elle entendit le grincement de quelque chose qu'on transportait vers la table derrière elle. Elle voulait regarder derrière elle, mais elle savait ce qu'il en était.

Elle fut surprise de constater qu'elle gardait réellement sa curiosité nerveuse sous contrôle et qu'elle maintenait son regard droit devant elle. Elle l'entendit déplacer ce qui ressemblait à un grand chariot derrière elle. Elle le sentit cogner la table alors qu'elle se reposait sur la grande boîte en levrette. Puis elle sentit ses mains chaudes sur sa cheville.

"Je vais t'attacher, Poppy." Il a assorti ses paroles d'actions en rapprochant sa jambe nue du bord de la table. Elle sentit la bande Velcro au coin de la table s'enrouler autour de sa cheville. Il l'a fermement attaché pour le maintenir en place. Ensuite, il a retenu l'autre cheville. Se déplaçant devant elle, il lui sourit, sachant ce qui allait suivre, alors qu'il lui attachait les poignets. Elle savait que ce n'était pas un bon comportement mais le regardait, l'étudiant pendant qu'il travaillait. Il faisait attention avec elle, ne rendant pas les sangles trop serrées. Elle était prête à tout, elle ne le laisserait pas tomber.

En reculant derrière elle, elle l'entendit gicler quelque chose sur ses mains.

"Cela t'aidera à te détendre." Dit-il alors qu'elle sentait la chaleur de ses mains sur ses fesses. Il frotta doucement ses mains sur le bas de son dos, les faisant lentement glisser le long de sa croupe. Alors que ses mains se posaient sur chacune de ses joues, il commença à les poser légèrement, les serrant et les massant. Elle ne pouvait pas croire à quel point c'était bon !

Ses mains travaillaient lentement et chaque mouvement était calculé pour lui faire ressentir la profonde pression sur ses muscles. La détendant presque dans une transe, elle se réveilla soudainement en sentant ses pouces se réunir de chaque côté de sa fente. Ils remontèrent jusqu'à son dos, lui donnant un picotement alors qu'ils effleuraient le bord extérieur de ses lèvres pubiennes et son entrée arrière. En fait, elle devenait très excitée. Cela faisait un moment que personne ne l'avait touchée là-bas. Elle sentit que son contact était presque électrique. Faisant glisser ses mains huilées sur ses fesses, les pouces à nouveau dans sa fente, elle essaya de repousser.

Il remarqua qu'elle devenait plus détendue et commençait à en profiter. Il caressa délibérément son sexe et son anus mais les toucha à peine. Elle commençait à se tendre contre les sangles, savourant son contact sur son sexe. Il sourit derrière elle et éloigna soudainement ses mains d'elle.

Elle se figea, immédiatement consciente qu'il s'était arrêté. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Elle se maintint dans la dernière position, verrouillée, travaillant contre les sangles. Peut-être qu'elle n'était pas censée bouger. Elle n'osait pas avancer et se réinstaller sur la caisse. Ce serait sa reconnaissance qu'elle avait bougé à son rythme, appréciant son contact.

Il recula, la regardant avec un sourire et secoua la tête. Il savait qu'il l'avait, elle ferait tout ce qu'il voulait. Il était heureux.

"Retour sur ta boîte, Poppy." Dit-il avec un petit rire alors qu'il lui frappait les fesses, faisant plus de bruit que d'habitude à cause de la nappe d'huile sur sa joue et sur sa main.

Elle s'installa avec un sourire penaud que ses longs cheveux cachaient heureusement, après un sursaut, et se mit à l'aise. Il ne lui est jamais venu à l'esprit qu'elle était totalement impuissante, allongée là, attachée à sa table. Elle lui faisait implicitement confiance.

À présent, les roues grinçaient de plus en plus derrière elle. Elle est devenue sérieuse, prête à le servir.

"Ce vibromasseur est le plus petit que j'ai trouvé. Il a été spécialement conçu pour les vierges anales. Vous les poserez et le laisserez vous pénétrer. Il commencera lentement à se réchauffer et glissera petit à petit. Le mécanisme est fabriqué Il faut presque une demi-heure pour qu'il glisse jusqu'en vous. De cette façon, vous vous y habituerez. Il est également perforé et vous lubrifiera en glissant. Comprenez-vous ? Il a demandé.

Elle s'est tendue à l'idée de "vierge anale", ne sachant pas à quoi cela ressemblait, cela n'a toujours pas empêché une peur toujours croissante d'être pénétrée douloureusement. Elle essaya de ralentir sa respiration et répondit par un hochement de tête. Elle comprit et se força à se résoudre à le rendre fier.

Elle gardait la tête haute, fixant un masque de cuir accroché au mur d'en face, la regardant à son tour. Elle essaya de adoucir sa respiration lorsqu'elle entendit le bourdonnement de la vibration anale commencer derrière elle. Elle essaya de ne pas contracter ses muscles et se força à se détendre, se disant de laisser faire. Elle sentit son doigt glisser le long de sa fente jusqu'à son trou et y rester. Elle pensait qu'il voulait la pénétrer lui-même avec son doigt, la chaleur de son doigt restait toujours entre ses joues, puis elle réalisa en l'entendant s'avancer et lui faire face qu'il avait laissé une goutte de lubrifiant réchauffé sur son anus.

"Une fois que les huit pouces du vibrateur sont complètement enfoncés dans votre anus, il commencera à glisser vers l'intérieur et l'extérieur. La vitesse augmentera et le plaisir aussi. Vos muscles sont tout à fait capables de prendre un si petit objet, vous devez donc vous détendre. et profitez-en. Plusieurs personnes m'ont dit que c'était l'expérience la plus érotique et la plus satisfaisante qu'elles aient jamais vécue. Il lui sourit alors qu'il s'éloignait, et elle essaya de dire si c'était un sourire teinté d'un soupçon de plaisir maléfique.

Elle réfléchit à ce qu'Il lui avait dit, attendant de ressentir quelque chose. Elle savait qu'Il ne lui mentirait pas, alors elle s'est dit de profiter de cette expérience. Une horloge accrochée au mur à proximité lui permettait de suivre la progression des vibrateurs.

Après une minute complète, elle ne pouvait encore sentir que la présence chaleureuse du lubrifiant. Ce n'est qu'en déplaçant ses hanches d'avant en arrière qu'elle pouvait dire que l'ambiance était même en elle.

Au bout de cinq minutes, elle pouvait sentir que cela avait fonctionné à un point dans son anus qui lui donnait l'impression qu'elle avait besoin d'aller aux toilettes. Mais la pression légère et constante s’est vite estompée. Au bout de dix minutes, c'était comme si 3 bons pouces se trouvaient à l'intérieur d'elle, mais c'était si petit qu'elle ne pouvait sentir qu'une légère présence étouffée. Si elle ne s'était pas concentrée dessus, elle aurait pu oublier qu'un jouet se frayait lentement un chemin en elle.

Au bout d'un quart d'heure, elle reposait sa tête sur la boîte rembourrée, appréciant agréablement la légère pression qu'elle pouvait à peine ressentir de son anus. Il faisait chaud et douillet au fond d'elle. Si elle n'avait pas bougé, elle n'aurait pas tout ressenti. Elle se forçait à bouger de temps en temps pour le sentir pousser contre les côtés du passage anal.

Après cela, elle a cessé de prêter attention à l’horloge. Elle était heureuse de se reposer sur le bloc, presque prête à s'endormir. L'ambiance était enfouie dans ses fesses et elle n'avait ressenti aucune douleur. Elle était excitée par ce que cela ressentait, heureuse de l'avoir si bien pris et fière de lui plaire quand il la verrait.

Soudain, la machine qui lui envoyait lentement l'ambiance s'arrêta. Sa tête se souleva du coussin et elle essaya de se tourner pour regarder. Elle pouvait sentir que la pression avait changé, elle commençait à diminuer. Puis elle se souvint qu'une fois qu'il serait complètement enfoncé, il commencerait à pomper, s'enfonçant dans son anus.

Elle poussa un bref halètement alors qu'il commençait à revenir lentement à l'intérieur. Elle haleta de nouveau alors qu'il se retirait lentement. Son passage anal semblait essayer de le garder à l'intérieur, aspirant l'ambiance en elle.

Cette fois, en le poussant, ça allait plus vite.

Une heure plus tard, il est venu la voir. Il ne put s'empêcher de sourire sournoisement alors qu'il s'approchait de la salle de jeux. Il pouvait entendre la machine continuer à pomper en rythme en elle.

Il ne fut pas surpris, alors qu'il s'approchait d'elle, de voir qu'elle s'était apparemment évanouie. Il arrêta la machine et retira lentement la vibration de son anus. Poussant la table, il se tourna pour l'inspecter.

Articles similaires

Teenage Mutant Ninja Turtles Fanfic Chapter 2 - désolé il est tard

Par Hana M Brimeck Je ferme la fenêtre, ferme les yeux, me retourne, tombe en arrière et glisse jusqu'au sol. Je prends un moment pour reprendre mon souffle jusqu'à ce que mes pensées soient interrompues par un frisson froid. « J'ai besoin d'une douche chaude. » me dis-je en me relevant enfin du sol avec un gémissement. J'enlève mon pull et mon soutien-gorge mouillés, pas comme s'ils faisaient grand-chose pour me couvrir de toute façon. Prenant un moment pour toucher mes seins en les prenant dans mes mains dans une vaine tentative de les réchauffer. Ma jupe tombe sur le sol en une...

729 Des vues

Likes 0

Debbie fait l'Alabama, première partie

Le jet de pré-sperme, translucide et brillant, brillait au soleil alors qu'il pendait au bout de ma bite très dressée. De temps en temps, mon pénis surstimulé se secouait et un brin de pré-sperme tombait au sol. J'étais nue dehors, sous le soleil du petit matin, dans notre jardin isolé. J'ai à nouveau doucement touché ma bite, craignant d'éjaculer et de gâcher le moment. Une autre goutte de pré-sperme jaillit du bout de ma bite, s'ajoutant au collier de perles qui y pendait déjà. Prenant mon doigt, je l'enroulai autour du précum comme on utiliserait une fourchette pour ramasser des spaghettis...

521 Des vues

Likes 0

L'esclave_(1)

Chapitre un La découverte de l'esclave Cela faisait plusieurs mois que personne ne s'aventurait hors du royaume à la recherche de nouveaux esclaves. Mais depuis que la guerre était enfin terminée, la princesse Devania a décidé de sortir et d'en trouver un. Elle a parcouru ville après ville en passant par des centaines de jeunes hommes, mais aucun d’entre eux n’a suscité son intérêt. Puis, après des semaines de recherche, alors qu'elle était sur le point d'abandonner, elle a entendu une petite agitation venant d'une prison voisine, elle n'avait qu'à vérifier. Et là, dans la cour, affrontant cinq hommes, se tenait...

470 Des vues

Likes 0

Mes premières fois...

Je parlais à Gary depuis plus de deux ans. Notre relation avait commencé en ligne. Il a vu une réponse que j'avais faite dans un salon de discussion et m'a envoyé un message. Il ne semblait pas intéressant au début, mais plus nous discutions, plus je l'aimais. Je suis prudente de nature donc il n'a pas eu mon vrai nom pendant plus de six mois, et encore seulement mon prénom. À neuf mois, je lui ai donné mon numéro de téléphone portable et nous avons commencé à parler au téléphone. Pendant dix mois, nous avons régulièrement eu des relations sexuelles par...

2.1K Des vues

Likes 0

Le Coven Partie 1 - Reed_ (1)

Roseau AIDEZ-MOI QUELQU'UN AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAÎT !!! cria une jeune femme alors qu'elle était entraînée par la porte d'entrée par un Jackson souriant. Il la tenait par le cou de son col alors que tout le monde dans la zone de type bar riait et souriait à la pitoyable femme. Elle était attirante, avec des cheveux blonds teints coupés en un bob désordonné et d'immenses yeux bruns. Elle portait une sorte d'uniforme, mais il était tellement déchiré que personne ne pouvait distinguer avec certitude ce qu'il lisait. Elle a paniqué, regardant tout le monde dans la pièce, espérant que quelqu'un...

1.1K Des vues

Likes 0

The House A Slave Training and Auction Chapitres 11 et 12

Chapitre 11 Maîtresse Liz Michael et Molly et Milton Maîtresse Liz-D me dit qu'il veut me parler avant que je commence. D- Qu'est-ce qui t'arrive ? Je sais que tu as été un peu déprimé alors qu'est-ce que ça donne? Liz- Je pense que je suis juste en train de suivre les mouvements. Ce dont vous avez besoin, c'est d'une session difficile. Je sais que j'ai juste besoin de trouver le temps et quelqu'un peut-être un bas garçon que je peux fouetter et baiser fort. Je ne peux pas le faire avec Michael peut-être l'un des nouveaux une fois. Il me...

879 Des vues

Likes 0

Petite fille republiée

Cette histoire ne m'appartient pas, je l'ai trouvée en ligne et je voulais la partager Il mit la petite fille dans son parc avec fermeté mais douceur. Elle fit la moue. Daaaaddy, gémit-elle. «J'ai des choses à faire, Holly. Je reviens dans un moment. Finissez d'abord votre lait. » Dit-il fermement, et il lui effleura le front. Il savait que sa petite fille détestait boire son lait seule sans lui, mais il avait besoin de finir cette chanson pour pouvoir passer du temps avec sa petite fille sans aucune interruption au fond de son esprit. Il ignora son visage de nuage...

688 Des vues

Likes 0

Morgane L.

Morgane L Morgan était assise dans sa cuisine maintenant pour la première fois, elle commençait à avoir des doutes, mon dieu, elle pensait que je venais de passer la nuit à baiser deux des amis de mon fils, j'ai vraiment apprécié, mais les jeunes gars disent que je ne voudrais pas que Terry le découvre. J'aimerais les revoir, mais cela pourrait devenir difficile quand Terry sera à la maison. Son téléphone a sonné, un gros gars est apparu, elle a immédiatement répondu, ce que Morgan ne savait pas, c'est que ses deux nouveaux copains de baise prévoyaient un gangbang avec elle...

547 Des vues

Likes 0

Corps d'homme, esprit de machine - Chapitre six

Chapitre six : Plus d'une trentaine de morts, tous tués par un seul homme sans usage d'armes à feu. C’était considéré comme l’un des pires meurtres de masse de l’histoire américaine. L'ampleur de la mort, de la violence et des meurtres sans pitié qui s'étaient produits dans ce seul bâtiment déconcertait la police, et le FBI était maintenant appelé. Huit heures s'étaient écoulées depuis le massacre, et Jenny et Adrian se déplaçaient vers le nord de l'État. un endroit tenu secret. Le soleil venait de se lever et l’autoroute était presque vide. Au grand soulagement d'Adrian, Jenny dormait profondément sur le siège...

487 Des vues

Likes 0

La Triade et le Village des Beautés Enceintes Chapitre 1 : Le plaisir enceinte mère/fille

La Triade et le Village des Beautés Enceintes Chapitre un : Le plaisir de la grossesse mère/fille Par mon nom de plume3000 Droits d'auteur 2017 Remarque : Merci à B0b pour la lecture bêta de ceci. Fiona – Shesh, montagnes Lesh-Ke, royaume de Haz J'ai pris une profonde inspiration, essayant d'ignorer les terribles pitreries de ma sœur jumelle au bar. Dix gars avant qu'un quart de sablier ne s'écoule, se vantait-elle. Je vais vous faire tous exploser. Las jouit, mais tu es un sauvage, rit un homme au visage rugueux avec la peau sombre d'un Hazian, contrastant avec la chair pâle de ma...

567 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.