Enfoncer Mia Matsumiya

366Report
Enfoncer Mia Matsumiya

Mia est une belle fille japonaise avec de grands yeux expressifs, de petits seins coquins, des jambes lisses et élégantes à tomber par terre et de longs cheveux noir de jais qu'elle attache habituellement en une queue de cheval sexy. Elle joue du violon dans plusieurs groupes d'avant-garde et, à seulement 24 ans, elle est très talentueuse pour un si jeune et reçoit généralement des ovations debout à la fin de ses solos. Les gens la comparent souvent à Yo-Yo Ma, plus âgée, en ce qui concerne son talent, et la plupart des gars qui viennent à ses performances nourrissent des tonnes de fantasmes sur le fait d'être celui qui la ramènera à la maison et la baisera pour un rappel.

L'un de ces gars, Stan, est assis au fond de la foule ce soir, dans le petit bar miteux où Mia et son groupe se produisent. Il n'a jamais été un fan d'avant-garde, il ne supporte pas la musique de son groupe... mais la première fois qu'il a vu Mia, c'était lors d'un autre spectacle il y a quelques mois, alors qu'il était dans un autre bar et que son groupe est monté sur scène. Il détestait la musique presque dès la seconde où le groupe a commencé à jouer... mais voir cette petite beauté de 4'9" dans son petit haut gris, sa jupe grise et ses jambes galbées enveloppées dans des cuissardes viens me baiser, lui a donné lui l'érection la plus instantanée qu'il ait jamais connue de sa vie. Pendant qu'elle jouait sa musique, Stan l'imaginait debout devant lui chez lui, absolument nue en jouant de son violon juste pour lui alors qu'il était allongé dans son lit, caressant sa bite, la préparant. pour sa petite chatte serrée. Dans ses fantasmes, Mia finissait de jouer, s'inclinait sous ses applaudissements, puis montait dans le lit et enroulait amoureusement ses lèvres autour de sa bite pour une succion torride. Elle grimpait ensuite sur lui et serre sa chatte serrée autour de sa bite, le mélange de douleur et de plaisir sur son visage le rendant encore plus dur en elle. Stan enroulait ses bras autour de la taille de Mia et la soulevait de haut en bas sur sa bite pour une longue et dure balade à poney, avant soufflant sa charge au plus profond d'elle, alors qu'elle jetait la tête en arrière et criait "TOUSAN!" (Papa en japonais).

La première fois dans ce bar, lorsque le fantasme l'a frappé pour la première fois, Stan a dû se précipiter aux toilettes, cachant son érection contenue dans un jean avec sa veste. Heureusement, il n'y avait personne d'autre dans la salle de bain, car tout le monde était captivé par la musique. Dans le sanctuaire solitaire d'un stand, Stan sortit sa queue et se branla furieusement, éclaboussant dans le bol et tachant le siège lui-même. Il était assez homme pour nettoyer le siège après lui, mais bien que sa bite soit devenue flasque quand il a eu fini, voir Mia toujours sur scène quand il est sorti de la salle de bain l'a rendu raide à nouveau presque instantanément. Il a récupéré un dépliant pour le groupe, qui répertoriait les membres, et est rentré chez lui pour continuer à baiser Mia dans sa tête.

Depuis lors, Stan avait de nombreux fantasmes sur Mia ; toujours avec elle dans le rôle de soumise, en accordant une attention particulière à son tousan. Il fantasmait de la baiser dans le parc, prétendant qu'elle était enseignante dans une école primaire et qu'il viendrait en classe pour donner un cours de biologie qui ne faisait certainement pas partie du programme, tout en faisant plier la petite enseignante. son bureau et la frappe fort devant ses élèves aux yeux écarquillés. Dans l'esprit de Stan, parfois Mia servait des boissons quand ses amis venaient jouer aux cartes, et il lui faisait tous les sucer un par un, laissant finalement ses amis lui faire courir un train au sommet de la table à cartes. Stan serait bien sûr le dernier et le seul autorisé à donner à Mia ce qu'elle méritait dans son cul asiatique indéniablement serré. Stan fantasmerait également sur Mia donnant naissance à son enfant, tous deux marchant dans le parc ou faisant leurs courses tout en poussant une poussette entre eux. Mia était si sexy avec un ventre gonflé...

Mais fantasmer ne suffisait pas à Stan, alors il commença à suivre les différents groupes de Mia, toujours assis au milieu ou à l'arrière du public, sa rage enragée recouverte par la veste en cuir posée sur ses genoux. Stan était un homme plutôt beau, grand, avec de larges épaules, des cheveux châtain foncé et des yeux marron profondément intenses. Il lui arrivait parfois de se faire envoyer des boissons par diverses femmes alors qu'il était assis seul à sa table, mais il les renvoyait toujours ; il était trop concentré sur le prix qu'il recherchait, et d'autres chattes ne seraient qu'une distraction pour lui. Il voulait Mia Matsumiya avec une passion féroce qu'il n'avait jamais ressentie auparavant. Il voulait – non, il avait besoin – que sa bite plonge au plus profond de sa chatte chaude et la domine complètement. Même si Stan avait toujours été un amoureux généreux au lit, pour la première fois de sa vie, il ne se souciait honnêtement pas de savoir si Mia aimait ou non être prise ; il avait juste besoin d'être à genoux dans cette petite chatte asiatique, et cette pensée lui remplissait la tête matin, midi et soir. Il savait ce qu'il envisageait, il l'avait accepté il y a des mois… il y a un mot de quatre lettres pour ce qu'il avait en tête, mais il s'en fichait. Regarder Mia sur scène, regarder ces jambes fines menant à un magnifique trésor caché par ses petites jupes, a aidé Stan à enfin comprendre ce qui poussait les hommes à de tels actes.

Il avait observé Mia furtivement pendant des mois lors de ses concerts. Après le premier set, elle et ses camarades du groupe bavardaient et conneries pendant quelques minutes, puis elle se dirigeait vers la salle de bain. Stan avait étudié l'agencement de chaque endroit où ils avaient joué, en gardant à l'esprit des détails tels que la distance entre les toilettes des femmes et celles des hommes, à quel point les toilettes étaient isolées ou exposées par rapport à la salle principale, combien de temps Mia passait dans la salle de bain et si un une absence prolongée pourrait inquiéter ses amis. Est-ce que beaucoup de femmes allaient aux toilettes en même temps, et combien de cabines y avait-il dans chaque pièce, afin qu'il connaisse les risques qu'elles soient dérangées ?

Le Blackstone Bar and Grill, où Mia et son groupe jouaient ce soir, était l'endroit le plus probable pour que Stan puisse enfin concrétiser son fantasme. Ce soir, il s'était positionné au fond de la foule, puisqu'il fallait traverser jusqu'au fond pour accéder aux toilettes. Le premier set touchait à sa fin, alors Stan se leva et se dirigea vers les toilettes à l'arrière. Les toilettes des hommes étaient juste en face de celles des femmes, et Stan se dirigea vers la pièce partagée par son sexe. Il s'est précipité vers l'urinoir, a sorti sa queue et s'est assuré qu'il ne pissait pas ; ça ne servirait pas à essayer de jouir dans sa "petite amie", pour découvrir qu'il avait soudainement une crise de pisse nerveuse à sortir. Stan pouvait sentir son cœur battre dans sa poitrine, le flux de sang vers ses tempes cogner dans ses oreilles alors que le solo de Mia touchait à sa fin. Il y a eu des applaudissements qui ont duré près de deux minutes, mais qui se sont finalement calmés. Stan avait compté les pas jusqu'aux toilettes pour dames au moins vingt fois au cours de la semaine dernière, depuis qu'il avait appris que le groupe jouerait ici. Sa veste en cuir noir reposait sur son bras alors qu'il se dirigeait vers la porte et l'entrouvrit légèrement… juste assez pour lui permettre de voir la porte juste en face.

Il était si anxieux que pendant un instant, il sentit un léger afflux de bile commencer à monter dans sa gorge, mais il combattit rapidement cette sensation. Cela semblait prendre une éternité, mais finalement – ​​enfin ! – il vit une ombre rétro-éclairée frapper le mur, puis Mia apparut, son tout petit corps avançant alors que ses doigts fins se connectaient à la porte des toilettes pour dames, la poussant. ouvrir. Elle était magnifique : ses longs cheveux noirs attachés en queue de cheval qui descendaient presque jusqu'au milieu de son dos, ses bras fins exposés et ses seins de bébé contenus par un haut tube noir, et une jupe courte noire plissée montrant le haut de ses cuisses, tandis que ses jambes. a couru dans son noir, viens me baiser.

Alors que Mia commençait à entrer dans sa salle de bain, Stan ouvrit complètement la porte des toilettes pour hommes et se précipita en avant, levant haut sa veste noire. Il l'a fait descendre sur toute la tête de Mia, l'enroulant étroitement alors qu'il la poussait jusqu'aux toilettes des dames. Mia a crié, mais comme Stan l'avait espéré, la veste a presque entièrement étouffé le son. La fermeture de la porte derrière eux et la distance entre cette porte et la porte de la cabine où il la poussait maintenant à l'intérieur scellèrent l'affaire ; personne à l'extérieur ne pouvait entendre ses cris, à moins que Stan ne lui retire la veste de la tête, et il n'avait aucune intention de faire ça !

Mia agrippa la veste, criant toujours en dessous alors qu'elle essayait de l'arracher de son visage. D'une manière ou d'une autre, Stan réussit à garder une prise ferme sur le tas de choses qu'il tenait dans sa main et fut toujours capable de fermer et de verrouiller la porte de la cabine derrière lui. Il la poussa en avant avec son propre corps, la poussant contre le réservoir du siège des toilettes, la punition de son estomac entrant en collision coupant le vent des voiles de la jeune femme asiatique et la faisant tomber à genoux sur le couvercle du siège fermé.

Les cris de Mia s'étaient transformés en un gémissement blessé et faible. Stan ressentit un pincement de remords, mais la pression presque douloureuse de sa queue tendue contre l'intérieur de son jean pour se libérer le ramena rapidement à la réalité : faites l'acte maintenant, ou abandonnez et regrettez-le pour toujours. De plus, s'il choisissait de libérer son prix maintenant, elle alerterait sans aucun doute tout le monde dans la salle avec le cri le plus fort jamais enregistré. Stan savait ce qu'il devait faire. Gardant son corps pressé contre celui de Mia, la plaquant contre le réservoir des toilettes, il fouilla sous sa veste et trouva son oreille. Il releva la veste juste par-dessus et se pencha plus près. "Écoute-moi, Mia. Je ne veux pas te faire de mal, vraiment pas. Laisse-moi juste faire ça et j'en finirai, et ce sera plus facile pour toi. Si tu te bats, si tu cries, je jure que je vais te trancher la gorge." Stan n'avait pas de couteau, il était généralement un gars très décontracté en fait… ce n'est que la première fois qu'il a posé les yeux sur cette mince beauté orientale devant lui qu'il avait envisagé de faire quelque chose comme ça. Mais il espérait que la rudesse dont il avait fait preuve jusqu’à présent la dissuaderait considérablement de toute explosion.

Mia gémit sous sa veste, essayant de dire quelque chose. Stan se pencha à nouveau près de son oreille. "Je te laisse parler, mais je te jure que si tu commences à crier..." Mia secoua vigoureusement la tête sous la veste, et Stan était presque sûr qu'elle tiendrait parole. Il souleva la veste juste assez pour exposer ses lèvres, qui étaient étonnamment épaisses pour une femme asiatique. "Fellation prête", telle fut l'expression qui lui vint à l'esprit. Ses lèvres tremblaient et des larmes coulaient de sous sa veste, alternant entre frapper le réservoir en porcelaine et s'éponger sur le haut du tube noir de Mia. C'était la première fois que Stan l'entendait parler, et sa voix était celle d'un ange effrayé, avec un fort accent japonais qui faisait presser sa queue tellement plus fort contre son pantalon qu'il grimaça.

"S'il te plaît... s'il te plaît... s'il te plaît, ne me fais pas de mal..." gazouilla-t-elle pitoyablement. Le petit regret que Stan avait ressenti plus tôt refait surface. Mais en regardant à nouveau Mia, ses mains posées contre le réservoir en porcelaine, son corps élancé replié contre sa poitrine, avec un genou posé sur la housse de siège fermée et l'autre jambe maintenant fermement sur le sol, le taquinant presque pour qu'il la monte, C'était trop difficile de résister. "Tu sais ce que je veux," lui murmura-t-il à l'oreille. " Si tu me laisses faire, tu seras libre. Tu comprends ? "

"Oui," sanglota-t-elle après un moment.

"Tu sais ce que je veux," lui dit-il sévèrement. "Je veux t'entendre le dire."

Mia sanglota un peu plus, mais au bout d'un moment, elle dit doucement, presque dans un murmure : "Tu veux me baiser ?"

Stan faillit entrer dans son pantalon à ce moment-là, l'entendant le dire comme elle le faisait si souvent dans ses fantasmes. Il se pencha, défaisant son pantalon. Ses 7 1/2 pouces jaillirent, sautant presque instinctivement sous la jupe de Mia et effleurant entre ses jambes. Le contact les surprit tous les deux ; Mia sursauta légèrement et Stan était sous le choc ! Il déglutit, ne croyant pas ce qu'il pensait ressentir entre les jambes de Mia. Prenant une décision, il commença à tirer la veste au-dessus de sa tête. "Tu ne me regardes pas, tu comprends ?! Tu regardes le mur, tu ne te retournes pas, tu ne me regardes pas !" Mia hocha la tête et Stan ôta complètement la veste. Sa queue de cheval glissa la première, pendant de manière alléchante devant lui. La tête de Mia était baissée, de cette manière stéréotypée de soumission dont a rêvé tout homme ayant jamais désiré une femme asiatique.

Le souffle de Stan était lourd, presque au point où il pensait qu'il pourrait s'évanouir. Il avait perdu la notion du temps et ne savait pas si Mia devait revenir sur scène. Putain, pensa-t-il, je suis arrivé jusqu'ici, je dois le faire, même si je me fais prendre ! Il se pencha, ses mains soudain tremblantes saisissant le bas de la jupe plissée de Mia. Il l'a remonté, révélant la vérité sur ce qu'il pensait avoir ressenti lorsque sa bite effleurait entre ses jambes : son cul était petit, magnifiquement arrondi... et complètement nu. Mia ne portait pas de culotte ! Sa tête lui tourna, pensant à toutes les fois où il l'avait vue sur scène, sachant combien de gars dans le public devaient avoir les mêmes pensées que lui à propos de baiser Mia… et Mia, bien sûr, bien consciente de combien elle était désirée. --! Elle jouait du violon sans culotte sur scène, se laissant mouiller par la chaleur du désir qu'elle ressentait émanant de son public ! Combien de fois était-elle rentrée chez elle et s'était-elle doigtée jusqu'à l'orgasme, rêvant qu'un homme soit assez audacieux pour l'approcher dans l'espoir de la ramener à la maison ? Avait-elle déjà été si excitée qu'elle avait emmené un ou plusieurs de ses camarades entièrement masculins chez elle et leur avait demandé de lui foutre la cervelle ? Qui a été l'homme le plus chanceux au monde pour exploiter cela ?

Stan revint à la réalité, regardant Mia s'accrocher plus fermement au réservoir des toilettes, se préparant à son entrée. Elle est prête ! son cerveau lui criait dessus, et il sentit du liquide prépuce sur le point de couler du bout de sa queue. Il s'est positionné de manière à ce que sa bite soit au-dessus de sa jambe appuyée contre le siège des toilettes. Le précum a plané un instant, pendant… puis a lentement coulé jusqu'à sa jambe, l'humidifiant, laissant sa marque. Mia poussa un léger soupir, que ce soit une sorte de dégoût, de plaisir ou simplement de résignation à son sort, Stan ne pouvait pas le dire. Il ne s'en souciait plus non plus ; tout ce qui comptait était de réclamer enfin son joli prix asiatique.

Il repositionna sa queue, la pointant vers l'entrée de la porte céleste de Mia. En le nivelant juste en dessous, il pouvait sentir la chaleur émanant de sa chatte. Il posa ses mains sur ses hanches, la tenant fermement. Elle n'a pas bougé. Tellement incroyablement obéissant, s’émerveilla-t-il. Sans un autre mot, il plaça la tête de sa queue contre son ouverture chaude et commença à pousser, faisant glisser sa queue lentement, pouce par pouce….

Ce n'est que lorsque la sonnerie d'un téléphone portable émanait de la jupe de Mia que Stan réalisa à quel point il avait perdu la trace du temps ! Mia tourna à moitié la tête, mais ne se retourna pas vers lui. Le téléphone sonna à nouveau. "Réponds-y," bégaya Stan. "Mais rappelles-toi--"

"Je sais," répondit facilement Mia. Elle fouilla dans la poche d’une jupe et en sortit un téléphone portable. Elle le porta à son oreille. "Oui ? Je sais. Je suis désolé, je viens d'avoir une indigestion. Je serai dehors dans une minute. Oui, je vais bien. Je le ferai. Au revoir." Stan était étonné de voir à quel point sa voix était calme lorsqu'elle parlait. Mais dès qu'elle a éteint le téléphone et l'a remis dans la poche de sa jupe, elle s'est mise à sangloter légèrement, son corps tremblant de peur tandis que des larmes éclaboussaient à nouveau le réservoir de porcelaine.

L'humidité qui accueillit sa queue à l'ouverture de son trou d'amour semblait inviter Stan à prendre ce qu'il voulait. Tenant toujours fermement les hanches de Mia, Stan enfonça son sexe profondément en elle maintenant, d'un seul coup - le halètement qui sortit de la bouche de Mia après avoir été rempli avec tant de force et tout d'un coup, faisant palpiter sa bite encore plus chaude en elle ! Les doigts de Mia s'enroulèrent si étroitement autour des bords du réservoir qu'ils semblèrent en faire partie, alors que Stan trouva enfin la réalisation parfaite de ce dont il rêvait depuis si longtemps. La chatte de Mia était encore plus serrée qu'il ne l'aurait jamais cru, et la puissance avec laquelle elle se serrait involontairement autour de sa bite le faisait presque jouir instantanément… mais il réussit à retenir, alors qu'il commençait à la pénétrer, lentement au début, mais plus fort et plus vite, se précipitant involontairement pour terminer, craignant que ses camarades entièrement masculins du groupe ne demandent à une autre femme de venir la voir.

Mia a commencé à gémir légèrement sous le choc de son entrée en elle, puis a perdu le contrôle d'elle-même alors que sa chatte commençait à céder au plaisir d'être remplie - sans savoir ni se soucier du fait qu'elle était prise avec force, alors que ses terminaisons nerveuses Le canal glissant a seulement admis qu'ils fonctionnaient comme ils étaient conçus. Stan attrapa la queue de cheval de Mia, l'enroula étroitement autour d'une main et lui rejeta la tête en arrière. « Mords-toi la lèvre s'il le faut, mais je ne veux pas t'entendre crier quand je jouis en toi, tu as compris ?

Mia hocha la tête du mieux qu'elle pouvait, ce qui n'était pas très bien du tout ; Stan avait une prise de fer sur sa queue de cheval et la surveillait de près alors qu'elle mordait sa lèvre inférieure pleine afin de contenir ses gémissements automatiques de passion. Stan avait fantasmé pendant des mois de l'entendre crier son nom, ou l'appeler tousan alors qu'ils jouissaient ensemble, et il détestait lui dire de ne rien dire… mais il ne pouvait pas risquer que quelqu'un l'entende et vienne à son secours.

Alors qu'il tenait les cheveux de Mia et pénétrait profondément dans sa chatte serrée et chaude, la chevauchant comme un étalon primé, Stan réalisa que sa chatte devenait de plus en plus humide à chaque poussée. Il ne savait pas si c'était simplement une réponse automatique au fait d'avoir sa bite dure en elle, ou si cela l'excitait d'une manière ou d'une autre. Il en vint à douter de ce dernier, alors que les larmes coulaient encore du visage de Mia, barbotant maintenant son haut tube noir alors qu'il la courbait avec force vers lui pour que sa bite puisse pénétrer plus profondément en elle. Il lâcha sa taille et leva sa main libre pour abaisser brutalement son haut, ses seins de bébé fiers et joyeux se libérant, trahissant ainsi l'érection de ses tétons de la taille d'une pièce de dix cents. Il tendit la main avec sa main libre, alternant entre les mésanges qu'il attrapait et caressait, jouant avec ses petits sous, essayant de voir si elle appréciait ça. Mia avait fermé les yeux et du sang commençait à couler de sa lèvre qu'elle mordait si violemment afin de rester fidèle à l'ordre de son nouveau maître de se taire.

Stan libéra sa queue de cheval et Mia baissa la tête, essayant de ne pas laisser les doux gémissements gémissant s'échapper d'entre ses lèvres alors que son violeur déplaçait sa bite en elle, massant chaque centimètre de ses douces parois intérieures. Stan attrapa maintenant ses deux seins dans ses mains et pencha son corps sur le sien, l'alourdissant de sorte que son menton reposait contre le réservoir en porcelaine tandis qu'il pompait sa bite à un rythme plus lent et rythmé en elle… il était conscient qu'elle était en retard. scène, mais il s'en fichait, même s'il se faisait prendre ; cette chatte était tout simplement trop belle pour la lâcher si tôt !

"Je veux que tu m'appelles 'tousan'. Je veux t'entendre m'appeler papa," lui murmura-t-il à l'oreille. Pour des raisons qu'aucun des deux ne pouvait expliquer, Stan relâcha ses poussées pendant un moment, et il y eut une légère pause. Il fut surpris, mais ne dit rien tandis que Mia tournait légèrement la tête, apercevant son visage du coin de son œil en larmes. Le moment sembla s'étendre sur une éternité, mais ensuite elle tourna de nouveau la tête, face au mur.

"Papa," dit-elle doucement.

La bite de Stan palpitait fort en elle alors qu'elle le rencontrait selon ses propres conditions, et il pouvait se sentir prêt à exploser en elle alors qu'il recommençait à lui baiser la chatte, se transformant en une frénésie furieuse de baise alors qu'elle n'arrêtait pas de l'appeler "papa". " et sa respiration devenait courte et aiguë à chaque poussée de son membre engorgé. Il se pencha, retournant sa jupe plissée sur sa taille et commença à lui donner une fessée sur ses joues asiatiques parfaitement rondes alors qu'elle répondait plus fort "Papa!" à chaque fois que sa main se connectait à ses fesses. Il pouvait sentir sa chatte devenir de plus en plus humide, l'humidité accueillante facilitant l'insertion plus profonde, son souffle chaud dans son oreille alors qu'il lui murmurait quelle petite baise chaude elle était, ses doux gémissements de "papa" répondant avec gratitude à ses compliments. Finalement, il sentit ses couilles se resserrer et il libéra un torrent de sperme chaud et fumant au fond de sa chatte japonaise, la remplissant si complètement qu'il pensa qu'il pourrait en fait lui vider son sac pour toujours !

Stan s'effondra sur elle, son visage trempé de sueur pressé contre le sien. Mia sanglotait légèrement. Avec une légère gorgée dans la gorge alors qu'il prenait à nouveau conscience de l'heure, il se retira rapidement d'elle, une partie de son sperme coulant sur sa jambe et ses bottes. Même si Mia était épuisée par cette épreuve, elle essaya faiblement de se relever du réservoir. Stan l'attrapa par la taille et la retourna, ses fesses heurtant la housse du siège, la faisant crier de douleur. Elle le regarda au-dessus d'elle, se demandant ce qu'il ferait maintenant qu'elle voyait son visage en entier. Elle ferma les yeux, effrayée, un petit gémissement glissant entre ses lèvres.

Stan s'avança, saisissant sa bouche et l'ouvrant avec force, plongeant sa queue à l'intérieur jusqu'à ce que le bout de sa tête effleure d'abord l'arrière de la gorge de Mia, puis y glisse à mi-chemin. Ses yeux s'écarquillèrent alors qu'elle s'étouffait autour de son épaisseur, mais Stan attrapa à nouveau brutalement sa queue de cheval. "Dépêche-toi. Tu as quelques devoirs d'épouse à accomplir très vite, avant que je te laisse aller jouer avec tes amis." Même lui était surpris par la dureté de sa voix, ne sachant plus s'il le faisait juste pour convaincre Mia de le faire jouir une fois de plus, ou s'il se glissait un peu trop bien dans le rôle du violeur. Quoi qu'il en soit, Mia enroula ses deux petites mains autour de sa queue et commença à le sucer docilement, les restes du sperme de son maître mélangés à son jus s'écoulant lentement de sous sa jupe plissée. Ses yeux s'écarquillèrent brièvement, alors qu'elle sentait la bite de Stan se raidir dans sa bouche, mais elle les referma ensuite, aspirant sa queue alors que son téléphone portable sonnait à nouveau dans sa poche, cette fois restant sans réponse.

Après un moment, Stan tira une autre charge, qu'à sa grande surprise et plaisir, Mia avala facilement, un léger gémissement de ses lèvres faisant vibrer légèrement sa queue alors que son sperme glissait rapidement dans sa gorge. Elle ouvrit les yeux et leva les yeux vers Stan, mais il ne pouvait pas lire l'expression sur son visage. Elle le connaissait maintenant, bien plus intimement qu'elle ne l'aurait jamais voulu, mais elle pouvait facilement donner une description complète de lui à la police. Stan n'avait pas envie de lui faire du mal, peu importe ce qu'il lui avait dit plus tôt, et il sentait qu'elle le savait. Elle ne dit rien cependant alors qu'il sortait de sa bouche. Elle le regarda passivement pendant qu'il attrapait du papier toilette et essuyait sa queue, puis la remettait dans son pantalon. Elle le regarda mais ne dit rien pendant qu'il s'habillait, ouvrait la porte de la cabine et partait. Ce faisant, il jeta un coup d'œil en arrière, et la dernière chose qu'il vit avant que la porte de la cabine ne se referme derrière lui fut Mia remontant lentement son haut de tube...

Quelques mois se sont écoulés. Stan vaquait à ses occupations quotidiennes, allait au travail, sortait avec des amis, faisait autre chose, le tout dans la peur secrète qu'un jour on frappe à la porte de son appartement et qu'il l'ouvre pour trouver la police qui l'attend. Mais ils ne sont jamais venus. Jamais.

C'est un cliché que les criminels reviennent toujours sur les lieux de leur crime, mais après quatre mois, Stan ne pouvait plus s'en empêcher ; Le groupe de Mia Matsumiya jouait à nouveau au Blackstone Bar and Grill, et il devait juste la voir... même si elle l'a repéré au milieu de son set et a crié à quelqu'un de l'attraper et de le retenir jusqu'à l'arrivée de la police. Tu es un putain d'idiot, pensa-t-il jusqu'au bar, et alors qu'il s'asseyait au fond de la foule, attendant que le groupe monte sur scène.

Ils finirent par arriver et Stan se rendit compte qu'il ne supportait toujours pas la musique. Mais quand il regarda Mia, le vieux familier revint avec vengeance, encore plus audacieux que jamais. Elle a occupé le devant de la scène pour son solo, portant les mêmes vêtements que la nuit où il s'est amusé avec elle, à une exception près...

Son haut tube noir remontait maintenant à mi-chemin sur son ventre, révélant le plus beau petit ventre rond que Stan ait jamais vu de sa vie.

Articles similaires

L'histoire de Laura (pour les femmes)

L'histoire de Laura Mon nom est Laura. Je travaille dans ce cabinet d'avocats depuis 6 mois maintenant. Je suis un employé de bureau de base, je réponds au téléphone et j'effectue des travaux de bureau légers. C'est un travail facile, puisque je vais à l'université 2 soirs par semaine. Ma meilleure amie de travail est Lissette, c'est une femme portoricaine mariée âgée d'environ 40 ans. C'est tellement amusant de parler avec elle. Elle est tellement sauvage et adore parler de sexe ! Je pense qu'elle pense que je suis trop innocent puisque je viens d'une famille très religieuse. Parfois, je me...

855 Des vues

Likes 0

Le monde caché du monde sorcier, livre:1 ch:2 retour au bain

L'histoire est écrite par mon ami et moi, actuellement nous essayons de faire un meilleur travail de relecture, mais nous recherchons toujours quelqu'un pour nous aider. Les 2 prochains chapitres après cela auront plus de personnages de la série, n'hésitez pas à suggérer des relations ou des fétiches que vous aimeriez voir. Retour au bain Hermione s'assit en cours de potions, sa culotte manquait toujours, quelqu'un l'avait prise dans la bibliothèque. Le cours commença et Harry lui demanda si elle allait bien. « Oui, je vais bien, juste un peu secoué. Quelque chose est arrivé? Non, j'ai juste couché avec un...

3.7K Des vues

Likes 0

Faire jouir notre fille

Faire jouir notre fille Histoire #100 …..Je suis Lynn, j'ai les mêmes envies que ma mère. Maman (Dee Dee), frère Ken et moi-même avons tous ce truc et aimons nous sentir bien. Nous l'avons nommé en plaisantant Feel-itis. Cela nous a tous amenés à avoir des relations sexuelles les uns avec les autres. …..Maintenant, j'avais une fille Vicky. J'ai décidé de ne pas sentir Vicky grandir pour qu'elle puisse se développer à sa manière. Son anniversaire aujourd'hui signifiait qu'elle avait l'âge légal maintenant. C'était dur de lutter contre l'envie que j'avais de sentir son corps. Elle avait déjà un corps chaud...

3.1K Des vues

Likes 0

Changer les réalités (Partie 3)

Salut les gars et les filles! C'est Chase. Vous savez, la personne dont parle cette histoire. Je sais ce que vous pensez - Cela ne peut pas être réel. Eh bien, laissez-moi vous assurer que c'est absolument le cas. Je ne peux pas vous le prouver, à moins que nous ne nous rencontrions un jour et même alors, je devrais vous redire toute l'affaire. C'est quelque chose que je ne suis pas très susceptible de faire car toute exposition de qui et de ce que je suis pourrait conduire à ma capture par quelqu'un souhaitant me transformer en une sorte de...

1.8K Des vues

Likes 0

Aller de l'avant - Chapitre 3

Passer à autre chose chapitre 3 Le temps semblait figé. Le regard de choc et d'horreur sur le visage d'Evelyn était juxtaposé aux restes humides de mon sperme sur ses joues et son menton. Ma bite est tombée de ma main et j'ai eu l'impression que ma tête bougeait dans la mélasse alors qu'elle se tournait lentement vers l'entrée de la salle de bain. On dirait que vous avez fait beaucoup de choses tous les deux, dit nonchalamment M. Clark avec un léger sourire, regardant autour de la salle de bain comme s'il cherchait d'autres membres de notre petite fête. Je...

1.2K Des vues

Likes 0

Mon amour japonais partie 9

My Japanese Love Part 9: Les malheurs d'Alicia Dans les jours qui ont suivi, j'ai commencé à imaginer ce que serait mon enfant. C'est bon de savoir que dans tout le chaos qui s'est produit dans ma vie, il en est sorti du bien. Akira et moi sommes follement amoureux et nous allons avoir un bébé. Nous avons dit à ses parents qui étaient extrêmement heureux pour nous, mais comme nos vies ont changé pour le bien, Alicia a changé pour le mal. Alors que je fais des travaux de jardinage, je remarque qu'Alicia met en place une pancarte de vente...

1K Des vues

Likes 0

Le Coven Partie 1 - Reed_ (1)

Roseau AIDEZ-MOI QUELQU'UN AIDEZ-MOI S'IL VOUS PLAÎT !!! cria une jeune femme alors qu'elle était entraînée par la porte d'entrée par un Jackson souriant. Il la tenait par le cou de son col alors que tout le monde dans la zone de type bar riait et souriait à la pitoyable femme. Elle était attirante, avec des cheveux blonds teints coupés en un bob désordonné et d'immenses yeux bruns. Elle portait une sorte d'uniforme, mais il était tellement déchiré que personne ne pouvait distinguer avec certitude ce qu'il lisait. Elle a paniqué, regardant tout le monde dans la pièce, espérant que quelqu'un...

797 Des vues

Likes 0

BAISE MES MEILLEURS AMIS SOEUR DE 17 ANS PENDANT LA SOMMEIL

Je m'appelle Alex et j'ai 15 ans. C'est une histoire qui m'est arrivée le week-end dernier. C'était une nuit de week-end normale, des amis et moi buvions chez mon meilleur ami Jared. Ses parents avaient emmené sa petite sœur à Disney land pour le week-end. Sa sœur aînée de 17 ans était toujours à la maison et elle était une bombe blonde 12 sur 10. Elle a des seins de bonnet C parfaitement ronds avec de petits tétons roses. Elle est naturellement bronzée et se rase la chatte. Je sais tout cela parce qu'il y a une semaine, nous nageions dans...

777 Des vues

Likes 0

Regarder et faire

REGARDER ET FAIRE John sentait qu'il avait fait une très bonne affaire. Lorsqu'il a emménagé dans cet immeuble, il a rencontré et parlé avec le propriétaire, et a convaincu cet homme de le laisser servir de concierge/gardien/gestionnaire résident, faisant tout ce dont l'immeuble avait besoin pour 200 $ par mois de réduction sur le loyer plus les dépenses. Normalement, cela ne prenait que quelques heures par mois de son temps libre, et s'il devait travailler pendant cette journée en semaine, son emploi du temps de technicien de laboratoire dans une entreprise pharmaceutique pouvait être ajusté - la plupart des choses pouvaient...

404 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

2.6K Des vues

Likes 2

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.