Un peu de magie noire Chapitre 1

278Report
Un peu de magie noire Chapitre 1

Chapitre 1

Ceci est mon histoire… Non. Ceci est ma confession. Je ne sais pas si ce que j'ai fait était un crime, mais c'était certainement contre nature. Ma dernière année à l'université et en fait les dernières semaines jusqu'à ce que j'allais être solennellement poussé dans le monde du travail. Je me tenais dans la salle de bain qui accompagnait ma chambre à explorer mon propre corps dans le miroir. Les verres épais de mes lunettes agrandissaient mes yeux sous le désordre ondulé des cheveux noirs. Ma peau était pâle à force de passer des jours dans des bibliothèques ou derrière des ordinateurs. La légère courbure de ma colonne vertébrale me donnait l'air déprimée, mais c'était aussi la conséquence de trop de nuits avec mon nez dans les livres. J'étais trop maigre et mes bras et mes jambes semblaient étirés. La seule partie de mon corps dont je me sentais satisfait était mon pénis, le long membre épais incliné vers la droite et touchait ma cuisse. La chair qui cachait la pointe était souvent étirée, révélant la pointe de la pointe rouge cerise.

"Allez vous faire foutre !" dis-je à mon reflet en caressant ma bite.

Mes parents étaient très aisés et avaient acheté une maison près du campus pour moi et mon meilleur ami Jeremy pendant que nous allions à l'école. C'était à la fois une bénédiction et une malédiction. C'était une bénédiction de trouver facilement le calme et la solitude lors des études pour les examens, mais une malédiction d'être isolé du reste des étudiants et par conséquent de toute fête. Ma bite a gonflé dans l'attente alors que je me branlais sur la chair et le muscle épais s'est durci au fur et à mesure que le plaisir montait. J'étais vierge de vingt-trois ans, donc je n'étais pas étrangère à la masturbation. Des images mentales de certaines des belles filles de l'école dansaient dans ma tête. Le martèlement lourd sur la porte de la salle de bain m'a fait bondir en arrière et presque dans la baignoire.

« Quentin ! Arrête de te branler, on doit aller en cours ! cria Jeremy de l'autre côté de la porte.

Mon cœur rata un battement alors que l'orgasme s'évanouissait.

« Va te faire foutre, Jérémy. »

Je l'ai entendu rire alors qu'il redescendait les escaliers jusqu'au salon. Jeremy était mon meilleur ami de l'école primaire et avait parfois une meilleure idée de ce que je voulais que moi. Il faisait souvent irruption sur moi pendant que je me branlais, m'ennuyant, mais il m'attendait aussi mes plats préférés le jour de mon anniversaire ou après un examen difficile. Nous étions amis depuis si longtemps que c'était comme vivre avec mon frère. Ma demi-soeur, Jessica, nous taquinait souvent parce que nous nous comportions comme un vieux couple marié.

Lorsque mon cœur a repris un rythme raisonnable, j'ai envisagé de reprendre le plaisir de moi-même, mais d'une manière ou d'une autre, le moment a semblé précipité ou brisé. La seule image que je pouvais rassembler était celle de Jeremy en train de rire. Jeremy était beaucoup plus petit que moi avec une peau d'amande foncée et des cheveux noirs courts et raides, il était aussi intello que moi mais il avait en quelque sorte plus de chance avec les filles. Jeremy se vantait de chaque nouvelle fille qu'il pouvait coucher, je pensais que c'était sa beauté qui lui donnait plus de chance. Jeremy avait un visage doux et un sourire facile avec un dur ciselé… tout. Quand Jeremy ne tuait pas de zombies en ligne, il était au gymnase.

Je soupirai devant mon érection adoucissante et commençai à m'habiller. Il était encore quelques heures avant notre premier cours de la journée mais Jeremy aimait prendre son petit déjeuner dans un petit restaurant près de l'école et je n'ai donc pas été surpris de le voir à la porte d'entrée tapant du pied avec impatience.

Quand Jeremy m'a souri malicieusement, j'ai dit : « Va te faire foutre !

« Je veux te faire baiser frère mais je ne suis pas sûr que tu sois si désespéré ? »

« Huh », dis-je alors que mes yeux devenaient flous.

"Peu importe. celui de Joni ? »

— Bien sûr, tu conduis, dis-je en tendant les clés à Jeremy.

Lorsque nous avons pris notre place habituelle au fond du restaurant, Jeremy a demandé : « Qu'est-ce qui ne va pas chez vous aujourd'hui ? »

J'ai cligné des yeux en réalisant que je l'avais ignoré depuis que j'avais pris place dans la voiture. Jeremy avait dû parler pendant tout le voyage mais je n'avais pas entendu un mot. J'ai réfléchi à la question pendant un instant, mais le défi d'essayer de décrire mon désespoir m'a laissé marmonner : "Rien".

— Menteur, dit durement Jeremy. « Êtes-vous inquiet pour les examens ? »

"Non."

Les yeux de Jeremy se plissèrent comme s'il essayait de pénétrer mon cerveau avec ses yeux. « Tu boudes toujours à cause de ce que Sherra a dit ? »

Mes yeux se sont croisés avec les siens et les iris brun foncé dans ses yeux semblaient clignoter en jaune. « Non… peut-être… je ne sais pas. Il n'y a pas qu'elle. L'écho de Sherra criant "Fuck You Quentin!" dans la bibliothèque quand je l'ai invitée à prendre un café semblait résonner dans le restaurant animé.

"C'est une garce, tu ne veux rien avoir à faire avec elle de toute façon."

«Je connais juste un peu la goutte d'eau. J'ai vingt-trois ans, Jeremy et moi n'avons même pas encore eu mon premier baiser.

"Pourquoi ne l'as-tu pas dit, viens ici, je vais t'embrasser!"

J'ai mis la serviette sur la table et je l'ai lancée sur Jeremy : « Putain ! Peut-être que je devrais juste devenir moine ou quelque chose comme ça. Un prêtre?"

"Tu n'es pas catholique."

"Vous avez besoin d'un peu de magie noire", a déclaré une voix soyeuse de la cabine derrière moi.

Je me suis retourné pour voir une belle femme avec des cheveux noirs épais, de grandes lèvres rouge écarlate et des yeux en amande qui correspondaient à sa peau appuyée sur ses coudes avec ses bras repliés sous de gros seins qui tombaient presque en avant sur mon visage. À côté d'elle se trouvaient deux des guerriers du football de l'école avec des visages admiratifs et vides.

"Excuse-moi?" J'ai demandé confus.

"Pas d'excuses, je suis Madame Ater et je peux réaliser vos rêves."

Les doigts de Madame Ater ont fait clignoter une carte d'argent devant mon nez et instinctivement je l'ai prise.

« Euh, merci. Mais je ne crois pas à la magie.

"Vous serez. Si vous décidez que vous ne voulez pas être une vierge de vingt-quatre ans, venez me voir dans ma boutique, l'adresse est sur la carte.

J'ai cligné des yeux en essayant de garder mes yeux sur les yeux de Madame Ater et non sur les seins à quelques centimètres de mon visage.

« Magique, hein ? Prouve le." cria Jeremy de l'autre côté de la table.

Les yeux d'Ater ont clignoté alors qu'elle souriait, ma peau a commencé à ramper pendant qu'elle parlait. "Tu as l'air très affamé Jeremy, tu devrais manger," Avec un clin d'œil de son œil gauche, la couleur disparut laissant son œil d'un blanc pur.

Je me retournai pour voir Jeremy commencer à déchirer sa serviette en petits morceaux, les mâcher comme s'il s'agissait d'un steak puis les avaler. Je l'ai regardé avec un léger amusement et un peu d'horreur alors qu'il consommait chaque bouchée de la serviette.

Quand Jeremy avala la dernière bouchée, il dit : « Je ne le pensais pas. Où est-elle allée?"

Je me suis retourné pour trouver le stand derrière nous vide à l'exception d'une grosse pièce d'or qui tournait sur la table. J'ai regardé m'attendre à ce que la pièce de monnaie s'arrête ou roule de la table quand il est devenu évident que ce n'était pas le cas, je l'ai attrapée et je me suis rapidement glissée dans mon siège.

"Je déteste les fraudes comme ça, juste essayer de profiter de quelqu'un."

« Euh, ouais », dis-je alors que la serveuse faisait glisser nos habitudes sur la table.

« Où est ma serviette ? » Jérémy a demandé en vérifiant le sol.

« Madame Ater, l'a fait disparaître », dis-je en m'amusant.

— Ouais, je parie, dit Jeremy avec mépris.

Le reste de la journée a été une perte pour moi. Je suis à peine arrivé aux cours alors que je me promenais sur le campus en regardant la grosse pièce d'or. Quand je le glissais dans ma poche, il semblait brûler jusqu'à ce que je le ramasse à nouveau. Quand je suis rentré chez moi et que j'ai trouvé la solitude de ma chambre, j'ai recherché l'adresse sur la carte d'argent que Mme Ater m'avait donnée. Google est venu vide et a suggéré une douzaine d'autres adresses qui n'étaient même pas proches.

Va te faire foutre, Quentin !

Le fantôme de mon dernier rejet me hantait. Alors que je retournais la pièce encore et encore. L'écriture latine sur la pièce se traduit par « Tous ceux qui entrent doivent passer la porte et payer le péage. »

Mon esprit a réfléchi à ce qui s'était passé au restaurant ce matin, puis il y avait quelque chose à propos de la pièce qui semblait avoir sa propre magie. J'ai cherché sur Internet des explications sur ce qui s'est passé et des définitions de la magie noire, mais tout ce que j'ai pu trouver était de vagues références au vaudou et aux procès des sorcières de Salem. Lorsque les chiffres rouges de l'horloge en face de moi indiquaient deux heures, j'ai gémi et j'ai fermé l'ordinateur portable en le laissant tomber à côté de moi sur le lit. Ma bite sursauta et trembla d'excitation à la pensée des gros seins de Madame Ater. Elle était belle, mais pas une personne vers laquelle j'aurais normalement attiré. Mon esprit se tourna vers le petit nez et le visage pâle de taches de rousseur de ma belle-soeur et je reniflai. J'ai pensé à Sherra avec ses cheveux noirs sauvages et sa belle peau foncée, elle était follement sexy mais je ne lui avais demandé de sortir que parce qu'elle avait été si gentille avec moi pendant le groupe d'étude. Je saurais qu'elle était hors de ma ligue. J'ai retourné la pièce encore et encore dans ma main en considérant toutes les filles qui m'avaient refusé et toutes les filles qui me refuseraient inévitablement si je leur avais demandé. J'ai fermé les yeux en essayant de décider quoi faire et j'ai entendu des pas lourds un instant plus tard, j'ai senti les pas secouer mon corps. Dans un moment de panique, alors que j'imaginais des géants prenant d'assaut la maison, j'ai tenté de sauter du lit, mais lorsque j'ai ouvert les yeux, j'étais déjà debout sur Hallow Street. Pieds nus et rien que mon boxer. Le froid soudain du béton sur mes pieds me fit sursauter. Appuyé contre le mur de briques du pressing, je me suis stabilisé contre la sensation de dépaysement.

J'ai cligné des yeux en voyant la pièce toujours dans ma main et je me suis posé la question avant de chercher dans la rue d'autres signes de vie. Les étranges lumières jaunes montraient une rue vide, les grandes fenêtres de la devanture du magasin étaient toutes sombres et le silence inquiétant m'a fait frissonner.

J'ai vérifié ma voix avec un doux « Bonjour ? » Le bruit disparut rapidement dans la rue calme.

Brièvement, je m'étais demandé si la pièce m'avait téléporté ici, mais j'ai ensuite regardé mes pieds et j'ai vu la boue et la crasse de la marche de plusieurs kilomètres toujours accrochée à eux. Je me suis souvenu de Jeremy au restaurant et j'ai pensé à l'hypnose. J'ai failli rejeter la pièce loin de moi de peur qu'elle ne me possède à nouveau. J'ai reconsidéré le sentiment qu'être sans la pièce m'exposerait encore plus. J'avais marché des kilomètres sans vêtements, chaussures ou argent, la petite pièce était tout ce que j'avais.

Hollow Street était une rue familière pendant la journée avec de nombreux magasins les plus populaires entassés dans la vieille rue pavée. Les voitures n'étaient plus autorisées sur la route avec des parkings à chaque extrémité de la rue et un parking limité dans les rues derrière les magasins. C'était comme une intrusion d'être ici et mes nerfs ont commencé à vaciller. Les réverbères ont clignoté lorsque j'ai fait mon premier pas en arrière, puis tous à la tombée de la nuit lors de mon deuxième, à l'exception d'un près de la moitié de la rue. La lampe n'était pas comme les autres avec la base épaisse et les cous lourds, celle-ci était petite et mesurait environ huit pieds de haut. La faible lumière de la lampe dépassait à peine sa propre base. Lorsque la lumière s'est déplacée étrangement, j'ai remarqué que c'était une flamme entre les miroirs au lieu d'une ampoule.

— Une lampe à gaz, murmurai-je dans l'obscurité. L'apparition de la lampe n'avait pas renforcé ma volonté mais la peur m'a fait avancer vers la lumière et non s'en éloigner. Lorsque mes doigts se sont enroulés autour du grand poteau de fer, je me suis senti soulagé, comme si j'avais trouvé le point de sécurité dans un jeu de tag. Je me suis longtemps émerveillé de la lampe jusqu'à ce que je sente un calme me prendre, puis je me suis retourné pour regarder la lourde porte noire, mal peinte, juste derrière moi. Cela aurait facilement été manqué si je n'avais pas été debout près de la lampe. Il n'y avait aucun signe ou marquage sur la porte ou même une poignée. Juste la peinture noire épaisse et un trou circulaire mal coupé au niveau des yeux. Je me dirigeai vers la porte avec mon bras libre tendu et mes doigts toujours accrochés à la lampe. Je suis sûr que j'étais la créature la plus étrange cette nuit-là alors que je ressemblais à un homme en train de se noyer cherchant sa prochaine prise.

Avec une poussée d'excitation, j'ai bondi en avant en appuyant ma main contre la porte, le bruit sourd de la pièce d'or se connectant à la porte me rappelant que je la tenais toujours, serrée entre trois doigts. Il semblait alors évident d'insérer la pièce dans le trou sculpté de la porte. Il a glissé facilement, je l'ai tenu là avec mon pouce en m'attendant à ce que la porte disparaisse ou parle ou l'une des nombreuses autres choses étranges que j'avais vu faire des portes dans les films. Quand rien ne s'est passé, j'ai essayé de retirer la pièce de monnaie, mais avant que je puisse le faire, la pièce a glissé et a disparu dans une fente de la porte que je n'avais pas remarquée auparavant.

"Merde," criai-je en me sentant complètement exposé sans la pièce.

Le cliquetis de la pièce alors qu'elle tombait à travers ce qui devait être un système de tunnel élaboré m'a fait écho. J'avais envie de le chasser, de plonger dans les égouts à la recherche du trésor perdu mais dès que les bruits de la chute de la pièce s'arrêtèrent, la lourde porte s'ouvrit à l'intérieur. Un musc lourd m'a confronté à un mélange de bois de santal et d'une autre odeur qui m'était familière mais que je n'arrivais pas à situer. L'odeur m'attirait à l'intérieur comme l'odeur des biscuits fraîchement sortis du four attirait les enfants à la maison. Je me suis demandé un instant si j'allais réveiller Madame Ater mais j'ai entendu des bruits venant de l'intérieur. Je suis entré dans une grande pièce éclairée par de longues bougies noires qui gouttent et j'ai fermé la porte derrière moi. Les anciennes étagères en bois qui tapissaient les murs étaient régulièrement espacées autour de trois des murs avec un épais rideau séparant la pièce de l'autre côté. Entre les étagères se trouvaient de grands miroirs qui s'intégraient parfaitement entre le sol et le plafond. Les étagères étaient poussiéreuses et couvertes de petites bouteilles, de boîtes, de livres et de rouleaux ou de parchemin jauni. J'ai souri un peu à la petite bouteille avec l'étiquette tête de mort, me sentant stupide debout dans un endroit comme celui-ci dans mon boxer. Des respirations lourdes, des gémissements et des grognements venaient de derrière le rideau et ma curiosité a pris le dessus sur moi. Trouvant le bord du rideau, je l'ai ouvert d'un centimètre pour regarder derrière. Cette partie de la pièce était entourée de miroirs et éclairée par des centaines de longues bougies disposées autour de ce qui était un lit surdimensionné avec des draps en soie noire. Allongée sur le lit se trouvait l'une des belles stars du football avec Madame Ater assise sur son corps nu qui se levait et tombait sur son érection. Madame Ater était nue à l'exception d'un corset de cuir épais enroulé autour de sa taille. Les gros seins se déversaient et rebondissaient de manière hypnotique alors qu'elle continuait à s'empaler sur l'homme sous elle. Debout à côté d'elle, l'autre homme aux muscles ondulants nourrissait son érection dans la bouche d'Ater, ses lèvres rouges et épaisses le suçant et tirant sur lui alors qu'il se glissait en elle et hors d'elle. Ma bite sursauta et commença à gonfler à la vue du trio érotique.

« Quentin ! » dit Madame Ater avec excitation en se dégageant du montant à côté d'elle. Elle a continué à rebondir sur la bite sous elle pendant qu'elle parlait. « Je t'attendais depuis des heures. Je serai avec vous dans quelques instants… à moins que vous ne vouliez vous joindre à nous ? »

Mon érection a gonflé à pleine masse, soulevant mon boxer et jaillissant. "Je, euh..."

« Putain ouais », a crié l'homme sous Ater et je l'ai regardé se déhancher alors qu'il se vidait dans Ater.

Madame Ater gémit et trembla de plaisir d'être remplie de la semence de l'homme. Un instant plus tard, l'homme à côté d'elle qui avait commencé à lui caresser la bite a grogné de plaisir et a pulvérisé du sperme sur les gros seins d'Ater, elle s'est précipitée en avant pour prendre le bout de lui dans sa bouche et j'ai regardé pendant qu'il pulsait en remplissant sa bouche de sperme blanc épais . Quand il eut fini, les deux hommes se sont effondrés sur le lit alors que Madame Ater se levait, les yeux fermés, léchant ses lèvres pour les nettoyer. Elle a semblé briller pendant un moment puis a glissé facilement sur ses pieds et s'est dirigée vers moi.

Ses yeux méchants se sont ouverts et elle a commencé à me regarder de haut en bas avec avidité, se léchant les lèvres quand elle a vu mon érection.

" Dommage que vous n'ayez pas été un peu plus tôt ", ronronna Madame Ater.

"Je suis là maintenant!"

Elle sourit, se pencha et m'embrassa sur la joue. "Tu n'es pas pour moi, même si je suis sûr que tu serais délicieux."

« Êtes-vous une sorcière ? ai-je demandé alors que Madame Ater tirait une robe noire de derrière le rideau et glissait ses bras dans les manches. Elle a laissé la robe ouverte sans honte de ses seins exposés et de sa chatte nue qui dégoulinait maintenant de sperme le long de sa jambe.

"Une sorcière, non," dit-elle avec un sourire méchant. "Je suis quelque chose de beaucoup plus exotique."

"Exotique? Je ne comprends pas."

Madame Ater s'est rapprochée et le bout de mon érection s'est enfoncé dans son ventre. Elle a tracé le bout de son long ongle noir le long de ma joue en traçant ma mâchoire. Elle inspira profondément en fermant les yeux, semblant devenir euphorique par mon odeur.

« Vous êtes un innocent. Mais vous êtes sur le fil du rasoir.

"Innocent?"

Madame Ater se glissa loin de moi en gémissant comme si elle était en proie à l'extase. "Innocent comme un enfant. Je peux t'enseigner tout ce que tu veux savoir mais je ne peux pas te donner ce que tu cherches.

« Qu'est-ce que je cherche ? »

"Amour."

J'ai ri, "Je ne cherche pas l'amour."

« Vous pouvez vous tromper, Quentin, mais vous ne pouvez pas tromper Madame Ater. Vous cherchez la magie pour séduire celui que vous aimez.

J'ai dégluti difficilement alors que le beau visage flottait dans mon esprit, "Je ne me tromperais pas."

"Non," acquiesça Ater avec un sourire à pleines dents. "Elle t'aime aussi, mais tu cherches le sexe, pas son amour."

"Est-ce faux?"

« Non, mais comme je l'ai dit, vous êtes un innocent qui marche sur la ligne. L'amour est bon, le contrôle d'un autre est mauvais.

« Contrôle, comment pourrais-je la contrôler ? »

Les yeux de Madame Ater se plissèrent à ma question, "Peut-être devrais-je d'abord expliquer la magie." Elle se glissa autour de moi en touchant et en examinant divers objets sur les étagères. « N'importe qui peut se connecter à l'énergie qui nous entoure. L'énergie que vous appelez magie. Ceux qui étudient l'énergie peuvent s'y connecter et alors très peu de ceux qui peuvent s'y connecter peuvent la manipuler. Si vous choisissez de vous connecter à l'énergie uniquement dans le positif, comme la guérison ou la croissance naturelle, alors vous utilisez la magie blanche. Ceux qui utilisent l'énergie pour effectuer un changement contre nature utilisent la magie noire.

« Qui peut se connecter et utiliser la magie ? »

Madame Ater a gémi et s'est agrippée à son sein gauche à ma question : "Bonne question, quelques humains peuvent se connecter à l'énergie, mais le coût les dépasse souvent et ils ne durent jamais longtemps."

"Humains?"

Elle afficha à nouveau son sourire puis dit : « Oui, les humains. Vous voyez que toute magie a un coût et avec les humains, le coût est souvent le vieillissement prématuré. Lorsqu'ils réalisent le coût, ils passent souvent le reste de leur temps à puiser la force vitale des autres qui tentent de regagner leur jeunesse. Madame Ater a ri puis a dit en secouant la tête: "Ça ne marche jamais."

En prenant un petit crâne humain sur une étagère, Ater enleva une couche de poussière puis remplaça le crâne. Les créatures que vous appelez anges et démons sont liées à la magie elle-même. Si les anges utilisent la magie pour le bien, ils sont élevés dans leur connexion s'ils l'utilisent pour le mal, leur connexion à l'énergie est réduite. S'ils l'ont utilisé trop souvent pour le mal, ils deviennent des démons et sont torturés par la connexion jusqu'à ce qu'ils infligent de la douleur aux autres.

Avec Madame Ater dos à moi, je m'éloignai. Elle ne ressemblait pas à un ange pour moi, mais elle ne ressemblait pas non plus à un démon.

"Détends-toi Quentin, je ne suis pas un démon", a déclaré Ater sans se retourner. "Je suis quelque chose de plus exotique."

« Alors tu as dit, mais qu'est-ce que tu es ? »

Madame Ater s'agrippa aux étagères et gémit à ma question. Sa main libre trouva les lèvres lisses qui étaient encore enflées et glissa deux doigts à l'intérieur. Elle se masturba librement pendant plusieurs instants puis retira ses doigts et les plaça dans sa bouche et suça goulûment. En fredonnant joyeusement, elle m'a regardé avec des yeux brillants et a dit : « Tu es vraiment ma préférée. Je n'ai aidé que quelques innocents auparavant, mais vous êtes absolument délicieux.

Je me suis éloigné d'elle en tournant le dos à la porte et j'ai demandé à nouveau : « Qu'est-ce que tu es ? »

Le corps d'Ater trembla et un épais filet d'humidité s'écoula entre ses lèvres avant qu'elle ne réponde. « Ma mère était le produit de l'amour entre un homme et un ange, mon père était un démon. Cela me donne le nom unique de succube. Je suis connecté à la fois à la magie blanche et noire. Ma malédiction est mon plaisir.

Quand je suis allé parler, Madame Ater s'est déplacée soudainement et a couvert ma bouche avec sa main, « Silence ! Vos paroles me torturent. Vous voyez à la fois comme un ange et un démon, je suis obligé d'aider ceux qui sont dans le besoin et de punir ceux qui blessent les autres et à cause de ma création, je recherche ces défis dans les connexions physiques des autres.

Je ne pouvais pas parler mais pensai au mot sexe et Ater hocha la tête : « Oui, le sexe. Le paradis et l'enfer peuvent être trouvés dans l'acte d'amour. La passion de deux amants enrichit tous les deux et la copulation forcée d'un autre les détruit tous les deux.

Mon récent fantasme m'a traversé l'esprit et Ater a gémi : « Oui, ce que vous cherchez, c'est les deux ; la lame du rasoir."

En lisant à nouveau dans mes pensées, Ater s'est éloigné et a dit: "Je vais vous aider parce que je suis neutre. Peu importe le chemin que vous choisissez, je gagne. Si tu choisis le mal tu finiras dans mon lit si tu marches sur le chemin du bien alors ceux qui cherchent à te blesser finiront par me faire plaisir. Vous voyez, aider un innocent est délicieux.

« Mes mots te font plaisir ? Les gémissements soudains d'Ater furent ma réponse. « Que m'arrive-t-il si j'utilise la magie pour ce que je veux ? »

Madame Ater pinça ses tétons avec un large sourire, "La magie a un prix." Tirant le rideau, elle révéla les deux jeunes stars du football allongées sur le grand lit. Ils avaient tous les deux visiblement vieilli de plusieurs années. Quand je les ai vus dans le restaurant, ils avaient tous les deux l'air d'avoir une vingtaine d'années et maintenant les deux hommes avaient des lignes grises et des rides sous les yeux. Si je les avais rencontrés aujourd'hui, j'aurais deviné qu'ils étaient dans la mi-trentaine ou au début de la quarantaine.

« Merde, qu'est-ce qu'ils ont fait pour mériter ça ? »

Le regard de Madame Ater est devenu féroce à la question: "Ils n'étaient pas innocents et sont punis pour avoir infligé de la douleur à quelqu'un qui était innocent."

« Là-bas, la punition était un plan à trois avec une succube fumante ? »

Avec un gémissement profond et un volet, Ater est venu dur à mes mots. D'épais jets de liquide jaillissaient de sa chatte ouverte. Elle s'agrippa vigoureusement à son entrejambe, palpant à nouveau le plaisir de son corps. Une fois qu'elle s'est remise du plaisir non provoqué, elle a dit : « Mauvais garçon. Nous devons nous dépêcher avant que je perde ma volonté et que je prenne votre innocence. Ses mots étaient lourds de désir.

Quand j'ai commencé à poser une autre question, Madame Ater a crié : « Silence ! Tu ne comprends pas la douleur que tu me fais quand tu parles. Je connais vos pensées, alors demandez simplement dans votre esprit.

« Puis-je utiliser la magie ? »

« Peut-être avec beaucoup d'entraînement ou si l'un de vos ancêtres était doué, mais ce processus est lent et incertain. Ceux d'entre nous qui peuvent utiliser l'énergie sont souvent soudoyés par ceux qui ne le peuvent pas. Je peux manipuler l'énergie pour vous ou vous donner l'un des nombreux objets ici que j'ai collectés auprès d'autres. Certains minéraux peuvent stocker de la magie et la libérer plus tard.

Mes yeux se posèrent sur une petite bague en argent juste au-dessus de l'épaule d'Ater. "Oui, oui," dit-elle en lisant mes pensées. « Cela vous donnerait les capacités que vous recherchez, mais il a été créé par mon père et je ne lui ferais pas confiance. Maintenant, enlevez votre boxer pour que je puisse bien vous voir. »

J'ai agrippé le fin tissu sur mon érection encore dure dans une légère panique. "Je ne cherche pas ton innocence aujourd'hui garçon, j'ai juste besoin de voir avec quoi je dois travailler."

Quand j'ai essayé un autre pas en arrière, Ater a dit: "Très bien", puis a claqué des doigts sur sa main gauche. Une force invisible a secoué mes bras en l'air et m'a soulevé à quelques centimètres du sol. Mes jambes ont été écartées et épinglées de sorte que j'étais absurdement étirée dans les airs. Avec un autre claquement de doigts, j'ai senti une chaleur désagréable à mon entrejambe et j'ai vu dans l'un des miroirs mon boxer brûler, me laissant complètement exposé à Madame Ater. Mon érection s'est levée et a pulsé, pointant directement dans l'air froid.

Madame Ater a souri à mon érection et s'est léché les lèvres, "Très gentil, très gentil." Elle fit claquer sa langue alors qu'elle m'encerclait en passant un doigt sur la peau exposée et sensible. « Vous avez de nombreuses fonctionnalités intéressantes, un petit ajustement est nécessaire. »

Avec un long doigt et des mots murmurés, Madame Ater a tracé une ligne le long de ma colonne vertébrale. Le son strident de ma colonne vertébrale qui bouge et grandit a noyé mes pensées. Quand il s'est arrêté, j'ai senti que la courbe de ma colonne vertébrale s'était redressée et j'ai vu la même chose dans les miroirs.

"Oui, oui", a déclaré Ater, manifestement satisfaite de son travail. Elle se tenait devant moi en tapotant un ongle sur des dents pointues. "Peut-être un peu de muscle." Elle a ensuite passé un ongle sur mes biceps et mes abdominaux. La brûlure soudaine d'un millier de séances d'entraînement a déchiré mes fibres musculaires puis s'est recousue en quelques secondes. Mes yeux sont devenus flous à cause de la douleur et j'ai crié, mais quand ma concentration s'est éclaircie, le résultat était incroyable. Les sections divisées de mes abdominaux étaient bien formées et approfondies à chaque respiration que je prenais. Mes épaules étaient plus larges et mes biceps s'étiraient bien contre la chair pâle.

"Très bien, et vous semblez n'avoir aucun problème d'endurance", a déclaré Madame Ater en désignant l'érection que j'avais depuis que je l'avais rencontrée, elle et les deux hommes. D'un brusque mouvement saccadé, elle tomba à genoux et agrippa la hampe de ma bite.

"Putain," criai-je à la sensation soudaine de doigts qui n'étaient pas les miens sur ma bite.

"Ne me tentez pas", a déclaré Madame Ater avec son visage à quelques centimètres de ma bite. C'est alors que je la regardais en train de caresser ma bite que j'ai remarqué les petites cornes argentées dépassant juste au-dessus de la racine de ses cheveux à travers les épais cheveux noirs. Sa peau avait pâli et avait viré au rouge cramoisi. Ses dents étaient pointues et sa langue était fine et fourchue. La transformation était à la fois terrifiante et érotique. Elle était devenue plus belle et en même temps pas humaine.

Madame Ater, a continué à caresser ma bite pendant qu'elle se doigtait la chatte. J'étais impuissant à l'arrêter et je n'étais pas sûr que je le ferais même si je le pouvais.

"C'est mauvais, je suis mauvais", gémit Ater alors qu'elle se glissait en avant et posait ma bite sur son visage. Faire glisser sa langue pour goûter mes couilles a fait couler un épais précum sur son front. Madame Ater sursauta et sauta comme si le liquide la brûlait. "Je ne peux pas", a crié Ater en se levant à nouveau. Avec un mouvement de son index, elle a pris le précum de son front et l'a placé de manière séduisante dans sa bouche.

« Mmm, tu es délicieux Quentin. Tu as une belle bite aussi, pas besoin de changer ça. Cul mignon et grand. Y a-t-il autre chose que vous voudriez que j'ajuste ? » Avec un coup d'œil momentané dans mes yeux, elle a lu dans mes pensées et a accepté. "Oui bien sûr. Pas quelque chose que j'ai remarqué mais assez facile à corriger. Une fois de plus, elle a tracé un doigt sur une partie de mon corps, cette fois c'était mon nez et j'ai senti et entendu le pop alors que l'arête de mon nez se redressait.

Je suis presque tombé à genoux lorsque la magie me liant à l'air s'est libérée, j'ai trébuché en avant et j'ai reculé d'un pas.

Madame Ater siffla à mes mots et fit glisser la robe de ses épaules, révélant la longue queue épaisse qui dépassait de son dos juste au-dessus de ses fesses. « Le coût est à moi et je l'ai payé. Maintenant, vas-y, je dois me nourrir… à moins que tu ne veuilles rester et jouer. Le cul sexy de Madame Ater se déplaçait d'un côté à l'autre alors qu'elle retournait vers les deux hommes dans son lit. Les mots étaient séduisants et je caressai ma bite à la vue de son corps nu. Les deux hommes se sont réveillés et ont travaillé sur leurs érections alors qu'elle se glissait dans le lit avec eux. En quelques instants, ils s'étaient glissés dans sa chatte et sa bouche ruisselantes et la martelaient, soit inconscients de son changement, soit ne se souciant pas qu'elle soit une succube.

Avec beaucoup d'effort, j'ai fermé les rideaux pour que seuls les bruits de baise rapide et bâclée puissent être entendus et je me suis tourné pour partir, alors que l'éclat de la bague en argent a attiré mon attention et je me suis approché pour voir l'intérieur ** *********ion sur le parchemin jauni en dessous. Beaucoup de mots ont été écrits dans une langue que je n'avais jamais vue, mais les trois derniers étaient clairs et disaient Ring Of Wishes. J'ai hésité à le prendre en me demandant si Ater lisait toujours dans mes pensées. Quand elle gémit bruyamment à cause de ce qui était manifestement un orgasme, j'arrachai la bague et le parchemin et me dirigeai vers la porte. J'avais prévu de rentrer chez moi en courant pour éviter d'être vue nue, mais alors que je passais sous l'arche de pierre, mes genoux sont entrés en collision avec le bord de mon lit et je suis tombée violemment, la tête la première dans le matelas.

-----------------

J'ai écrit cette histoire pour le plaisir et j'espère qu'elle vous plaira. Prochains chapitres à venir. Si vous aimez mes histoires, vous pouvez m'aider à me soutenir en achetant mes livres sur Amazon. Mon nom d'écrivain est T. R. Dixxon pour la romance hétéro et H. R. Dixx pour Gay and Bisexual. Merci encore et s'il vous plaît envoyez-moi vos suggestions pour les histoires futures.

Articles similaires

Une fille apprend sa leçon

Retournant péniblement vers les écuries, Katy se demanda si ce travail en valait vraiment la peine. Elle avait fait une longue marche et maintenant il commençait à pleuvoir. Elle allait être trempée dans le dernier kilomètre. Elle a tiré sur la laisse du chien et a commencé à courir vers la ferme et le refuge. Elle travaillait à l'école d'équitation depuis six semaines maintenant et les vacances d'été étaient presque terminées. C'était son début la semaine dernière. Le travail n'était pas très bien payé, mais Mme Johnson, la propriétaire de l'école d'équitation, a permis à Katy d'y garder son propre cheval...

224 Des vues

Likes 0

Repousser les limites.

J'étais marié à Tina depuis 3 ans. Dès le début, elle m'a surpris avec les jeux auxquels elle jouait. Au début, c'était simplement entrer dans le salon nue en sachant à quelle heure du jour ou de la nuit je serais immédiatement excitée et je la baiserais. Elle le fait parfois quand la télé était allumée et que je regardais mon émission de télé préférée. Elle a dit qu'elle voulait voir si elle comptait plus pour moi qu'une émission télévisée idiote. Juste pour s'assurer que j'étais distrait, elle insistait pour que je m'allonge sur le sol et elle s'asseyait sur mon...

358 Des vues

Likes 0

Ma sœur, ma femme et ma belle-mère

Moi et ma sœur Sally nous baisions depuis quelques années et pour que ce soit moins évident pour les autres, nous étions en train de baiser. chatte pour s'assurer qu'elle n'était pas mouillée ou collante. Nous avions commencé à expérimenter le bondage avec moi en lui donnant un fouet et en la giflant, nous avions toute une collection de jouets, je l'appelais souvent ma salope ; ma sœur ferait tout ce que je voulais qu'elle fasse. Je préférais une fille plus grande alors j'ai dit à Sally de prendre du poids, nous avons également essayé un club M&S et ma sœur...

515 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses frappant mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis, même les plus âgés, enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent et mes longs...

293 Des vues

Likes 0

Extraits de ma vie

Extraits de ma vie -- Ado travestie Je m'appelle Melvin ou Mel en abrégé, sauf quand je m'habille en fille et que je m'appelle Melani. J'ai 14 ans, je vis avec ma mère célibataire et je profite de mes étés car je n'ai rien à faire à part poursuivre ma passion, le sexe. Il y a trois choses que j'aime faire et je ne peux pas dire que je préfère l'une ou l'autre. J'aime la sensation d'une bite dure dans mes mains et ma bouche ; J'aime sentir une chatte chaude et humide saisir ma langue et j'aime m'habiller comme une...

97 Des vues

Likes 0

Libre d'esprit (03).. Quinze (1997)

Cette histoire se poursuit à partir de l'ANZAC Day 1997, alors que je venais d'avoir 15 ans. J'étais allongé dehors, très douloureux et sensible ; jusqu'à ce que je décide d'entrer et de rejoindre les autres. J'ai trébuché en essayant de marcher. C'était si j'avais chié mon pantalon même si je ne portais aucun vêtement. Le salon était sombre et vide alors j'ai attrapé une couverture ; reposé sur le canapé et s'endormit. Il devait être 6 ou 7 heures du matin quand je me suis réveillé ; quelques-uns des gars étaient déjà debout et fumaient des bangs. Je me sentais...

299 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

410 Des vues

Likes 2

Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut. Oooohh putain, mmmmm. elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais...

301 Des vues

Likes 0

Un autre invité de bienvenue 11

Dieux grecs -------------- Zeus - Roi des dieux grecs Héra - Reine des dieux grecs, sœur et épouse de Zeus Hadès - dieu des enfers, frère de Zeus Poséidon - dieu de la mer, frère de Zeu Déméter - déesse de la moisson et de la fertilité de la terre, sœur de Zeus Aphrodite - Fille de Zeus et Dione, Déesse de l'amour, de la beauté et de la sexualité Artemis - Fille de Zeus et de Léto, déesse de la chasse, de la lune et de la chasteté Athéna - Fille de Zeus et de Métis, déesse de la sagesse...

204 Des vues

Likes 0

L'homme d'entretien 2

L'homme d'entretien 2 -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------- Mark s'est réveillé le lendemain avec une sensation étrange, sa bite baignait dans une sensation de succion chaude et humide, c'était merveilleux contrairement à tout ce qu'il avait jamais ressenti. Puis soudain, il eut un sentiment semblable à celui d'avoir à pisser. Sans trop y penser car il pensait que c'était un rêve, il replongea plus profondément dans le sommeil. En s'éveillant quelques heures plus tard, Mark regarda Nissie, c'est quoi ce bordel ? !!!!! elle était complètement nue ! Mark se précipita hors du lit et essaya de ne pas regarder la femme nue...

150 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.