L'extraction

254Report
L'extraction

L'EXTRACTION - O_o histoires


C'était un samedi matin et j'étais chez moi après une fête d'anniversaire entre amis. J'étais parti à une heure, parce que les gens avaient commencé à jeter de la nourriture et des bouteilles vides partout. Je me sentais somnolent. J'en avais trop mangé moi-même et je voulais juste rentrer à la maison. En passant devant le supermarché local, j'ai traversé la rue principale. Il y avait une camionnette blanche garée à quelques pas devant moi. Le réverbère au-dessus clignotait et me faisait pleurer dans la pénombre. Alors que je passais devant la camionnette, le moteur a démarré et la porte latérale s'est ouverte. Deux paires de mains m'ont attrapé et m'ont tiré à l'intérieur. J'ai essayé de me libérer mais cela n'a servi à rien. J'étais trop fatigué pour faire quoi que ce soit. Je viens de voir les deux personnes qui m'avaient tiré de la rue avaient des masques et de longues capes. Puis j'ai ressenti une vive douleur à l'arrière de la tête et je me suis effondré. La dernière chose que j'ai entendue était un rire de femme.

Quand je me suis réveillé, je ne savais pas où j'étais. J'ai essayé de bouger, mais j'ai remarqué que ma main et mes pieds étaient liés par des cordes. J'avais été attaché en forme d'étoile sur une grande surface semblable à un matelas. En regardant en bas, j'ai vu que j'étais nu. J'ai essayé de me souvenir de ce qui s'était passé plus tôt. Juste à ce moment-là, alors que le souvenir de l'enlèvement revenait, les 3 femmes sont entrées par une porte à ma droite. Alors que mes yeux s'habituaient à la pénombre, j'ai réalisé que j'étais allongé au milieu d'une très grande pièce. Cela ressemblait un peu à une sorte de hall de stockage.

Les femmes sont venues vers moi. Ils avaient enlevé leurs masques et maintenant je pouvais les voir correctement. Tous portaient de longues robes de cuir noir. Alors qu'ils se rapprochaient, j'ai vu que l'une était blonde, l'une avait visiblement teint ses cheveux en noir le plus foncé et la troisième avait des cheveux roux flamboyants.

Alors la femme aux cheveux noirs parla.
>> Nom ? <<, demanda-t-elle d'un ton autoritaire.
>> Je ne vous le dis pas ! <<
>> Eh bien, ça n'a pas vraiment d'importance, n'est-ce pas ? <<, dit-elle paresseusement. >> Les personnes pour qui nous travaillons ont besoin de certains… échantillons. Échantillons de sperme. Le problème est que les échantillons doivent également être achetés sous certaines conditions. Nous avons déjà injecté la plupart des drogues, mais il faut en avaler une et nous ne pouvons pas le faire avec vous inconscient, n'est-ce pas ? <<

>> Qu'est-ce que tu m'as donné ?! <<, ai-je demandé férocement.
>> Rien de spécial. Nous avons injecté des suppléments pour agrandir vos testicules et votre pénis, pour augmenter votre production de sperme et des médicaments supplémentaires augmentant la fréquence cardiaque et la pression artérielle. Cette dernière ici… <<, elle ramassa une petite fiole sur une table. >> … Est une invention spéciale de la nôtre. Cela diminue votre sens du libre arbitre, vous rendant ainsi plus… utile. <<

Elle s'est approchée de moi en débouchant la fiole.
>> Buvez ceci. Si vous refusez, nous vous ferons du mal. <<, dit-elle doucement. Je n'ai pas osé désobéir, alors j'ai bu le liquide amer en quelques gorgées.
>> Il faudra un certain temps pour faire effet. <<, dit-elle et s'assit sur une simple chaise à côté de moi.
La femme blonde s'assit de l'autre côté, tandis que la rousse installait des caméras tout autour du matelas. Après quelques minutes, j'ai commencé à me sentir un peu plus détendu. J'ai complètement oublié que j'avais été kidnappé et j'ai regardé les femmes qui m'entouraient avec un intérêt poli.

>> D'accord, <<, dit la femme blonde. >> Le médicament fait effet. Nous allons maintenant raser vos parties génitales pour nous permettre un meilleur accès et faciliter la tâche de notre machine à traire. << Cela ne m'a pas du tout dérangé. J'ai juste hoché la tête en signe d'accord. La blonde et la rousse s'assirent entre mes jambes. La rousse agrippa ma hampe qui se raidit, tandis que la femme blonde sortit un rasoir et de la mousse.
>> Il fait assez chaud. <<, dit-elle en desserrant la ceinture de sa robe. Alors qu'il tombait de ses épaules sur le sol, le haut de son corps m'était exposé.

Elle portait un corset en latex noir qui lui paraissait trop petit et le haut de ses seins était bombé. Elle ajusta le col en dentelle autour de son cou et retourna à son travail. Tout d'abord, les femmes ont recouvert ma bite désormais dure comme de la pierre de mousse à raser, puis ont commencé à passer lentement le rasoir de haut en bas. Après avoir nettoyé les côtés, ils ont également rasé au-dessus et en dessous de mon pénis jusqu'à mon anus, qu'ils ont également débarrassé de leurs poils.

La femme aux cheveux noirs resta assise avec un sourire satisfait sur le visage. Lorsque les deux autres femmes eurent fini, elles commencèrent ce qu'elles appelaient « le processus de traite ». Pour cela, ils ont apporté un gros engin sur roues. Ils l'ont manœuvré entre mes jambes et ont attaché des sangles autour de mes jambes, limitant encore plus mes mouvements. Ils ont insisté sur le fait que c'était nécessaire, car l'orgasme qui déclencherait l'expulsion du sperme dans la machine pouvait prendre jusqu'à vingt secondes et libérer ainsi des contractions extrêmes de mes muscles. La rousse a huilé ma bite et y a apporté un tube en plastique. La blonde a allumé la machine et le tube s'est aspiré sur mon pénis. J'ai haleté dans un mélange de douleur et de plaisir alors que le « traiteur » aspirait et relâchait ma bite dans un mouvement de haut en bas.
>> Augmentez le niveau. <<, commanda le rouquin et l'engin intensifia son emprise et sa vitesse. >> Préparez-vous à traire !! <<

Et puis, alors que la machine enregistrait la première contraction de mes muscles, la blonde l'a monté au plus haut niveau. J'ai atteint le point de non-retour et j'ai connu un orgasme si intense que j'étais en danger de m'évanouir. Flux après flux de sperme tiré à travers le tube et dans le « traiteur ». J'ai crié de plaisir et les femmes ont ri en regardant spasme après spasme de plaisir rouge vif traverser mon corps. 5 secondes, 10 secondes, 14 secondes mon orgasme a duré. Et la machine m'a aspiré jusqu'à la dernière goutte de liquide séminal.

Lorsque la machine a été éteinte et que ma bite s'est libérée du tube, je l'ai sentie. Comme si mes couilles avaient été aspirées à sec, une sensation de douleur sourde, de plus en plus forte, se répandit à travers elles et autour de ma hampe. J'ai gémi et les femmes se tenaient au-dessus de moi en gloussant comme une fille. >> C'est le prix à payer pour le plaisir. << La blonde dit. >> Nous reviendrons dans une heure pour répéter. Ils ont éteint les caméras et m'ont laissé dans ma misère.




Après quelques minutes, la douleur est devenue lentement plus supportable et a commencé à s'estomper alors que je sentais mes boules gonfler lentement pour revenir à leur taille normale et au-delà. Ils semblaient produire de nouveaux spermatozoïdes à grande vitesse grâce aux médicaments. Je me suis demandé à quoi servaient les échantillons et à ce moment-là, la femme blonde est rentrée dans le hall.
>> La prochaine extraction nécessite un certain état mental. Nous avons trois phases. La situation normale, situation après soumission et situation après contact amoureux. Ce que vous venez d'assister, c'est l'extraction après une situation normale. J'ai l'honneur de créer une atmosphère de soumission. <<

Elle portait toujours son corset. J'ai remarqué les cuissardes en latex qu'elle portait aussi et j'ai senti la tension monter dans ma bite. Elle ouvrit le chignon dans lequel elle avait attaché ses cheveux et il tomba au-delà de ses épaules. Ses longues jambes étroitement couvertes par le matériau brillant se déplaçaient gracieusement vers moi. La femme à laquelle ils appartenaient m'a enjambé d'une jambe et m'a fait face.
>> Vous obéirez à tous les ordres que je vous donnerai. Tu m'appelleras ta maîtresse et tu es à ma merci ! <<

Elle s'est retournée, ses cheveux blonds flottant et s'est agenouillée sur mon visage. Ses mains ont trouvé le slip en latex qu'elle portait et l'ont tiré d'un côté sur sa fesse. Maintenant, sa chatte et son trou du cul n'étaient qu'à quelques centimètres de mon visage. L'odeur de son sexe me rendait folle et ma bite était maintenant plus dure que jamais. Elle gloussa en voyant mon érection jaillir et commença à masser les lèvres de sa chatte avec sa main. J'ai juste levé les yeux et j'avais envie de lécher ou au moins de toucher sa féminité, mais j'étais toujours attachée au matelas. Sa main disparut une seconde et réapparut ruisselante de salive. Elle fit courir ses doigts de haut en bas de ses lèvres intérieures et se précipita sur son clitoris toutes les quelques secondes.

>> Dites que vous aimez ce que vous voyez !! <<, a-t-elle commandé et j'ai hoché la tête et exprimé mon approbation.
>> Voudriez-vous me toucher ? <<, demanda-t-elle, sa respiration devenant plus profonde de minute en minute.
>> Oui, j'aimerais beaucoup ! <<
>> Je croyais qu'on était d'accord que j'étais ta maîtresse ! <<
>> Je suis désolé. Je veux dire que j'aimerais beaucoup vous toucher, maîtresse. <<
Elle s'est contentée de rire et a dit : >> Eh bien, j'ai peur que ce ne soit pas possible… <<

Sa chatte gonflait lentement et commençait à sécréter son propre jus. Elle gémit et accéléra le pas. À présent, je la suppliais de ne s'abaisser que de quelques centimètres de plus pour que je puisse goûter sa chatte. Elle a juste ri cruellement et m'a ordonné de le mendier. J'ai vu une goutte de jus se former au fond de sa chatte. Il coulait dans sa fissure et j'avais les yeux fixés dessus. Il devenait de plus en plus gros et était sur le point de couler sur mon visage. Elle baissa les yeux et me vit ouvrir grand la bouche. Elle serra ses lèvres et se procura plus de son doux nectar. Elle s'est connectée à la gouttelette déjà existante et est tombée sur ma langue implorante.

>> Quel goût ai-je ? <<, a demandé ma maîtresse en me regardant.
Au début, ça n'avait pas vraiment le goût de quoi que ce soit. Peut-être légèrement amer. Mais comme c'était le jus de chatte d'une femme merveilleuse, il avait un goût délicieux et sucré.
>> Excellent, maîtresse. <<, ai-je répondu.
>> Bon garçon. <<, a-t-elle dit et a continué à se masturber dans mon visage. Elle gémit et grogna de plaisir. Ses fluides continuaient de s'écouler et de descendre dans ma bouche. J'ai perdu la capacité de penser correctement et j'ai été réduit à un pur instinct animal. J'haletais de plaisir croissant, mais je n'arrivais pas à jouir.

>> S'il vous plaît, touchez-moi, maîtresse ! <<
>> Oh non, je ne le ferai pas. Vous ne méritez pas le plaisir ! <<
Elle a plongé ses doigts dans son trou d'amour humide et a commencé à les faire glisser dedans et dehors, gémissant. Je pouvais dire qu'elle était proche de l'orgasme. Sans prévenir, elle s'est laissée tomber sur ma bouche et m'a ordonné à bout de souffle de la lécher.

>> Faites-moi jouir !! Léchez aussi fort que vous le pouvez ou payez le prix !! *ooooohhh* Ne t'arrête pas !! Plus fort!! Plus rapide!! *aaaaaaahh* Juste comme ça !! <<
Mon but était de plaire à ma maîtresse. J'ai obéi et j'ai bave partout sur sa chatte. J'ai léché entre ses lèvres et jusqu'à son clitoris. Elle gémit plus fort et poussa un petit cri de plaisir alors que je glissais ma langue dans son trou. Se balançant d'avant en arrière, elle a glissé sur mon visage en laissant une traînée de liquide du haut de mon front au bas de mon menton. Quelques secondes plus tard, elle leva ses fesses et se remit à se taper la chatte encore plus fort qu'avant.

>> *aaaaaaahh* OUI ! OUI! OUI! << cria-t-elle. >> Je jouis !!! <<
Elle se cambra et frissonna d'extase silencieuse. Un jaillissement de jus d'amour s'est déversé de sa fente et sur mon visage. Elle s'effondra sur ma poitrine et haleta, tremblant toujours.
>> Merci maîtresse. <<, dis-je dans l'espoir qu'elle m'aide à jouir en retour.
Mais elle est juste descendue de moi et s'est éloignée, réajustant son slip et secouant son cul d'un côté à l'autre d'une manière inutilement séduisante.

Ma bite me faisait encore mal. J'étais tellement excitée que le moindre contact avec mes parties génitales aurait déclenché l'orgasme. J'ai lutté contre mes contraintes en désespoir de cause, mais elles étaient trop serrées. Un instant plus tard, les trois femmes revinrent avec la machine à traire. J'étais bien plus heureux de le voir que la première fois qu'ils l'avaient amené. La blonde chuchotait aux deux autres et ils riaient tous ensemble en me regardant. Je me sentais dégradé et utilisé, mais j'étais encore trop excitée pour m'en soucier.

Après avoir attaché le tube en plastique à ma bite pour la deuxième fois, je suis venu après seulement quelques secondes. L'orgasme était hallucinant. J'ai tremblé si violemment qu'une des sangles de retenue s'est déchirée et les femmes ont dû maintenir ma jambe gauche. Ils ont failli renverser l'une des caméras dans le chaos. Le processus a pris un total de 18 secondes pendant lesquelles j'ai crié et me suis tordu comme si j'étais torturé. J'étais tellement épuisé que je ne les ai même plus remarqués quittant la salle. Je restais allongé là, haletant, aspiré une fois de plus.





J'ai entendu des échos de talons se déplaçant sur le sol du couloir. J'ai levé les yeux et j'ai vu la rousse marcher vers moi, complètement nue à l'exception d'une paire de bottes en cuir rouge foncé qui lui montaient jusqu'aux genoux. Elle se tenait juste au pied du matelas et me laissait admirer la vue. Elle était belle avec ses longues jambes et sa poitrine légèrement plate. Ses hanches et ses épaules avaient une forme parfaite et sa silhouette était celle d'un ange. Elle avait de longs cheveux ondulés et alors qu'elle s'approchait, je pouvais voir qu'elle s'était rasée de près, à l'exception d'un triangle de poils au-dessus de son vagin.

>> C'est la phase 3. <<, dit-elle d'une voix douce.
>> Qu'est-ce que c'était déjà ? <<, ai-je demandé.
>> Allongez-vous et détendez-vous et vous pouvez m'appeler Sabrina. <<
Elle a vérifié pour voir si toutes les caméras étaient éteintes, puis s'est approchée.
Sabrina se pencha sur moi et s'allongea sur ma poitrine en frottant son corps contre le mien. Nos regards se croisèrent et elle baissa la tête. Elle n'était plus qu'à quelques centimètres de mon visage et nous nous sommes inspirés l'un de l'autre. Ses grands yeux marrons regardaient droit dans les miens alors que nos lèvres se touchaient.

Le goût de sa salive frappa ma langue et nous nous embrassâmes. Ses lèvres charnues caressèrent lentement les miennes. Elle a passé ses mains dans mes cheveux et nous avons gémi. Elle s'est ouverte en m'invitant à entrer. J'ai lentement glissé ma langue entre ses lèvres rouges et j'ai exploré l'intérieur de sa bouche chaude et douce. Nous avons échangé le rôle d'« explorateur » et avons passé ce qui nous a semblé être des heures à lécher et à sucer passionnément le temps.

Elle leva alors la tête et écarta ses cheveux de son visage. Lentement, Sabrina lécha ma poitrine, puis descendit, descendit, descendit. Elle soupira et je sentis ma bite entrer au paradis. Elle lécha le bout puis abaissa lentement sa tête sur ma hampe, l'engloutissant entièrement. Elle est restée comme ça pendant quelques secondes puis a refait surface pour continuer à faire plaisir à mon gland. Je gémis bruyamment et Sabrina gloussa de satisfaction. Elle leva les yeux et se lécha les lèvres. Aucun mot n'était nécessaire pendant que nous échangeions notre souhait silencieux. Elle a placé ses genoux de chaque côté de mes hanches et a attrapé mon pénis en me guidant vers son entrée.

Elle écarta les lèvres de sa chatte avec ses doigts et laissa ma bite pousser contre eux. Une forte inspiration suivit un gémissement d'anticipation. Elle ferma les yeux et s'abaissa lentement sur ma virilité. Très lentement, Sabrina a déplacé son corps de haut en bas, en faisant des mouvements circulaires avec ses hanches. Elle se laissa tomber en avant et agrippa fermement le haut de mon corps avec ses bras qu'elle avait placés sous moi. Nous avons continué à nous embrasser et à baiser lentement et intensément. Je voulais que cela ne s'arrête jamais et cela a en effet semblé durer au moins 2 heures.

Au fil du temps, notre respiration est devenue plus rapide. Nos gémissements sont devenus plus forts. Notre vitesse a augmenté. Nos limites ont été atteintes. Nos orgasmes déchiraient nos corps enlacés. Nos cris résonnaient dans nos oreilles. J'avais éjaculé en elle et alors qu'elle soulevait ses hanches, mon sperme s'égouttait d'elle.
>> *oooooh* merci ! <<, dit-elle.
>> Th… merci Sabrina ! <<, j'ai bafouillé.
Puis elle rit doucement :
>> J'ai abusé. Mon travail consistait à vous faire sentir passionné et aimant et vous préparer à la dernière extraction. Tu n'étais pas censé jouir. Il faisait bien trop chaud pour interrompre cependant. C'était trop bon !! <<, elle se pencha sur moi et me donna un autre baiser profond.
>> S'il vous plaît, ne le dites pas aux deux autres. Faites comme si nous nous étions arrêtés avant que vous n'atteigniez l'orgasme. <<
J'ai hoché la tête et elle est partie, laissant une traînée de sperme dégoulinante derrière elle.

J'ai été réveillé lorsque le tube a été forcé sur ma bite pour la troisième fois. J'ai souri à Sabrina et elle m'a rendu mon sourire. C'était la dernière chose dont je me souvenais car je m'étais évanoui seulement 3 secondes plus tard. Sabrina m'a dit après avoir repris conscience que mon orgasme avait duré 22 secondes.
>> La quantité de sperme n'était cependant pas aussi importante. <<, dit-elle et se tourna vers les deux autres :
>> Les médicaments doivent s'estomper à nouveau. <<. Elle me fit un clin d'œil alors qu'ils sortaient tous.

Je me demandais simplement ce qui allait se passer ensuite, lorsque la porte du hall s'ouvrit à nouveau. C'était la femme aux cheveux noirs. Elle s'avança vers moi et enleva sa cape, révélant son corps. Elle portait un corset semblable à celui de la blonde. Celui-ci n'a cependant pas couvert la poitrine de son propriétaire. Des seins massifs avec de gros mamelons raides brillaient d'huile sur laquelle la femme se frottait maintenant. Elle aussi portait des cuissardes en latex, mais rien pour couvrir sa chatte. Elle l'avait complètement rasé. Elle était bien plus grosse que les deux autres. Elle avait des cuisses et des hanches plus épaisses et d'après ce que j'ai vu de ma position allongée, son cul était énorme. Son corps dépassait du corset et des bottes.

>> Les deux autres ont terminé les phases nécessaires aux extractions. Maintenant, je suis ici pour vous utiliser pour ma juste part de plaisir. <<
J'étais excité comme l'enfer de toute façon donc je ne me suis pas plaint. Elle s'est tenue à côté de moi et a pratiquement vidé la bouteille d'huile sur moi. Elle s'est ensuite positionnée sur moi comme la blonde l'avait fait et a frotté son cul exposé sur mon corps, couvrant ainsi son cul et moi-même avec l'huile.
Elle s'est retournée et a laissé ses seins tomber sur mon visage. Et à nouveau, elle a frotté son corps sur le mien en se couvrant d'huile.

>> Ici. <<, dit-elle en baissant ses seins. >> Sucez-les. Juste au moment où je levais la tête pour les atteindre, elle s'est retirée de ma portée en riant. Elle n'arrêtait pas de s'approcher et de se retirer, jouant avec moi. Elle a attrapé l'un de ses énormes melons et l'a giflé sur mon visage. Puis elle s'est assise sur mon ventre et a commencé à jouer avec ses mamelons. Elle a soulevé ses seins par eux et les a ensuite laissés retomber sur sa poitrine.

Elle s'est retournée et a sorti son énorme cul luisant. >> Léchez !! <<, ordonna-t-elle et je tirai la langue pour lui lécher le cul. Elle bougea ses fesses d'un côté à l'autre pour que les deux joues aient leur tour. Puis elle a claqué son cul sur mon visage.
>> J'ai dit LÉCHER !!! <<, cria-t-elle et je lui léchai et suçai la chatte. Ses lèvres étaient charnues et avaient une couleur brunâtre qui contrastait beaucoup avec son corps pâle. Un flot d'huile et de jus de fille coulait le long de ses fesses et de ses jambes. J'ai remarqué qu'elle avait un piercing à travers son clitoris.

>> Laissez-moi goûter un peu de ça ! <<, dit-elle, se retourna et se pencha sur mon visage. Elle avait le même noir foncé de ses cheveux pour le maquillage. Elle a tiré sa langue, qui a également été percée et léchée sur mon visage. De haut en bas, elle a siroté son propre jus et a ri.
>> Hummmh, délicieux !! <<, s'exclama-t-elle. Son comportement maniaque m'a fait tellement chaud.
>> Je pense que je vais vous donner une petite récompense pour avoir été un si bon garçon ce soir. <<
Elle se retourna à nouveau et abaissa ses fesses sur mon visage.
>> Comme mon trou du cul !! <<, commanda-t-elle.
Il avait la même couleur que les lèvres de sa chatte et contrastait également avec sa peau pâle. Je passai mes lèvres et ma langue dessus. C'était raide, mais lentement détendu pendant que je continuais.

Elle gémit et haleta alors que ma langue s'élançait et retournait par-dessus sa sortie. Soudain, ses mains sont apparues et ont écarté ses fesses pour me permettre un meilleur accès. Ce faisant, son trou s'ouvrit un peu. J'ai enfoncé ma langue et léché chaque partie que je pouvais atteindre. J'étais en train de lui baiser la langue dans le trou du cul et elle a grogné de plaisir.

Elle a levé son cul une fois de plus et l'a déplacé sur ma bite. Elle l'a tenu debout d'une main et a ouvert son trou du cul de l'autre. En se baissant, elle laissa mon gland disparaître en elle. Elle s'arrêta puis mit lentement son poids dessus. Son trou du cul s'est encore plus séparé et a laissé entrer ma bite. Petit à petit, mon pénis a disparu jusqu'à ce qu'il soit complètement en elle.
Très lentement, elle monta et descendit mon poteau. Son cul était si chaud et serré, que j'ai failli venir là et puis. Mais je me suis forcé à ne pas le faire.

Elle haletait et gémit alors qu'elle faisait monter et descendre son cul de plus en plus vite. Ma bite a glissé et j'ai vu son trou du cul s'étendre largement. Elle a remonté son cul jusqu'à ma bouche et m'a fait lécher à nouveau. Quand il faisait beau et humide, elle s'est empalée une fois de plus sur ma bite.
>> Putain, putain, putain !! <<, haleta-t-elle. >> C'est trop bon !! *ooohh…* <<
Elle se retourna, ma bite toujours en elle. Elle était maintenant face à moi et je regardais ses énormes seins s'envoler et retomber à chaque mouvement. Puis elle a commencé à se doigter la chatte avec acharnement. Ses yeux étaient fermés et sa bouche était ouverte, sa langue pendante.

>> *oh oh oh oh oh oh oh ooooh* <<, gémit-elle. Elle leva sa main jusqu'à sa bouche et la planta dedans, suçant son propre jus. Le retournant dans son trou mouillé, elle rejeta la tête en arrière, les yeux fermés. Quelques secondes plus tard, elle a crié d'extase et j'ai crié fort en me lâchant et ma bite a commencé à palpiter en elle. Elle s'est claquée sur ma bite une dernière fois et a retiré sa main de sa chatte pendant que nous jouions ensemble. Elle a giflé son clitoris et a giclé sur ma poitrine et mon visage pendant que je pompais son cul plein de mon sperme !

>> FUUUUUUUUUUUUUUCK!!!! *aaaaaaaaaah* *oooooooooh* OH MON DIEU !!! <<, cria-t-elle !
Elle a rapidement enfoncé son dos dans sa chatte et l'a battu furieusement. >> *AAAAAHHH* <<, s'exclama-t-elle en giclant à nouveau. >> *oooooooh* OUI !!! <<
Toujours tremblante, elle se plaça entre mes jambes, face à moi. Prenant ses seins à deux mains, elle les enroula autour de ma bite, qui s'était ramollie mais remonta presque instantanément.

Elle cracha dans la fente de ses seins, où ma bite était prise en sandwich entre eux. Déplaçant ses seins de haut en bas en les frottant contre mon pénis, elle lécha mon gland avec le bout de sa langue.
>> C'est tellement bon !! <<

Elle a ensuite retiré ses seins et a pris ma bite dans sa bouche. Elle l'a léché et je pouvais sentir son piercing effleurer ma fente. Puis elle s'est forcée à sucer ma bite en profondeur. Elle a bâillonné, mais est restée couchée, léchant mon pénis tout le temps. Elle misérable et leva la tête. Le maquillage autour de ses yeux était maculé des larmes qu'elle avait produites. Elle s'est enfoncée contre ma bite, s'étouffant et toussant.

>> JOUEZ !!! Sperme dans ma bouche !! <<, ordonna-t-elle et enfouit à nouveau son visage. Je pouvais sentir l'oppression de sa gorge traire ma bite. Des larmes coulaient sur son visage, mais elle continuait de sucer et de lécher, devenue folle. C'était tout simplement trop. Je suis venu. Et c'était excellent. Les premiers coups de sperme atterrirent au fond de sa gorge. Elle a toussé et a dirigé ma bite vers son visage.

Elle était couverte de sperme. Ses seins, son cou et son visage étaient collants de mon sperme. Elle en a pris une partie avec ses mains et l'a nourrie à sa bouche ouverte….
>> Vous avez meilleur goût que la plupart des sujets que nous avons eus ici ! Très agréable!! <<
J'avais les yeux fermés, savourant la sensation. Puis j'ai senti une aiguille pointue pénétrer dans ma cuisse. Je ne pouvais même pas baisser les yeux. Je m'étais déjà évanoui.

Ma mère m'a trouvé à neuf heures, allongé sur le perron, endormi. Nous pensions tous que j'avais juste bu trop d'alcool et que j'étais en quelque sorte rentré à la maison (rasé pour une raison quelconque), car aucun souvenir de la nuit que j'avais vécu ne restait.

Articles similaires

L'été à Pond Cove - Chapitre 01

Walter vient de terminer ses études et passe un été dernier à s'occuper de la cabane de son oncle étrange située à Pond Cove, une zone isolée entourée d'une réserve naturelle gouvernementale. Tous les autres propriétaires, sauf un, ont été rachetés par le gouvernement qui veut transformer Pond Cove en sanctuaire de grenouilles. Walter rencontre ses voisins pour l'été – six sœurs de sororité qui en ont passé un l'été dernier ensemble. Les choses deviennent un peu chaudes... et un peu étranges... alors que Walter découvre son côté soumis grâce à des professeurs experts. Cette histoire est indépendante, mais le scénario...

231 Des vues

Likes 0

Les visites familiales continuent

Quand Todd est entré pour le petit déjeuner aujourd'hui, j'ai voulu ramper sous la table et le prendre dans ma bouche. Mais avec notre mère assise là, j'ai dû repousser l'envie. Je lui jetais un coup d'œil furtif et, quand maman lisait le journal, il me faisait un clin d'œil. Tout au long du petit-déjeuner, je pouvais sentir mon short devenir humide. À 9 ans, maman s'est levée et est partie au travail. Je me lève et débarrasse la table. Je me suis fait un devoir de frotter mes fesses contre son bras en passant. Puisque papa était parti tôt ce...

201 Des vues

Likes 0

Un peu de magie noire Chapitre 1

Chapitre 1 Ceci est mon histoire… Non. Ceci est ma confession. Je ne sais pas si ce que j'ai fait était un crime, mais c'était certainement contre nature. Ma dernière année à l'université et en fait les dernières semaines jusqu'à ce que j'allais être solennellement poussé dans le monde du travail. Je me tenais dans la salle de bain qui accompagnait ma chambre à explorer mon propre corps dans le miroir. Les verres épais de mes lunettes agrandissaient mes yeux sous le désordre ondulé des cheveux noirs. Ma peau était pâle à force de passer des jours dans des bibliothèques ou...

237 Des vues

Likes 0

Libre d'esprit (03).. Quinze (1997)

Cette histoire se poursuit à partir de l'ANZAC Day 1997, alors que je venais d'avoir 15 ans. J'étais allongé dehors, très douloureux et sensible ; jusqu'à ce que je décide d'entrer et de rejoindre les autres. J'ai trébuché en essayant de marcher. C'était si j'avais chié mon pantalon même si je ne portais aucun vêtement. Le salon était sombre et vide alors j'ai attrapé une couverture ; reposé sur le canapé et s'endormit. Il devait être 6 ou 7 heures du matin quand je me suis réveillé ; quelques-uns des gars étaient déjà debout et fumaient des bangs. Je me sentais...

274 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses frappant mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis, même les plus âgés, enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent et mes longs...

262 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

382 Des vues

Likes 2

La boutique du coin, deuxième partie

La première partie est ici : sexstories.com/story/82788/ Il regarda sa montre, elle serait bientôt là. C'était environ une semaine plus tard, j'étais dans son magasin, maman m'avait envoyé chercher la nourriture dont nous avions besoin pour le week-end. Après avoir tout sonné dans la caisse et mis tous les articles dans trois grands sacs en plastique. Il m'a dit: Tu me dois encore beaucoup d'argent, tu devras aller dans l'arrière-salle aujourd'hui Choqué, j'ai bégayé. Non. S'il vous plaît M. Hassan, je ne veux pas faire ça Il attrape mon bras, me disant; Tu n'as pas le choix ma fille...

168 Des vues

Likes 0

Janes Humiliation 2.

Après avoir été mangée et sucée par Helen, Steph et Claire, Dawn se leva et les supplia de lui permettre de s'habiller pour qu'elle puisse partir. Sa demande a été refusée car son amie était toujours dans la cuisine, attachée, les yeux bandés et bâillonnée. Helen lui a dit qu'il y avait une autre chose qu'elle devait traverser avant de pouvoir partir. Les trois filles l'ont aidée à monter sur une grande table à manger. On lui a demandé de rester à quatre pattes, les genoux écartés d'environ 3 pieds. Cela a bien ouvert son trou du cul. Elle se sentait...

218 Des vues

Likes 0

Trempé à travers

C'est ma premiere histoire; c'est une histoire vraie d'il y a quelques années. N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires et vous l'apprécierez autant que moi !! Je savais qu'elle ne serait pas contente que je ne sois pas allé la chercher car il pleuvait si fort mais j'étais vraiment occupé dans la maison que j'avais perdu la notion du temps, de toute façon elle avait eu 16 ans la veille donc elle voulait son 'Indépendance'. Je m'appelle Chris et j'ai 24 ans et je suis le tuteur officiel de Debbie, dont la mère parcourait le monde apparemment pour...

77 Des vues

Likes 0

Laissez jouer un Playa

Laissez A Playa jouer Histoire de Charles qui utilise sa beauté et son charme pour baiser autant de femmes qu'il veut. Oooohh putain, mmmmm. elle gémit avec une jambe sur mon épaule, une culotte noire avec une bordure rose qui pend à son pied alors que j'attaque vigoureusement sa chatte avec ma langue. Comme c'était son dernier jour de travail, j'ai pensé que je l'enverrais avec un cadeau de départ. C'est plutôt un cadeau qui vous manquera. Alors qu'elle se mordait la lèvre, elle agrippa l'arrière de ma tête et pressa mon visage contre sa chatte humide. Vous ne savez jamais...

277 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.