Violer la soie

97Report
Violer la soie

Michael avait bien planifié la nuit. Il avait dit à Silk qu'il devait rester tard pour une réunion et elle avait donc dit qu'elle le retrouverait plus tard chez lui mais qu'elle devait s'arrêter à son appartement pour prendre quelques affaires. C'était parfait pour les plans de Michael.

Silk avait mentionné que l'idée d'un viol l'excitait en quelque sorte. Une situation contrôlée où elle savait qu'il n'y avait pas de réel danger. Michael savait que de nombreuses filles trouvaient cela érotique et ne craignaient pas de se livrer à son fantasme, mais il savait aussi que cela fonctionnait mieux si c'était au début de la relation. Alors que Silk lui faisait pleinement confiance, la nouveauté de leur relation a ajouté un certain élément qui a permis à ce fantasme de fonctionner au mieux.

Michael a dit au revoir à Silk vers 17h30 en lui disant que la réunion avait lieu dans un café à proximité. Cela lui a permis de se rendre à son appartement et de s'installer avant qu'elle ne termine son quart de travail. Bien qu'il n'ait pas besoin de grand-chose pour ce fantasme, il avait encore besoin de l'élément de surprise pour faire bonne impression. Dans cet esprit, il dévissa toutes les ampoules qu'il savait qu'elle allumerait, y compris la salle de bain. L'obscurité totale était nécessaire pour que son plan fonctionne correctement.

Juste après 18 heures, Silk lui a envoyé un texto et lui a dit qu'elle était en train de quitter le poste de pilotage. Juste pour être sûre qu'elle avait l'intention de s'arrêter à son appartement ; il a demandé combien de temps elle resterait chez elle. Elle a répondu qu'elle n'avait besoin que de peu de choses, donc environ 20 minutes maximum. Il a répondu qu'il serait à la maison dans environ une heure et qu'il la verrait chez lui. Le succès a aiguisé ses sens.

Quelques choses de dernière minute comme tous les vêtements noirs et il était prêt. Il a pris sa place dans son placard parce qu'il ne voulait pas que le peu de lumière des fenêtres l'alerte de sa présence avant qu'il ne soit prêt à lancer ses plans sur elle. Il avait aussi besoin qu'elle soit tournée vers lui.

Il lui a fallu les 20 minutes habituelles pour se rendre à son appartement. Elle gara sa voiture et entra. Alors qu'elle fermait la porte, elle actionna l'interrupteur et soupira au fait qu'il était brûlé. Debout dans l'obscurité totale, elle enleva son manteau et le posa sur le canapé. Ensuite, elle se dirigea vers le couloir et essaya la lumière là-bas. C'était aussi ce qui l'a amenée à jurer à haute voix.

Michael l'attendait dans sa chambre en riant tout seul quand il l'entendit jurer à propos des lumières éteintes. Allez Silk, viens dans la chambre, pensa-t-il. Il pouvait l'entendre à la porte mais attendit qu'elle soit plus loin dans la pièce.

Silk se dirigea vers sa chambre et essaya la lumière là-bas, elle aussi était éteinte. Elle a finalement jeté un coup d'œil à sa table de chevet, mais son réveil éblouissant lui a dit qu'il ne s'agissait pas d'une panne de courant. Elle se demanda alors si un fusible avait sauté. Sachant qu'il y avait une lampe torche dans le tiroir de sa table de chevet, elle s'y dirigea.

Michael ne pouvait pas dire ce qu'elle faisait quand elle est allée à sa table de nuit. Il la vit ouvrir son tiroir et fouiller à l'intérieur. Il ne pouvait pas dire au début ce qu'elle avait sorti, mais il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre qu'elle avait une lampe de poche. Il devait agir maintenant avant qu'elle ne puisse l'allumer, alors il fit son geste et l'attrapa par derrière. Une main sur sa bouche et l'autre saisit sa main avec la lampe de poche; l'épinglant à son corps, il l'épingla également à sa poitrine. Il sentit son corps se tendre de peur alors il dit : « Fais juste ce que je te dis et tu ne seras pas blessé.

La reconnaissance instantanée de la voix de Michael a permis à Silk de se détendre minutieusement. Même si elle ne le craignait pas, elle ressentait une certaine peur face à la situation. Cela l'a amenée à lutter un peu.

Michael sentit son corps se détendre pendant une seconde et sut attendre ses luttes. Quand elle a commencé, il a dit: «Tais-toi ou sinon», et pour ajouter de l'emphase à ses paroles, il l'a serrée fort. À ce stade, sa respiration s'accéléra mais elle cessa tout mouvement. Michael reprit la parole : « Hoche la tête si tu me comprends. Si je retire ma main, promettez-vous de ne pas crier ? »

Silk hocha la tête, alors Michael retira sa main et continua de parler : « Facilitez-vous la tâche et conformez-vous à mes ordres. Elle hocha à nouveau la tête alors Michael prit la main qui tenait sa bouche et se pencha pour lui prendre la lampe torche. Le jetant loin d'eux, il lui dit en riant: "Je ne voudrais pas que tu aies des idées sur la façon de me frapper avec ça."

Silk faillit rire à cette idée mais se rattrapa et hocha simplement la tête. Elle ne connaissait pas le plan, mais elle savait qu'il réalisait son fantasme de viol, alors elle s'est efforcée de s'en tenir à son rôle. L'idée même l'excitait tellement que sa respiration s'accéléra à un rythme presque rapide.

Michael avait également remarqué son rythme respiratoire, ne voulant pas qu'elle hyperventile, il lui dit: «Calme-toi, ce ne sera pas fini rapidement mais si tu coopères, tu t'amuseras. Si tu t'évanouis, j'aurai toujours ton doux corps.

Silk comprit instantanément ce qu'il voulait dire et s'efforça de calmer sa respiration. Une fois auparavant, pendant le jeu, elle a hyperventilé et s'est évanouie; une combinaison d'excitation et de peur l'avait fait respirer lourdement. Plus tard, quand elle est venue aussi, Michael a expliqué ce qui s'était passé et ils avaient travaillé ensemble pour que cela ne se reproduise plus.

Lorsque Michael a senti sa respiration et son rythme cardiaque ralentir, il a poursuivi: «Retournez votre main et sentez ce que votre petit corps chaud me fait», lui a-t-il dit et comme elle l'a fait, il a ajouté: «Ne te fais pas d'idées sur pressant la pensée, je promets que vous ne m'aimerez pas si vous le faites.

Silk fit ce qu'il demandait et tendit la main pour prendre sa queue en coupe. Elle le trouva furieux, si fort qu'elle pouvait sentir son cœur battre. Elle sourit mais ne dit rien.

"Tu aimes ça, n'est-ce pas salope ?" Michael lui a demandé, quand elle n'a pas répondu, il a attrapé le couteau dans son dos et l'a mis de son visage sachant que la lumière de la fenêtre lui permettrait de le voir maintenant que ses yeux étaient ajustés à l'obscurité. Il la sentit déglutir difficilement avant qu'elle ne réponde.

Quand il a parlé, elle n'a pas réalisé qu'il voulait une réponse, alors quand il lui a montré le couteau, elle a presque sauté de sa peau pour répondre: "Oui, oui, j'aime ça", puis a ajouté après une seconde ou deux de silence, " S'il vous plaît, ne me faites pas de mal.

Michael a ri doucement et a dit: "Rappelle-toi juste qui est responsable ici et personne ne sera blessé." Prenant toujours sa main qui était derrière son dos, il l'épingla de telle manière qu'elle lui fit bomber la poitrine. Cela a également fait remonter son t-shirt et exposer son ventre. Michael passa le côté émoussé du couteau sur la peau exposée. Quand il la sentit tressaillir, il rit de nouveau mais rangea le couteau derrière son dos pendant un moment.

Ensuite, il l'a tirée vers le lit où il avait laissé les menottes qu'il avait apportées pour le plaisir de cette soirée. Normalement, il n'utilisait pas de vraies menottes parce qu'elles faisaient mal aux poignets, mais le plan de ce soir les exigeait. Alors qu'il attrapait les menottes, il eut une surprise.

Quand Michael a utilisé le couteau sur elle, elle a ressenti un peu plus de peur, puis il l'a tirée en arrière. Elle s'est dit qu'essayer de courir pourrait rendre les choses plus intéressantes, alors elle a attendu et le moment s'est présenté magnifiquement. Quand elle le sentit atteindre quelque chose sur le lit, elle s'emballa. Elle n'allait pas très loin cependant car il la rattrapa avant qu'elle n'atteigne la porte et la plaqua contre le mur.

Michael ne s'attendait pas à ce qu'elle coure sur lui mais il l'a rattrapée rapidement. Petite renarde, pensa-t-il. Elle savait bien jouer à ce jeu. Il a laissé cette nouvelle tournure des événements jouer directement dans le plaisir et a attrapé son bras fort, le tordant un peu, il lui a dit: "Maintenant, juste pour ça, je vais devoir être brutal." Il a ensuite frappé le brassard sur son poignet et l'a enfoncé fermement. "Allez-vous être gentil et me donner l'autre main ou est-ce que je deviens brutal?" Il lui dit avec une menace dans la voix.

Silk ne put que hocher la tête cette fois et lui tendre la main. Elle sentit l'acier froid se refermer autour de son poignet puis se demanda ce qu'il faisait alors qu'il semblait s'agiter avec les menottes. Elle ne savait pas qu'il les verrouillait pour qu'ils ne soient pas trop serrés et ne lui coupent pas la peau.

Michael a épinglé les poignets pour qu'ils ne soient pas plus serrés. Il voulait qu'elle se sente piégée mais il ne voulait pas marquer sa peau, ce qui pouvait arriver avec ce type de menottes. Quand il eut fini, il sortit à nouveau son couteau et pressa le côté terne contre sa gorge et tira sur ses bras. « Viens au lit. Même si te prendre comme ça contre le mur a du mérite, je pense que le lit permettrait de s'amuser beaucoup plus », grogna-t-il à son oreille.

Une fois à côté du lit, il fit glisser le couteau le long de sa poitrine jusqu'au col de sa chemise. Tournant le couteau pour qu'il soit tranchant vers l'extérieur, il coupa rapidement le tissu. Alors qu'il faisait cela, il l'entendit haleter, alors pour la calmer, il dit: "Faites simplement ce qu'on vous dit et seuls vos vêtements seront coupés."

Il a ensuite remis le couteau dans son dos une fois de plus, puis a utilisé ses deux mains pour déchirer sa chemise jusqu'au bout. Quand cela a été fait, il a attrapé une poignée de ses seins et a serré, "Hmmm si ferme." Il les pelota ensuite pendant quelques instants tout en lui laissant le temps de calmer sa respiration une fois de plus.

Silk ne savait pas comment procéder, mais a décidé de suivre l'exemple de Michael. Quand il coupa et déchira sa chemise, son rythme cardiaque s'accéléra et sa respiration fit de même. Rapidement, elle se rattrapa et essaya de se calmer. Elle était reconnaissante de savoir qu'elle pouvait faire confiance à Michael.

Quand Michael la sentit se détendre une fois de plus, il continua et descendit son ventre jusqu'à l'ourlet de sa jupe. Là, il le tira d'un coup sec et chercha son string, l'agrippant, il tira une fois pour lui faire savoir qu'il allait l'arracher, puis les arracha de son corps. les jeter vers le bas ; il n'a pas perdu de temps pour mettre un doigt dans son centre chaud et humide. Il a souri à son humidité et lui a dit: «Tu es tellement humide. Est-ce que je t'excite ? Elle hocha la tête une fois alors il ajouta : "Je parie que tu ne t'es jamais senti comme ça auparavant, pas même avec ton petit ami."

Silk hocha à nouveau la tête, ce qui fit rire Michael. Quand il a dit petit ami, elle pensait à Reed et a pensé, non, je ne me suis jamais senti comme ça avec lui. Michael savait ce qu'elle pensait et était content qu'elle le pense. Il voulait être meilleur que Reed en toutes choses.

Michael a continué à la doigter pendant quelques instants avant de s'arrêter juste avant son orgasme. Il voulait qu'elle halete quand elle viendrait donc il a dû la retenir un moment. Il a pris son doigt et l'a porté à sa bouche, quand elle n'a pas ouvert, il a attrapé ses cheveux et a ordonné: "Nettoie mon doigt comme une bonne petite salope." Quand elle a fait ce qu'il lui a dit, il a gémi et a dit : « Tu es si douée avec ta bouche. Peut-être que je devrais le remplir avant d'avoir mon chemin avec toi. Il l'a ensuite retournée pour lui faire face et a grogné: «Sur tes genoux salope», puis l'a poussée vers le bas.

Silk tomba à genoux et attendit de voir ce que Michael ferait. Avant qu'elle ne puisse attendre longtemps, elle l'entendit ouvrir son jean puis sentit sa main dans ses cheveux.

Michael tendit la main et prit le couteau de la ceinture de son jean et le posa sur le lit. Ensuite, il ouvrit son jean et sortit sa bite puis attrapa les cheveux de Silk. En le rassemblant, il lui tira le visage vers sa queue et lui dit: "Ne pense même pas à me mordre", puis la pressa contre son entrejambe.

Silk ouvrit la bouche dès qu'elle le sentit pousser sa tête en avant. Le prenant profondément dans sa bouche, elle rit presque quand il dit de ne pas mordre. Cela l'a fait s'étouffer et elle a reculé. Michael lui a permis de reculer mais s'est moqué d'elle.

"Suis-je trop gros pour toi salope ?" Il demanda mais attendit qu'elle arrête de tousser, puis la poussa de nouveau en avant. Alors qu'il se glissait dans sa bouche, il ne put réprimer un gémissement de plaisir. Toujours agrippant ses cheveux, il s'en servit pour baiser sa bouche. En faisant cela, il lui a dit: «Quel bon suceur de bite tu es. Il faudra peut-être que je revienne te rendre visite.

Silk détendit sa gorge pour permettre à Michael de régner librement avec sa bouche. Elle ne se souciait plus de la brutalité, car cela devenait la norme pour elle. Même ses paroles n'ont fait qu'alimenter son excitation. Elle a déjà décidé qu'elle aimait jouer au viol avec Michael.

Alors que Michael lui baisait la bouche, il se sentit approcher rapidement de l'orgasme, mais il savait que ce n'était pas comme ça qu'il voulait que les choses se terminent, alors il continua pendant un moment ou plus, puis lui tira la tête en arrière en utilisant toujours ses cheveux, "Pas si vite salope. Je t'ai dit que ce ne serait pas fini rapidement. Il a ensuite tiré sur ses cheveux indiquant qu'il voulait qu'elle se lève.

Silk se leva mais ce faisant, elle trébucha en avant contre sa poitrine. Elle ne put s'empêcher de le regarder. Elle essaya de ne pas sourire quand elle vit qu'il était aussi excité qu'elle, mais ne put s'en empêcher. Elle remarqua alors son sourire.

Michael a attrapé son petit sourire alors il lui a fait un sourire sadique et lui a dit: "Je ne pense pas que tu me prennes au sérieux ici." Il a ensuite ramassé le couteau et pressé le côté émoussé de la lame contre sa gorge, quand elle a avalé difficilement, il a demandé: "Avez-vous peur maintenant?"

À son signe de oui, il tendit son autre main et ses jambes la balayèrent en même temps. Attrapant son poids, il la laissa tomber au sol et la suivit en l'épinglant avec son poids corporel. Pendant tout ce temps, il a gardé le couteau contre sa gorge. Ensuite, il a baissé son pantalon plus bas et a donné un coup de pied. Puis il tourna son attention vers elle et releva sa jupe un peu plus.

Quand il l'eut comme s'il la voulait, il posa le couteau et attrapa ses hanches. Tirant ensuite là où il les voulait, il appuya la tête de sa bite contre son ouverture humide et lui lança un regard noir: "Prête salope?"

Avant qu'elle ne puisse prononcer un non, il la frappa de toute sa longueur, heureux de son humidité. Avec un grognement au contact, il ne lâcha pas et commença à pousser fort en elle. Serrant les dents au besoin soudain de jouir, il savait qu'il devait ralentir les choses ou ce serait fini très vite. Il était étonné de la rapidité avec laquelle elle pouvait l'amener au bord du gouffre. Il a alors remarqué les signes de son orgasme approchant alors il a arrêté tout mouvement.

Quand elle l'a regardé, il a penché la tête sur le côté et a dit: "Tu attends de la compagnie?" Quand elle a fait non de la tête, il a dit : « J'ai cru entendre quelqu'un à la porte. Ne voudrions-nous pas que quelqu'un gâche notre plaisir maintenant, n'est-ce pas ? »

Il se pencha alors vers son cou et la mordit violemment. Quand elle a crié, il a éclaté de rire et a dit: "Je savais que tu serais d'accord avec moi." Il a ensuite pris ses jambes et les a pressées sur sa tête et a commencé une lente poussée qui n'a pas tout à fait atteint le fond, sachant qu'elle ne pourrait pas atteindre l'orgasme de cette façon. Il voulait qu'elle jouisse mais il avait d'abord besoin qu'elle soit folle de son besoin. Son objectif final était qu'elle s'évanouisse.

Dans cet esprit, il a alterné entre des coups durs et des coups doux qui ne lui permettraient pas d'avoir un orgasme. Pendant qu'il faisait cela, il lui mordit le cou et lui pinça les mamelons, une légère douleur ici et là pour maintenir sa peur et son excitation au plus haut. Enfin, il put dire qu'elle avait atteint sa limite ; sa respiration était saccadée et elle avait un regard fou dans les yeux.

Il recula et la retourna sur le ventre. Pendant qu'il la positionnait, il lui a dit: «Presque trop salope. Je parie que vous souhaiteriez que cela dure éternellement, hein ? » Elle grogna seulement une réponse.

Encore une fois, Michael s'enfonça profondément en elle et commença à la baiser sauvagement. Il l'a amenée près de l'orgasme quelques fois de plus mais semblait trouver des raisons de s'arrêter comme un bruit ou qu'elle avait trop glissé vers l'avant, tout cela faisait partie de son plan de pensée. Finalement, il sut qu'elle était prête alors il se leva et lui donna vraiment fort. Quand il la sentit se dresser, il se pencha et mordit fort là où son cou rejoignait son épaule. Elle a crié et explosé. Michael a également lâché prise avec joie.

Pendant qu'il jouissait, il sentit son corps se relâcher. Il savait qu'elle s'était évanouie. Sachant qu'il n'avait pas longtemps, il se leva d'un bond et attrapa son jean et l'enfila, puis chercha dans sa poche la petite lampe torche qu'il y avait mise et l'alluma, puis sentit à nouveau dans sa poche les clés des menottes. Ensuite, il lui a enlevé les menottes mais l'a laissée sur le sol. Il a ensuite réparé les ampoules et allumé la lumière de la chambre. Il attrapa toutes les affaires qu'il avait apportées et les laissa tomber dans un tiroir de la commode. Il a également repéré son string déchiré et l'a attrapé, le fourrant dans sa poche. Vérifiant pour s'assurer que toutes les preuves de lui avaient disparu, il attrapa du rouge à lèvres sur sa vanité et lui laissa un message sur son miroir. cela fait, il partit et rentra chez lui pour l'y attendre. Il savait que la soirée était un succès.

Silk s'est réveillé environ 10 minutes après son départ. Au début, elle ne se souvenait pas de ce qui s'était passé, mais lorsqu'elle s'est levée du sol et a vu sa chemise déchirée, tout lui est revenu. Elle se sourit à elle-même et leva les yeux, s'attendant à ce que Michael soit assis sur son lit. Quand il n'était pas là, elle regarda autour d'elle, confuse. Elle se leva juste au moment où elle entendit sonner son téléphone portable. Elle avait un SMS.

En allant dans le salon, elle regarda autour d'elle mais ne trouva aucun signe de Michael nulle part. Alors qu'elle marchait, elle remarqua une légère douleur dans son corps et sourit au souvenir de pourquoi. Elle trouva son manteau où elle l'avait laissé sur le dossier du canapé et sortit son téléphone portable de la poche. Elle avait un message de Michael.

Il disait: "Je suis à la maison. Tu es toujours chez toi ?

Silk sourit à cela. C'est ainsi que nous avons joué à ce jeu, pensa-t-elle en lui envoyant un texto. "Oui. J'ai été pris dans quelque chose. Arrive bientot."

Elle retourna dans sa chambre pour se changer et ce faisant, elle remarqua le message sur son miroir.

"Merci pour ce bon moment salope. A très bientôt.

Elle rit bruyamment, mais s'arrêta brusquement en apercevant son reflet dans le miroir. Le reflet montrait des marques de morsures sur son épaule et dans son cou. En se retournant, elle en vit un plus gros sur la nuque. Cela a déclenché un souvenir, Michael mordant fort alors qu'elle jouissait juste avant de s'évanouir. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire même à la lumière des vilaines marques laissées sur son corps.

Elle a fini de s'habiller et a attrapé les objets pour lesquels elle était venue à l'origine, puis a quitté son appartement pour se rendre chez Michael. Elle se demanda ce qui allait suivre alors qu'elle s'éloignait.

Articles similaires

Fille des voisins : Sale secret

C'est arrivé quand j'avais 16 ans un jour d'été. L'école était finie et les vacances commençaient. J'habite au bout de la maison de style cottage où nos voisins sont de l'autre côté Du mur. A côté habite mon amie Eve, elle a mes cheveux blonds de mon âge et mon corps fracassant. Quant à moi, je suis comme elle, j'ai les cheveux dar. Il y a quelques jours, j'ai remarqué une chose intéressante ... le téléphone a sonné à l'endroit d'Eves et après quelques minutes, elle est éteint quelque part. dernier jour pareil. Alors j'ai décidé de la suivre parce qu'elle...

1.7K Des vues

Likes 0

Mme Baker

Le soleil de l'Oklahoma était intenet de nous brûler, pensais-je, alors que je conduisais dans le garage pour décharger mon équipement de jardin. Tondre les pelouses pour de l'argent supplémentaire n'est généralement pas trop mal à moins que les températures restent supérieures à cent degrés pendant plusieurs jours. C'était le cas en 1980. Je venais juste d'obtenir mon diplôme universitaire et j'étais sur le point de rejoindre le marché du travail en tant que professeur de commerce à Ardmore. Cependant, certains de mes anciens comptes de pelouse avaient appelé et avaient besoin de faire leur chantier, alors j'ai cédé pour les...

752 Des vues

Likes 0

Tim, l'adolescent partie XV

Remarque : - Je ne suis PAS l'auteur ! Il y a plusieurs auteurs en fait, je ne suis pas sûr que l'un d'entre eux soit le créateur, mais je sais que ce n'est pas moi. Je partage simplement cette belle histoire avec vous tous parce que je ne l'ai pas vue ici. Maintenant, à l'origine, tout allait être composé de 9 parties, mais… Quelqu'un a dit que la première était trop longue, j'ai donc décidé de diviser tout cela en messages plus petits. J'ai pensé essayer un look et une structure de phrase différents pour ce chapitre, s'il vous plaît laissez-moi savoir comment vous...

1.6K Des vues

Likes 2

La boutique du coin, deuxième partie

La première partie est ici : sexstories.com/story/82788/ Il regarda sa montre, elle serait bientôt là. C'était environ une semaine plus tard, j'étais dans son magasin, maman m'avait envoyé chercher la nourriture dont nous avions besoin pour le week-end. Après avoir tout sonné dans la caisse et mis tous les articles dans trois grands sacs en plastique. Il m'a dit: Tu me dois encore beaucoup d'argent, tu devras aller dans l'arrière-salle aujourd'hui Choqué, j'ai bégayé. Non. S'il vous plaît M. Hassan, je ne veux pas faire ça Il attrape mon bras, me disant; Tu n'as pas le choix ma fille...

1.5K Des vues

Likes 0

Elle était un teaser de piqûre je pensais

Le samedi après-midi, j'allais au cinéma avec quelques amis. Il y avait une fille que j'aimais bien et j'essayais de m'asseoir à côté d'elle si je le pouvais. Un après-midi, j'ai essayé de lui tenir la main et elle m'a laissé un moment la retirer. Après les films, nous sommes tous allés au bar à lait et une fois de plus, j'ai essayé de me rapprocher d'elle. Je lui ai parlé et elle semblait m'apprécier et je lui ai demandé pourquoi elle avait retiré sa main. Elle a dit qu'elle commençait à aimer ça mais qu'elle ne voulait pas s'impliquer comme...

39 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses frappant mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis, même les plus âgés, enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent et mes longs...

1.5K Des vues

Likes 0

Officier supérieur

Enseigne, il vaut mieux avoir une très bonne raison pour que vous soyez ici L'enseigne Philips n'avait pas de bonne raison d'être dans le salon des officiers, il sentit son cœur tomber dans ses bottes de combat Tourne-toi quand je te parle Enseigne L'enseigne Philips s'est lentement retournée, ses épaules s'affaissant légèrement dans la défaite, quand il a vu qui l'a confronté, il a tout oublié des vraies raisons d'être ici, en fait, il a pratiquement tout oublié « Alors Enseigne, qu'est-ce que vous foutez ici dans le salon des officiers ? » Capitaine Jean Harigan, la seule femme officier sur le navire et...

983 Des vues

Likes 0

Mes premières fois...

Je parlais à Gary depuis plus de deux ans. Notre relation avait commencé en ligne. Il a vu une réponse que j'avais faite dans un salon de discussion et m'a envoyé un message. Il ne semblait pas intéressant au début, mais plus nous discutions, plus je l'aimais. Je suis prudente de nature donc il n'a pas eu mon vrai nom pendant plus de six mois, et encore seulement mon prénom. À neuf mois, je lui ai donné mon numéro de téléphone portable et nous avons commencé à parler au téléphone. Pendant dix mois, nous avons régulièrement eu des relations sexuelles par...

969 Des vues

Likes 0

Asmodeus - Démon de la luxure : Partie 8

A/N – Mes chers lecteurs ! Merci à tous ceux qui sont restés fidèles à moi et à cette histoire depuis si longtemps. Je m'excuse sincèrement pour l'attente entre ce chapitre et le précédent; J'écris vraiment dès que je le peux. Je doute qu'un seul chapitre vaille la peine d'attendre une année entière, mais comme pour tout ce que j'écris, j'ai versé mon âme dans la partie 8 et j'espère sincèrement que vous apprécierez sa lecture. Comme toujours, veuillez noter, commenter et m'envoyer un e-mail ! J'aime avoir de vos nouvelles les gars et je répondrai à chaque e-mail. Bonne année! Acclamations...

801 Des vues

Likes 0

TEMPS DE DOUCHE_(1)

« Sam, réveille-toi ! » Étaient les premiers mots que Sam entendit le matin, sa mère le réveillant plus tôt que d'habitude pour la croisière en famille. D'accord, d'accord... je suis réveillé. dit Sam d'une voix basse et matinale. Il est déjà 8h45 ! cria son père de l'autre côté du couloir. Allez, tu as entendu ton père. dit maman d'une voix beaucoup plus basse. Maman est sortie de la pièce et est allée réveiller Katie, la sœur aînée de Sam d'un an. Sam et Katie étaient très proches dans leur enfance; la puberté les a un peu séparés mais ils parlaient toujours tout...

484 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.